Francaisdefrance's Blog

13/12/2010

Strasbourg: Saint Nicolas des banlieues…

Et ça continue… C’est bientôt la charia.Quand va t’on nous interdire les sapins de Noêl, car « ça pourrait heurter la sensibilité des musulmans »? Le « père Fouettard », ça devrait leur plaire, en revanche. Ca vient, ça vient. Grâce à des actions comme celle qui vient d’être menée à Strasbourg…

FDF

.


Dans les écoles de Strasbourg, on adapte la légende de saint Nicolas pour les petits immigrés


STRASBOURG

Il est de tradition, autour du 6 décembre, que les enfants des écoles maternelles et élémentaires d’Alsace reçoivent la visite de saint Nicolas accompagné de son âne et parfois de son inquiétant acolyte le « Père Fouettard ». Saint Nicolas, qui est depuis des millénaires la grande figure tutélaire des régions de l’Est de la France et y joue le rôle d’un Père Noël avant l’heure, distribue aux petits élèves chocolats et brioches – on lui donne en retour quelques carottes pour nourrir son âne.

La Ville de Strasbourg ne déroge pas à ce cérémonial bon enfant, puisqu’elle organise depuis 1997 un spectacle de la Saint-Nicolas pour toutes les classes de maternelle. Mais changement cette année : « Pour que tous les enfants se sentent concernés, quelles que soient leurs origines, a expliqué Nicole Dreyer (PS), ajointe au maire en charge de la petite enfance, la Ville a fait appel à une conteuse qui a transformé l’histoire de saint Nicolas. »

Résultat : une adaptation de la vieille légende européenne pour faire plaisir aux petits immigrés, du bourrage de crânes multiculturel et un nouveau renoncement à l’identité régionale. Le « conte » s’inspire de l’album Luc, Ahmed et saint Nicolas (Editions Nord-Sud, 1996), dont le propos se résume ainsi : « Luc et Ahmed habitent le même immeuble. Luc se réjouit la veille de la Saint-Nicolas, Ahmed s’interroge. Va-t-il avoir droit à quelque chose ? Dans son pays, les traditions sont différentes. Plein d’espoir, il place en secret ses chaussures devant la porte, comme Luc le lui a expliqué. Grâce au bon cœur de son ami, Ahmed ne sera pas déçu. Une belle histoire de tolérance et de partage, au-delà des croyances et des frontières… »

Saint Nicolas des banlieues, pote avec Ahmed, a été joué ce samedi devant 400 élèves des maternelles de Strasbourg. Il se trouve que dans l’histoire, la maman d’Ahmed « se montre sceptique ». Comme on comprend ça…

Novopress.info, 2010