Francaisdefrance's Blog

30/08/2011

Lutte contre la délinquance: jeu de chaises musicales à Marseille…

On use les préfets, à Marseille; mais pas l’insécurité. C’est ça qui est révoltant. Si nos hautes instances croient que le fait de changer de préfet comme de chemise va résoudre le problème de la « première ville musulmane de France« , comme le dit fièrement le maire de la cité phocéenne, JC. Gaudin, personne n’y croit. C’est un effet d’annonce pour calmer les esprits, c’est tout.

A savoir : « Le Préfet se doit de garder une neutralité politique absolue et d’appliquer la politique du Gouvernement en place sans exprimer ses propres opinions. »

Donc, il obéi aux ordres venus d’en haut. Dans le cas qui nous intéresse, le préfet limogé a tout simplement servi de bouc émissaire de l’échec en matière de lutte contre la délinquance décidée par les les hautes autorités qui le jettent comme un vieux papier aux ordures. Le nouveau préfet ne fera pas mieux.

Il faut du concret, dans cette affaire. Pour résoudre ces problèmes de délinquance, c’est l’armée ou la Légion, qu’il faut envoyer.  Point barre…

C’est la guerre civile, à Marseille. Agissons avant que d’autres villes soient contaminées.

FDF

.

Et monsieur le maire; il ne se sent pas un peu responsable, des fois?

Petite remarque: l’écharpe de maire se met avec le bleu « au dessus », m’sieur Gaudin…..

.

La Cité phocéenne a accueilli ce lundi, Alain Gardère, le troisième préfet délégué à la défense et à la sécurité en deux ans.

Éclaboussée par les règlements de compte à la kalachnikov en plein jour, minée par les rackets et les trafics de drogue rongeant les cités, Marseille semble comme engluée dans une spirale délinquante où l’on détrousse et braque jusqu’en centre-ville. Les résultats des premiers mois de 2011, notamment marqués par un bond de 40% des vols à main armée sur la ville, en témoignent. Les récentes prises d’assaut de trains de marchandises et de voyageurs par des bandes d’inconnus bloquant les voies façon attaque de diligence, le viol d’une fillette de 13 ans dans le quartier de la gare Saint-Charles et le hold-up d’une banque à proximité du commissariat n’ont fait que parachever un sombre tableau.

À l’occasion de sa troisième visite dans la Cité phocéenne depuis son arrivée Place Beauvau, Claude Guéant a affiché sa fermeté vis-à-vis des criminels et des délinquants qui, ici comme ailleurs, seront «poursuivis, arrêtés et mis hors d’état de nuire». Soucieux de restaurer l’ordre républicain, comme cela a été fait en Seine-Saint-Denis ou à Grenoble avec l’arrivée de préfets à poigne comme Christian Lambert ou Éric Le Douaron, le ministre de l’Intérieur promet une thérapie de choc à Marseille. Car, sur place, les règles du jeu ont changé. Le grand banditisme à l’ancienne, marqué par les faits d’armes de Jacky le Mat ou Francis le Belge, a cédé le pas à une délinquance de cité assez tenace.

Une «nouvelle stratégie de sécurité»

«Une réponse policière plus adaptée était nécessaire, assure Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat de police Alliance. Marseille n’est pas devenue le Bronx, mais il faut reconnaître qu’un effort doit être consenti en matière de collecte du renseignement et d’investigation dans les quartiers. Moins qu’à Paris, les forces de l’ordre ont pu anticiper les difficultés que l’on connaît aujourd’hui. » En installant lundi le préfet Alain Gardère, pur produit de la sécurité publique, en remplacement de son prédécesseur, issu de la police judiciaire, Claude Guéant appelle de ses vœux la mise en place d’une «nouvelle stratégie de sécurité ». En clair, sortir d’une organisation classique et trouver une «parfaite synergie» entre policiers et gendarmes afin de lutter en profondeur contre la petite et moyenne délinquance.

Plus qu’un simple coordinateur, le nouvel homme fort de la sécurité marseillaise dirigera en personne l’action des services. Alain Gardère, sous les ordres du préfet Michel Gaudin, a été l’un des artisans des bonnes recettes de la police d’agglomération à Paris. Plus réactive, elle a fait chuter de 25% la délinquance à Paris entre 2001 et 2009. L’arrivée de 140 policiers supplémentaires, dont une quarantaine affectés directement à Marseille, et le renfort ponctuel de 200 CRS dans la Cité phocéenne devraient apporter une bouffée d’oxygène sur la Canebière, le Vieux-Port et les quartiers nord. Insistant sur «l’énergie et le professionnalisme » des policiers et des gendarmes, le ministre de l’Intérieur observe un retournement de tendance, marqué par des replis respectifs de 7,35% et 2% de la délinquance générale en juin et juillet dernier.

Renforts policiers et nouveaux crédits

«L’engagement sera tenu»: Claude Guéant a confirmé lundi le renfort de 100 policiers issus de la sécurité publique. «51 seront en poste dès le 1er septembre, 52 autres arriveront d’ici la fin du mois», a détaillé le ministre, précisant qu’il a décidé de «maintenir pour le mois de septembre la CRS supplémentaire arrivée en août et d’en rajouter une deuxième ce qui au total représente un renfort ponctuel de 200 policiers». Ces forces mobiles s’ajoutent aux deux unités qui travaillent de manière permanente à Marseille. Côté crédits, une enveloppe complémentaire de 267.000 € a été attribuée au profit de la police marseillaise pour engager des réservistes. Pour accroître encore la présence policière sur le terrain, l’Intérieur a pris des dispositions pour payer des heures supplémentaires pour le second semestre 2011. Au total, 55.721 heures seront indemnisées, soit l’équivalent de 7.000 jours de travail supplémentaires d’ici à la fin de l’année.

Source: http://www.lefigaro.fr/

21/11/2010

Quartiers nord de Marseille: terres brûlées de la République…

A l’arme lourde, maintenant. C’est pratique courante… Il faudrait riposter; à l’arme lourde, aussi. Mais c’est interdit… On ferait mieux de leur laisser notre France. Il n’y a plus rien à piller, le plus gros est fait; alors…

FDF

.

Communiqué de presse de Grégory Gennaro, membre de la Coordination nationale du FNJ, Secrétaire régional du FNJ PACA

Des évènements graves ont une nouvelle fois frappé les quartiers nord de Marseille.

Dans la nuit de vendredi à samedi, a éclaté, à la cité Le Clos La Rose, une fusillade mortelle faisant un mort et un blessé grave.

Plusieurs coups de feu ont été tirés depuis deux voitures. A bord, plusieurs individus étaient armés d’armes de guerre Kalachnikov. Cet acte de barbarie est directement lié à un trafic de drogue.

Un adolescent de 16 ans est décédé de ses blessures alors qu’il s’est rendu par ses propres moyens à l’hôpital. Quant à l’enfant de 11 ans, soupçonné par la police d’être un guetteur lié au trafic de stupéfiants, il a été grièvement blessé par balles au dos, au bras et à la jambe.

A cause de l’impuissance politique, les quartiers nord de Marseille sont devenus des zones de non-droit, des terres brûlés de la République française et sont laissés aux mains de bandes armées rivales issues en général de l’immigration. Lentement, les zones de non-droit sont passées d’un risque chronique d’émeutes à une situation de guérilla urbaine.

Les citoyens sont les témoins impuissants et les victimes, au quotidien, de la violence et de la criminalité.

Le Front National de la Jeunesse tient également à rappeler que les jeunes français sont les premières victimes de la violence urbaine et des réseaux de la drogue.

En effet, dès l’âge de 16 ans, la jeunesse française est premières victimes de la drogue en Europe. La consommation du cannabis touche 30% des jeunes adultes et plus particulièrement des garçons (80%). La consommation de cocaïne concerne 25 000 jeunes. 3,3% des jeunes de 17 ans ont déjà expérimenté la cocaïne.

Au vu de la gravité de la situation, il faut immédiatement qu’un plan de reconquête des zones passées sous le contrôle des mafias soit énergiquement mis en œuvre pour qu’enfin Marseille retrouve la paix et la tranquillité.

Avec le Front National, protégeons la jeunesse, défendons les citoyens. Ensemble, pour la politique du grand changement, remettons de l’ordre en France !

Source: http://gregorygennaro.fr/