Francaisdefrance's Blog

11/02/2012

Merci à Christine Lagarde d’avoir vendu l’Europe !

Et à des monarchies arabes, qui plus est. Ca plus l’islamisation rampante, à mon avis, la résistance sera plus dure que prévue.

On aurait mieux fait de garder Strauss Kahn, à la tête du FMI. Sa libido exacerbée lui faisait penser à autre chose et pendant ce temps là, il était loin de s’occuper à savoir si il devait mettre genou à terre devant les Arabes du Golfe…

Vous pensez que ça vaut combien, notre France, en petro-dollars ? Maintenant, plus grand-chose…

On est mal…

FDF

.

Photo pillée chez http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

.

Pour sauver l’Europe, le FMI peut compter sur les fonds saoudiens !

Le ministre saoudien des Finances, Ibrahim al-Assaf, s’est entretenu aujourd’hui avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, du rôle du fonds dans la crise de la dette européenne et des « efforts en cours pour régler » cette crise.

Selon l’agence officielle saoudienne Spa, l’entretien a également porté sur la conjoncture économique et financière, aux plans régional et mondial. Hier, Christine Lagarde avait été reçue par le roi Abdallah pour un entretien sur « l’action du FMI et les développements de l’économie mondiale ». L’Arabie saoudite, riche monarchie pétrolière et membre du G20, est l’un des pays dont le FMI souhaiterait obtenir une contribution à l’augmentation de 500 milliards de dollars de ses ressources, que Mme Lagarde estime nécessaire pour affronter la crise économique mondiale.

« Le FMI comptera sur ses principaux Etats membres » pour réunir ces fonds, avait déclaré Christine Lagarde dans un entretien publié hier par le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat, sans citer nommément l’Arabie saoudite. Mais rien n’a filtré des entretiens de Christine Lagarde, qui doit achève dans la soirée sa visite de deux jours dans le royaume saoudien. Le royaume saoudien, premier exportateur mondial de brut, a dégagé en 2011 un excédent budgétaire record de plus de 81 milliards de dollars.

Source: http://www.latribune.fr/

05/12/2011

En Arabie Saoudite, on atteint des summum dans la corânerie…

Dans un tout récent billet, j’encourageais les musulmans à continuer de nous faire rire. Il semble qu’ils aient compris le message…

FDF

.

Arabie Saoudite : autoriser les femmes à conduire entraînerait perte de la virginité, prostitution, pornographie, homosexualité et divorce.

les femmes et la conduite en arabie saoudite

Un universitaire saoudien, Kamal Subhi, a envoyé un document au Conseil de la Choura, qui conseille la monarchie, dans lequel il affirme que le fait d’autoriser les femmes à conduire risquerait d’entraîner la perte de la virginité de celles qui ne sont pas encore mariées.

Le rapport contient également des avertissements selon lesquels permettre aux femme de conduire ferait augmenter la prostitution, la pornographie, l’homosexualité et le divorce.

Un militant des droits de l’homme, Walid Abou Alkhair, a précisé samedi que pour cet universitaire ultraconservateur, la liberté que donnerait la conduite aux femmes constituerait une menace pour cette tradition saoudienne.

Le texte rédigé par Kamal Subhi risque d’accroître la pression sur le roi Abdallah pour qu’il ne modifie pas les règlements actuels interdisant la conduite aux femmes.

Vu sur: http://www.bivouac-id.com/

30/11/2010

Le «double discours» des dirigeants arabes face à l’Iran.

WikiLeaks : les ambiguïtés arabes étalées au grand jour…

Mahmoud Ahmadinejad et le roi Abdallah, en 2007. Le monarque saoudien apparaît comme un virulent opposant au président iranien.
Mahmoud Ahmadinejad et le roi Abdallah, en 2007. Le monarque saoudien apparaît comme un virulent opposant au président iranien. Crédits photo : HASSAN AMMAR/AFP

Les positions anti-iraniennes des dirigeants du Golfe pourraient faire le jeu de leurs opposants islamistes. Les révélations de Wikileaks accréditent l’idée répandue du «double discours» des dirigeants arabes face à l’Iran.

Même si le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais ou les succursales d’al-Qaida au Moyen-Orient restent discrets, nul doute que les révélations de WikiLeaks vont faire le jeu des radicaux islamistes, engagés dans la lutte contre les pouvoirs en place à Riyad, Sanaa ou Ramallah.

«C’est extrêmement embarrassant pour les régimes arabes modérés alliés de Washington, qui risquent de perdre le peu de crédibilité qu’il leur reste auprès d’opinions publiques désabusées», affirme un diplomate arabe, qui ajoute: «Ces fuites vont donner encore plus de poids aux arguments des extrémistes, qui peuvent dire maintenant: on vous l’avait bien dit, nos leaders tiennent un double discours.» Celui-ci est mis à nu par WikiLeaks, en particulier sur la menace nucléaire iranienne. Officiellement, les dirigeants du Golfe s’opposent à des frappes militaires occidentales, qui les mettraient en première ligne d’éventuelles ripostes iraniennes. En fait, leur posture est tout autre. Dans leurs discussions avec des responsables américains, les dirigeants arabes du Golfe appellent Washington à frapper les installations nucléaires iraniennes, vues comme une menace existentielle pour leurs pays. C’est le monarque saoudien qui est le plus virulent. À plusieurs reprises, le roi Abdallah a demandé aux Américains de «couper la tête du serpent» iranien. Son voisin, le roi du Bahreïn, Cheikh Hamad, ne dit pas autre chose quand il affirme, le 1er novembre 2009 devant le général David Petraeus, que «ce programme doit être stoppé» car «le danger de le laisser se poursuivre est plus grand que celui de l’arrêter».

Tensions communautaires

Le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, est lui aussi rattrapé par ses confidences aux Américains. «Nous continuerons à dire que ce sont nos bombes» qui visent le réseau al-Qaida, dit-il d’après un câble envoyé par l’ambassadeur américain à Sanaa, alors qu’il s’agit de frappes américaines, impopulaires au Yémen. Selon un autre document, le numéro un yéménite se plaint devant le général Petraeus du trafic d’armes et de drogue en provenance de Djibouti, mais pas de la contrebande de whisky «pourvu que ce soit du bon whisky» – pas de quoi rehausser son crédit dans un pays musulman conservateur.

De nombreux documents font également état du souci de pays du Golfe d’acquérir des armements américains. D’onéreuses acquisitions, mal vues par les populations, et qui sont régulièrement dénoncées par les radicaux islamistes comme la preuve d’un «complot américain»…

Suite et source: http://tinyurl.com/39jk79g