Francaisdefrance's Blog

07/01/2012

Nigéria. Et ça continue: des centaines de déplacés et des chrétiens tués dans les violences !

La machette ou la kala, c’est selon les arrivages…

Un beau pays; qui applique de main de maître la christianophobie tant prônée par l’islam. Les machettes sont rouges de sang au Nigéria…

FDF

.

A Potiskum, dans le nord-est, "il y a eu des échanges de tirs entre nos hommes et les combattants de Boko Haram (mouvement islamiste) pendant une grande partie de la nuit et cela a fait des morts et des blessés", a indiqué samedi à l'AFP le chef de la police de l'Etat de Yobe Lawan Tanko.

Des centaines d’habitants ont fuit samedi leurs habitations dans le nord-est du Nigeria après une nouvelle attaque d’islamistes, qui multiplient les violences contre les chrétiens après l’expiration d’un ultimatum pour qu’ils quittent le nord du pays.

Cette escalade meurtrière fait craindre la généralisation de violences interconfessionnelles dans ce pays de 160 millions d’habitants, le plus peuplé d’Afrique, également répartis entre les deux religions. Le sud est à dominante chrétienne et le nord essentiellement musulman.

A Potiskum, dans le nord-est, « il y a eu des échanges de tirs entre nos hommes et les combattants de Boko Haram (mouvement islamiste) pendant une grande partie de la nuit et cela a fait des morts et des blessés », a indiqué samedi à l’AFP le chef de la police de l’Etat de Yobe Lawan Tanko.

« Il est trop tôt pour donner des chiffres car nous sommes toujours en train d’enquêter et faire le bilan de la situation », a-t-il ajouté.

Les habitants des quartiers proches du commissariat de la police attaqué par les islamistes dans la nuit de vendredi à samedi ont expliqué avoir quitté leurs domiciles par crainte de raids des militaires dans la zone. Ils ont trouvé refuge chez des proches et des amis.

La ville de Potiskum est une des zones placées sous état d’urgence par le président Goodluck Jonathan le 31 décembre.

« Presque tous les habitants des quartiers de Dogo Tebo et de Dogo Nini ont fui leurs habitations par crainte d’une attaque de la part des soldats qui sont arrivés en ville ce (samedi) matin de Damaturu », une ville voisine, a précisé Idris Bakanike, un habitant du quartier de Dogo Tebo.

Des dizaines de militaires se sont déployés samedi et ont pris position autour du commissariat de la police.

« Nous avons peur que les soldats attaquent et incendient nos habitations comme ils le font à Maiduguri (ville du nord-est) à chaque attaque de Boko Haram, a souligné Amiru Umar, un habitant du quartier de Dogo Nini.

Des dizaines d’islamistes armés avaient attaqué la ville de Potiskum vendredi en fin d’après-midi aux cris de « Allah akbar (Dieu est grand), notamment le commissariat de la ville. Deux banques avaient été cambriolées et incendiées par les islamistes, selon des habitants.

Fin d’un ultimatum

Situé au coeur du Nord musulman du pays, la ville de Potiskum est régulièrement la cible des attaques de Boko Haram. Un ultimatum fixé par un porte-parole de la secte islamiste Boko Haram aux chrétiens pour qu’ils quittent le nord majoritairement musulman du pays a expiré mercredi soir.

Boko Haram, qui exige notamment l’imposition de la charia (loi islamique) dans tout le pays, a par ailleurs revendiqué la dernière série d’attaques ayant visé des chrétiens et qui ont fait plus d’une vingtaine de morts depuis vendredi.

La plus violente de ces attaques a fait 17 morts vendredi à Mubi, dans l’Etat d’Adamawa (nord-est), quand des hommes armés ont ouvert le feu sur un rassemblement de chrétiens, selon des témoins. Selon la police, le bilan s’établit à 12 morts.

Les victimes étaient venues rendre visite à des proches de deux à cinq personnes assassinées la veille par des inconnus.

Toujours dans le nord du pays, une autre attaque a visé jeudi soir des fidèles réunis en prière dans une église de la localité de Gombe. Les assaillants ont ouvert le feu sur les fidèles, tuant six personnes, selon des témoins.

Une autre attaque a été perpétrée vendredi soir par des hommes armés dans une église à Yola, capitale de l’Etat d’Adawama (nord-est du Nigeria), faisant au 10 morts parmi les fidèles, selon une un responsable chrétien.

« Ces attaques sont l’une des conséquences de la fin de notre ultimatum », a déclaré à la presse par téléphone Abul Qaqa, un homme qui s’est déjà exprimé plusieurs fois au nom de Boko Haram.

Mais des responsables chrétiens ont menacé récemment de se défendre si des chrétiens étaient à nouveau visés.

« Nous n’appelons pas les chrétiens à la vengeance mais nous les appelons à se mettre en alerte et à se protéger, à protéger leurs familles et leurs biens contre ces attaques », a réagi vendredi le chef de la principale organisation chrétienne du nord, la CAN.

Source: http://www.lepoint.fr/

18/07/2011

Christianophobie: la pandémie gagne du terrain.

Et c’est au Viet Nam, cette fois, que l’on s’attaque aux communautés chrétiennes. Et par des communistes, en plus. Au fait, ça n’existe pas des communistes islamistes intégristes? Parce qu’on aurait la « crème », là…

FDF

.

Massacre de chrétiens par le régime communiste Vietnamien

Encore un massacre horrible commis par le régime communiste contre les chrétiens Hmongs.
Pour avoir porté des Bibles, des femmes sont « sommairement exécutées », autrement dit violées et tuées par les forces Vietnamiennes, polices secrètes y compris.
Ailleurs, un rassemblement de chrétiens est massacré. Les pasteurs sont décapités, et les charniers sont enfouis au bulldozer ….

Hanoï, Vietnam – Les forces de sécurité Vietnamiennes ont décapité plusieurs pasteurs, et ont abattu  « quelques » chrétiens Hmong.
Selon James Jacob Prash, directeur exécutif du « Moriel Ministries (MM) »,  cet horrible massacre s’est produit le 14 Juillet 2011.

En fait, beaucoup de chrétiens Hmongs se rassembleraient suite à de fausses prédications émises par un prêcheur américain. Cette prédication annonçait le retour du Christ sur Terre … pour la fin Mai.
Ces prédications auraient été transmises par une émission sur ondes courtes, depuis la station radio Harold Camping, basée en Californie.

Ce serait suite à cette émission prédisant le retour de Jésus-Christ sur la Terre vers le 21 Mai que beaucoup de chrétiens (7 000 selon les sources) se sont rassemblés pour prier (selon Worthy News).
Malheureusement, les pauvres gens n’ont trouvé que la police et des soldats féroces qui les ont massacrés, après avoir décapité deux pasteurs.

Les militants des Droits internationaux ont estimé le massacre à quelques douzaines de chrétiens tués, mais aux dires de Prasch, le nombre réel serait beaucoup plus élevé.
Des pasteurs Hmong lui ont dit que, « un très grand nombre de chrétiens ont été abattus, des pasteurs décapités, et à la fin du massacre, des bulldozers ont « enterré » les corps, formant de véritables charniers ». Beaucoup d’autres ont été arrêtés … et l’on sait ce qu’est, en général, le triste sort de ce genre de prisonnier.

Le gouvernement Vietnamien a, comme il le fait chaque fois, nié le massacre, ou accusé des « troupes irrégulières » … enfin, ça dépend ce qu’on entend par « troupes irrégulières » …
En Avril, 4 femmes Hmongs avaient été « sommairement exécutées » à la frontière du Laos, pour avoir commis le crime de transporter une Bible

D’autres femmes désarmées ont également été « sommairement exécutées », par des troupes de la police secrète (au fait, c’est peut-être elles les troupes irrégulières !).
Hum … développons un peu ce terme d’ « exécution sommaire ».
Prenons le cas de deux jeunes femmes qui ont également été « sommairement exécutée ».

Selon les sources, les deux jeunes femmes ont été « brutalement violées », et à plusieurs reprises. Puis, les « soldats » ont tiré sur elles à bout portant, avec des armes automatiques, dans la poitrine et à la tête.

Dans la région du Diên Biên, vivent environ 170 000 Hmongs, soit le tiers de la population. Les Hmongs forment 1% de la totalité de la population Vietnamienne. La plupart ne reçoivent que … 100 dollars par an … soit 1 dixième de ce qu’il faudrait pour survivre … et ce malgré un travail particulièrement pénible …

Prasch dénonce, à raison d’ailleurs, une exploitation odieuse, de la part des auteurs de ces fausses prédications, qui exploitent le malheur et les conditions de vie terribles des Hmongs pour leur faire croire en de fausses théories …

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/