Francaisdefrance's Blog

06/03/2012

Sarközy: pêche aux voix à la mosquée de Paris…

Il n’ose pas aller chasser dans les banlieues… Hollande est déjà passé. Il va donc à la mosquée de Paris. Comme il a mal amorcé, peu de chances pour lui qu’il revienne les bras chargés de bulletins…

FDF

.

Photo montage d’illustration…

.

Nicolas Sarkozy devrait se rendre cette semaine à la Grande Mosquée de Paris afin de rendre hommage aux combattants musulmans tués pendant la Première guerre mondiale.


« Nicolas Sarkozy devrait inaugurer une stèle en hommage aux combattants musulmans morts pendants la Première Guerre mondiale », a indiqué Europe 1 ce lundi. Le site de la radio a en effet annoncé la visite du président de la République à la Grande Mosquée de Paris cette semaine. Toujours d’après Europe 1, l’heure et le jour de la visite n’ont toujours pas été définis. La date proposée par Dalil Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris ne concorderait pas avec l’emploi du temps du président en campagne.

Apaiser les tensions ?

Ce rendez-vous intervient par ailleurs au moment où la polémique sur la viande halal enfle chez les politiques. Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur a en effet récemment déclaré : « accepter le vote des étrangers, c’est la porte ouverte au communautarisme. Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent obligatoire la nourriture halal dans les repas des cantines, ou réglementent les piscines à l’encontre des principes de mixité ».

Des propose sur lesquels l’opposition n’a pas manqué de rebondir. Manuel Valls, le directeur de la communication de François Hollande a ainsi jugé ces déclarations « nauséabondes » et « à l’image de la campagne de Nicolas Sarkozy ». Olivier Besancenot, l’ancien candidat du NPA a, quant à lui, estimé que le ministre de l’Intérieur « joue sur le terrain du racisme et de l’islamophobie ».

De son côté, Nicolas Sarkozy a tenu à réaffirmer samedi dernier sa volonté de ne rien lâcher quant aux cantines halal et aux horaires réservés pour les femmes dans les piscines.

Source: http://www.francesoir.fr/

01/03/2012

Vous en re-voulez, du « halal » ? Distribution gratuite!!!

Distribution d’infos, bien sûr. Le meilleur moyen de combattre cette tradition « religieuse » barbare, c’est d’en parler. Ce qui suit date de l’an dernier.

La meilleure: les musulmans font (encore) le bordel à cause du lisier de porc répandu sur nos terres agricoles françaises! Oui, oui; françaises !

FDF

FDF: photo en pied (de porc)…

.

.

Réflexion sur le halal, par Alexis Arette, ancien président de la FFA

Lors d’un débat ayant suivi le dernier congrès d’Adsav! Le parti du peuple breton, un agriculteur du Léon nous a fait part de son inquiétude concernant les nouvelles normes qui risquent d’être imposé aux exploitants agricoles: à savoir l’interdiction d’épandage de lisier de cochon, afin d’être en conformité avec le hallal. Ce débat a entrainé cette réflexion d’Alexis Arette, ancien président de la Fédération Française de l’Agriculture.

Vous avez dit : « Halal » ?

Je rapporte ici , à ma façon,les réflexions (1) d’un paysan breton qui me paraissent de bon sens sur la situation de l’Agriculture Française.
Il faut d’abord savoir que la modernisation des élevages, et en particulier la pratique du « Hors » sol, à progressivement réduit le « paillage » des litères, qui, pour les élevages porcins, ont été remplacées par le nettoyage des excréments au jet d’eau. Le fumier d’autrefois a disparu au profit du « Lizier », qui très fluide, est répandu sur les terres grâce à des cuves équipées pour cela . Les surfaces traitées dépassent les capacités superficielles des fermes d’élevage , et sont par convention, répandues sur des terres céréalières , qui bénéficient ainsi d’une fertilisation à bon marché.

Ces terres, selon la loi Coranique, ne peuvent donc produire « Halal ». Car le « Halal » ne concerne pas seulement l’égorgement rituel , dont ont bénéficié les moines de Tibérine, mais il concerne toute l’alimentation qui ne doit pas être souillée par les animaux « impurs » comme le porc .La prescription s’étend aux objets et à la terre même : C’est ainsi que des citoyens protestataires , ayant enterré des cochons sur les places de Madrid et de Séville destinées à la construction de mosquées, celles-ci n’ont pu être édifiées..

Il est donc certain qu’une partie des terres de France n’est pas « Halal », et que céréales, légumes, et animaux élevés sur ces terres « cochonnées » ne peuvent être consommés par les musulmans. Et il est tout a fait inutile d’égorger un mouton de façon « Halal » si celui-ci ayant été élevé sur une terre impure, est impur. Mais le problème va plus loin.

En effet, les céréales produites sur les terres « impures », sont mélangées par les organismes stokeurs, avec les céréales provenant d’autres terres. Ce sont donc à peu près toutes les céréales de France qui sont contaminées. Même le pain devrait être donc proscrit de l’alimentation musulmane, si les croyants veulent être fidèles à la loi coranique.

Étant donné la présence sur le territoire d’environ 8 millions de musulmans, quelles solutions sont envisageables ?

La Partition : Il faudrait consacrer 1O département au moins, à la production exclusive du « Halal », ce qui serait une mesure dictatoriale difficilement compatible avec la démocratie.

L’importation : Faire venir des pays Arabes ou étrangers ,la nourriture « Halal nécessaire à la communauté musulmane de France. Ce qui est impossible, sans bouleverser les structures commerciales.

La Conversion : Les Arabes devenus chrétiens échappent à la dictature du Coran . Mais évidemment la conversion ne pouvant être imposée, la mesure est inapplicable.

L’Exil. C’est à dire le retour des musulmans français dans leurs pays de départ. Opération impossible, car ces pays sont incapables de nourrir leur population actuelle , qui ne rêve que d’en partir pour venir chez nous

La République Islamique de France : Celle-ci étant établie décréterait l’interdiction des élevages de porcs en France. Ce qui règlerait le problème. Cette solution est possible démocratiquement, étant donné la complaisance des « partis de gouvernement » envers l’Islam, mais il n’est pas certain qu’une majorité de français l’accepterait ; Reste l’imposition par conquête Islamique : Elle est déjà possible par le fait que s’il existe seulement 3% d’islamistes radicaux dans la communauté musulmane de France, l’armée potentielle du « Djihad » est déjà plus nombreuse que l’armée Française, dont d’ailleurs les meilleurs éléments sont engagés à l’étranger .

Pour ne point tomber sous le coup de la loi Fabius-Gaubert-Gayssot, je ne propose rien : J’informe seulement, et comme disait l’autre, je souhaite aux Français « bien du plaisir ! »

Alexis Arette.
Combattant volontaire.
Ancien Président National de la Fédération Française de l’Agriculture.

(1) Exprimées le 26 février 2011 au cours du Congrès d’Adsav le Parti du Peuple Breton à Saint Segal – Finistère

Source: http://blog.adsav.org/

16/10/2010

L’islamisation rampante gagne du terrain dans notre pays…

Encore pillé chez Gérard Brazon…

FDF

Délit de blasphème en France! La Charia serait-elle à l’oeuvre?

A la suite des différents articles parus à ce sujet sur Riposte-Laïque comme sur mon blog Puteaux-Libre, Jean Patrick Grunberg nous donne son avis sur Drzz.fr. Le moins que l’on puisse dire est qu’il conforme à nos pensées. A celles de tous les Français d’ailleurs un tant soi peu réalistes et conscients que l’islamisation rampante gagne du terrain dans notre pays y compris à l’un des niveaux le plus haut: L’Assemblée Nationale par l’intermédiaire du Président Bernard Accoyer!

Gérard Brazon

République islamique de France – par Jean Patrick Grumberg


Paris, 30 septembre 2000.

Les présidents français, américain et russe dinent au restaurant de l’hôtel de Crillon, place de la Concorde à Paris. Le restaurant est bien entendu sous haute surveillance.

Jouant à cache cache avec la sécurité, une diseuse de bonne aventure se glisse jusqu’à leur table, et leur tend, à chacun, un livre.

“Ouvrez et lisez : ces livres vous montreront l’avenir. Vous verrez à quoi ressemblera votre pays dans dix ans”.

Le Président américain ouvre son livre et découvre que les États Unis sont enfin amis et alliés des Russes, que le dollar a été adopté par l’Europe comme monnaie officielle, que le cinéma hollywoodien a été reconnu par les élites de gauche comme le vecteur principal de la culture contemporaine, et que les restaurants Mc Donald sont entrés au guide Michelin. Tout heureux de ces bonnes nouvelles, il encourage le Président russe à regarder son livre.

Le Président russe se met à lire tout haut : la Russie a réglé tous ses problèmes économiques, elle s’est mise à produire des armes que le monde entier s’arrache, l’opposition travaille main dans la main avec le gouvernement en place, et la mafia a été anéantie.

Le Président français, tout excité, ouvre à son tour son livre, et s’exclame : “ mais… je ne comprends rien ! Qu’est ce qui est écrit ? ”

Le Président russe regarde le livre et lui dit : “ moi non plus je ne comprends rien, c’est tout écrit en arabe ”.

Cette blague, beaucoup d’entre vous la connaissent. Je vous la raconte principalement pour nous souvenir qu’elle a un peu plus de dix ans. Et que le 30 septembre 2010, elle a cessé d’être une blague.

Car le 30 septembre 2010, l’Assemblée Nationale, en la personne de son président Bernard Accoyer, s’est conformée aux lois de la Sharia. La Sharia, c’est la loi de l’islam que les Frères Musulmans, profondément infiltrés en France, représentés par Tarik Ramadan, se sont donnés pour mission de mettre en application partout où il y a des musulmans. Sans se presser, un pas à la fois.

La première loi à appliquer : l’interdiction de critiquer la religion musulmane. En terre d’islam, on ne rigole pas avec la religion de Mahomet. La critiquer est une faute majeure, très sévèrement punie pour un non musulman, une faute sanctionnée par la peine de mort pour un musulman. Elle fut, pour la première fois, appliquée contre Salman Rushdie, lequel a été condamné à mort. Cette loi d’interdiction de critiquer l’islam vient d’être appliquée par Bernard Accoyer, président de l’Assemblée Nationale.

La seconde : l’autorité religieuse et l’autorité politique ne font qu’un, il n’y a pas de séparation entre l’État et la religion, laquellerythme le fonctionnement de la société. Chaque fois qu’une contradiction survient entre la loi de l’islam et celle de la République, c’est la loi de l’islam qui l’emporte. Il en va ainsi de la polygamie, du port du voile, de l’interdiction de faire pipi sur un coran. La liste, vous en serez les témoins et les victimes, est destinée à s’allonger progressivement, un pas à la fois. Cette loi de confusion du politique et du religieux vient aussi d’être appliquée par Bernard Accoyer.

La troisième : selon les docteurs de la loi islamique, la démocratie et la liberté d’expression sont les errements d’un Occident décadent, car nul être humain n’est en droit de discuter la parole divine, exprimée dans le coran, et qui règle tous les aspects de la vie des hommes. Seule l’obéissance et la soumission aux textes « sacrés » est acceptable, et toute discussion est blasphème. Là encore, Bernard Accoyer, président de l’Assemblée Nationale, a jugé qu’il fallait supprimer la liberté de débat sur le thème de l’Islam.

Mais qu’est ce que ce Bernard Accoyer a fait de si grave, puisqu’on n’en a pas entendu parler à la télé ?

Il s’est tout simplement opposé à la tenue d’un débat sur l’islamisme, qui avait été organisé par les démocrates républicains (etnon pas, par d’affreux racistes) du parti politique « La Droite Libre », affilié à l’UMP, un débat qui devait se tenir à l’Assemblée Nationale le 30 septembre 2010.

Il a annulé ce débat démocratique à la demande de l’autorité responsable du culte musulman.

Et les raisons que le Président de l’Assemblée Nationale a jugé suffisantes pour annuler la réunion laissent perplexe. (1)

Car le CFCM* affirme, pour légitimer sa demande, qu’il s’agit “ d’un débat organisé par des personnalités connues pour leurs prises de position outrancières et caricaturales contre l’islam ”. On pourrait se demander comment un parti politique dont les cadres ont des positions outrancières sur l’islam, a pu recevoir l’agrément de l’UMP. On pourrait se le demander, mais ce serait passer à coté du vrai sujet, à savoir qu’en France, depuis ce 30 septembre 2010, sont exclus du droit à la liberté d’expression, ceux qui affichent des positions  » outrancières et caricaturales sur l’islam « . On en n’est plus à la censure des discours de haine des xénophobes de l’extrême droite. Non. On est passé à la vitesse supérieure. Il suffit maintenant d’être  » outrancier et caricatural  » pour être censuré. Prochaine étape : la lapidation ?

Les bobos « anti-racistes », avec leur rengaine sur les  » bienfaits de la diversité culturelle », savent très bien que les Français, s’ils s’exprimaient par référendum, refuseraient qu’on adapte notre culture judéo-chrétienne à celle des musulmans. Ils réclameraient exactement l’inverse.

Seulement voilà, c’est eux, les bobos « anti-racistes » qui tirent les ficelles. Et ils savent mieux que les gens ce qui est bien pour eux, les bobos « anti-racistes ». Ce qui surprend, c’est que l’Assemblée Nationale, symbole de la démocratie, supposée représenter le peuple, majoritairement à droite, s’y mette aussi. Comment s’est elle laissée gangrenée par ces dogmes musulmans antidémocratiques et destructeurs de la race blanche, et par les thèses post-colonialistes de la gauche, mystère et boule de gomme. Et dire qu’il a suffit d’un simple coup de téléphone du CFCM, pour que l’Assemblée Nationale se mette au garde à vous et interdise ce débat sur l’islam ! Posons nous la question : combien d’organisations ont le pouvoir, sur un coup de fil, de dicter sa conduite à l’Assemblée Nationale ?

Et bien entendu, vous n’avez pas entendu hurler les défenseurs des droits de l’homme. Ceux là, s’il n’y a pas écrit « Gaza » ou »palestiniens » sur une dépêche AFP, ils ne la lisent même pas.

J’ai questionné quelques amis français au sujet de ce débat et de son interdiction. La plupart n’étaient même pas au courant : merci la presse. Et les autres s’en moquaient. C’est si loin de leurs préoccupations journalières. Si loin de la crise économique avec laquelle ils se débattent au quotidien. On en viendrait presque à se demander si la crise n’est pas le nouvel opium du peuple. Comme en Russie : quand le peuple est affamé, il est trop préoccupé pour se révolter. Même chose quand il rame.

Regardez autour de vous, chers amis français : en apparence, rien n’a changé. Doucement, à votre insu, sans que rien ou presque ne vienne modifier votre mode de vie, vos habitudes et vos repères, l’islam s’est renforcé au point d’être capable de cet exploit : faire interdire un débat à l’Assemblée Nationale de la République islamique de France.

Jean-Patrick Grumberg

(1) http://www.lecfcm.fr/?p=2197

* Conseil Français du Culte Musulman

Source: http://tinyurl.com/2fp94b7