Francaisdefrance's Blog

15/11/2011

Bel effort de solidarité de la part de nos députés…

Ils ne se montrent pas très solidaires avec ceux qui leur ont offert des postes grassement payés, nos députés… On en reparle en 2012, après les présidentielles??? Il va y avoir des sièges éjectables, je pense; la France gronde…

FDF

.

Nos députés refusent la réduction de 10% de leurs indemnités parlementaires !

.

Les députés ont rejeté lundi, après un débat assez bref et dépassionné, la proposition du député UMP Lionnel Luca et d’une trentaine de ses collègues de réduire de 10% leurs indemnités parlementaires pour participer à l’effort de solidarité en ces temps de rigueur budgétaire.

« En ces temps difficiles où un deuxième plan de rigueur va demander des efforts – et rien ne nous permet d’être assurés qu’il n’y en aura peut-être pas un troisième d’ici la fin de la législature – il serait invraisemblable que nous nous exonérions d’un effort relatif », a défendu M. Luca.

Parmi les signataires de cet amendement, figurent des députés UMP membres du collectif Droite Populaire mais aussi du Nouveau Centre comme Philippe Vigier, le non inscrit Nicolas Dupont-Aignan, le villepiniste Jean-Pierre Grand ou encore le député EELV François de Rugy.

Faisant valoir que les députés « font partie de ceux qui sont les moins malheureux dans ce pays », la députée UMP Chantal Brunel a jugé qu' »on doit apporter notre petite pierre à la crise » par souci d' »exemplarité ».

Elle s’est dite surprise par « le double langage du PS » sur le sujet, soulignant qu’aucun député PS n’avait signé l’amendement.

Jean Launay (PS), rapporteur des crédits Pouvoirs publics, a critiqué un « gadget » qui « n’a pas de pertinence juridique » car il faut modifier une ordonnance organique pour pouvoir toucher aux indemnités des parlementaires.

La ministre du Budget, Valérie Pécresse, qui n’est pas tenue de donner un avis sur une affaire concernant les députés, a précisé que « l’enveloppe des indemnités des députés baissera de 1,6% » en 2012. « Il n’y aura aucune baisse d’aucun revenu » des fonctionnaires en général, les salaires des députés étant alignés sur ceux des fonctionnaires, a-t-elle ajouté.

La diminution de 10% des indemnités, actuellement de 5.200 euros net par mois, représenterait sur un an une économie de cinq millions d’euros. Le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), y était opposé, comme le groupe des députés UMP.

Source: JC JC… via http://actu.orange.fr/

07/11/2011

Turquie: 130 millions d’euros chaque année pour qu’ils intègrent l’Europe…

J’ai reçu ce courrier via un mail et qui me demande de faire suivre… Après mûre réflexion (même pas vrai…), je m’exécute… Ben oui; je trouve horripilant de donner une telle somme chaque année à un pays musulman qui ne rêve qu’à nous envahir pour le faciliter à le faire. C’est le bâton pour se faire battre! C’est vrai qu’en France, nous vivons tant dans le bonheur que c’en est indécent. Fillon va nous le rappeler ce lundi…

Et un petit bonus:

FDF

.

Madame, Monsieur,

Le 24 octobre, Richard MALLIÉ, Claude BODIN et plus d’une cinquantaine de députés ont déposé deux amendements au projet de loi de finances 2012 afin de supprimer les 130 millions d’euros accordés à la Turquie en vue de l’adhésion à l’UE !

Chaque année, la France verse à la Turquie près de 130 millions d’euros en vue de son adhésion, soit près de 900 millions d’euros sur sept ans (2007-2013) !   > Voir la vidéo de l’intervention de Richard Mallié et lire l’article

Richard Mallié est le Président du Groupe des parlementaires hostiles à l’adhésion de la Turquie à l’Europe. Dès octobre 2005, Richard Mallié a lancé « l’appel des 43 » pour demander au Président Jacques Chirac de refuser l’ouverture des négociation de l’Europe avec la Turquie

 

Par ailleurs, soutien de la cause arménienne de longue date, Richard MALLIÉ a adressé un courrier au Président du Sénat, Jean-Pierre BEL, dans lequel il lui demande d’inscrire expressément à l’ordre du jour la proposition de loi relative à la pénalisation de la négation du génocide arménien. > lire l’article

Les dossiers de Richard Mallié :

>  » Non à la Turquie dans l’Europe«      >  » Turquie, toutes les vérités sont bonnes à dire ! »    > Génocide Arménien et cause arménienne   

Bien cordialement

*********************************

Pour signer, c’est ici:

http://www.depute-mallie.com/

30/09/2010

Rigueur: le budget 2011 sera irrémédiablement la chute dans l’abîme…

Il n’y a déjà plus beaucoup de jus à tirer…

.

« ON » nous annonce un budget 2011 de « rigueur ». La rigueur, cela fait déjà plusieurs années qu’on la subit. On croyait avoir atteint le maximum en la matière. Ben non. Comme beaucoup (trop) de français, on va devoir se serrer encore plus la ceinture. Mais le problème est que nos ceintures n’ont plus de trous. Ca m’étonnerait que nous tenions encore longtemps… Et ça n’attendra pas 2012…

FDF

.

Budget 2011, les Français (de nouveau) matraqués !


Qualifié de «courageux et déterminé » par Christine Lagarde,  le projet de Budget 2011 concocté  par le  ministre de l’Economie, et François Baroin, ministre du Budget sera examiné demain par  l’Assemblée nationale. L’objectif annoncé est de réaliser 10 milliards d’économie sur les fameuses  niches fiscales,  2 milliards sur la taxation des banques, et de réduire le déficit public du PIB de 8 à 6% à l’échéance 2012. Le 3 juin dernier, M. Fillon promettait « seulement » un coup de rabot de l’ordre de 5 milliards avant que M. Baroin ne double la mise. Ce sont d’ores et déjà  entre 50 et 55 milliards d’euros qui sont pris chaque année dans les poches de nos compatriotes.

Malgré les faiblardes dénégations du gouvernement, ce projet  touchera  très  durement les classes moyennes. La seule baisse de dépense envisagée par le gouvernement, qui s’abrite pour se faire derrière le « Rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques » de la Cour des Comptes,  consiste donc en une augmentation des impôts…jugée inenvisageable, inacceptable et contraire à « sa philosophie » par le candidat Sarkozy en 2007…

Le mari de Carla Bruni   a tenu  il est vrai, partiellement sa promesse  pour les hauts revenus, qui verront une  hausse du taux d’imposition de 40… à 41%, dans le cadre de la réforme des retraites… laquelle n’entrera pas en compte dans le calcul du bouclier fiscal. Le chef de l’Etat garde également certainement toute la considération  du  néo-sarkozyste Bernard Tapie auquel l’Etat UMP, via le Trésor public, devrait remettre 210 millions d’euros dans le cadre du règlement de l’affaire Adidas.

Les autres Français vont eux, sérieusement trinquer…En clair, d’ici 2012, au titre de l’impôt sur le revenu, les feuilles d’imposition de la  grande masse des foyers fiscaux  français vont être grevées de 20 à 25 % supplémentaires, soit  10 milliards d’euros de plus  en 2011, auxquels s’ajouteront encore   2,5 milliards prévus dès maintenant  pour 2012.

Les « efforts »  demandés aux ménages représentent 40 % des alourdissements souhaités par Mme Lagarde et M. Baroin  les 60 % restants provenant des entreprises.

Au nombre des efforts en question, certaines niches dans les assurances sur les complémentaires santé et l’assurance vie vont être supprimées ;  la TVA à 5,5 % portant sur la moitié de la note pour les offres alliant télévision, téléphonie et Internet (« triple play ») va disparaître pour être portée à 19, 6%, augmentation qui sera bien évidemment répercutée par les opérateurs sur leurs clients ; le taux de remboursement des médicaments « à service médical modéré » baissera de 35 à 30 % ; le crédit d’impôts sur les intérêts d’emprunts immobiliers sera supprimé ainsi notamment que l’avantage fiscal pour les jeunes mariés.

A ce sujet et pour couper court aux protestations qui se sont élevées face à cette dernière mesure, M. Baroin a tranché avec une sécheresse toute technocratique :  « un acquis fiscal, ce n’est pas un acquis social et ce n’est pas un élément de la politique familiale »…quelle « politique familiale » ?

Pour le reste c’est le flou le plus complet qui règne dans les allées du pouvoir, le gouvernement s’avérant tout bonnement incapable de dresser, poste de dépense par poste de dépense, la liste des économies à réaliser.  Il est vrai que  pressurer une nouvelle fois  le contribuable est une solution de facilité et évite de s’attaquer vraiment à la résorption de notre colossale dette publique…

Des économies, il y a en a pourtant d’évidentes, d’indispensables, de nécessaires à réaliser. Indiquons en  au moins  une : les 30,4 milliards d’euros que coûtent chaque année aux Français  l’immigration, selon les calculs de Jean-Paul Gourevitch… –voir notre article en date du 8 avril- soit  environ 60% du total des impôts sur le revenu  prélevés annuellement à nos compatriotes .

source : gollnisch.com

29/09/2010

QUI A DIT QUE DANS NOTRE DEVISE REPUBLICAINE, IL Y AVAIT LE MOT « EGALITE » ?

Des vérités à faire circuler…et sans doute certaines actions à mener; Les petites gouttes d’eau ne font- elles pas les grandes rivières?


A l’aube d’une période d’austérité et d’un plan de rigueur pour la France, il peut être intéressant de connaître la liste (non  exhaustive tirée du « Nouvel Observateur » n° 2359 du 21 Janvier 2010) des personnalités qui ont fui fiscalement le pays pour s’installer en Suisse, ou dans un autre paradis fiscal. S’ils l’ont fait en toute légalité (achat d’une résidence en Suisse, séjour inférieur à 6 mois sur le sol français), il est par contre inadmissible que certains d’entre eux continuent à s’immiscer dans la vie politique française, en participant activement aux campagnes électorales, pour soutenir tel ou tel candidat, ou pire, en étant officiellement investi par l’Etat pour représenter la France à l’étranger, comme c’est le cas actuellement pour Alain Delon qui est le parrain officiel du pavillon français à l’exposition  universelle de Shanghai.


Parmi les plus actifs dans ce domaine, il y a donc Alain Delon, mais aussi Johnny Hallyday (le premier résidant à Genève depuis 1999 et le second à Gstaad depuis 2006), sans oublier Charles Aznavour (résidant à Genève), Patricia Kaas, Emmanuelle Béart, Daniel Auteuil, Marc Levy et Michel Houellebecq.
Parmi les sportifs on peut citer Alain Prost, Jean Alesi, Richard Virenque, et les tennismen Guy Forget,Richard Gasquet, Henri LeconteAmélie Mauresmo, Gaël Monfils, Cédric Pioline, et Jo-Wilfried Tsonga qui payent tous leurs impôts en Suisse. Moins étonnant, mais encore plus scandaleux, des personnalités des affaires qui exercent actuellement (ou ont exercé récemment) un  pouvoir politique économique ou financier en France, parmi eux : Antoine  Zacharias(Vinci), Claude Berda (AB groupe, TF1), Daniel Hechter (couturier) et Jean-Louis David (salons de coiffure, cosmétiques). Mais aussi des rentiers et des héritiers, dont les fortunes ont été créées en  France, avec la participation de centaines de milliers d’ouvriers français: Eric Peugeot, Jean Taittinger (PDG de la société du Louvre, ancien ministre de la justice et député de la Marne), Philippe Hersant (patron de presse du Groupe Hersant), Corinne Bouygues (héritière de la fortuneBouygues), les familles Defforey (Carrefour), Mulliez (Auchan) et  Halley (Promodès), tous résidant à Genève ou aux environs.

Si ces gens n’aiment pas (fiscalement) la France, qu’’ils la quittent et qu’’ils l’oublient, et surtout qu’’ils n’en profitent pas quand ils en ont besoin (comme par exemple pour venir s’y faire soigner).

A tous les Français qui vont se serrer la ceinture dans un proche avenir, nous proposons de boycotter les concerts, les disques et les livres de tous ceux qui ne participeront pas à l’effort de solidarité nationale et aux médias, nous demandons de ne plus offrir de
tribunes télévisées (pour la promotion de films et de disques) aux artistes concernés et de ne plus faire de sponsoring aux sportifs exilés.
Aux députés nous demandons d’instaurer une loi pour qu’’il ne soit plus possible pour un évadé fiscal de venir se faire soigner en France (dans un hôpital public) ni de représenter officiellement la France à l’étranger.


Si vous pensez que ce message est légitime, faites–le circuler. Il aura peut-être le pouvoir de ramener certains de ces égarés fiscaux à revoir leur position.