Francaisdefrance's Blog

24/10/2011

Trop, c’est trop! Encore un chauffeur de bus victime de la racaille !

On va finir par les armer, les chauffeurs de bus, les contrôleurs dans les trains! Quand il y a « tentative de meurtre », commme dans ce cas, il faut qu’il y ait « légitime défense »! Sauver sa peau, c’est un réflexe naturel… C’est l’instinct de survie. Surtout dans ce genre de criminalité barbare et gratuite.

Ces types au service du public sont de plus en plus victimes d’agressions de la part de la racaille, quand il n’y laissent pas leur peau… Ca commence à bien faire. L’insécurité gagne encore plus de terrain. Une seule solution, désormais: la riposte. Comme la prévention ne fonctionne pas…

FDF

.

« Alors que les socialistes ont choisi leur candidat François Hollande dimanche soir, vingt-quatre heures plus tôt, c’est un chauffeur de la RATP qui a été choisi comme victime par des délinquants masqués, à Asnières. Son bus a été attaqué et incendié aux Courtilles, avant que les malfaiteurs ne s’en prennent à cet agent RATP pour l’asperger d’essence mais, heureusement, sans parvenir à l’enflammer.

Cet évènement intervient après une série d’atteintes à la sécurité de nombreux de nos citoyens à Asnières, notamment après l’agression d’un autre chauffeur de bus, le 2 août 2011, qui s’était fait tabassé par une dizaine de jeunes délinquants, à la gare routière d’Asnières. A la suite de ces deux évènements, les lignes de bus ont été détournées provisoirement de leurs trajectoires habituelles.
C’en est trop !

Les Français en ont assez de vivre dans cette insécurité. Les Asniérois en ont assez d’avoir peur à chaque fois qu’ils sortent de chez eux. Désormais plus aucun quartier d’Asnières n’est épargné, puisque de nombreux citoyens se plaignent d’agressions à répétition, même dans des quartiers réputés calmes. Il faut inverser le camp de la peur. Il faut agir enfin. Qui peut croire aux mensonges du maire d’Asnières, ou de monsieur le président de la République, lorsqu’ils prétendent faire baisser les chiffres de l’insécurité ? Leurs chiffres ne baissent que sur leurs papiers, mais en réalité, ce sont de plus en plus de Français qui souffrent de cette inaction totale, tant de la part du gouvernement actuel que de notre maire local. Peut-on croire que le PS fera quelque chose, puisqu’aucun des deux finalistes à la primaire socialiste n’a ne serait-ce qu’évoqué le sujet de l’insécurité ?

Il faut en finir avec l’impunité totale des délinquants, même s’ils sont jeunes. La jeunesse n’excuse pas tout. Il faut donner les moyens à la police d’agir, et cesser de supprimer des postes de policiers comme le fait Nicolas Sarkozy depuis son arrivée au pouvoir ( – 16.000 policiers et gendarmes). A la justice de condamner et de faire exécuter les peines (plus de 80.000 peines de prison non purgées). Il faut condamner puis, une fois la peine purgée, expulser les criminels étrangers, et condamner sans faiblesse les nationaux. Il faut que la République reprenne le pouvoir dans tous ses quartiers. Les Français doivent à nouveau pouvoir sortir de chez eux sans crainte. Ils doivent être en sécurité partout en France. Car la sécurité est la première des libertés… »


Source: http://www.nationspresse.info/

18/12/2010

Trois « RER A » visés par des projectiles !

Et la fête continue!

FDF

.

Le trafic est perturbé…

Trois RER A ont été visés vendredi après-midi, aux alentours de 18h15, par des «projectiles de nature indeterminée» entre Saint-Maur-Créteil et Joinville, selon la RATP, contactée par 20minutes.fr  Dans un premier temps, i-Télé annonçait que les rames avaient été visées par des balles.

De nombreuses vitres ont été brisées mais il n’y a eu aucun blessé. D’après la SNCF, la police enquête mais il n’y a, pour le moment, aucun résultat.

En conséquence, le trafic a été perturbé sur la ligne A du RER mais il reprend progressivement. La zone où les jets ont eu lieu est sécurisée par des policiers et des agents de la RATP.

Si pour l’instant on ne connaît par le type de projectiles, la Direction territoriale de la Sécurité de proximité (DTSP) du 94, penche pluôt pour l’hypothèse de jets de pierres.

Source: http://www.20minutes.fr

26/11/2010

Délinquance: la RATP baisse les bras…

Des « incivilités »… Personnellement, si une sous-merde me crache au visage, je réagis sur le champ avec ce que cela implique pour lui. Cette « pratique » hautement glorifiante (pour eux) m’écoeure au plus haut point. Donc, ç’est la loi du Talion qui parle immédiatement face à ce genre de démonstration de haine et de racisme anti-blanc. Et si ils sont plusieurs, ça ne m’effraye pas. Il y en aura pour tout le monde, j’ai du stock…

Mais à la RATP, ce sont semble t’il les moyens et la volonté qui manquent. Menacer la racaille par voie d’affiches, c’est léger… La « prévention », c’est du pipo. Avec ça, c’est droit dans le mur. Face à ces connards, il faut du « lourd ». Il suffit d’y mettre le prix…

FDF

.

Société: « Incivilités » à la RATP, rien de neuf semble-t’il.

Tout va pour le mieux dans notre société. La RATP affiche son désarroi devant les « incivilités » comme ils disent. Pourtant, elle aura été à la pointe de l’approche envers les jeunes « défavorisées« , en situation « difficiles » etc.

Je me souviens des débats de ces dernières années sur les agressions des agents de la RATP, des réponses aussi comme d’aller dans les écoles pour expliquer ce qu’est la RATP. Ce sont des fortunes que les entreprises de transport comme la RATP dépensent pour essayer d’avoir un peu la paix sur ses lignes de transport. Rien n’y fait. C’est même devenu un argument de vente du réseau la « prévention » de la RATP. Il y a désormais des professionnels de la prévention à défaut d’avoir des résultats. Car il faut bien le reconnaître, « l’insécurité » n’a pas reculé dans les banlieues. Bien au contraire. Même cette axiome,  les conducteurs doivent ressembler aux clients de l’ancienne Présidente de la RATP, Anne Marie Idrac, devenue Présidente de la SNCF, puis Ministre n’a pas suffit.

Il est vrai que tous ces décideurs ne restent jamais bien longtemps en place pour assumer les directives qu’ils prennent. Ne restent que les acteurs sur le terrain, ceux qui sont s’en prennent plein la tête chaque jour et qui savent bien que ce n’est pas leur origine, leur couleur qui les protégera des « incivilités » des banlieues.

Gérard Brazon

En raison de recrudescence des outrages envers les conducteurs…

.

Pillé chez http://puteaux-libre.over-blog.com

29/08/2010

Lutte contre la délinquance: Ouf, ça commence… Mais pas comme on pensait.

Et ben voilà! La RATP en a marre de subir les « bienfaits de l’immigration »… On n’ arme pas encore les agents de sécurité qui en auraient grand besoin, mais c’est un excellent début…Pourvu que d’autres suivent. Il faut que la peur change de camp. Il en est grand temps…

FDF

La RATP veut doter ses agents de sûreté de gilets pare-balles

29.08.2010
La RATP compte quelque 1000 agents de sécurité qui appartiennent au Groupe de protection et de sécurité du réseau (GPSR).
AFP/PIERRE ANDRIEU
La RATP compte quelque 1000 agents de sécurité qui appartiennent au Groupe de protection et de sécurité du réseau (GPSR).

A lui seul le projet donne une idée de la gravité des problèmes de délinquance dans les transports en commun franciliens. La RATP s’apprête ainsi à proposer un gilet pare-balles à ses quelque 1 000 agents de sûreté employés dans le Groupement de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR).

Un appel d’offres a été lancé au premier semestre pour que la régie puisse acheter ces équipements. D’après un porte-parole de la direction, « la date limite pour le dépôt de candidatures arrive dans les prochains jours, et les candidatures seront examinées dans les semaines qui suivent ». Le moment où les gilets seront remis reste indéterminé, mais « ce ne sera pas avant la fin de l’année », estime un syndicaliste.

DÉBATS INTERNES

Il y a plusieurs mois, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du GPSR s’était exprimé en faveur de cette initiative, rapporte Philippe Kismoun, délégué syndical central adjoint UNSA-RATP. D’après lui, cette position avait été prise quelque temps après des incidents survenus en Seine-Saint-Denis : des agents du GPSR avaient essuyé des tirs alors qu’ils circulaient en voiture pour accompagner un bus qui dessert des zones urbaines sensibles.

« Nous ne sommes pas à l’abri », commente Olivier Diarra, de la CGT, en relevant que « la délinquance a beaucoup évolué » depuis quelques années : être confronté à des individus qui ont « la gâchette facile » est moins rare qu’avant. M. Diarra affirme que la CGT était déjà « montée au créneau » après les émeutes urbaines de 2005 pour que son service soit doté de gilets pare-balles. « A l’époque, la direction avait refusé », dit-il. Aujourd’hui, cette hypothèse est en train de se concrétiser…

Suite et source: http://tinyurl.com/2ufwk7c