Francaisdefrance's Blog

05/03/2012

A quoi servent les reporters de guerre ?

Photo d’illusration.

.

En ces temps où ils font assez souvent la « UNE » des médias, il est très bon de voir cet interview…

Le point de vue de Gil Mihaely (Causeur)

FDF

.

Source: http://www.fdesouche.com/

Merci à DG…

30/07/2011

La reflexion du jour revient au sus-nommé…

… Henri !!!

.

Qui nous sort ici-même d’après le billet titré: « On ne va pas tout de même ré-ouvrir les maisons de correction pendant qu’on y est? »

.


« Pourquoi? On va retrouver que des bronzés à l’ombre ! »

.

Excellent jeu de mots, vous en conviendrez. Bon, moi, ça me fait rire. Après, c’est chacun qui voit…

Merci Henri.

FDF

11/02/2011

PHILIPPE BILGER SUR BRASILLACH : L’ANTI-KAPLAN***Blog-Notes N°71.

Je relaie, avec l’autorisation de l’auteur…

FDF

.


Monsieur le Procureur Général Philippe Bilger est un homme très courageux. Il l’a prouvé. Nous savons maintenant, après avoir lu son livre « 20 MINUTES POUR LA MORT », qu’il est également capable de faire preuve d’une exceptionnelle impartialité.

Je ne possède pas « tout » ce qui a été écrit sur Robert Brasillach …mais presque !

Jusqu’à ce jour, je n’avais pu consulter que des hagiographies (Maurice Bardèche, Jean Madiran, Peter Tame…ou Anne Brassié), ou des traités de démonologie, dont Alice Kaplan (« Intelligence avec l’ennemi »)représente, par sa malhonnêteté et la haine sous-jacente à son propos, le paradigme.

Le livre de Philippe Bilger réussit la prouesse de n’être -ni pour Robert, ni contre lui : et cela, c’est parfaitement admirable.

Mais au-delà du « Procès Brasillach », l’auteur nous offre une réflexion sur la magistrature…et ses « complices » : les Avocats.(il écrit notamment, p153, « dans notre monde, magistrats et avocats…).

C’est surtout cela qui a retenu mon attention; d’autant plus que je me considère moi-même, à tort ou à raison, comme l’une des victimes de cette « corporation » – dans laquelle, je le répète, il convient d’inclure les « bavards ».

Le cas Reboul/Isorni, illustre parfaitement cette relation « particulière ».

Je n’ai pas connu le Procureur Marcel Reboul (il avait déjà quitté la rue Geoffroy-St-Hilaire, lorsque, dans les années 70, je commençais à fréquenter Lili Bisinger, l’ex-épouse de Jacques Isorni, qui avait conservé l’appartement au moment du divorce).

Par contre Lili et moi déjeunions, une fois par trimestre « Aux Deux soleils » (en face du Palais de Justice), avec Jacques Isorni, qui était intarissable sur le procès du Maréchal -mais beaucoup plus discret sur celui de Robert Brasillach…

J’avais rencontré, pour la première fois, Jacques Isorni (et Lili), en 1957, à l’occasion de la première de « La reine de Césarée », au Théâtre des Arts (aujourd’hui démoli).
Invitée par Isorni, ma mère, Jane Pagès, qui avait bien connu Robert, était venue tout spécialement de Rio de Janeiro (où mon père habitait depuis la « Libération », et où ma mère et moi l’avions rejoint en 1951).

Ce soir-là, je fus présenté à Xavier Vallat (que ma mère connaissait déjà), et qui illustre parfaitement le propos du Procureur Général Bilger sur l’antisémitisme de raison (ou d’Etat)(p 85), par opposition à l’antisémitisme « de peau »(ou « d’instinct »- parfois qualifié d’antisémitisme « clinique »)(p 91), du deuxième Commissaire Général aux Affaires Juives, Louis Darquier (dit « de Pellepoix », dit « Baron »), qui, rappelons-le mourut tranquillement en Espagne (sans être passé par la case « prison »), en 1980.

C’est Suzanne Bardèche (née Brasillach), la soeur de Robert, qui avait eu la malencontreuse idée de proposer à son frère de prendre Maître Isorni comme avocat. Elle s’en est voulu toute sa vie, puisqu’elle avait encore évoqué ce choix devant moi, rue Rataud, quelques mois avant sa mort.(elle est enterrée au cimetière de Charonne, aux côtés de son époux, presque en face de la sépulture de Robert).

En effet, Jacques Isorni était un vaniteux qui ne voulait jamais perdre une occasion de faire des effets de manche.
Or, ce qu’il fallait faire à cette époque, c’était de la « procédure » afin de retarder le plus possible, la date de Procès (et attendre que les esprits se calment un peu)-et les avocats « éclairés » qui ont utilisé cette tactique, ont généralement sauvé la tête de leur client.

Par ailleurs, dès la désignation de son « ami » et locataire (rue Geoffroy-St-Hilaire), du Procureur Général Marcel Reboul, il aurait dû proposer à Robert, de passer la main à un confrère.

Il n’en fut rien et « la joute oratoire », ou le « concours d’éloquence » (pour utiliser l’expression de Bernadette Reboul cf. « Entretien ») eu lieu, avec le résultat que l’on sait.

Jacques Isorni, rappela, du bout des lèvres, à Marcel Reboul « qu’à son Parquet, ils avaient fait quatre ans de collaboration », mais s’empressa d’ajouter : »Pour sauver, ce qui pouvait l’être »…(Petite phrase qui fut longtemps -jusqu’à Paxton- la « tarte à la crème » des anciens collaborateurs de Vichy).
Il évitera de rappeler que Marcel Reboul, avait, pendant l’occupation,
siégé au Tribunal Spécial de la Seine -et avait requis contre des résistants…

En réalité, tous les magistrats (du Parquet comme du siège) avaient, en application de l’Acte Constitutionnel N°9, en date du 14 août 1941, prêté serment de fidélité au Chef de l’Etat (le 2 septembre).

Tous, sauf un : Paul Didier, a qui il convient de rendre hommage.

Juge au Tribunal de la Seine, il fut suspendu, puis, plus tard révoqué; arrêté le 6 septembre 1941 et interné au camp de Chateaubriant.
Libéré en février 1942, et assigné à résidence, il rejoint la résistance.
A la Libération, il refusa toutes les promotions qu’on lui proposait.

Le Président Maurice Vidal avait donc, lui aussi, prêté serment. Cependant il ne semble pas s’être particulièrement « illustré » pendant cette période (et surtout, il n’a pas fait parti des « Sections spéciales »). La chambre qu’il présidait s’occupait, semble-t-il, des délits relatifs au marché « noir ».
Isorni n’avait donc pas la possibilité d’utiliser cet argument contre lui.

Mais c’est (selon Lili), pour ne pas embarrasser, ni Reboul, ni Vidal, que Jacques Isorni ne fit pas état de l’affaire « Bruhat »:

Quelques jours avant d’aller se réfugier dans la chambre de bonne de la rue de Tournon, Robert apprend l’arrestation du Professeur Georges Bruhat, Directeur-adjoint de la rue d’Ulm.

Il demande alors à ma mère d’intervenir en sa faveur, auprès d’Ernst Jünger (qu’elle avait rencontré lors d’une réception chez le Baron Empain, président du Métropolitain).

Nous nous rendons au Majestic, ma mère et moi (je reste en bas dans la voiture).
Jünger promet d’intervenir; mais il est malheureusement trop tard.

George Bruhat a été arrêté par la Gestapo de la rue la Pompe, dont le chef est un allemand, du nom de Friedrich Berger (qui mourra paisiblement chez lui, à Munich, en 1960).

Or, Berger, qui avait dirigé un « Bureau d’achat », au 14,rue du Colonel-Moll, avait été mêlé au fameux procès « du sucre », présidée par Maurice Vidal et où le ministère public était assuré par Marcel Reboul… (l’avocat de la défense étant Jacques Isorni).

A l’époque, le bar « américain » favori de maman était le Chantaco, situé à l’angle de la rue de Pompe et de la rue de Sontay (la petite amie du barman, Simone B. était une ancienne condisciple du Collège de Saint-Gaultier, dans le Berry),et Robert, maman et moi nous y rencontrions souvent, pendant que mon père vaquait à ses affaires.

Le Chantaco était à quelques mètre du 180, rue de la Pompe, et entre deux « séances de baignoire », ces messieurs venaient s’y rafraîchir.

Robert ne leur adressait jamais la parole, mais maman et moi les connaissions bien : à l’heure du déjeuner, ma mère jouait l’apéritif au « 421 » avec certains d’entre eux , et plus particulièrement avec jean-Baptiste Zimmer, dit « le professeur » qui, je l’appris plus tard, jouait du piano pendant les intérrogatoires.

Lorsqu’il était en retard, ma mère m’envoyait le chercher au 180, et j’ai donc bien connu le fameux salon violet, où se trouvait le piano.
Je dois dire que je n’y ai jamais rien vu de particulier (peut-être faisaient-ils une pause à ce moment-là); par contre, c’est là que j’entendis pour la première fois la Marche turque de W.A. Mozart.

Nous apprîmes plus tard, que c’est en fait le « Professeur » lui-même, qui avait dirigé l’interrogatoire de Georges Bruhat.

Aux questions de maman, il répondit que Bruhat n’était plus chez eux, et qu’il était parti pour l’Allemagne.

Par ailleurs, il était trop tard pour qu’il intervienne : quelques jours plus tard (le 17 août), Berger et toute son équipe quittait la rue de la Pompe pour Strasbourg.

Georges Bruhat mourut cinq mois plus tard au camp de Sachsenhausen.

Cet « esprit de corps » qui réglemente les rapports entre Magistrat et Avocats, perdure encore de nos jours : il imprègne tous le système judiciaire français.

La Police obéit aux ordres des Vice-Procureurs d’un Parquet qui, hier comme aujourd’hui, est « à la botte ».

Quant aux Magistrats, ils sont le plus généralement guidés par l’idéologie dominante (aussi « ignoble et nauséabonde soit-elle » p 153) et les Didier et les Bilger sont l’exception qui confirme cette règle.

Enfin, Philippe Bilger pose, dans son dernier chapitre, des questions tout à fait fondamentales, et en particulier une question que je me pose moi-même très souvent :

Si j’avais eu dix ans de plus, pendant l’occupation, aurai-je été résistant…ou milicien ?

Pour ce qui est du futur (à mon avis très proche), je pense quand même qu’il y a peu de chances que l’on me surprenne à collaborer avec l’occupant.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer
Directeur de l’Observatoire de l’islamisation de la France
et de l’Europe

Source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

24/10/2010

Les dix stratégies de manipulation des masses…

Avec ça, vous allez comprendre bien des choses… à lire, à méditer, à afficher, à faire passer, à diffuser…

FDF

.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes. »

Par Noam Chomsky