Francaisdefrance's Blog

08/02/2011

T’es pas d’accord, « cousin » ?

Pas l’habitude, hein ?

 

Voilà pourquoi « ils » n’ont plus de limites dans la violence, en France. La répression est timide. Voci aussi pourquoi « ils » redoutent tant de se faire renvoyer au bled… La bande de couards que nous sommes bien obligés de parquer dans des « zones sensibles » n’ont pas assez de c……. pour aller chez eux défendre leurs « cousins ». Courageux mais pas téméraires… Ca, pour brûler nos voitures, ils se sentent fort. Mais au vu des évènements qui se passent dans leurs terres d’origine, ils font profil bas, en ce moment… Ils rasent les murs; au lieu de les tenir comme habituellement… T’es pas d’accord, « cousin » ? Wesch, wesch!

FDF

.

Alger : des jeunes chômeurs tabassés…

Les forces de l’ordre ont durement malmené dimanche une centaine de chômeurs qui se sont rassemblés à partir de 11 H devant les portes du ministère du Travail pour crier leur rage contre leur marginalisation. Les policiers ont passé à tabac plusieurs manifestants venus observer pacifiquement un sit-in à Alger. Un autre chômeur originaire de la wilaya d’Ain Defla a tenté, quant à lui, de s’immoler pour exprimer sa détresse.

Une fois encore, la répression policière a frappé à Alger. Des chômeurs sont venus des quatre coins du pays pour manifester pacifiquement devant le ministère du Travail. Ils ont tenu à organiser un sit-in pour dénoncer leur précarité et le manque d’implication des pouvoirs publics dans la création de l’emploi.

Mais à cette initiative pacifique, les forces de l’ordre ont opposé un traitement policier des plus sévères. Deux jeunes ont été blessés et plusieurs autres se sont évanouis par terre, confient à elwatan.com Tahar Belabbes, coordinateur au comité national de défense des droits des chômeurs. « Nous sommes venus pour dire Barakat El-Hogra et ils nous ont répondu par des bâtons sur la tête ! », s’indigne notre interlocuteur.

Selon plusieurs témoignages des jeunes chômeurs présents lors de ce rassemblement, les policiers ont continué pendant au moins une demi-heure à tenter de disperser les manifestants. Ces derniers ont résisté jusqu’à ce que des représentants de la presse nationale arrivent sur les lieux.

A ce moment-là, les autorités donnent leur accord pour accueillir au ministère du Travail deux représentants des chômeurs afin qu’ils présentent leurs revendications. « Nous avons rencontré des cadres du ministère qui ont reconnu que nos exigences sont légitimes. Nous voulons du travail et de la dignité. Nous réclamons l’arrêt des licenciements abusifs et des mauvais traitements auxquels sont confrontés les chômeurs Algériens », déclare Tahar Belabbes.

Face à ces revendications, les représentants du ministère du travail n’ont, toutefois, fait aucune promesse. Ils se sont juste contentés de les prendre en compte pour les étudier. A signaler enfin qu’un chômeur originaire d’Ain Defla a semé la panique dans ce rassemblement lorsqu’il a tenté de s’immoler devant les policiers.

Ces derniers sont intervenus rapidement pour l’empêcher ce jeune de commettre l’irréparable après s’être aspergé d’essence. Embarqué de force dans une ambulance, le jeune chômeur infortuné, âgé d’une trentaine d’années, marié et père d’un enfant, n’a pas cessé de crier sa colère contre « la hogra »…

Lu sur: http://oumma.com/

23/01/2011

L’Algérie au fond du trou. Ses dirigeants continuent à creuser…

Abdelaziz Bouteflika est mal barré… Et il n’est pas le seul, là-bas, au Maghreb… La région s’embrase. Seul hic: « ils » vont tous rappliquer chez nous. Il nous reste peu de temps pour revoir à fond nos lois d’immigration. Le coup des « vases communicants », on connaît. Marine, vite !!!

FDF

.

 

 

On le voudrait, qu’on ne pourrait pas rester indifférent à ce qui se passe en ce moment en Tunisie ou en Algérie. Ne serait-ce que parce que quand ça va mal au Maghreb, c’est toujours sur la France que ça retombe. Et ça se termine toujours par l’arrivée sur notre sol, décidément bien accueillant, de nouvelles vagues d’immigrés désespérés, qui, après un premier élan de remerciements émus et sincères pour le pays qui les accueille, ne tarderont pas, sous la houlette de nos associations « pousse au crime » de défense du droit des autres, à se plaindre qu’on ne leur « donne » pas assez.

Je ne vais pas m’éterniser sur cet aspect-là des révoltes maghrébines, les médias en ont débattu en long, en large et en travers, et vous savez à quoi vous en tenir. Non, ce que je voudrais partager avec vous aujourd’hui, ce sont les réflexions qui me sont venues à la lecture d’un article de l’Express de la semaine dernière qui portait, entre autres, sur la situation économique de l’Algérie. Parce que figurez-vous que le sort de mon pays de naissance m’intéresse encore, même si comme beaucoup des lecteurs de Notre Journal j’en aie été viré comme un malpropre. Oui, l’Algérie m’intéresse, parce que son avenir ou son absence d’avenir a un impact direct sur l’avenir de mes enfants. Elle m’intéresse, parce qu’on a beau dire, beau faire, nos racines, nous les conservons toute notre vie accrochées à nos semelles.

– !- !- !- !- !- !-

Je suis retourné il y a quelques années en Algérie, où je n’avais pas mis les pieds depuis 1962, et j’ai été ému comme jamais. Emu et infiniment triste, non pas à cause de réminiscences de l’Algérie perdue – ma vie de petit Pied-Noir, il y a longtemps que j’en ai fait mon deuil. Mais ému par l’Algérie d’aujourd’hui, et par le sort désespérant qui est fait à ses habitants par un pouvoir intéressé à son seul profit. Parce que ces habitants-là, si on y réfléchit, ont été nourris de la même terre que moi. Quelque part, ils sont mes frères de lait.

J’ai voyagé un peu partout à travers le monde, et jamais, nulle part, je n’ai rencontré de gens aussi tristes, aussi désenchantés, aussi désespérés de l’avenir qu’en Algérie. Que ce soit au Cambodge, où les Khmers Rouges ont pourtant exterminé le quart de la population en quatre ans, en Birmanie ou même en Iran, où le mot « droit » n’existe pas, les gens espèrent, travaillent, se battent pour un avenir meilleur. A Oran, dans un café près du lycée Pasteur (anciennement Lamoricière), des professeurs m’avaient dit leur désespoir : pour eux, il était clair qu’il n’y avait pas d’avenir tant que le FLN serait au pouvoir. Et pour eux, le FLN était au pouvoir pour au moins cinq cents ans, parce qu’il détenait la force, avec l’armée, l’argent, avec le pétrole, le gaz et les métaux rares, et la connaissance, avec les enfants de ses dirigeants qui, eux, faisaient leurs études dans les meilleures universités américaines ou britanniques, pendant que les écoles algériennes fournissaient un savoir au rabais, quand elles n’étaient pas fermées au profit d’écoles coraniques. Alors il ne leur restait plus que le visa pour la France ou, à défaut, la « harraga » (brûler ses papiers et partir pour l’Europe sur un rafiot improbable, avec autant de chances de mourir en route que d’arriver).

L’Algérie, aujourd’hui, est au fond du trou : 97% des recettes de l’Etat viennent des hydrocarbures, et près de la moitié des algériens, quand ils travaillent, travaillent, sans aucune protection sociale, pour l’économie souterraine. Le salaire moyen est de 150 euros. L’Algérie importe entre 50 et 100% de sa consommation de base, céréales, lait, huile ou sucre. Le taux de fécondité est passé de près de 8 enfants par femme en 1960 à un peu plus de 2 en 2010, non pas pour des raisons culturelles, mais parce que les jeunes gens ne peuvent pas se marier, faute de logement et de travail. Et pendant que la population survit dans la misère, sans espoir, et avec une jeunesse qui « tient les murs », le budget du pays est excédentaire, ses réserves de change dépassent les 120 milliards d’euro, et ses dirigeants sont tous multi-millionnaires en euros. Et quand sous la pression de la rue le gouvernement se décide enfin à entreprendre des grands travaux, routes ou constructions, il fait appel à de la main d’œuvre chinoise, parce que la main d’œuvre algérienne est sous qualifiée et ne sait pas travailler !

– !- !- !- !- !- !-

Tenez, pendant que j’étais en Algérie, j’ai eu l’occasion de constater à quel point tout tombait en ruine. L’hôtel que nous avions réservé à Oran nous avait été recommandé essentiellement parce qu’il était le seul à proposer de l’eau courante 24 heures sur 24 ! A Oran, qui en manque dramatiquement, près de 50% de l’eau potable se perd dans des canalisations usées, rouillées, percées de toute part. Dans la salle de bains de ma chambre, la chasse d’eau coulait à gros bouillons, et le robinet d’arrêt tournait à vide. Tous les robinets fuyaient. Pour obtenir de l’eau chaude, il fallait faire couler l’eau au minimum 10 mn. Le même constat dans toutes les chambres. Quand quelques jours auraient suffi à un plombier pour que plus une seule goutte d’eau ne se perde… Mais voilà ! Comme me l’avait expliqué, fataliste, le directeur de l’hôtel, pour faire venir un plombier, il faut en trouver un. Et des plombiers, il n’y en a pas, parce qu’il n’y a ni école, ni artisans plombiers pour former les jeunes ! Et c’est vrai pour à peu près tous les métiers…

Alors comment s’étonner que quand vous vous promenez sur le boulevard Front de Mer à Oran, tous les jeunes que vous croisez vous quémandent une recommandation qui les aiderait à obtenir le fameux visa. Leur seul espoir, leur seul rêve, c’est de partir. (lire le roman de Tahar Ben Jelloun, « partir »).

Tout ça pour ça. Et dire que si l’Algérie avait suivi l’exemple de l’Afrique du Sud, elle serait aujourd’hui un des dix pays les plus riches du monde (Claude Allègre, sur France 5). Quel gâchis !

Pour finir, et pour en revenir aux révoltes actuelles, je n’ai aucune idée de ce que la Tunisie ou l’Algérie vont devenir. Par contre je sais ce qu’elles ne vont pas être : des Démocraties. Parce que la notion de démocratie est totalement étrangère aux Arabes et encore plus aux musulmans, et parce qu’il n’y a pas d’exemple en ce monde de révolution qui ait profité in fine au peuple à qui on l’a fait faire.

Source: http://notrejournal.info/

21/01/2011

Algérie: les élites ont peur du soulèvement insurrectionnel…

Même chez eux, ils font régner la peur, ces sous-merdes ! Enfin; une chose fait au moins plaisir: nous n’avons pas récupéré toute la fange de l’humanité, en France… Au moins, là-bas, au bled, ils sont également bien servis, les algériens.

FDF

.

Une atmosphère très lourde s’est emparée de l’Algérie depuis la fuite de Benali, la chute du régime tunisien, et la débâcle de la famille régnante. L’immolation d’un jeune tunisien a provoqué un mouvement insurrectionnel surprenant pour ceux qui ne connaissaient pas les tréfonds de la rancœur populaire contre la dictature.

Une nouvelle tempête d’espoir a soufflé immédiatement dans le cœur des peuples opprimés de toute l’Afrique du Nord. En moins d’une semaine, les tentatives d’immolations se succèdent comme autant de signaux de déclenchement d’insurrection populaire en Algérie, Egypte, Mauritanie, …

Mais les élites tardent à réagir à ces messages désespérés. En Algérie une vraie panique s’est emparée de toutes les élites qui se sont embourgeoisées au contact du pouvoir corrompu et corrupteur.

Les élites savent bien ce que veut dire un soulèvement populaire insurrectionnel. La remise en cause des biens mal acquis, et des situations politiques, économiques et sociales usurpées.

Lorsque les islamistes avaient manifesté leur volonté de renverser le régime par la voie des urnes en 1990, sous la bannière du FIS, les élites s’étaient rangées derrière les chars de l’armée pour soutenir le pouvoir, quelque soit le prix à payer.

Aujourd’hui les islamistes et leur idéologie ne représentent plus une menace ni en Algérie, ni en Afrique du Nord. Mais les élites corrompues ont toujours peur pour leurs acquis. Ils appréhendent l’attitude de l’armée qui peut, comme en Tunisie, refuser de réprimer les manifestants.

Plus rien n’empêcherait alors les hordes d’affamés et de revanchards de s’attaquer aux quartiers résidentiels et aux commerces pour les piller et les brûler, comme ils l’ont fait dans les villas luxueuses de Hammamet.

Les clans d’Oujda et du DRS, des barons du FLN et de l’armée, usant et abusant de la corruption et du clientélisme, ont complètement dénaturé les rapports économiques et sociaux. La rapine, la tchipa et l’opportunisme sont devenus les règles de la réussite sociale au détriment des valeurs travail et entrepreneuriales.

Les syndicalistes de l’UGTA sont devenus des symboles d’apparatchiks corrompus, à l’image de Sidi Said.

Même une profession aussi noble que celle des avocats s’est odieusement embourgeoisée et oublie ses obligations morales, comme l’a déclaré récemment ce bâtonnier qui refuse de défendre gratuitement des émeutiers.

Le commun des algériens sait ce qui s’est passé dans ce pays et comment les uns et les autres se sont enrichis légalement ou illégalement.

Le régime algérien est à bout de souffle et a atteint sa limite d’âge.

Soit les élites politiques et sociales encore saines prennent le leadership responsable d’une insurrection populaire qui gronde, comme tente de le faire avec lucidité et courage Said Sadi.

Soit nous allons droit vers des actes d’agression, d’auto-défense et de chaos généralisé. C’est le but iconoclaste recherché par les forces visibles ou occultes qui ont verrouillé tous les champs politiques, économiques, sociaux et culturels.

Les actes désespérés d’immolation et les émeutiers somment les élites de choisir entre défendre leur retraite dorée et leurs villas, ou défendre une Nation et ses institutions.

Source: http://oumma.com/