Francaisdefrance's Blog

20/02/2012

Les cas Lies Hebbadj: précisions.

Photo pillée au Bloc Identitaire…

Il ne faut pas lâcher cette affaire qui a un relent très âcre et nauséabond… Le beurre et l’argent du beurre…

L’épicier multidélinquant de Nantes ne doit pas nous provoquer sans cesse…
FDF

.

Le juge d’instruction a rendu une ordonnance de non-lieu concernant la principale fraude aux allocations familiales reprochée à l’épicier nantais. Le parquet a fait appel.

La grosse artillerie pénale sortie dans ce qui est devenu l’affaire Lies Hebbadj était-elle justifiée ? La question mérite d’être posée à la lueur de l’ordonnance de renvoi qui a été rendue mardi. Le juge d’instruction a décidé que cet épicier de 35 ans devait être jugé par le tribunal correctionnel de Nantes notamment pour travail illégal, non remise de bulletins de salaire et fraude aux aides sociales pour… quelque 3 000 €. « Tout ça pour ça. L’ affaire Lies Hebbadj n’aurait jamais dû exister », martèle Loïc Bourgeois, son avocat. L’homme avait été rendu célèbre par le ministre de l’Intérieur qui l’avait publiquement soupçonné de fraude et de polygamie. Il l’avait aussi menacé de le déchoir de sa nationalité.

« Celui qu’on avait présenté comme un escroc de grand vol s’avère être un petit entrepreneur local comme on en voit tous les jours devant le tribunal correctionnel pour des petites infractions sur le travail », commente son avocat qui fait allusion entre autres à un défaut de déclaration à l’Urssaf de quatre salariés, une absence de bulletins de salaire pour cinq autres et des heures de travail minorées. Et pour le reste ? La fraude aux allocations familiales retenue par le juge est réduite à peau de chagrin. Il soupçonne Lies Hebbadj et l’une de ses compagnes d’avoir touché des aides durant quelques mois alors qu’ils étaient absents du territoire pour un montant de 3 426 €.

« Cela n’aurait jamais dû aller au pénal ». Le juge a rendu un non-lieu concernant la principale fraude pour un montant de 90 000 € qui correspond à l’allocation de parent isolé versé à deux compagnes de Lies Hebbadj, lesquelles vivent dans des domiciles séparés et seules. Faute de domicile commun, le juge a décidé ne pas poursuivre, suivant ainsi le raisonnement de deux responsables de la CAF, laquelle caisse n’a d’ailleurs jamais déposé plainte.

Source: Facebook

21/11/2011

Amendes pour deux femmes voilées de l’homme au torchon !

Jugement de complaisance à Nantes pour les deux femmes voilées de Liès Hebbadj (l’homme au torchon) qui ont écopé chacune d’une amende de 140 euros pour port du voile sur la voile publique. Même leur provocation (elles s’étaient rendues au tribunal voilées, et n’ont donc pas pu rentrer…) n’a pas ému plus que ça les magistrats qui, ma foi, n’ont fait qu’appliquer la loi.

Avec ses escroqueries de plusieurs dizaines de milliers d’euros, le beau Liés n’aura aucun mal à payer ces amendes. Mais il est capable de faire appel, cet individu, rien que pour le plaisir de provoquer un peu plus…

Hebbadj: il faut te sauver, mon pote, avant que tu ne tombes sur un « os ». Tu te crois intouchable. Regarde derrière toi, désormais, c’est plus sûr… Tes provocations ne t’on pas fait que des amis. Et si la justice ne te peux rien, d’autres sont prêts à te calmer et à t’aider à rejoindre sagement ton bled, toi et tes « ispices di connasses »… Tu es devenu un problème que l’on saura régler rapidement.
Tu es chez nous en France, et tu te défends au nom de l’islam? Mais ce n’est pas l’islam qui commande, en France. Et ça ne le sera JAMAIS !
FDF
.

L’épouse et une compagne de Liès Hebbadj ont été condamnées lundi en leur absence à 140 euros d’amende pour avoir porté un voile intégral dans la rue en octobre dernier à Rezé (Loire-Atlantique), près de Nantes.

Les deux femmes se sont présentées au Palais de justice mais, refusant d’enlever leur voile intégral pour entrer dans ce bâtiment public, les policiers leur en ont refusé l’accès.

Elles ont été condamnées en vertu de la loi du 11 octobre 2010, qui interdit la dissimulation du visage sur l’espace public, et qui avait été adoptée après que leur compagnon eut décidé de médiatiser la contravention d’une troisième compagne verbalisée en avril pour avoir conduit voilée de son niqab.

« La France est le seul pays au monde à avoir mis une amende pour burqa au volant, le seul pays démocratique qui interdit la burqa dehors », a dit (faussement) Liès Hebbadj aux journalistes, avant de se présenter seul à l’audience en vertu d’un mandat de son épouse.

« L’islam a toujours existé, il existera toujours« , a ajouté ce commerçant de 36 ans. « La laïcité, elle, existe depuis 1905. Cela fait un peu plus d’un siècle, cela ne fait pas longtemps. »

L’homme, par ailleurs mis en examen dans deux autres affaires pour « fraude aux prestations sociales » et « viol aggravé » sur une ex-compagne, était accompagné de quatre sympathisants, qui ont déployé des banderoles autour de lui et ont scandé des cris de soutien.

« Jusque-là, on n’a rien dit et on a baissé la tête », a dit Abou Hamza, l’un d’entre eux. « Maintenant, il faut se réveiller et se défendre. On n’appelle pas au terrorisme parce que les bombes dans un pays comme celui-là, ce serait rajouter un peu plus de calamité et d’infamie à notre encontre. Nous, on appelle à l’auto-défense, à la légitime défense« .

Source: http://www.lepoint.fr/

19/11/2011

Quatre femmes, 17 enfants et 175.000 euros de prestations sociales en trois ans… C’est…

…Le « beau Lies »

.

Plus connu sous le nom de l’homme au torchon… Il se fait encore de la publicité, cet abruti: deux de ses « ispice di counasses »  passent au tribunal où elle encourront une amende de 150 euros! C’est honteux, c’est mettre les gens dans la misère!

Un tuyau au « beau » Lies: va voir une assistante sociale, mon frère; elle devrait pouvoir s’arranger pour payer les amendes (si amendes il y a…).

Sinon, fait un appel aux dons.

FDF

.

LISEZ L’ARTICLE CI-DESSOUS ET VOUS VERREZ QU’ILS N’ONT PAS VOULU D’UNE PROCÉDURE SIMPLIFIÉE  AU PROFIT D’UN PROCES  EN BONNE ET DÛE FORME. Ainsi leurs frères de FORSANE ALIZZA  peuvent organiser une manif  de victimisation, devant ce qu’ils nomment « le TRIBUNAL DE L’INJUSTICE »

L’épouse de Liès Hebbadj et l’une de ses trois compagnes passeront devant un tribunal le 21 novembre 2011

Elles ont reçu leur convocation ce lundi. L’épouse de Liès Hebbadj et l’une de ses trois compagnes seront jugées le 21 novembre par le tribunal de police de Nantes, a indiqué à 20 Minutes le procureur de la République Xavier Ronsin, pour avoir enfreint la nouvelle loi qui interdit «la dissimulation du visage sur l’espace public».

Les deux femmes, qui encourent une amende de 150 euros, avaient été contrôlées jeudi dernier par des policiers dans la rue alors qu’elles étaient voilées de leur niqab. Le contrôle avait été mené suite à un courrier du maire (PS) de Rezé au préfet : entrées voilées dans l’école de leurs enfants dans le quartier Ragon, elles avaient provoqué «un vif conflit avec des familles appartenant à la communauté des gens du voyage», d’après Gilles Retière.

Contestation «du principe de la contravention»

L’épouse et la compagne de Liès Hebbadj – un temps menacé d’être déchu de sa nationalité française par l’ex-ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux en raison de sa «polygamie» – ont refusé de solder le litige par une simple ordonnance pénale.

Le dispositif, utilisé pour les délits mineurs, permet habituellement de faire l’économie d’un procès. «Elles reconnaissent les faits, mais contestent le principe de la contravention», explique Xavier Ronsin, procureur de la République de Nantes.

Source: http://www.20minutes.fr/

13/10/2011

« Profond », Lies Hebbadj, « profond »…

Ca au moins, ça fait plaisir. Bravo à Maître Pollono pour cette décision qui va en direction de NOTRE République et de NOS lois. Et ça va rabattre le caquet à ce méprisable Lies Hebbadj et son harem. Ce dernier va commencer à comprendre que bafouer nos lois comporte des risques… Il commençait à énerver grave les vrais Français patriotes, aussi. Tout à une fin, mon pote. « Indésirable de la République« , ce n’est pas un métier.

FDF

.

Demande à Allah un coup de main, Lies…

.

En décembre 2010, Me Jean-Michel Pollono avait obtenu la relaxe de Sandrine Moulères, l’une des compagnes de Lies Hebbadj, verbalisée pour avoir conduit vêtue d’un niqab. Jeudi dernier, la jeune femme a sollicité l’avocat à nouveau : la femme de son compagnon et une autre de ses concubines venaient d’être contrôlées pour port du niqab à l’entrée de l’école de leur quartier, à Rezé, au sud de Nantes.

Toutes deux ont finalement été convoquées le 21 novembre devant le tribunal de police.

Après mûres réflexions, Maître Pollono a annoncé ce mercredi après-midi, au palais de justice de Nantes, qu’il refusait de les défendre. Question de cohérence, a-t-il indiqué : il est monté au créneau aux côtés de Sandrine Moulères pour défendre le libre exercice des cultes inscrit dans la loi de 1905. C’est au nom de ces mêmes principes, justement, qu’il dit ne pas pouvoir défendre le port du niqab à l’intérieur d’une école… publique et laïque.

Source et interview de Maître Pollono  : http://tinyurl.com/3s54xpm

10/10/2011

Nantes: Lies Hebbadj récidive…

On croyait ce con renvoyé dans son enfer. Il n’en n’est rien. Il est toujours là, malgré les faits qui lui sont reprochés et il continue à nous narguer. La Justice va t elle agir ou attendons nous un dénouement « spectaculaire » organisé par ceux qu’il provoque? C’est à dire nous: les vrais Français… Inutile de préciser que s’il le faut, je suis partant…

FDF

.

L’indésirable sévit toujours…

.

Provocation: à Nantes, les compagnes de Lies Hebbadj portent à nouveau le niqab !!!

L’épicier nantais Lies Hebbadj fait à nouveau parler de lui. Son épouse et l’une de ses compagnes narguent depuis quelques jours les autorités en portant le voile intégral sur la voie publique et provoquant des incidents. Gilles Retière, le maire de la commune de Rezé, au sud de l’agglomération nantaise, a écrit le 5 octobre au préfet de Loire-Atlantique pour lui signaler des faits de violation de la loi du 11 octobre 2010 qui interdit la dissimulation du visage sur la voie publique.

Lies Hebbadj avait attiré les médias en défendant en avril 2010 une autre de ses concubines, Sandrine Moulheres, qui contestait une contravention de 22€ pour port du niqab au volant. Cette affaire avait provoqué la création d’une commission parlementaire dont les travaux avaient abouti à l’adoption de la loi d’interdiction du niqab sur la voie publique.  «Je ne sais pas si mes clientes seront poursuivies, mais en l’occurrence, on ne peut pas contester la matérialité des faits et il semblerait bien que ce soit une démarche volontaire», reconnaît l’avocat de l’épouse de Lies Hebbadj, Me  Jean-Michel Pollono.

L’épouse de Lies Hebbadj ainsi qu’une autre femme se seraient présentées à plusieurs reprises à la sortie de l’école de leurs enfants le visage dissimulé et les mains gantées. Fin septembre, leur présence serait à l’origine d’incidents avec d’autres parents. Le conflit aurait provoqué une «échauffourée devant les enfants», a précisé Gilles Retière qui dénonce une provocation. «Un affrontement est recherché», commente le maire socialiste de Rezé.

Source: http://www.la-croix.com/

22/09/2010

Liès Hebbadj a tapé dans la caisse… Les muzz de Rezé pleurent leur projet…

Eh ben ça leur apprendra à faire confiance de la pire crapule que l’année 2010 a connu… Faut dire merci à Hebbadj, les gars. Nous, il y a longtemps que l’on s’en méfiait comme de la peste. Ils vous a bien… niqué, on va dire…

FDF

.

Rezé. L’affaire Liès Hebbadj a emporté les projets de mosquée, la communauté cherche une salle

« Besoin d’un lieu de culte »

  • Au printemps, Abdel collectait des fonds sur les marchés pour construire une mosquée à Rezé. Archives EV

    Au printemps, Abdel collectait des fonds sur les marchés pour construire une mosquée à Rezé. Archives EV

Liès Hebbadj est retourné en garde à vue hier. À Rezé, son association culturelle n’existe plus. Les besoins restent.

Retour au commissariat, hier, pour Liès Hebbadj. Il est visé par une plainte du trésorier de l’Association culturelle musulmane de Rezé (ACMR). Les enquêteurs l’interrogent sur des retraits d’argent (lire page 9).Liès Hebbadj présidait cette association, et ambitionnait avec une dizaine de personnes la construction d’une mosquée à Rezé. « Le projet n’est pas abandonné, assure Abdel, qui collectait des fonds. On attend que la pression retombe. Nous devons dissoudre l’association et tout recommencer sans Liès Hebbadj. Plus que jamais, les musulmans rezéens ont besoin d’une mosquée. »

À la mairie, Gilles Retière temporise. « Je reste favorable à une mosquée, soutenait le maire aux premiers jours de l’affaire Hebbadj. Mais je suis laïc. Ce n’est pas à la municipalité de fournir un terrain, encore moins de participer au financement. »

Le message est passé dans la communauté. « La construction d’une mosquée n’est pas une priorité, convient Noureddine Cherkaoui, de l’Association des musulmans du Sud-Loire. Mais nous avons besoin d’un lieu de culte à Rezé. Nous allons aux mosquées de Malakoff, Preux, Nantes-Nord, quand nous le pouvons. *Le plus souvent, on prie chez nous. »

« Nous cherchons une petite salle : une cinquantaine de places. Nous pouvons louer quelque chose de modeste. Cela nous permettrait de prier chaque jour dans de bonnes conditions, avec un espace de rencontres et d’échange », invite Noureddine Cherkaoui.

Une réunion est prévue le 1er octobre. « Elle sera ouverte à tous, de toute confession, dans le respect, la tolérance et la sérénité, souligne Noureddine Cherkaoui. Nous sommes près d’une centaine de familles musulmanes à Rezé. La création d’un lieu de culte ne se fera pas sans leur consentement et une large concertation. »

Source: http://tinyurl.com/3yvwzbu


Ah! Ca je reprends: « Le plus souvent, on prie chez nous ». Ben, faut continuer, les gars, vous n’avez pas besoin de mosquées; la preuve. Alors, arrêtez de nous bassiner avec ça. Surtout que ça nous coûte cher à force, à nous, les sous-chiens

FDF