Francaisdefrance's Blog

22/03/2011

Le Front national progresse et s’enracine…

Il était temps; pour la France, pour les Français…

FDF

.

Cantonales : le FN progresse même en dehors de ses bastions

Le parti de Marine Le Pen a recueilli dimanche 15,26 % des voix, soit le triple du score qu’il avait atteint aux cantonales de 2008 (4,8 %) à l’époque de sa «traversée du désert», après l’élection de Nicolas Sarkozy à l’Élysée. Le FN améliore aussi de deux points le résultat déjà élevé qu’il avait atteint aux cantonales de 2004 (12,2 %). C’est son meilleur score jamais obtenu à des élections cantonales.

Marine Le Pen s’est réjouie, dimanche, de cette «très forte poussée» et a appelé les électeurs à «renforcer en quelque sorte la vague bleu Marine au second tour». Comme elle l’espérait, des candidats FN devancent leurs concurrents UMP au premier tour dans un nombre significatif de cantons et restent ainsi seuls face au candidat de gauche dimanche prochain. Le Front national sera présent en duel au second tour dans 394 cantons, opposé dans la majorité des cas (204) au Parti socialiste.

Dans le Nord, le FN est notamment en position de se maintenir dans les cantons de Cysoing, Bouchain, Roubaix-Est, Roubaix-Centre, Grande-Synthe, Carnières, Capinghem et Saint-Amand-les-Eaux-Rive droite. Dans le Pas-de-Calais, les candidats de Marine Le Pen restent en particulier en lice au second tour à Boulogne-Nord-Ouest et à Montigny-en-Gohelle, où le secrétaire général du FN, Steeve Briois, est arrivé en tête avec 35,88 %.

Dans l’Oise, le parti de Marine Le Pen a obtenu 36,97 % à Noyon. Le FN arrive en tête dans trois autres cantons du département (Crépy-en-Valois, Mouy et Noailles). Dans l’Aisne, où le FN atteint d’ordinaire ses meilleurs résultats, le parti de Marine Le Pen recueille de 23,77 % à 27,16 % dans cinq des six cantons renouvelables.

Ambitions dans le Sud

Dans les Alpes-Maritimes, le FN espérait renouveler le score très élevé atteint aux régionales. À Saint-Laurent-du-Var-Cagnes-Est, le FN est en tête avec 28,27 %. À Nice-8, le parti de Marine Le Pen a recueilli 25,78 % et accède au second tour. Toutefois, dans le 14e canton de Nice, l’ancien maire, Jacques Peyrat, soutenu par le FN, n’arrive qu’en troisième position avec 21 % et n’est pas qualifié pour le second tour. Il a pâti de la candidature d’un dissident, Max Baeza, qui a recueilli 11,8 %.

Dans le Gard, le FN nourrissait des ambitions dans de nombreux cantons comme Nîmes-5, où un jeune «mariniste», Julien Sanchez, a obtenu 29,01 % et sera présent au second tour. Dans l’Hérault, le parti misait sur ses fiefs traditionnels, comme Lattes, où Alain Jamet s’est qualifié pour dimanche prochain avec 26,87 %.

Le parti frontiste uniformise ses résultats dans toutes les régions du pays. Il a progressé dans l’Ouest, qui lui était jusqu’alors hostile. En Ille-et-Vilaine, le FN a obtenu 14,27 % dans le canton de Cancale. Le candidat de Marine Le Pen restera seul en lice contre la gauche, dimanche prochain, dans le canton urbain de Rennes-le-Blosne et dans le canton rural de Pleine-Fougères. L’Ile-de-France, jusqu’ici terre de mission pour le FN, est, elle aussi, concernée. Il y aura six duels FN-PS en Seine-et-Marne, département dont Jean-François Copé est le député.

Dans les autres départements, le FN s’estimait apte à obtenir des résultats significatifs dans l’Aube (Troyes-2), la Moselle (Saint-Avold), les Vosges (Épinal-Est), le Bas-Rhin (Strasbourg-7) et le Haut-Rhin (Saint-Amarin). Le parti fondait aussi des espoirs dans plusieurs cantons de l’Eure (Ecos), de Seine-Maritime (Grand-Couronne) et du Rhône (à Meyzieu et dans certains des huit cantons de Lyon renouvelables).

Source: http://www.lefigaro.fr/