Francaisdefrance's Blog

15/02/2012

20 000 musulmans attaquent une église en Egypte !!!

Des cercueils de victimes coptes…

.

Un truc que l’on ne pourra jamais enlever aux islamistes: la violence… Plus l’intolérance, la christianophobie, l’appel à tuer tout ce qui n’est pas musulman, la torture, la cruauté, la folie sauvage, le meurtre, la pédophilie, la zoophilie, et j’en passe.

A 20 000 contre une église ! Courageux, ces demeurés.

Il est tant de considérer cette idéologie qu’est l’islam comme elle nous le montre tous les jours; et non pas comme une religion d’amour, de paix et de tolérance. Nous en avons des preuves qui tombent de tous côtés. Nous n’avons AUCUN témoignage de leur coté pacifiste; normal, il n’existe pas.

Action dans un premier temps: les décrédibiliser, c’est facile. Et après… on verra.

FDF

.

martamariamzagazig.jpg

Depuis février 2011 le bilan est maintenant porté à 6 églises vandalisées, 2 monastères attaqués, 3 pogroms, des dizaines de filles enlevées. 90 000 coptes ont fui le pays depuis la révolution islamique.

(Assyrian International News Agency) 15.02.2012- traduction Observatoire de l’islamisation

 Une foule de près de 20.000 musulmans radicaux, principalement salafistes, a tenté ce soir de  brûler l’Église de Sainte-Marie et Saint-Abram (photo) dans le village de Meet Bashar, dans la province de Sharqia. Ils réclamaient la mort du révérend Guirgis Gamil, pasteur de l’église, qui a été incapable de quitter sa maison depuis hier. Près de 100 Coptes terrorisés ont cherché refuge à l’intérieur de l’église, tandis que les émeutiers musulmans jettaient des pierres pour tenter de pénétrer dans l’église, afin d »agresser les Coptes et de brûler le bâtiment. Une maison près de l’église copte et la maison du concierge de l’église ont été incendiés, ainsi que trois voitures.

La foule demandait le retour de Rania Khalil Ibrahim, âgée de 15 ans, à son père. Elle se trouve chez la Direction de la sécurité depuis hier. Née chrétienne, Rania s’était « convertie » à l’islam  trois mois après la conversion de son père  il y a deux ans, qui est en charge de sa garde. Elle avait disparu du village  samedi, aprèsêtre partie pour faire du shopping. Selon le révérend Guirgis Gamil, elle avait un désaccord de son père, qui avait arrangé un mariage pour elle avec un homme musulman.

Son père, Khalil Ibrahim, est allé à la police le samedi et a accusé le révérend d’être derrière sa disparition, et a dit qu’elle était allée vivre avec sa mère copte.

Hier une foule de 20.000 salafistes s’est rendue au domicile du prêtre et détruit ses meubles et sa voiture, au milieu de l’église et il jeté des pierres. Ils ont démoli une grande partie de la clôture l’église.Dans la soirée, les forces de sécurité ont annoncé qu’ils avaient trouvé Rania au Caire et qu’elle n’avait pas été enlevée par des chrétiens; elle a été amenée au poste de police dans Meet Bachar.

« Après avoir entendu ces nouvelles, hier tout le monde était soulagé« , a déclaré copte militante Waguih Jacob. « Toutefois, les Coptes constaté que les musulmans ne se sont pas dispersés complètement, mais étaient en vol stationnaire dans toutes les rues. » La sécurité quelques forcé qui étaient stationnés en face de l’église ont été rejetées comme le village semblait revenir à la paix.

voir tous nos articles sur l’Egypte.

Source: http://www.islamisation.fr/

31/01/2012

Les sauvages des révolutions arabes…

En Egypte, on viole en hommage à la révolution. Des blondes, surtout.

Et on tue; certainement…

FDF

.

http://youtu.be/ISMLYXRA5dI

Viols de femmes sur la place Tahrir pour « fêter » la révolution islamique

(Censure des médias français aux ordres…).

Cette étrangère à la chevelure blonde a été sauvagement agressée pendant 10 minutes sur place Tahrir le 25 janvier lors d’une manifestation marquant le 1er anniversaire de la chute du régime Moubarak. Elle a quitté les lieux dans une ambulance. Quelques heures plus tôt, trois autres femmes avaient été agressées de la même manière : 

Source : Woman tells of having pants ripped off, assaulted and prodded in Egypt’s Tahrir Square, Bikyamasr, 26 janvier 2012. Traduction par Poste de veille

« Heather, une arabo-américaine, ne sait toujours pas comment elle est rentrée chez elle mercredi soir après être allée sur la place Tahrir en Égypte.

Elle s’est retrouvée dans son appartement du Caire sans son pantalon, qui lui avait été arraché au centre-ville. Elle et ses deux colocataires ont été attaquées par la foule mercredi sur la place emblématique pendant une manifestation contre la junte militaire.

Heather, qui habite dans la capitale égyptienne, a relaté qu’elle s’était rendue sur la place Tahrir avec ses colocataires suédoise et espagnole alors que des milliers de personnes s’y trouvaient pour marquer le premier anniversaire de l’éviction de l’ancien président Hosni Moubarak. «Ils ont commencé à se battre pour savoir qui ferait quoi», a-t-elle dit à Bikyamasr.com dans une interview exclusive. Elle s’est exprimée après avoir vu le reportage sur une étrangère qui avait été déshabillée et agressée à peine quelques heures après elle.

«Moi et mes colocataires sommes tombées par terre quand ils nous ont attaquées. Les gens ont arraché mon pantalon pendant que je hurlais et me débattais», a-t-elle poursuivi. L’incident est survenu vers 19 h 30 heure locale, à la tombée de la nuit, «au centre de Tahrir». Elle a dit qu’après lui avoir enlevé son pantalon, les hommes ont continué de tripoter les femmes. «C’est dégoûtant. Ils ont mis leurs doigts dans mon cul», a-t-elle révélé. Heureusement, elles ont été secourues par un homme et une femme et emmenées dans un endroit sûr. Elle a dit qu’elle ne se rappelle pas exactement comment elle a été sauvée de l’attaque violente. «Je tremblais et je pleurais et l’homme et la femme m’ont agrippée et ils nous ont sorties de Tahrir».

Plus tard dans la soirée, la question de la violence sexuelle envers les femmes a refait surface après qu’un témoin a rapporté sur Twitter qu’une femme étrangère avait été déshabillée, tripotée et agressée par une foule d’hommes sur place Tahrir. La femme, dont l’identité n’a pas été révélée, a été emmenée dans une ambulance après avoir été agressée pendant 10 minutes. Son mari a été témoin de l’incident et aurait été incapable d’intervenir. «J’ai vu la femme, puis des dizaines d’hommes l’ont entourée et se sont emparés d’elle, et quand elle a appelé à l’aide des gens sont venus mais ils ont été frappés au visage», a écrit le témoin.

Ce qui s’est ensuite passé est «épouvantable», a relaté le témoin  digne de confiance, qui a demandé à garder l’anonymat : «Les hommes ont commencé à déchirer ses vêtements et à la toucher partout. Quand elle résistait, ils la poussaient. C’était le chaos». Des rapports non confirmés affirment que des hommes l’ont «violée» avec leurs mains. On ne connaît pas pour l’instant la nationalité de cette femme. […]

Source: http://www.islamisation.fr/

31/12/2011

Lieux culturels et cultuels, qu’ils nous disent…

Ne vous faites pas d’illusions; c’est pareil chez nous… Preuve en est qu’à ma connaissance jamais un sous-chien n’a été invité à une « prière » dans une mosquée. Mais certains ont du le faire en douce.

Et dans les écoles coraniques, c’est la même chose…

FDF

Une tronche pareille ne peut pas prêcher l’amour, la paix et la tolérance…

.

.


mosques us

Le magazine Perspectives on Terrorism a récemment rendu publique une étude sur la propension des mosquées américaines à encourager l’étude de textes islamiques qui encouragent le recours à la violence pour atteindre des objectifs politiques. L’étude s’intitule :

Sharia Adherence Mosque Survey: Correlations between Sharia Adherence and Violent Dogma in U.S. Mosques (Enquête sur l’adhésion à la charia dans les mosquées : Corrélations entre l’adhésion à la charia et la propagation d’une doctrine violente dans les mosquées des États-Unis).

L’étude portait sur 100 mosquées choisies de façon aléatoire sur le territoire américain. Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

  1. 80% des mosquées visitées fournissent à ceux qui les fréquentent de la littérature pro-jihad encourageant le recours à la violence extrême (Qutb et Maududi) ou « modérée » (Ibn Khatir) contre les non-musulmans. Qutb, Maududi et Ibn Kathir font partie des auteurs endossés par les Frères Musulmans;
  2. 51% des mosquées diffusent la littérature d’auteurs comme Maududi et Sayyid Qutb qui promouvaient la révolution islamique;
  3. Les imams opérant dans ces mosquées promeuvent ce type de littérature;
  4. Il existe une corrélation entre la propension de ceux qui fréquentent les mosquées à se conformer aux pratiques recommandées par la charia et le niveau de violence de la littérature disponible dans les mosquées qu’ils fréquentent.

Pour les fins de l’étude, différentes pratiques furent examinées pour déterminer l’adhésion de ceux qui fréquentent une mosquée particulière à la charia.

Lors de la prière

  1. Ségrégation des sexes;
  2. L’imam ou un leader s’assure de l’alignement des participants en lignes compactes et droites.

Description de celui qui dirige la prière

  1. Port de la barbe;
  2. Port d’un couvre-chef traditionnel;
  3. Port de vêtements traditionnels (non-occidentaux) avec des pantalons qui remontent au-dessus des chevilles;
  4. Port de la montre au poignet droit.

Description des participants:

Le port de la barbe, celui du couvre-chef et de vêtements traditionnels ont également été observés chez les participants;

Dans les mosquées où les femmes étaient présentes à la prière (65%), les observateurs notèrent si elles portaient un hijab moderne ou non (une partie de la chevelure est visible dans le premier cas).

Une version préliminaire de l’étude a été publiée par le Middle East Forum à l’été 2011.

La dernière version de l’étude est disponible sur le site Perspectives on Terrorism.

Profils de sept livres recommandés par les islamistes

Les responsables de l’enquête sur la propagation de textes violents dans les mosquées ont produit de courts profils pour sept des livres dont ils cherchaient à déterminer la disponibilité dans les mosquées qu’ils ont visitées. Les profils des livres et leur contenu sont accessibles en version anglaise en cliquant sur les hyperliens suivants :

  1. Riyad-us Saliheen Yahiya ibn Sharaf al-Nawawi (1234-1278);
  2. Jihad in Islam Sayyid Abul Ala Maududi (1903-1979);
  3. Umdat al-Salik (Reliance of the Traveller) – Ahmad ibn an-Naqib al-Misri (1302–1367);
  4. Tafhim al-Qur’an (The Meaning of the Qur’an) – Sayyid Abul Ala Maududi (1903-1979);
  5. Fiqh-us-Sunnah (The Book on Acts of Worship) – Sayyid Saabiq (????-2000);
  6. Tafsir – Ismail Ibn Kathir (1301-1373);
  7. Ma’alim fi’l-Tariq (Milestones) – Sayyid Qutb (1906-1966).

La mosquée, un centre de la révolution islamique

Dans un essai consacré aux origines intellectuelles du renouveau musulman du XXe siècle, Ibrahim Abu-Rabi, un intellectuel des Frères Musulmans basé en Amérique du Nord, rapporta qu’il revenait à Hassan al-Banna, le fondateur de l’organisation islamiste, d’avoir modifié le rôle de la mosquée :

(Traduction PdeB) «(Hassan) al-Banna consacra un zèle incessant à organiser son mouvement, modifiant radicalement certaines pratiques et certains concepts-clés. Un des changements qu’al-Banna chercha à apporter fut de faire passer le statut de la mosquée d’un endroit statique de culte à un centre de la révolution islamique.»

Ibrahim Abu-Rabi, Intellectual origins of Islamic resurgence in the modern Arab world (Les origines intellectuelles du renouveau islamique dans le monde arabe moderne), State University of New York Press, Albany, pp. 76-77 Google Books

Jusqu’à son récent décès, Ibrahim Abu-Rabi dirigeait la Chaire d’Études islamiques à l’Université de l’Alberta (Edmonton). Point de Bascule a produit un profil d’Abu-Rabi.

La conclusion de l’étude de Perspectives on Terrorism confirme que la transformation des mosquées en centres de révolution islamique telle que promue par Hassan al-Banna est bel et bien en voie de réalisation.

Source: Point de Bascule