Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

La supercherie de l’islamisme « modéré »… Certains en ont pris conscience.

Photo d’illustration

.

Beaucoup d’entre nous le pensent, le disent et sont « punis » pour ça…

Mais quand c’est un journal comme El Watan qui informe sur le sujet…

Nos idées concernant l’islam se renforcent. Vous pouvez devez faire suivre.

FDF

.

L’islamisme «modéré», une supercherie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

« Après d’autres contrées du monde, le vent du changement souffle sur notre région (tunisie) en emportant d’inamovibles despotes.

Mais, au final, les fruits furent cueillis par des malins, tapis dans l’ombre, spoliant les vrais acteurs des révoltes. Pour nous faire avaler la pilule, les bénéficiaires se présentent comme des islamistes «modérés» : l’issue de la  «Révolution du jasmin» est bien déroutante.Alors qu’au début de l’année 2011 le soulèvement des Tunisiens fut salué avec enthousiasme, aujourd’hui on est en droit de se poser quelques questions.

– Existe-t-il un islamisme «modéré» comparé à l’intégrisme salafiste ?
– L’islamisme est-il l’inévitable successeur des régimes autocratiques musulmans ?
– La théocratie est-elle compatible avec la démocratie ?

Le Printemps des peuples arabisés d’Afrique du Nord semble tourner en un rude hiver islamiste, à l’image de celui en vigueur dans les monarchies arabes du Golfe. Néanmoins, dès leur victoire, les heureux gagnants s’efforcent de montrer des visages apaisants, en jurant de respecter le jeu démocratique. Pour se donner bonne conscience, ils se comparent aux démocrates-chrétiens, en ayant comme mentor le Premier ministre turc. Mais ces promesses peuvent n’être que des ruses de guerre.
En effet, les islamistes tunisiens font profil bas, car ne disposant pas de rente pétrolière, ils sont minoritaires (41%) et dépourvus d’expérience dans la gestion d’un Etat, tandis que la durée du mandat à l’Assemblée constituante est limitée à un an. L’attitude de M. Ghannouchi est semblable à celle d’un loup caché sous la peau d’une brebis ayant emprunté le train de la Révolution en compagnie de deux naïfs agneaux. Le temps révélera qui aura dévoré l’autre, mais cela concerne le peuple tunisien.

Les sociaux-démocrates vivent sous des lois garantissant la séparation de la religion de la politique. Leur doctrine s’inspire peut-être de l’esprit du christianisme, mais pas de la lettre : aucun d’entre eux ne commence son discours par la formule rituelle  «Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit». Alors que le moindre speech des adeptes de l’islamisme politique débute par la formule : «Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux». A croire que ces individus représentaient Dieu et non leur parti ou que leur prose politicienne était des versets du Saint Coran. Quant au parti turc, l’AKP, il n’est pas encore un parti islamiste intégriste pour plusieurs raisons, entre autres le poids de l’armée qui l’a dissous à plusieurs reprises, la Constitution qui exige les 2/3 des voix pour être modifiée, les traditions héritées d’Atatürk, la demande d’adhésion à l’Union européenne.

Une fois ces obstacles surmontés (y compris le refus de l’UE), ce parti montrera son vrai visage en réactivant l’Empire islamiste ottoman. Ce rôle de leadership est déjà visible dans l’attitude de ces dirigeants envers les changements qui s’opèrent dans la région et même dans le conflit qui les oppose à la France, en devenant les «tuteurs» de l’Algérie (comme au temps des janissaires). L’islamisme «modéré» semble être une posture, en attendant la réunion des conditions pour l’application intégrale de la charia. Mais cette doctrine est-elle inévitable après l’écroulement des dictatures ?

En cas d’élections démocratiques dans nos pays, une bonne partie de la population opte pour un régime théocratique. Cela s’est vérifié en Algérie en 1990 et 1991 et confirmé récemment dans les pays voisins. En fait, c’est l’autoritarisme qui enfante l’islamisme, car tout débat politique contradictoire est proscrit. Seuls les prêches religieux sont permis et même encouragés lorsqu’ils servent le régime en place. Les adeptes de l’islamisme politique optent pour des associations religieuses pour créer leurs réseaux de relations et défendre discrètement leurs idées en attendant des jours meilleurs.

A l’ouverture du champ politique, ils sont prêts à créer leur parti en profitant de la logistique et de l’expérience associative, alors que la majorité de la population est prête à recevoir le discours religieux, auquel elle était déjà habituée. En revanche, «démocratie», «droits de l’homme», «justice sociale»,  «lutte des classes», etc. sont des termes étrangers, car ne faisant pas partie du vécu des populations ; le politicien auteur de ces propos sera perçu comme un être corrompu par l’Occident, alors que celui qui emploie un discours religieux aura un cachet d’authenticité et une respectabilité due aux personnes qui citent les textes sacrés. En cas de vote, le choix est vite fait…

A première vue, tout plaide pour les partis islamistes, mais en approfondissant le sujet, des insuffisances apparaissent :

1. Perversion de la religion qui est extirpée du domaine du désintéressement et du sacré et qui sera exposée dans le souk profane de la lutte pour le «koursi» (fauteuil). L’islamisme politique banalise l’Islam en le réduisant aux seules apparences : habillement, barbe, pastille sur le front, langage, etc. Cette pratique superficielle n’arrive même pas au premier palier de notre religion définie ainsi par les sages du soufisme : «Islam» (soumission à Dieu, le second étant la «Foi» et le dernier l’«Excellence»).

2. Sclérose de l’individu par l’inquisition religieuse qui l’empêche de s’épanouir en développant sa propre personnalité afin d’atteindre le stade de l’«Individuation», définie par le psychanalyste C. G. Jung (l’équivalent de l’«Excellence» par la voie du soufisme). Il se soumit en apparence à l’ordre régnant, alors qu’au fond de lui-même, il privilégie une réaction opposée. Pour l’exemple : de 1981 à fin 1982, l’auteur de ces lignes vécut dans la ville sainte de Médine, en Arabie. Dans ce royaume à régime théocratique, la religion était omniprésente, alors que la religiosité fut absente des cœurs de la majorité des autochtones. On constate le même phénomène dans notre pays : dans les années 60 et 70, l’Islam de nos ancêtres était très tolérant, alors que les vices furent rares ; aujourd’hui, l’Islam new look envahit toute la société, mais celle-ci est davantage pervertie (saleté, mensonge, traîtrise, ruse, vol, viols, corruption, hogra, etc.).

3. Morcellement des sociétés et des pays en privilégiant, ce qui divise au lieu d’encourager ce qui unit les êtres humains. Au sein d’un même peuple, l’intolérance commence avec l’aspect extérieur : s’il ne correspond pas à la norme en vigueur, le récalcitrant est rejeté, voir agressé et même éliminé, comme le furent, chez nous, certaines femmes pour des considérations vestimentaires ; bien évidemment, tous les partisans des autres religions sont considérés comme des mécréants bons pour rôtir en enfer : ce qui a pour effet d’encourager le fanatisme des victimes. L’extrémisme des sionistes est pour beaucoup dans le développement de l’intégrisme islamiste. Ce dernier ne risque-t-il pas de réveiller l’intolérance des chrétiens, voire des bouddhistes ?

Assurément, les seuls gagnants de la théocratie sont les politicards dépourvus d’idées, incapables de proposer des solutions viables afin de répondre aux défis qui se posent à leur société. Ils ne servent pas la religion, mais s’en servent pour accéder au pouvoir ou s’y maintenir. Toutefois, l’Islam politique est moins nocif pour un royaume (le monarque étant le «Commandeur des croyants», le «Gardien des lieux saints», etc.) que pour une République. Dans cette dernière, le bulletin de vote démocratique est un aller sans retour pour se rendre en théocratie : l’exemple iranien est là pour en témoigner. Une société régie par la religion est l’apanage des seuls prophètes : des êtres d’exception ayant un lien direct avec Dieu.

La théocratie est pour le commun des mortels une utilisation névrotique de la religion à des fins politiciennes : les islamistes dits «modérés» en font un emploi raisonné, calculé, leur mot d’ordre est «harb khidaâ» (le combat est traîtrise). Pour eux, tous les moyens sont bons pour arriver à leur but : c’est pour cela qu’on serait tenté de les appeler les «Frères hypocrites» ; les salafistes sont plus sincères en divulguant au préalable les règles du jeu : «démocratie kofr (impie), la mithaq, la doustour» (pas de charte, pas de Constitution), etc. Ils font un usage passionnel de la religion, croyant qu’eux sont parfaits alors que les autres sont des mécréants à redresser ou à exterminer. Ces comportements sont étrangers à nos traditions (rappelons que les maîtres à penser des premiers sont égyptiens, ceux des seconds saoudiens). Si les salafistes avaient consulté nos sages des zaouïas, ils auraient appris que l’être humain n’est jamais parfait, car la perfection n’est qu’une direction d’orientation, tandis que le vrai djihad consiste à combattre le «taghout» (le «nafç» ou ego) qui est en nous-mêmes. Après tout, nous ne sommes que des petits (ou des vieux) cons et des mortels ; seul Allah est vraiment Grand : Lui est parfait et éternel.

Pour préserver la pureté de la religion, il faut l’éloigner des jeux politiciens, comme stipulé dans notre Constitution de 1996, surtout que les islamistes ne favorisent pas la démocratie, car celle-ci est à l’opposé de la théocratie : les résolutions de la première émanent des recommandations (changeantes) du peuple, ici-maintenant ; celles de la seconde proviennent des textes sacrés (figés), révélés dans les temps anciens. La démocratie est avant tout un état d’esprit qui consiste à accepter l’avis d’autrui, même s’il est opposé au sien : c’est le début de l’«Individuation»  ou de l’«Excellence».

Dans nos pays sortis de la dictature, nous sommes tous, à des degrés divers, des despotes forgés par la pensée unique : chacun pense détenir la vérité. C’est ce qui explique la prolifération des partis politiques qui ne divergent guère par leurs propositions, mais par les egos de leurs chefs. En fait, nous sommes en apprentissage de la démocratie, un exercice utile afin de sortir du sous-développement mental occasionné par les régimes oppresseurs.

Le fleuve des révolutions des jeunes les plus évolués fut détourné par des éléments les plus rétrogrades de la société qui aspirent à un retour vers le lointain passé. Pour se donner quelque crédibilité, les gagnants se présentent en islamistes «modérés», alors que leur objectif caché est l’instauration de la théocratie. Cette dernière n’est qu’une dictature qui pervertit la religion et l’individu, tout en divisant la société et les pays. Les seuls gagnants de cette supercherie sont les politiciens dépourvus d’idées qui instrumentalisent les textes sacrés pour assouvir leur instinct de domination d’autrui. Pour les dissuader de concrétiser leur pathologie, il est préférable d’assigner l’utilisation de la religion aux seuls vrais religieux qui servent Dieu avec abnégation et sincérité. Quant à ceux qui veulent faire de la politique, qu’ils optent pour le jeu démocratique en divulguant leur programme pour assurer le développement de leur pays.         

Source: http://www.elwatan.com/

20/01/2012

France: les portes s’ouvrent à une révolution de jasmin…

Je pense que là, il faudrait tout de même arrêter la politique du suicide. La France est dans une « passe » extrêmement défavorable.

Le peuple gronde; le peuple a faim; le peuple est sur le point de voter pour élire son président; le peuple vient d’apprendre la perte du « triple A » avec les conséquences néfastes qui vont s’ensuivre; le peuple a appris hier que le prix de l’électricité allait (encore) augmenter; le peuple pleure devant la précarité dans laquelle « on » va le plonger; le peuple en a marre de constater cette préférence non nationale appliquée à tout bout de champ; le peuple est sur le point de descendre dans la rue et pour de bon, cette fois. Ca n’aura rien de syndical. Ce peuple, c’est celui de France…

Et on lui annonce cette nouvelle. Il n’aurait pas fallu…

FDF

.

Tunisie : la délivrance de visas pour la France sera privatisée pour « faciliter l’opération d’accueil des Tunisiens »

C’est l’ambassadeur français en Tunisie, Boris Boillon, qui a annoncé, hier, la nouvelle.

Boris Boillon, ambassadeur de France en Tunisie

Et c’est dans le but de « faciliter l’opération d’accueil des Tunisiens demandeurs de visas pour la France et afin de leur offrir davantage de souplesse » qu’une société privée gérera ce service. Ce nouveau processus d’octroi du ‘sésame’ verra incessamment le jour dans trois à quatre mois au plus tard (avril ou mai 2012). (…)

Maintenant, reste à connaître la (nouvelle ?) politique de migration de la France à l’égard d’un pays comme la Tunisie. La France est-elle capable aujourd’hui de changer (dans le fond) le message et les procédures d’octroi de visa ? Quelles garanties offre le gouvernement français quant aux critères (objectifs) de sélection des bénéficiaires de visas chez cette société privée ?

Source : http://www.defrancisation.com/

Merci à DG…

22/11/2011

La vague bleu Marine et la charia…

Les antipodes de la vidéo du précédent billet…

A faire suivre aussi.

FDF

.

Lire: http://youtu.be/mIoTR-8MRxg

19/11/2011

Islamisation par l’invasion: les bruits de babouches approchent…

Les bruits de cartouches dans les chargeurs aussi…

T’as le droit d’y croire, frère Mahmoud al-Zahhar. Les lignes qui suivent rejoignent toutes une même source de haine: l’islam. Il n’ y a pas plusieurs islam. Il n’y en n’a qu’un. C’est celui des fous d’Allah.

Nous sommes ainsi prévenus. N’allez pas vous plaindre si la Résistance s’active soudainement, amis musulmans. Ce qui suit venant de votre part n’est que la concrétisation d’une déclaration de guerre…

Nous somme prêts…

.
FDF

.

Dans un discours diffusé sur les ondes d’Al-Quds TV le 28 octobre 2011, le leader du Hamas Mahmoud al-Zahhar  a rappelé que l’offensive de son organisation au Moyen-Orient n’est qu’une partie du combat des Frères Musulmans et des islamistes en général pour imposer les principes du Coran à la planète entière.

Un des fondateurs du Hamas avertit que la civilisation occidentale « sera incapable de résister au ‘‘grand et glorieux’’ islam »

Share


Quand des non-musulmans évoquent ce genre de vérités élémentaires, ils sont qualifiés de racistes et d’islamophobes par les alliés du Hamas opérant en Occident.

La vidéo de l’intervention du leader du Hamas a été sous-titrée par MEMRI en anglais et archivée par Jihadwatch :

(Traduction PdeB) « Aujourd’hui, nous tenons à souligner que notre plan ne se limite pas à la libération de la Palestine. (…) Notre plan vise à guérir tous les maux de la civilisation occidentale qui ne sait que repousser ou tuer, contrôler ou détruire, entrer en conflit avec le peuple ou le restreindre. »

« Cette civilisation sera incapable de résister au grand et glorieux islam et à son programme humanitaire. »

(…) « La nation arabe a commencé à récolter les fruits d’un chaud printemps arabe. Hier, les islamistes l’ont emporté en Tunisie. Demain, ils triompheront en Égypte, puis en Libye et ce, jusqu’à ce que l’islam, qui règne en conformité avec les règles du Coran, prévale sur la planète entière. »

Point de Bascule a ajouté cet extrait à une liste de citations publiées récemment et qui attestent d’une volonté de l’islam radical d’imposer son programme à la planète entière : Le projet de conquête islamique.

La charte du Hamas (article 2) présente l’organisation comme « une des ailes des Frères Musulmans en Palestine ». Le mouvement tunisien Ennahda qui a remporté la victoire pour laquelle se félicite le leader du Hamas dans son discours est également affilié aux Frères Musulmans.

Contrairement au Hamas et à la MAC au Canada cependant, Ennahda ne reconnait pas ouvertement son association à l’organisation fondée par Hassan al-Banna. Outre les convergences idéologiques entre Ennahda et les Frères Musulmans, GMBDR explique qu’il est possible de déduire les rapports entre ces entités notamment par la participation du leader d’Ennahda, Rachid Ghannouchi, à des organisations islamistes internationales dirigées par Youssef Qaradawi, le guide spirituel des Frères Musulmans.

Point de Bascule profite de l’occasion pour reproduire une description du Hamas fournie par Fabrice de Pierrebourg dans son ouvrage Montréalistan (Montréal, Stanké, 2007, pp. 345-346) :

« Créé en 1987, Hamas, dont l’acronyme en arabe signifie « zèle », est une organisation terroriste musulmane sunnite radicale issue de la section palestinienne des Frères Musulmans. Il utilise des moyens politiques et violents, y compris le terrorisme, pour atteindre son objectif, soit la création d’un État palestinien islamique en Israël. Le Hamas a déclaré qu’ »il est en guerre avec le peuple juif, ainsi qu’avec l’État d’Israël. Le but de chaque opération est de tuer des juifs ; parce qu’en tuant des juifs, tous les colons sionistes et leurs alliés sortiront de la région ». »

« Hamas est bien financé et organisé et ses fonds proviennent de nombreuses sources. En mars 1996, les services de renseignements israéliens estimaient qu’environs 95% des 70 millions de dollars recueillis chaque année étaient versés à des organismes de bienfaisance, comme des hôpitaux, des dispensaires et des écoles, et qu’une petite partie seulement de ce montant était détournée pour l’acquisition d’armes et des opérations militaires. Bien que des fonds apparemment recueillis pour des organismes de bienfaisance soient versés directement à l’aile militaire, une partie des fonds de bienfaisance destinés aux activistes, à leurs familles et à des établissements est détournée au profit de l’appareil terroriste et est utilisée à des fins terroristes. Les organismes de bienfaisance paient des amendes  et aident les familles des activistes arrêtés ou les activistes eux-mêmes. En d’autres termes, pour servir au terrorisme, il n’est pas nécessaire que les fonds soient utilisés exclusivement pour l’acquisition d’armes, la fabrication d’explosifs ou le soutien logistique. »

« Depuis 1990, Hamas a commis plusieurs centaines d’attentats terroristes contre des cibles aussi bien civiles que militaires. Depuis le début de la deuxième Intifada, en septembre 2000, Hamas est l’un des principaux groupes impliqués dans les attentats suicides contres les Israéliens. »

En 2002 au Canada, le Hamas a été inscrit sur un registre d’organisations terroristes identifiées par le gouvernement. En 2004, la Muslim Association of Canada (MAC) a défendu le Hamas publiquement même après cette inscription par le gouvernement fédéral. De 2001 à 2010, la MAC a versé 296 514$ à IRFAN-Canada, le collecteur de fonds du Hamas au Canada selon les données de l’Agence de revenu du Canada (ARC). En avril 2011, l’ARC a retiré à IRFAN-Canada son statut d’organisme de bienfaisance pour avoir transféré 14,6 millions de dollars à l’organisation terroriste Hamas.

Dans la cause R. v. Ahmad 2009 CanLII 84774 (ON SC) (sections 80-84), le juge Dawson a expliqué qu’un organisme canadien qui fournit des fonds pour la construction d’écoles (et on peut extrapoler pour d’autres activités humanitaires) à Gaza permet au Hamas de transférer les sommes qu’il aurait consacrées à ces fins civiles vers d’autres fins. En pratique, il est donc impossible de dissocier les contributions faites pour les activités humanitaires du Hamas de celles qui sont faites pour appuyer ses activités terroristes et militaires.

D’autres définitions du Hamas et descriptions des faits d’armes de l’organisation sont disponibles en français sur le site de Sécurité publique Canada ainsi que dans un jugement prononcé par la Commission de l’Immigration et du statut de réfugié dans l’affaire X. c. Canada 2001 CanLII 26964 (CISR).

Source: http://pointdebasculecanada.ca/

(Encore une de JC JC…).

25/10/2011

Comment dialoguer avec les « barbus » ? Mission impossible…

Les islamistes nous forcent à les combattre avec les méthodes Moyen-Âgeuses qu’ils utilisent habituellement. Sur ce point, ils ont « tout faux ». Car nous, en Occident, nous sommes en 2011…

En Tunisie, comme prévu, la future constitution sera axée sur la charia. Ils l’ont voulu, leur révolution du jasmin; elle va avoir une odeur de sang. Ce n’est pas pareil…

FDF

.


Ce soir, le Front de libération de la Libye a annoncé que la base de la future constitution et des lois du pays seront basés sur la charia, joli pied de nez à l’occident, ou plutôt un vrai crachat à notre face…. et à nos valeurs de progrès et de liberté. Sourire de nos politiques…

Ce soir la Tunisie a fini de voter et c’est un fanatique assassin, réfugié des années en Angleterre, comme un autre fanatique assassin Khomeiny, réfugié en France à son époque, qui est plébiscité… Les leçons de l’histoire ne servent à rien pour nos « élites »… Ils préfèrent nourrir les pires serpents en leur propre sein, par idéal droit de l’hommiste » qui sera foulé au pied par ces fanatiques qui n’en ont cure…. et ne rêvent que de fanatisme généralisé et de nous exterminer ensuite.

Aux États-Unis, Obama vient de demander d’interdire toute formation sur les dangers de l’islam à ses agents du FBI, sur simple protestation des horribles Frères musulmans locaux. L’islam, doctrine dont les ravages et les crimes sans fin sont pourtant visibles absolument partout est donc intouchable, et va pouvoir distiller son venin et détruire petit à petit la société américaine (comme la société européenne qui vacille partout sous l’offensive de décérébration islamique, voir par exemple Marseille), avec la bénédiction de ses élites aveugles, sourdes et paralysées par les règles du politiquement correct et de ses gardiens!

La liste des renoncements et des lâchetés de l’occident face à l’offensive du Moyen-âge, de la barbarie, est sans fin…

Sommes-nous fous, nos dirigeants sont-ils définitivement passés à l’ennemi ? L’apaisement face au pire ennemi qui soit resterait la seule option ? Il règne un parfum de 1938 à Munich, mais cette fois ci en collision avec un autre spectre celui de 1929 et de ses conséquences… Est-ce une raison pour faire la risette au nouveau fascisme rétrograde planétaire qu’est l’islam, qui n’hésitera pas un seul instant à nous rayer des vivants dès qu’il aura la moindre position de force?

Dessin: Bergolix

Quand M. Jupé trouve les Frères musulmans, ou les nouveaux libyens adeptes du crétinisme musulman, fréquentables et démocrates, se fout-il du monde, ou est il un adhérent de ce que l’on appelle la « Real Politik » c’est à dire cette politique sans projet, sans but, sans aucune grandeur, qui consiste à avaliser le présent et à ne jamais mettre en avant ses idées, la grandeur sa civilisation… S’autodénigrer face à la pire idéologie qu’un malade mental criminel a imaginé : l’islam et son cortège fanatique… La lâcheté ne mène nulle part, si ce n’est à l’obligation de guerre quand le poids de oppression et des exigences devient insupportables, et l’islam, sous toutes ses formes, représente le summum de oppression fanatique primitive insupportable !

Quand Christine Tasin, dans son article sur les hackers musulmans s’en prenant à Résistance républicaine décrit ce qu’est l’islam et ses adeptes, elle donne une image parfaite de ce qu’est cette pure horreur qui infecte nos sociétés, et que bon nombre de nos citoyens perçoivent…

Mais nos dirigeants, sans idées ni courage, n’en ont cure, seule la real politik compte, car elle préserverait leur « cul » à court terme, quant au moyen terme… après moi le déluge… n’est-il pas ?

L’islam ne tolère personne, l’islam détruit, extermine, et toute real politik qui soit, sans ambition ni défense de sa propre culture ne mène et cela, systématiquement, qu’à la « real War », d’un coté Guerre civile avec l’islam, ennemi de l’intérieur, puisque nos folles élites laissent entrer et favorisent cette idéologie mortifère et profondément absurde, destructrice, dont personne de censé et d’évolué, même en Tunisie, ne voudrait pour rien au monde (mais l’on fait de grands sourires au grands démocrates que sont les barbus , tous les égorgés, explosés, vitriolés, assassinés, etc… sont là pour témoigner de leur ouverture d’esprit) , et de l’autre côté guerre inévitable à terme avec le monde musulman chauffé, fanatisé, lobotomisé dès la naissance, par les fous furieux qu’ils se désignent comme leaders (pas la peine de couper les cheveux en quatre, il n’y a pas plus d’islam « modéré » ni compatible avec quoi que ce soit que de nazisme modéré, c’est une idéologie d’abrutissement, de haine et de mort ) mais nos dirigeants préfèrent l’aveuglement, le renoncement, la soumission, l’excuse, plutôt que l’affirmation de ce que nous sommes !

On ne discute pas avec quelqu’un dont la « religion » lui martèle depuis la tendre enfance, de vous exterminer, en attendant d’être en force pour le faire, de mentir…

Jack Lucent

Source: http://ripostelaique.com/

24/10/2011

Libye: bienvenue dans l’enfer de l’islam radical !

Ce qui suit rejoint un de mes récents billets sur la « nouvelle Libye ». Ce pays a voulu retrouver sa « liberté ». C’est fait.

Désormais, la charia, la polygamie, l’interdiction de divorcer, l’utilisation des banques islamiques, et autre gâteries seront le quotidien des Libyens… Il faut savoir que l’islam « modéré » n’existe pas. C’est l’islam « tout court ». Avec ses principes venus des temps barbares…

A qui le tour? A la Tunisie, maintenant, au vu des dernières estimations sur les élections d’hier où l’islam « modéré » devrait l’emporter. Ahhhhhhhhhhhhhhhhh; la « révolution du jasmin« , le « printemps arabe »… Ca va plutôt être l’enfer, je pense.

Pourquoi croyez-vous que nous rejetons avec force l’islam, en Occident??? Et que nous le ferons avec de plus en plus de convictions.

FDF

Un petit bonus: http://tinyurl.com/3m93j8f

Documentaire sur la menace islamiste, la guerre déclarée à l’Occident et niée par celui-ci..

.

Fini le droit de divorcer, place à la polygamie.

La Libye, futur pays islamique radical ?

Reste à savoir ce que sera la réaction des pays occidentaux qui ont participé à la libération, dont la France et la Grande-Bretagne. On se souvient par exemple du discours de Nicolas Sarkozy à Benghazy, le 15 septembre dernier, qui déclarait que « La France sera toujours aux côtés du peuple libyen ».

Voir la vidéo ci-dessous :

http://www.dailymotion.com/video/xl3zmp_sarkozy-a-benghazi_news#from=embed

(Images : i>TELE par L’oeil du post)

Pas plus tard que dimanche, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, déclarait : « La période de la dictature, des violences et des divisions est terminée. Les Libyens peuvent désormais oeuvrer ensemble et sereinement à la construction d’un Etat démocratique et respectueux des droits de l’homme dans un esprit d’unité et de réconciliation nationale ».

Sans oublier la déclaration fracassante de Brice Hortefeux, fidèle parmi les fidèles de Sarkozy, qui voyait dans la mort de Kadhafi le signe que le président français « est le champion du monde des droits de l’Homme ».

Voir la vidéo ci-dessous :

http://youtu.be/4vEhnIUPrS8

Sources: Le Post