Francaisdefrance's Blog

30/04/2011

La Cour européenne de justice annule le délit de clandestinité en Italie : une annulation « scélérate » !!!

Ca tombe bizarrement vraiment bien en ces temps d’invasion… Quelle coïncidence! Tous des  pourris…

FDF

.

L’arrêt ne pouvait pas tomber plus mal. C’est au moment précis où l’Italie doit faire face à une invasion sans précédent que la Cour européenne de justice a décidé d’invalider, jeudi 28 avril, le délit de clandestinité, introduit par une loi de 2009 dans le cadre du « paquet sécurité ».

La possibilité, prévue par cette loi, de punir d’une peine de prison un immigré clandestin qui refuse de quitter le territoire italien a été jugée contraire à la directive européenne de 2008 sur les rapatriements, laquelle privilégie les rapatriements volontaires et, en cas d’échec de ceux-ci, enjoint aux Etats membres « de procéder à un rapatriement forcé, en utilisant les mesures les moins coercitives possibles ». Selon les juges européens, « les États membres ne peuvent introduire […] une peine de détention au seul motif qu’un ressortissant d’un pays tiers, après qu’un ordre de quitter le territoire national lui a été notifié et que le délai imparti a expiré, reste de manière irrégulière sur ledit territoire ». En clair, si le clandestin ne veut pas partir, on n’a pas le droit de le mettre en prison.

La Cour avait été saisie par un dénommé Hassen El Dridi, Algérien condamné à la fin de 2010 à un an de prison par le tribunal de Trente pour ne pas avoir avoir respecté son ordre d’expulsion. Elle lui a donné raison.

En conséquence, la Cour de Luxembourg a ordonné aux juges italiens de ne pas appliquer la loi italienne sur le délit de clandestinité. Cette décision vaut rétroactivement pour tous les clandestins déjà emprisonnés.

Le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni (photo), a immédiatement averti que « l’élimination du délit de clandestinité, associée à la directive européenne sur les rapatriements, risque de rendre les expulsions impossibles dans les faits, en les transformant en simples intimations à abandonner le territoire national dans les sept jours. Cela rend absolument inefficaces les politiques de lutte contre l’immigration clandestine ». Maroni a souligné que « si l’on rend plus difficile l’expulsion des clandestins, ce n’est pas un problème seulement pour l’Italie mais pour toute l’Europe ».

Le gouverneur de la Vénétie, Luca Zaia (Ligue du Nord), parle d’un arrêt « déstabilisant », qui « annule, en fait et en droit, le concept de frontière », une « vision juridique et culturelle scélérate aux répercussions gravissimes ». « Avant tout, a expliqué Zaia, je rappelle les centaines de milliers de personnes qui se déplacent actuellement à nos frontières. Mais je rappelle aussi que, sur le plan politique, on annule une loi votée par le Parlement souverain d’un Etat fondateur de l’Union européenne. Sur le plan culturel, on veut miner l’identité d’une nation et, ainsi, notre propre existence comme peuple ».

Zaia a pu parfois donner l’impression de se tromper d’adversaire, ainsi quand il a parlé de « faire la guerre aux produits français » si la France n’accueillait pas les clandestins tunisiens. Il est allé cette fois-ci au fond du problème.

Sourcehttp://fr.novopress.info/83813/la-cour-europeenne-de-justice-annule-le-delit-de-clandestinite-en-italie/

13/04/2011

Afflux migratoire: Guéant joue les méchants…

Ah, quand-même! Mais j’ai bien peur qu’il ne soit un peu tard. Le laxisme pratiqué jusqu’alors concernant l’immigration clandestine, on va le payer, maintenant. Guéant joue les bisounours, plutôt. Le rôle lui sied à merveille… Voilà ce que c’est, à force de mettre sur un piédestal le « vivre ensemble », la diversité, les bienfaits de l’immigration et j’en passe…

Cette fois, c’est notre pouvoir d’achat qui risque d’en prendre encore un coup. On ne peut sans vergogne augmenter le gaz, l’essence, les impôts et nourrir des clandestins… Si notre gouvernement a compris ça, il lui aura fallu du temps. Pas nous…

FDF

.

L’Europe se raidit face à l’afflux d’immigrants…


« Paris utilisera tous les moyens de droit pour faire appliquer les textes », a affirmé Claude Guéant devant les ministres de l’Intérieur de l’UE réunis lundi à Luxembourg.

L’Allemagne et les voisins de l’Italie, emboîtant le pas de la France, envisagent des contrôles renforcés aux frontières.

La vigilance s’accroît mais la désunion menace l’Europe sans frontières de Schengen. L’Allemagne et les voisins de l’Italie, emboîtant le pas de la France, laissent prévoir à leur tour des contrôles renforcés pour interdire leur territoire aux 20.000 Tunisiens que Rome veut doter d’un sésame européen.

L’immigration d’Afrique du Nord et, surtout, la controverse sur les permis de séjour distribués par l’Italie aux clandestins débarqués dans l’île de Lampedusa ont empoisonné le débat entre les vingt-sept ministres de l’Intérieur réunis lundi à Luxembourg. Le gouvernement de Silvio Berlusconi, loin d’obtenir l’élan de sympathie espéré de ses partenaires, s’est retrouvé isolé et menacé d’un cordon sanitaire s’il persiste à se délester du problème sur ses voisins.

«Nous avions demandé de la solidarité et l’Europe nous a répondu: débrouillez-vous tout seuls!, a lâché, ulcéré, le ministre italien Roberto Maroni devant la presse. Je me demande si cela a encore un sens de faire partie de l’Union européenne. Mieux vaut être seul qu’en mauvaise compagnie…»

Accord de façade

Signal du raidissement à l’intérieur de l’UE, Claude Guéant a martelé que Paris utilisera «tous les moyens de droit» pour faire appliquer les textes et renvoyer de l’autre côté de la frontière les migrants tunisiens en situation irrégulière. «Si les conditions ne sont pas remplies lors des vérifications de la police française, la France est en droit de faire réadmettre par l’Italie la personne qui ne les remplit pas, assure le ministre de l’Intérieur. C’est précisément ce que nous allons faire.»…

Suite et source: http://tinyurl.com/3uzzs7a

28/03/2011

Rome envisage des « rapatriements forcés » de Tunisiens.

Félicitations au ministre italien de l’intérieur!!! Lui au moins, « il en a »…
FDF

.


« Barrez-vous, cassez-vous, retournez donc chez vous » (Claude Barzotti)…


.

Confronté à un afflux toujours croissant d’immigrés clandestins tunisiens, le ministre italien de l’Intérieur Roberto Maroni a menacé Tunis de rapatrier de force les immigrés arrivés ces derniers temps sur l’île de Lampedusa si les autorités tunisiennes ne prenaient pas les mesures nécessaires pour endiguer les départs à partir de leurs côtes.

« La Tunisie avait promis d’agir immédiatement pour arrêter les flux migratoires. S’il n’y a pas un signal concret, nous procéderons aux rapatriements forcés », a déclaré le ministre, membre de la Ligue du Nord.

Selon Rome, les autorités tunisiennes s’étaient engagées à mettre un terme aux départs d’immigrés clandestins à partir des côtes tunisiennes mais rien depuis n’a été concrètement mis en place.

Le gouvernement italien a pour sa part accordé à la Tunisie un financement de 80 millions d’euros destiné à l’aider à lutter contre l’immigration illégale.

Selon les sources italiennes, près de 4000 nouveaux clandestins sont arrivées depuis vendredi sur la petite île de Lampedusa, créant une situation de tension et de chaos sans précédent.

Selon Roberto Maroni, l’Italie « est équipée » pour ces éventuels rapatriements forcés. « Nous les mettons sur les bateaux et nous les ramenons chez eux », a-t-il dit, indiquant que cette procédure est « financée par l’Union européenne (…) et gérée par des organisations internationales ».

[http://fr.novopress.info]