Francaisdefrance's Blog

31/10/2011

Rached Ghannouchi: « Notre langue c’est l’arabe » !

ET LA NOTRE, à nous,  C’EST LE FRANCAIS,  QUE LE FRANCAIS !!!

Le prochain ou la prochaine qui va me téléphoner pour essayer de me vendre tel ou tel opérateur, qui se présentera de la part de « on ne comprends JAMAIS ce qu’ils annoncent » et qui le fera avec un fort accent maghrébin tout en prétendant se nommer Kevin ou Christelle ne recommencera pas; c’est certain… Il y a des paroles qui calment…

Et à m’sieur Ennahda qui nous montre son vrai visage, je dis: reprends tes brebis galeuses qui nous pourrissent la vie en France (c’est bientôt l’Aid, en plus) parque-moi tout ça quelque part dans ton bled et fais toi oublier. Car si tu ne connais pas la « Résistance », tu vas vite apprendre, mon pote !!!

Cadeau: وعن fuck بعيدا

FDF

La bas, ti cozes kom ti veu, mon frère… Chez nous, tu fais pas chier! Ai-je été clair ???

.

NOUS DEVRIONS TOLERER L’ENSEIGNEMENT DE L’ARABE DANS LES ECOLES  PRIMAIRES – ( PRECONISé PAR LE P.S. )- LEURS MADRASAS,  LEUR  HALAL,  LEURS MOSQUEES, LEURS US ET COUTUMES,  LEUR RAMADAN, LEUR ISLAM, LEUR SHARIA, LEURS  MANIFESTATIONS,  LEURS BURKAS, LEURS BABOUCHES, LEUR « RASSEMBLEMENT DU MONDE MUSULMAN »……..  J’EN PASSE ET DES MEILLEURES.

IL SUFFIT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Arrêtons de leur lécher les babouches, laissons faire DELANOE, AUBRY & Cie qui font ça si bien.

Les CALL CENTERS en Tunisie, (et en provenance d’autres pays arabes)  qui appellent les clients français vont donc nous parler en ARABE????????   Dès lundi je le signale à mes  providers.

EXIGEONS LA RECIPROCITE : L’OUVERTUE CE N’EST PAS QUE POUR NOUS,   OU ALORS NOUS SUPPRIMONS TOUT CE QUI FAIT REFERENCE A L’ARABE DANS NOTRE PAYS.

Sources :  http://mgb.minutebuzz.com/2011/10/27/ennahda-part-en-guerre-contre-le-francais/

http://www.tunisienumerique.com/2011/10/rached-ghannouchi-notre-langue-cest-larabe/

Ennahda part en guerre contre le Français

Le chef du parti islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi a regretté ce matin que les Tunisiens soient devenus « franco-arabes » dans la pratique du langage, et a insisté sur l’identité arabe du pays, dans une interview à la radio Express FM.

« Nous sommes arabes et notre langue c’est la langue arabe », a martelé M. Ghannouchi, dont le parti est donné vainqueur des élections du 23 octobre.  »On est devenu franco-arabes, c’est de la pollution linguistique. Nous encourageons l’apprentissage de toutes les langues, surtout les plus vivantes, sans perdre notre identité. Celui qui n’est pas fier de sa langue ne peut pas être fier de sa patrie », a-t-il ajouté.

22/08/2011

Réciprocité !

On nous bassine depuis des années avec ce mot: réciprocité. Et, depuis des années, on peut constater que la réciprocité est à sens unique. Et ce sont toujours les mêmes qui passent pour des idiots; sciemment…
FDF

Une solution aux problèmes de l’immigration :

La réciprocité !  Cliquez-moi!
http://french.ruvr.ru/2011/08/14/54640547.html

Ces dernières 24 heures l’île de Lampedusa a abrité 1600 réfugiés africains!

http://www.courrierinternational.com/breve/2011/08/22/deux-espions-americains-condamnes-a-huit-ans-de-prison

Deux « espions » américains condamnés à huit ans de prison

Shane Bauer et Josh Fattal, deux jeunes Américains qui étaient détenus en Iran depuis le 31 juillet 2009, ont été condamnés à huit ans de prison pour « espionnage », a annoncé le 21 août le procureur de Téhéran. Les deux hommes avaient été arrêtés alors qu’ils effectuaient une randonnée dans la zone frontalière entre l’Iran et l’Irak. Selon leur version des faits, ils auraient traversé la frontière par erreur. Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, s’est dite « profondément déçue » par cette condamnation.
.
Merci à Henri…

04/01/2011

Fermons les mosquées en Occident !

C’est clair, net et sans bavures… Au nom de la réciprocité…

FDF

.

Loin de moi la volonté de limiter la liberté religieuse de quiconque, en Occident ou ailleurs. Mais devant la persécution à répétition des chrétiens dans les pays musulmans, il me semble qu’il est important que les pays occidentaux prennent des mesures symboliques pour envoyer un message fort aux pays musulmans leur disant que cela n’est plus tolérable.

La mesure symbolique que je propose, proche de celle d’un autre blogueur de la Tribune de Genève, est la suite:

Fermer tous les lieux de culte, toutes les mosquées et tous les centres islamiques qui se trouvent à Genève, en Suisse et en Occident.

Ceux-ci ne devraient être rouverts que lorsque les États musulmans s’engageront solennellement – en jurant sur le Coran – à respecter la liberté religieuse des non-musulmans dans leurs pays et à respecter le principe de la réciprocité.

img_606X341_egypt-bomb-church-0101.jpg

images?q=tbn:ANd9GcQI7Hh4JBm0FFKAt9MZLgY2wM6x3yt37y-nfj8m88i3x5cgw0h-

http://www.youtube.com/v/HIob7ZPNJ6c?fs=1&hl=fr_FR

Quelques minutes avant l’attentat…

Suite et source: http://tinyurl.com/282epyr

19/12/2010

Exigeons le respect de la réciprocité dans les rapports avec les musulmans.

Le problème est que les musulmans n’accepteront jamais ce deal… C’est interdit par le « prophète ».

FDF

.

« J’ai signalé dans un précédent billet un article dans lequel  les Kabyles demandent à la France qu’elle exige de l’Algérie le respect du principe de la réciprocité avant d’autoriser la construction de la Mosquée de Marseille. Ceci est extrêmement important si on veut se faire respecter. Je vous livre ici mes réflexion à ce sujet.

reciprocite.gif

L’article kabyle indiqué signale que l’Algérie viole la liberté religieuse sur son territoire, en arrêtant notamment des Kabyles convertis au christianisme pour avoir mangé pendant le mois de Ramadan, et en fermant leur lieu de culte. Un extrait de cet article interpelle l’Occident et de ce fait mérite d’être cité:

Si dans les sociétés occidentales, le multiculturalisme, les diversités religieuses et ethniques sont considérés comme des atouts pour renforcer la cohésion sociale et des facteurs positifs pour le bon vivre ensemble, force est de constater qu’en Kabylie le rejet et l’exclusion de l’autre pour des motifs religieux est une règle que veulent imposer non seulement les terroristes et autre salafistes, mais aussi l’État algérien par ses tribunaux d’inquisition.

La communauté kabyle de Marseille regrette l’absence de réciprocité entre la France et l’Algérie dans le domaine de la religion. L’instauration de cette réciprocité entrainerait l’Algérie à revoir l’article 144 bis 2 de son code pénal avant de financer le projet de la grande mosquée de Marseille.

Cet article du code pénal n’est qu’un outil juridique dressé par les tenants de l’islamisme au sein du pouvoir Algérien, dans le seul but d’entraver la liberté de culte consacrée par la constitution.

Les Kabyles, habitués à défendre les valeurs républicaines et la laïcité aussi bien dans leur pays d’origine que dans leur pays d’accueil, souhaitent que la construction de cette mosquée soit conditionnée par des engagements concrets de l’état Algérien à respecter et à ne plus violer la liberté de culte qui est une valeur ancestrale en Kabylie.

Il est de notre droit et même de notre devoir de défendre le principe de la réciprocité, afin que les minorités religieuses juives, chrétiennes, bouddhistes ou athées vivant en Kabylie, aient les mêmes considérations et les mêmes droits que nous ici en Europe, ce qui est la condition sine qua non pour construire une société de tolérance et du bon vivre ensemble.

Dans un autre article, j’ai signalé que le gouvernement norvégien a lié la construction d’une importante mosquée financée par l’Arabie saoudite au respect du principe de la réciprocité dans ce dernier pays, rappelant qu‘il serait « paradoxal et contre nature d’accepter le financement venant d’un pays qui n’accepte pas la liberté religieuse ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle tendance qui exige des pays musulmans le respect de la liberté religieuse des non-musulmans sur leur territoire en contre-partie du respect de la liberté religieuse des musulmans en Occident. En arabe on dit: « Le mur bas, tout le monde le saute » (الحيط الواطي، كل الناس تنط عليه ). Les musulmans ne respectent que ceux qui se font respecter et se respectent eux-mêmes.

Je souhaite ici que le principe de la réciprocité soit étendu à d’autres domaines, comme la liberté religieuse et le mariage. Ainsi j’estime que les pays occidentaux doivent refuser le permis de séjour, l’asile politique et la naturalisation aux personnes qui n’acceptent pas:

– la liberté religieuse dans les deux sens: le droit de se convertir à l’islam comme le droit de quitter l’islam.

– le mariage d’une musulmane avec un non-musulman (voir mon article).

En effet, celui qui vient dans un pays, doit respecter ses principes constitutionnels, dont celui de la liberté religieuse et le droit au mariage sans empêchement religieux. Sinon il doit partir.

Sur le plan du mariage, lorsqu’un musulman se présente devant l’état civil pour épouser une non-musulmane, l’état civil doit refuser de célébrer son mariage s’il n’accepte pas que sa soeur ou sa fille épouse un non-musulman. Mais c’est surtout aux familles et aux femmes non-musulmanes d’exiger le respect de ce principe de la part du futur mari musulman. »

Pillé chez: http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch

29/09/2010

Avec l’islam, la réciprocité n’existe pas… Les preuves.

Et un petit coup de chapeau à Alain Vincenot…Où l’on peut se rendre compte encore une fois que l’islam (avez-vous remarqué que je ne mets jamais de « i » majuscule à islam ?) prône la tolérance mais ne la pratique pas; prône l’amour mais n’en connait pas le sens; prône la paix mais n’existe que par la guerre… En revanche, persécutions, meurtres, châtiments corporels, terrorisme, incitation à la haine de l’Occident, ça, ce sont des préceptes appliqués à la lettre par cette idéologie malsaine. Des preuves tombent tous les jours…

FDF

.

La base de l’amitié n’est-elle pas la réciprocité ? Article à diffuser TRES LARGEMENT

Article paru dans France Soir : Nous le répétons, tous les quotidiens nationaux ou régionaux doivent être boycottés à l’exception de France Soir. Cet excellent article en est une nouvelle preuve.

Auteur de « La Persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde (éd. Michel Lafon), Raphaël Delpard insiste sur « une insupportable réalité » que vivent aujourd’hui les chrétiens dans le monde, notamment dans les pays où l’islam est religion d’Etat.

France Soir : Quelle est la situation des chrétiens aujourd’hui en Algérie ?

Raphaël Delpard : Elle est difficile. Elle est due à la loi du 20 mars 2006 qui entend, pour des objectifs politiques, freiner l’expansion de la chrétienté, notamment évangélique, en réprimant tout prosélytisme. L’Algérie se dote alors d’une police religieuse, comme en Arabie saoudite. Souvenez-vous de cette jeune femme, Habiha Kouider, arrêtée dans un autobus avec une Bible dans sa poche.

F.S. : Un chrétien peut-il accéder à la fonction publique en Algérie ?

R.D. : Non. Les chrétiens ne sont pas admis dans l’administration et encore moins dans l’armée. A peine sont-ils tolérés, ici ou là, dans des emplois très subalternes.

F.S. : Pourquoi les protestants semblent-ils plus visés que les catholiques ?

R.D. : Durant la guerre d’indépendance, l’évêque d’Alger, Mgr Etienne Duval, qui plus tard prendra la nationalité algérienne, ne cachait pas sa sympathie pour le FLN. J’y étais comme appelé. Je me souviens qu’il nous arrivait, lorsque nous étions dans le bled, de lui demander un prêtre pour dire la messe. On n’en a jamais eu un. A l’indépendance, l’Eglise catholique a espéré bénéficier d’une certaine reconnaissance du nouveau pouvoir. En fait, elle a été désagréablement surprise. Notamment lorsque Houari Boumediene, à la fin des années 1960, a entrepris de supprimer toute présence chrétienne dans le pays. Désormais les chrétiens sont indésirables en Algérie.

F.S. : Pourtant la présence chrétienne en Algérie est antérieure à celle de l’islam…

R.D. : Effectivement. A la fin de l’empire romain, les Kabyles étaient essentiellement chrétiens. Puis ils ont été islamisés. Aujourd’hui, beaucoup de Kabyles, soucieux de contrer le pouvoir central arabophone, qui leur a imposé l’arabe comme langue nationale au détriment de la leur, se tournent vers le christianisme. Mais davantage vers le protestantisme que le catholicisme.

F.S. : Quels types de persécutions les chrétiens subissent-ils dans les pays où l’islam est religion d’Etat ?

R.D. : Cela va du statut social inférieur ou de la perte d’emploi à l’assassinat, en passant par la prison, les tabassages, l’enlèvement, la torture, le viol, l’incendie des biens et des lieux de culte…

F.S. : Dans ces derniers pays, en existe-t-il un où on pourrait aujourd’hui construire une église ?

R.D. : Non, aucun.

F.S. : Les chrétiens d’Orient sont donc en train de disparaître…

R.D. : Effectivement. Un exemple. En 1994, ils représentaient 64 % de la population de Bethléem. Ils ne sont plus que 2 %. A Gaza, il n’en reste qu’une poignée. Dans les autres pays, ils partent, fuyant les violences et les discriminations. Ces communautés avaient commencé à se constituer dès la crucifixtion du Christ. Ce sont des chrétiens d’Orient qui ont évangélisé l’Europe. Si les gouvernements et les pouvoirs ne font rien pour les protéger, d’ici cinquante ans, il ne restera plus la moindre présence chrétienne au Proche et au Moyen-Orient. Or ni la Commission des droits de l’homme de l’Union européenne, ni celle de l’ONU (qui ont si violemment critiqué la France sur les Roms, ndlr rebelles.info), dirigée par des musulmans intégristes ne s’en préoccupent.

Propos recueillis par Alain Vincenot.

Ces pays où la tolérance n’existe pas

Le 21 septembre dernier, le procureur du tribunal d’Aïn-el-Hammam, bourgade de Kabylie, située à 150 à l’est d’Alger a requis trois ans de prison ferme à l’encontre d’Hocine Hocini, 44 ans, et de Salem Fellak, 34 ans, deux ouvriers coupables d’avoir rompu d’un casse-croûte le jeûne du ramadan. Le 12 août, sur un chantier, ils s’étaient accordé une pause déjeuner. Arrêtés par la police « en flagrant délit de consommation de denrées alimentaires », ils étaient immédiatement inculpés pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le procès, à Hocine Hocini qui rappelait qu’il n’était pas musulman, mais chrétien, le procureur aurait conseillé de « quitter ce pays, qui est une terre d’islam ». Le verdict sera rendu le 5 octobre.

Toujours, en Kabylie, à Larbâa-Nath-Irathen, quatre autres chrétiens, animateurs d’une église pentecôtiste, devaient comparaître dimanche pour « pratique d’un culte non musulman sans autorisation ». Le procès est reporté au 10 octobre. Le 8 novembre, ce sont huit hommes qui seront jugés par le tribunal d’Akbou pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le mois du ramadan, ils avaient été interpellés dans un fast-food fermé d’Oueellaguen, à une soixantaine de kilomètres de Béjaïa. A Tizi Ozou, ce sont des travaux derrière le mur d’enceinte de l’église protestante qui ont indisposé le préfet. S’appuyant sur « un défaut de permis de construire », il a demandé l’arrêt du chantier.

En 2009, 34 prêtres, séminaristes, religieux ou religieuses ont été assassinés dans le monde, parce que chrétiens. Sans aller jusqu’à la mort, dans bien des pays musulmans le sort des chrétiens n’est guère enviable : statut de dhimmi, autrement dit inférieur bien que la traduction du mot signifie « hôte protégé », interdiction d’entrer dans l’administration, de posséder une Bible, de se convertir, de construire une église, d’assister à un office religieux, conversions par la force… L’année 2010 aura été marquée par une recrudescence des persécutions…

Le 6 janvier, en Egypte, six coptes sont assassinés. Entre le 12 et le 20, en Irak, trois commerçants de Mossoul tombent devant chez eux, sous des balles « inconnues ». En mars, le Maroc expulse plusieurs dizaines d’étrangers accusés de prosélytisme chrétiens. Seize d’entre eux travaillaient dans un orphelinat. En Malaisie, les chrétiens n’ont plus le droit d’utiliser le nom « Allah » pour désigner Dieu dans leurs publications, une coutume pourtant vieille de plusieurs siècles. Au Pakistan, trois hommes sont condamnés à la prison pour blasphème, un autre est brûlé vif devant un commissariat, sans que les policiers n’interviennent…

En 2006, dans une interview au quotidien italien La Stampa, Mgr Velasio De Paolis, à l’époque secrétaire du tribunal suprême de la Signature apostololique au Vatican, affirmait : « Le problème principal est que l’islam est fermé au point de ne pas admettre la réciprocité… En terre d’islam, dès que l’Eglise se présente dans son authenticité, elle est accusée de prosélytisme. » Il ajoutait : « Cela fait plus d’un demi-siècle que l’Occident a des relations avec les pays arabes, et n’a jamais été capable d’obtenir la moindre concession sur les droits humains. »

Alain Vincenot pour France Soir, édition du 27 septembre 2010