Francaisdefrance's Blog

15/12/2011

La pétition contre le droit de vote aux étrangers fait des progrès…

Comme il fallait s’y attendre…

Nous sommes en France. Ce sont les Français, les vrais, qui décident de leur sort. Et pas les « pièces rapportées »…

FDF

.

Chers amis,

Vous êtes plus de 12 000 à  avoir signé notre pétition contre le droit de vote

Cela prouve, s’il en était besoin, que la France n’est pas morte, malgré les coups que subissent sa souveraineté, son identité, sa culture et sa liberté d’expression.
Sachez aussi que le Comité contre le droit de vote des étrangers a fait beaucoup de choses en un mois de temps :
 il s’est créé 6 comités régionaux ou départementaux dont voici la liste et les coordonnées :

 Paris-Ile de France  idf.non.droitdevote@gmail.com 06 47 01 06 06  Christian Lescornec
 Normandie  comite.citoyen.normandie@gmail.com 06 34 37 15 28  Jean Lucat
 PACA  pacacontrevotedesetrangers@laposte.net 06 03 15 51 37  Jean-Louis Geiger
 Pays de la Loire  vote.tricolore.pdl@gmail.com 07 61 42 27 39  Gérard Benhaim
 Côte d’Or  nondroitdevote.comitecotedor@voila.fr 06 27 74 49 74  Martial Strauss
 Languedoc-Roussillon  LRcontrevotedesetrangers@yahoo.fr téléphone en attente  Jean-Claude Santerre

Sept autres sont en cours de création..

À la tête de ces comités : des volontaires, des citoyens qui ont, pour certains, une expérience politique (toutes les tendances de droite et du centre sont représentées) ; pour d’autres il s’agit de leur premier engagement.
Vous avez dû être contacté par chacun de ces responsables de comités, ou allez l’être très prochainement afin de vous rencontrer et de définir ensemble les actions à mener.
Pour sa part le Comité national a organisé un contre-sondage à celui de BVA (qui donnait 61% de Français favorables au vote des étrangers) auprès des 36 000 Maires de France le 6 décembre dernier, par un mail adressé à chacun des maires et leur demandant de répondre à la question « Êtes-vous favorable au droit de vote et d’éligibilité des étrangers non-Européens ? », répondez par OUI ou par NON.
10 000 maires ont ouvert ce message, environ 1 000 ont répondu de façon claire :

 Résultats  82 % NON  13% OUI  Nuls 5%

Voilà la réalité de la France profonde, la vraie, pas celle de bobos sondés par les instituts de sondage !

Par ailleurs, des centaines de nos amis signataires de la pétition ont organisé un véritable assaut téléphonique, dans les jours qui ont précédé le débat sur le texte de loi, auprès du groupe socialiste de l’Assemblée Nationale, du Sénat, auprès du PS, et des grandes radios et TV nationales.
Résultat :  tous les standards téléphoniques et les messageries saturés !! Bravo !! et le message est passé puisque le président de la République et le premier ministre, ainsi que la droite populaire et même Arno Klarsfeld, président de l’Office Français de l’Immigration,  ont pris position de façon très claire contre ce droit de vote.
Vous savez que malgré tout le texte a été voté par le Sénat à majorité de gauche.
Mais il ne passera pas à l’Assemblée Nationale, sauf s’il n’est soumis qu’après les prochaines législatives et que les Français font passer les socialistes à l’Assemblée.
Quant au  résultat de notre sondage auprès des maires, il  a été transmis à toute la presse, papier, radios et TV. Mais bien sûr ce résultat dérange la bien-pensence journalistique (encore des bobos…………)
Les réponses à ce sondage ne cessant d’affluer chaque jour,  je vous ferai un point actualisé dans 8 ou 10 jours, et alors j’espère que la presse daignera ouvrir les yeux sur la réalité…
Merci, pour les nouveaux qui n’auraient pas encore été contactés par leur comité régional, de prendre contact avec lui au plus tôt. Nous avons besoin de tous !!

A très bientôt et très amicalement

Catherine BLEIN
Porte-parole du Comité contre le droit de vote des étrangers
contredroitdevotedesetrangers@gmail.com

30/07/2011

Egypte. Hier: « Pacifique, pacifique! »; aujourd’hui: « Islamique, islamique! »…

Après le printemps, vient l’été. Mais dans les pays du « printemps arabe », l’été s’annonce sombre, dangereux, dominé par les islamistes intégristes et la charia… Et dire que l’Occident avait cru et aidé cette « nouvelle démocratie ». En fait, on n’a fait qu’installer l’islamisme nauséabond. Quelle honte.

Mais quand on réfléchi bien, il fallait s’y attendre. Un tel élan de rébellion violente et de non moins violentes répressions ne pouvait venir que d’une seule plaie: l’islam intégriste

FDF

.

«Le peuple veut renverser le régime» étaient noyées dans les slogans «Le peuple veut appliquer la charia». Au printemps, béats, les Occidentaux avaient salué l’envol des hirondelles; ils découvrent aujourd’hui de drôles d’oiseaux. Nez à nez avec la réalité.

Les mouvements islamiques égyptiens ont donc décidé d’entrer ouvertement dans le mouvement de protestation. Ils sont fracturés en tendances différentes et la pièce maîtresse, les Frères musulmans, est débordée sur son aile la plus fondamentaliste. Certes, hier encore, tous, laïcs disséminés inclus, protestaient contre l’ancien régime perpétué par l’armée. Comme pour s’affirmer, chacun, avant les élections législatives prévues cet automne…

Mais après le printemps, justement, quel automne? En Egypte, l’unité de circonstance ne résistera pas, à terme, à la mise en place d’un pouvoir centralisé, qui devra être fort pour arrimer la population qui pour l’essentiel coule immensément le long du Nil. En Tunisie, l’alchimie pourra être plus subtile, mais le sentiment de bien-être à la clé tout autant nécessaire.

On oublie parfois, ici, que l’élément déclencheur du printemps arabe a été davantage l’exaspération contre des conditions de vie misérables que l’aspiration à notre idée de liberté. Au moment où il s’agit de faire tomber le pouvoir honni en Syrie et en Libye, les Occidentaux seraient irresponsables d’aider à abattre les régimes en place sans se soucier des suites.

Fini le temps de capter le résultat des rébellions! L’urgence, au nord-ouest, est de favoriser un développement économique et au final partagé.

Source: http://www.tdg.ch/

25/07/2011

Petit poème sympa…

Que j’ai reçu par mail. Je le trouve bien au goût du jour…

FDF

.

Lire ici: La plaie se referme la cicatrice reste

Merci à CH…

20/11/2010

Islamisation. Monseigneur Lefebvre en 1983: visionnaire et réaliste…

Eh bien voilà une excellente vidéo que m’a remémorée un ami…  A méditer. A L’époque, Mgr Lefebvre avait été excommunié pour ses avis trop « francs ». Aujourd’hui, on nous dit encore de la boucler sur le sujet et la censure frappe sans retenue. De quoi  raviver notre devoir de résistance…


FDF

.

Lire: http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB89048112/conference-de-presse-mgr-lefebvre.fr.html

01/09/2010

Le Monde Souterrain en France ou les clés de la nébuleuse Sarkozy…

Pillé sur Rutube… Ben oui, tellement censuré en France que seuls, des pays lointains, hébergent ce genre de diffusion… Faut dire que c’est du « lourd »… Si tout est vrai, il est certain que ça peut fait mal…

FDF

.

« Voici la vidéo d’une synthèse, non exhaustive, des rapports plus que professionnels (+ familiaux… etc.) qui existent entre l’exécutif et le pouvoir financier mondialiste. Les preuves sont là et il n’est pas possible de nier cette réalité à moins d’être doté d’un cerveau défaillant ou d’être un pleutre qui n’a pas les capacités d’accepter la réalité de ce bas monde… »

http://rutube.ru/tracks/3542706.html?confirm=3ec5a72b9b2ca2607adcc46cb077ef2d&v=5204c10c9b901621d828a7d16e098ceb
Source: http://tinyurl.com/38pyh9n

24/08/2010

« A notre France bien-aimée qui nous manquera tant »…

mardi 24 août 2010

Surprise surprise

A bord du Falcon 7X Dassault, le président s’installe dans le fauteuil du salon privé. Il est fatigué. Il se tourne vers son conseiller.
– Saint-Mars. Racontez-moi quelque chose. N’importe quoi. J’ai besoin de me changer les idées. Ne me parlez ni de l’opposition, ni des agences de notations.
– Mm… Il y a un fait divers dans l’actualité…
– Allez-y.
– Ça s’est passé l’autre jour, dans la région de Lille. Une mère a découvert la mort de son fils d’une manière pour le moins… Singulière. Se rendant dans un cimetière pour enterrer un membre de sa famille, elle a découvert, par le grand des hasards, la tombe de son fils. Il était mort depuis un mois. Personne n’avait été prévenu.
– Non ? Vous êtes sérieux ?
– Oui.
Le président plisse des yeux, se figure la scène. Il ne peut réprimer un rire nerveux, hoquetant.
– Ah !… Les pauvres gens. En même temps… Il y a un côté tragi-comique dans tout ça… Je ne devrais pas rire. On ne devrait pas rire de ça, hein ?
– Non Monsieur le Président. Mais il faut bien trouver un moyen de relâcher un peu la pression.
– … Imaginez-vous la scène. On marche dans un cimetière, et d’un seul coup, stupéfaction ! Incrédulité ! Là, à nos pieds, une tombe… Quelqu’un qu’on pensait en vie, pétant de santé…  Ah, c’est vraiment affreux. On le verrait dans un film, on le croirait pas.
– En effet, nous ne le croirions pas.
Détendu par l’intermède, le président décide de consacrer l’heure de vol restante à faire une sieste.

Une heure plus tard, le Falcon atterrit dans une grande capitale européenne.
Hommages militaires, fanfares, poignées de main. Une voiture officielle conduit le président vers le lieu d’une cérémonie. A l’intérieur, il prend connaissance du bref discours qu’il prononcera.
La voiture arrive dans une immense place, surmontée de plusieurs groupes de statues. Les autres chefs d’Etats sont déjà arrivés, à l’agacement du président : « Retard ! J’ai l’air de quoi devant la presse internationale ? »
Il s’installe à sa place tandis que le Russe commence son discours sous une pluie fine. Le président n’y entend rien qu’un maelstrom grisâtre d’expressions qui l’indiffèrent : morts, sacrifices, avenir radieux. Inutile même de chercher à comprendre ; chacun de ses mots et gestes est préparé par une armée de conseillers. Il pourrait aussi bien être un robot. Il s’ennuie. Pour passer le temps, il détaille en pensées le corps de la femme qui se trouvait sans son lit la veille.
Enfin, le russe invite les chefs d’Etat à déposer les gerbes. Son tour venu, le président se lève, se recueille devant un groupe de statues représentant des combattants de la seconde guerre mondiale. Ensuite, il s’avance vers ce qu’il lui semble être un hommage aux victimes du communisme. Un troisième groupe de statues évoque les victimes des crises économiques.
Le président s’apprête à regagner son rang, lorsqu’il se produit quelque chose d’étrange. Avec des regards embarrassés, les hommes du service protocolaire lui indiquent un emplacement, au fond, à droite. Saint-Mars hoche la tête : oui, il y a un autre monument. Le président revient sur ses pas. Tous les regards sont rivés sur lui. Il s’approche, une gerbe à la main.
Devant ses yeux, s’élève une statue représentant une femme. Elle pourrait évoquer vaguement Jeanne d’Arc. Ou Marianne. Sur le socle, une phrase, gravée en plusieurs langues : « A notre France bien-aimée qui nous manquera tant. R.I.P. ».
Le président en reste coi. Ne sachant que faire, il se tourne vers son conseiller.
– Qu’est-ce que c’est que ce truc ?
– Un monument funéraire à la France.
– Mais la France n’est pas morte.
Saint-Mars garde le silence.
– Elle n’est pas morte ! Qu’est-ce que c’est que cette mascarade ?
Les chefs d’Etats étrangers sortent de leurs rangs et s’approchent, la mine compassée.
– La France est en vie… Dites-leur ! Qu’est-ce qu’ils ont tous là, à me regarder ?
Le président américain lui pose la main sur l’épaule et glisse : « Il faut accepter la réalité telle qu’elle est ».
– La réalité ? Mais la France n’est pas morte. J’y étais il y a quelques heures. Saint-Mars, répondez-moi ! Si vous ne me répondez pas, vous êtes virés.
– Monsieur le Président, dit ce dernier, il faut accepter la réalité telle qu’elle est.
L’un des chefs d’Etat tend un grand livre de condoléances aux feuilles d’or. Le président est abasourdi. Il hurle.

Son hurlement déchire la nuit pluvieuse comme un voile, laissant transpercer une lumière artificielle et un ronronnement familier. Le Falcon. Nous sommes dans l’avion.
– Vous allez bien Monsieur le Président ?
– Ah, ce n’est rien… j’ai fait un rêve…
– Un rêve ?
– Rien de grave. Un truc idiot.
Le président se lève pour se dégourdir les jambes.
– Bon. Faites moi apporter un café, merci. Saint-Mars, qu’est-ce qui est prévu aujourd’hui ? Il faudrait que je prenne l’habitude de lire les discours avant.
– Nous rentrons à Paris pour l’inauguration d’une grande Mosquée.
– Ah. Encore une grande Mosquée. Fait chier. Et depuis quand les Présidents de la République inaugurent les mosquées, hein ?
– Depuis que le Premier Ministre a inauguré celle d’Argenteuil. Accessoirement, depuis que les renseignements généraux vous ont fourni leurs dernières projections démographiques.
– Oui bien sûr. Les électeurs. Le client a toujours raison… Je me demande quand même ce que nos aïeux auraient pensé de tout ça. Bah. Est-ce qu’on a le choix ?
Le café est servi. Au moment où le président dirige la tasse vers ses lèvres, il entend la voix de son conseiller répondre :
– Nous ne l’avons pas. Il faut bien accepter la réalité telle qu’elle est.