Francaisdefrance's Blog

22/01/2012

Impurs: après les cochons, les chiens…

Mais quelle bande de tarés! Les chiens sont « impurs », maintenant… Je vais vous confier une chose: les musulmans ont peur des chiens; il faut voir comme ils détalent à la vue de nos animaux de compagnie. Mêmes la racaille « issue de l’immigration » et islamisée à souhait les craint. Avez vous déjà vu un muzz se promener avec un chien? Ben non. Et comme ils en ont peur, ils les déclarent « impurs »… Facile, non?

Les seules et rares racailles qui possèdent un chien le dressent pour attaquer et tuer. C’est dans les gènes.

Le jour où la connerie sera déclarée « impure », il va y avoir de la place autour de nous…

La religion musulmane, elle a bon dos…

J’espère que M. Ahmadinejad ne m’en voudra pas pour la photo d’illustration…

.

FDF

.

Si cela se passe réellement en Espagne, nous ne tarderons pas à voir ces exigences passer la frontière.
Jusqu’où allons-nous descendre dans la lâcheté face aux islamistes ?


A Lérida, en Espagne, les Islamistes ont demandé dans un premier temps à la Mairie d’interdire les Chiens dans les Autobus « même les Chiens pour Aveugle » pour prétexte que le Chien est considéré aussi impur que le Porc en février 2011.
Puis ils ont élargi leurs Exigences en demandant d’interdire les Chiens dans les Autobus, dans la Ville et dans les quartiers fréquentés par les Musulmans.
Comme la Municipalité a refusé de répondre à leurs demandes, les Islamistes ont décidé de passer à l’Action en EXTERMINANT en Septembre et Octobre 2011 les Chiens des gens. Les personnes qui promènent leur chien se voient harcelées par les musulmans voire agressées et ils tuent leurs animaux de compagnie. A ce jour nous pouvons compter l’Assassinat de 15 Chiens, Caniches, Yorks, Shar-peis, Labradors, que les chiens soient tenus en laisse ou pas, qu’ils soient dans le jardin de leur maison, peu importe c’est une Extermination faite et voulue par les Islamistes.
Les Espagnols se promènent maintenant armés avec leurs animaux. Nous pouvons aussi bien comprendre la Position de nos amis Espagnols, quand on aime les animaux et que l’on en possède un pour la majorité d’entre nous, nous protègerons notre animal de compagnie qui fait aussi partie de notre Famille.
http://www.alertadigital.com/2011/01/13/el-ayuntamiento-socialista-de-lerida-podria-prohibir-los-perros-en-los-autobuses-para-no-ofender-a-los-musulmanes/
http://www.islamisation.fr/archive/2011/10/07/espagne-les-chiens-sont-extermines-par-les-islamistes-a-leri.html
Il est déplorable de voir que la plupart des musulmans refusent l’Intégration et imposent par la Force leur Revendication Religieuse au Détriment de notre Culture. En France, M. Sarkozy et les Bobos de la Gauche devraient comprendre qu’à force de fermer les yeux, de laisser faire le Communautarisme Musulman c’est se faire Complice d’une Future Guerre Civile en France.
Cette Revendication et cette Barbarie animale en Espagne passera automatiquement les Frontières.
La Ligue de Défense Espagnole m’apprend aussi que la grande place de Barcelone  » plaza de toros » risque d’être remplacée par une grande Mosquée avec l’accord du Parti Socialiste Espagnol ce qui constitue une Indignation générale dans toute l’Espagne,
http://layijadeneurabia.com/2010/08/02/la-plaza-de-toros-de-barcelona-podria-convertirse-en-una-macromezquita/
Le Gouvernement actuel est pour la Construction de Mosquées et de Minarets en Espagne :
http://www.minutodigital.com/2011/09/14/ciudadanos-a-favor-de-la-construccion-de-mezquitas-y-minaretes-en-cataluna/#.TnDCBqB2_0s.facebook
Les Espagnols qui adorent vivre dehors, s’enferment de plus en plus chez eux, ne sortent quasiment plus à cause de la violence et de l’insécurité que font régner les musulmans dans les villes d’Espagne.
En Andalousie la situation est catastrophique, les musulmans dans le passé ayant envahi le Pays disent que l’Andalousie est à eux, imaginez l’insécurité généralisée que doivent vivre les Espagnols dit de souche.

A Madrid il y a de plus en plus de Voitures brulées, Agressions, etc.
Ces Musulmans finiront par interdire le Jambon de Pays en Espagne à force de Revendication, alors que c’est une Tradition Ancestrale.
Les Problèmes sont les mêmes que ce soit en France, en Espagne, en Allemagne, en Suède, au Danemark, au Portugal, en Italie, en Belgique, etc., aux USA, au Canada, en Australie, au Brésil. Tous ces Pays connaissent une Islamisation et nos Dirigeants nous prennent pour des truffes, alors que nous avons tous les mêmes Problèmes d’Insécurité et d’Islamisation,
Alors pourquoi n’agissent-ils pas ? Nous voyons un Refus Total de la Culture Occidentale, mais si les Musulmans ne l’aiment pas et bien qu’ils retournent chez eux c’est aussi simple que cela.
Mais la Question que je me pose, pourquoi immigrent-ils en Europe et ailleurs ? Ne me parlez pas des Allocations car même si pour certain ça compte un peu, la Vérité est que l’Immigration Islamique dans des Pays non Musulman est un Jihad :Une Guerre Sainte sans les armes, mais le jour ou ils seront majoritaires que ce passera t-il ? Je vous laisse deviner.
 
Floriant Sauriet

15/08/2011

Vaucluse: histoires de melons sur fond de protestations…

Et ne voyez pas là une approche péjorative de l’affaire, bande de médisants ! (-:

C’est un véritable problème. L’embauche de saisonniers apporte parfois son lot de pépins.


FDF

.

Cantemerle. Des saisonniers tunisiens manifestent…

Les melons attendent dans le champ. Sous un hangar tout proche, la discussion est vive. D’un côté, le trésorier du groupement d’employeur de Cantemerle, de l’autre des saisonniers tunisiens. Hier, à Tournecoupe, ils sont dix-sept à avoir cessé le travail1. Un mouvement rare chez les saisonniers étrangers parce que ces travailleurs sont isolés, méconnaissent le droit du travail et craignent de ne plus pouvoir revenir s’ils s’expriment.

A Cantemerle, ces hommes sont employés à la cueillette des fraises et du melon par le groupement que préside Guillaume Pantagène, maraîcher du Vaucluse. Thierry Carboue de Tournecoupe en est le secrétaire et un acheteur, Alain Meffre, le trésorier. Guillaume Pantagène laisse ce dernier négocier. « Je l’ai déjà fait hier soir », dit-il. D’un côté, on compare salaires en France et en Tunisie, parle capacité de travail des Equatoriens, nécessité de sauver la récolte, de l’autre, on réclame l’inspecteur du travail, patine dans ses revendications. Elles portent sur plusieurs points : les conditions d’hébergement pour commencer. Les saisonniers sont logés dans des préfabriqués posés autour du vieux hangar qui fait office de réfectoire. Ils évoquent une gazinière et un frigo pour dix-huit personnes, l’absence de lumière dans les quatre dortoirs, d’hygiène, l’isolement. « On vient depuis 2008 et c’est à chaque fois pire », dit l’un d’eux. Guillaume Pantagène explique qu’il faisait loger les saisonniers dans des locations mais qu’aucune n’a voulu cette année. « On a fait venir un inspecteur du travail qui nous a dit de mettre une bâche pour séparer le réfectoire de l’établi », dit-il. Un deuxième frigo et une autre gazinière viennent d’arriver. L’électricité doit suivre. Autre point d’achoppement : les saisonniers assurent que des heures (vingt-sept) sont retirées chaque mois de leur bulletin de salaire pour couvrir hébergement et transport. Ce qui permet de réduire les heures supplémentaires, disent-ils. Guillaume Pantagène ne veut pas commenter mais glisse : « On a des accords au départ et ils reviennent dessus ».

Hier soir, à l’issue d’une journée de négociation, le retour au travail se profilait. Certains des portes parole craignaient d’avoir compromis leur avenir en manifestant. D’autant que l’obtention de leur titre de séjour est conditionnée au travail. « ça fait quatre, cinq, parfois six ans qu’on travaille avec eux. On a intérêt à garder une main-d’œuvre qui est déjà formée », répondait hier soir Guillaume Pantagène.

1. Hier, le dix-huitième était dans le Vaucluse.


Contrat Omi

Ces salariés ont signé des contrats Omi (office des migrations internationales). Ils durent un an dont pas plus de six mois en France. L’employeur doit prouver qu’il n’a pu trouver personne en France correspondant au poste. Or en maraîchage, « on passe des annonces à l’ANPE et on n’a aucune réponse », dit Guillaume Pantagène.

Source: http://www.ladepeche.fr/