Francaisdefrance's Blog

10/02/2012

Invasion islamique. Et dire que nous êtions prévenus…

Et un p’tit coup de « José Castano », un !

Ca ravive les mémoires défaillantes…

FDF

.

Image pillée chez http://webresistant.over-blog.com/

L’ISLAM…  D’HIER  A  AUJOURD’HUI

« Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de ka terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée » (XXe chant de l’Apocalypse)

Dans un tract du F.L.N. rédigé en Algérie en 1956, on pouvait lire en substance :

Rappelez-vous que, quand nous serons indépendants et dans un minimum de temps, nous combattrons les trois cents kilomètres que nos ancêtres ont envahis en France. Voici les limites, Poitiers, Saint-Etienne, Lyon, les environs des Alpes et les Pyrénées. Toutes ces terres et ces villes sont celles de nos ancêtres. Après la guerre d’Afrique du Nord, nous allons envahir les trois cents kilomètres qui nous appartiennent et les ports de Toulon, Marseille, Bordeaux. Nous sommes les fils de Mohamed, fils de l’Islam.

            Cinquante six ans après la diffusion de ce tract, la prophétie est en voie de se réaliser…

            Aujourd’hui, le monde arabe, sous l’emprise des faux prophètes que sont les religieux, est obsédé par les souvenirs de grandeur, le tumulte des épopées oubliées, les magnificences des siècles révolus. A leurs fidèles, contemplatifs, crédules et soumis, ils annoncent l’arrivée du Madhi, de l’Envoyé, qui plierait les infidèles sous la loi du cimeterre, comme aux siècles de gloire… Ils font de cette effrayante prédiction leur principal thème de combat dénombrant au passage les millions d’hommes entassés dans les deltas des fleuves d’Asie, les fourmilières humaines qui grouillent aux confins du Gange, celles qui piétinent aux marches des déserts d’Arabie. Ils y ajoutent les peuples du Caucase et de l’Oural, ceux du Moyen-Orient et du Maghreb, ceux du Soudan, du Sénégal et du Niger. Et serrant l’Afrique et l’Asie dans leurs doigts, ils expliquent que rien désormais ne pourrait plus résister à l’avalanche, que c’est le nombre –c’est-à-dire eux- qui fera désormais la loi, que l’Histoire est en marche, que nul ne saurait plus jamais l’arrêter, que les signes qui annoncent la victoire sont évidents et que la fin de l’Occident est déjà écrite quelque part sur les livres de l’Eternel. Le monde arabe est ainsi devenu une gigantesque bouilloire où surgissent de toute part les faux prophètes comme des silhouettes d’apocalypse. Ils ne poussent plus leurs « fidèles » à la bataille… ils les convient à la curée.

C’est ainsi que ces hommes ont imaginé de mobiliser au profit de leurs calculs, la force de bélier de ces masses en mouvement et, couvrant d’un faux sens les mots qui les fascinent, ils leur ont donné des étendards sur lesquels sont peints les symboles éblouissants, mais qui ne dissimulent, en réalité, que de sauvages appétits de conquête, et un goût du meurtre et du sang hérité des âges barbares.

On peut se demander comment ces faux prophètes que sont les Oulémas et les Imans –des religieux !- peuvent allier les commandements de Dieu et les crimes atroces que perpétuent en son nom de par le monde les terroristes islamiques. Eux s’étonnent que l’on ose compromettre ou ralentir la résurrection de l’Islam avec des scrupules de ce genre. La guerre révolutionnaire que ces fanatiques ont entreprise a des exigences… et la terreur qu’ils font peser sur le monde en a d’autres plus cruelles encore. Et pour mieux inculquer à leurs troupes fanatisées cette nécessaire terreur, ils ont recours au miracle du verbe, sacrifiant des foules, offrant des hommes au moloch dans le creux de leurs paumes ouvertes, brassant des vivants inutiles, balayant des millions de morts du revers de leurs mains, et reconstruisant dans les transes de l’extase, un avenir qui n’a plus de sens puisque ne se levant que sur des charniers et des déserts.

            En 1968, Abdallah Ghochach, juge suprême du Royaume hachémite de Jordanie s’exprimait en ces termes : « Le Djihad a été légiféré afin de devenir un moyen de propagation de l’Islam. En conséquence, les non-musulmans doivent venir à l’Islam soit de leur plein gré, soit de force par la lutte et le Djihad… La guerre est la base des relations entre les musulmans et leurs adversaires. »

Et voilà qu’aujourd’hui, la haine de l’Occident ramène les arabes vers l’Islam, un Islam farouche, fanatique comme aux premiers âges… Tous les pays arabes ont lancé en leur temps la guerre au nom de la « démocratie » et de la « liberté »… Nous avons connu cela en Algérie. Ils la prolongent dans cette croisade qui s’appelle la guerre sainte et que l’Occident aveuglé par l’obstination chrétienne, la conscience humaine et la morale ne perçoit même pas. Mais on ne la livre plus au nom des Evangiles ou des Philosophies, on se bat pour de chimériques recettes de bonheur, des fictions dangereuses, des illusions puériles. On bourre la cartouchière des terroristes de munitions mais on leur donne aussi une musette gonflée de mensonges qui entretiennent leur colère. On incite les peuples à la haine en indiquant aux uns qu’ils se battent toujours pour les mêmes misères et aux autres que les temps sont venus de recommencer l’épopée. Et du Gange à l’Atlantique, l’Islam renoue des forces irrésistibles… Il faut préparer la grande fête de la guerre pour chasser les infidèles et, fusil au poing et bombes dans les valises, bâtir de nouveaux empires plus étonnants encore que ceux de la légende. Reviendront ainsi les terribles images, celles que nous avons connues en Algérie : Les hommes égorgés, émasculés, pendus aux arbres des bois, les enfants cloués aux portes des masures et les femmes attachées à la queue des chevaux emballés. Enfin, des stratèges diaboliques ont compris le parti que l’on pouvait tirer des colères allumées par les mensonges dans le cœur des naïfs et des crédules. Ils ont cessé de faire la guerre eux-mêmes. Ils y ont poussé les peuples abusés. Ils payent ces mercenaires d’un nouveau genre avec des mots et pour exciter leur ardeur au suicide, ils leur ont insufflé le pire des poisons : La haine.

Partout montent les clameurs de ces peuples qui rêvent de revivre enfin la prodigieuse épopée scandée par le choc des cimeterres et dont les fastes illuminent encore la nuit des temps… Partout ces cris qui menacent l’Occident, l’invectivent et le vouent à la mort. La vieille prédiction de Kipling devient une réalité redoutable : « Voici que montent les multitudes à l’assaut de la passe de Khaybar… » Et pendant ce temps, pendant que s’accélère cette frénésie des peuples acharnés à assassiner l’Occident comme pour se venger d’avoir reçu de lui la vérité qui prête une force gigantesque à leur faiblesse millénaire, l’Occident se bat contre lui-même pour une définition puérile de la liberté.

José CASTANO

13/12/2011

« La France est devenue la colonie de ses colonies ! » a déclaré Vladimir Poutine…

Et il est loin d’avoir tort, Poutine…

Immigration: le plus grave reste à venir… Je ne voudrais pas vous faire peur, mais lisez cet article de José Castano… Il n’y a pas que des chiffres.

FDF

Photo d’illustration…

.

ISLAM ET IMMIGRATION

 

 « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs ; des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcheriez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-deux-Mosquées » (Charles de Gaulle, 5 mars 1959 – Propos rapportés par Alain Peyrefitte)

 

            Contrairement aux affirmations fantaisistes de de Gaulle évoquant le nombre croissant d’Algériens qui viendraient s’installer en Métropole si l’Algérie demeurait française transformant ainsi Colombey-Les-Deux-Eglises en « Colombey les deux mosquées », c’est, précisément, l’indépendance de l’Algérie qui a entraîné la situation actuelle de l’immigration des Nord-Africains en France…

            Si l’enfantement de la nouvelle République algérienne entraîna l’hystérie collective, amalgame de réjouissances, de meurtres et de pillages tels le génocide dont furent victimes les Musulmans fidèles à la France et les assassinats d’Européens du 5 juillet 1962 à Oran, les Algériens ivres d’indépendance allaient, très vite, danser une tout autre danse en tournant en rond devant un buffet vide… C’est ainsi qu’après la mise à sac du pays en 1962, après la frénésie sanguinaire et destructrice des premiers mois de l’indépendance, après l’incurie des chefs du FLN désormais aux commandes de l’Etat, après les premières années de chaos forcené, il ne restait plus rien de l’équipement technique du pays. Les immeubles tombaient en ruine, l’agriculture était moribonde, les rouages précieux mis en place par la France rouillaient au soleil de midi et les ingénieurs venus de l’Est dès la proclamation de l’indépendance levaient les bras au ciel en contemplant d’un œil désespéré l’ampleur des dégâts. C’est alors que craignant la colère du peuple que l’on avait savamment gavé durant huit ans de promesses démagogiques et fallacieuses, le gouvernement algérien, incapable de fournir du travail à sa population, exigea « la libre circulation des personnes » avec la France et « leur libre résidence de Dunkerque à Marseille » en menaçant de Gaulle d’une rupture qui eût contrarié sa « grande politique » arabe. Aussitôt, sur l’injonction formelle du « Guide », satisfaction sera donnée aux nouveaux maîtres de l’Algérie et la décision d’ouvrir, pratiquement sans contrôle, nos frontières à l’immigration algérienne fut appliquée.

            Dans son ouvrage « Les immigrés maghrébins entre le passé et l’avenir », M. Mohamed Harbi, l’un des dirigeants du FLN de cette époque en apporte la confirmation : « Une discussion collective sur l’émigration a eu lieu dans le cadre de la commission de préparation du congrès du FLN. Je dois dire que nombre de dirigeants avaient sur cette question une « attitude de type magique ». Faute de solution crédible à proposer, ils avaient tendance à considérer que l’exportation de main-d’œuvre était une sorte de dédommagement pour les préjudices causés à l’Algérie par la colonisation, un droit qui les confortait dans leur nationalisme et en même temps leur « permettait d’échapper au spectre de la question sociale ».

Il ajoute plus loin : « les préoccupations de la gauche du FLN ont été prises en compte dans les programmes du FLN d’avril 1964. La charte d’Alger stipulait donc : « Les causes de l’émigration sont étroitement liées au niveau de développement du pays. (Elle) peut être atténuée ou freinée mais « ne cessera qu’avec la disparition de ses causes principales ».

            Les inquiétudes que les plus avisés avaient alors émises sur ce rapport quand on connaissait, déjà à cette époque, les problèmes d’ordre économique et social que rencontrait l’Algérie, ne furent pas prises en compte et pourtant, il était illusoire de croire que le gouvernement algérien encouragerait ses ressortissants à « demeurer au pays ». A cet effet, il est bon de citer un extrait du rapport rédigé en 1966 par l’Amicale des Algériens en France (qui, ne l’oublions pas, incarnait le FLN durant le conflit), concernant l’émigration : « L’émigration, cette solution imposée par la pression démographique est, à notre sens, la solution complémentaire au développement agricole et industriel. Car l’émigration a toujours des conséquences démographiques, même lorsqu’elle consiste en une migration temporaire de travailleurs ; elle sépare alors les couples mariés, retarde le mariage des célibataires et réduit la natalité. La dimension finale moyenne d’une famille algérienne est de 7 à 8 enfants nés vivants ; celle d’un émigré marié, périodiquement séparé de son épouse pour des durées plus ou moins longues, est 2 à 3 fois plus petite (2 à 4 enfants) ».

            Ainsi, lorsqu’en 1966 un accord officiel autorisait l’entrée de 8 000 travailleurs algériens entre le 1er janvier et le 1er septembre, ce furent en réalité, d’après les statistiques officielles, 15 732 « travailleurs », plus 23 228 « touristes », plus 25 000 « parents », soit au total plus de 60 000 immigrés réels (pour 8 000 autorisés) qui vinrent s’installer en France en huit mois… et il ne s’agissait là que d’Algériens !… Cette situation était d’autant plus grave que, grâce à l’immigration clandestine, le nombre des Algériens résidant en France s’élevait déjà à un million en 1968. Bien que nombre de journaux –dits « nationalistes »- poussèrent un cri d’alarme, ils ne furent pas entendus et l’hebdomadaire « Minute », dans son édition du 7 novembre 1968, résuma alors avec lucidité et clairvoyance -et de façon prémonitoire- l’état des lieux : « De véritables villes arabes surgiront peu à peu dans nos grandes cités comme Harlem à New-York. Or, ces villes arabes deviendront les fiefs d’une communauté étrangère inaccessible car… l’indépendance algérienne a sonné le glas de toute assimilation d’ensemble de la communauté nord africaine de France. A quelques heureuses exceptions près, les arabes forment sur notre sol un monde clos et non perméable… « L’inadaptation, la misère, la réaction instinctive d’autodéfense de la population française ne feront qu’exacerber le particularisme de la minorité algérienne de France et transformer ses médinas en places fortes révolutionnaires… »

« Le Back Power menace aujourd’hui l’existence même de l’Amérique. Nous risquons de voir dans vingt ans quatre millions d’Algériens revendiquer chez nous le pouvoir arabe ».

Cela fut écrit il y a 43 ans ; qui eut la bienveillance de l’entendre ? Aujourd’hui la prophétie se réalise rendant vivants ces vers de Théophile de Viau dans « Elégie » :

            « Dans ce climat barbare où le destin me range,

              Me rendant mon pays comme un pays étrange. »

            De nos jours, compte tenu des milliers de naturalisations effectuées depuis 1962, du nombre important de Maghrébins séjournant en France et de l’importance des clandestins, nul n’est en mesure de chiffrer avec exactitude leur nombre. Néanmoins, selon Yves-Marie Laulun, directeur de l’Institut de géopolitique des populations (Monde et Vie du 16 juillet 2011), la population immigrée née sur le sol français (donc « française de papier ») représente 7 à 8 millions de personnes, soit plus du dixième de la population française. Ces personnes sont originaires, pour l’essentiel, de l’Afrique noire, du Maghreb et un peu de Turquie et représentent politiquement un vivier électoral très intéressant, ce qui explique l’attitude du parti socialiste, par exemple, qui souhaiterait capter ces suffrages pour s’emparer du pouvoir (dixit, Y- Laulun)… d’où la proposition de loi en faveur du vote des étrangers lors des élections municipales, déposée et votée par la Gauche, le 8 décembre 2011, dans un Sénat désormais à sa solde…

Le vote musulman aura également un impact majeur sur les prochaines élections présidentielles et législatives. Plus de 10% de l’électorat français est en effet musulman. Et c’est la part la plus jeune de la population, représentant presque un quart des moins de 20 ans. Leur impact politique ira croissant. Dans certaines villes, la moitié de la population est musulmane et il va devenir impossible pour la droite de gagner ces circonscriptions, à moins que les français de souche votent unanimement à droite… plus spécialement pour le FN. Beaucoup de Français semblent, enfin, réaliser que ces élections sont l’une des dernières chances pour eux de préserver quelque chose de l’ancienne France.

Et les statistiques les plus optimistes s’accordent à dire qu’en 2030, sur une population française de 68 millions, il y aura 20 millions d’Afro-maghrébins, soit 30% de la population française… ce qui laisse augurer un changement radical dans la gestion de bon nombre de collectivités locales et territoriales…

En janvier 2011, les chiffres de la natalité française furent annoncés avec faste : L’INSEE venait de publier un claironnant bilan démographique que nos journalistes, tout sourire, répercutaient : La France comptait désormais plus de 65 millions d’habitants. Soit 10 de plus que lors de l’élection de François Mitterrand en 1981. Quel exploit ! Cette augmentation du nombre d’habitants s’expliquerait, selon l’INSEE, par l’allongement de la durée de vie en hausse depuis 2000, mais aussi (et surtout) par un taux de fécondité de 2,01% qui ferait de la femme française la championne d’Europe. Et il ne s’est trouvé aucun journaliste, aucun politique, aucun adepte des « droits de l’homme » pour s’interroger sur ce bilan flatteur…

En réalité, sur 830 000 naissances recensées en France en 2006, 165 000 venaient de cette population issue de l’immigration. Le taux de fécondité de la population française « de souche » est de 1,6%, celui des Maghrébines en France est de 2,7% et celui des Noires d’origine africaine, 4,2% (source, idem que précédente). Donc, sur 65 millions d’habitants en France, il y a combien de Français réels ? Qui pourrait le dire avec courage et lucidité ?

Concernant l’immigration en général, selon Eric Besson, l’opportuniste transfuge du PS (alors Ministre de l’immigration du premier gouvernement Sarkozyste), pour la seule année 2009, 6 000 personnes ont été régularisées ; 29 288 étrangers en situation irrégulière ont été expulsés, tandis que 173 991 titres de séjour ont été délivrés et 108 275 étrangers ont acquis la nationalité française (en 2008, ils avaient été, déjà, 107 000), ce qui place la France en tête des pays européens  pour l’acquisition de la nationalité. Sur les huit premiers mois de l’année 2010, comme l’attestent les chiffres officiels des services de l’immigration, non seulement l’immigration n’est pas stoppée, ni même ralentie mais la situation continue à s’aggraver : 122 246 autorisations de long séjour ont été accordées, soit 9 % de plus que sur la même période de 2009, année déjà catastrophique et 6 597 statuts de réfugié ont été accordés pour ce laps de temps, contre 6 786 personnes pour toute l’année 2009. Selon l’OFPRA, Il a été déposé en 2010, 52 762 demandes d’asile, faisant de la France la première destination européenne.

Il y a également toujours plus de Français de papier puisque, durant cette période, ce sont 67 300 personnes qui ont été naturalisées françaises par décret. Par ailleurs, le délai moyen pour une naturalisation est passé de douze à cinq mois. Il y a eu enfin 19 042 renvois d’étrangers en situation irrégulière au cours des huit premiers mois, contre 19 456 pour la même période de 2009, donc quasi pas d’augmentation. Mais il y a plus grave ! En septembre 2010, selon « Valeurs actuelles » du 9 décembre 2010, Eric Besson a reconnu que « 75% des reconduites à la frontière n’ont pas été exécutées »… ce qui rendrait, dès lors, peu crédible le chiffre des expulsions annoncées… Pour conclure : En janvier 2011, il a été délivré 23 504 titres de séjour (+ 42,1% en un an). Le nombre de demandeurs d’asile a également grimpé de 17,4% (à 3 899) et celui des naturalisations de 19,4% (à 13 337).

Dans une étude parue dans le National Zeitung du 11/08/2006, Herbert Vonach, Professeur d’université autrichien écrivait : « Ce n’est pas parce que l’on décidera de naturaliser tous les étrangers que les problèmes y afférents disparaîtront »… « Quand j’ai mené cette étude, je me suis d’abord posé la question de savoir si mon petit-fils appartiendrait dans son propre pays à une majorité ou à une minorité. Je n’ose penser à cette dernière éventualité ».

Et quand on pense que le Ministre Besson, lors de sa visite dans la Cité des 4000 à la Courneuve (là même où un certain Ministre de l’Intérieur, aujourd’hui Président de la République, avait promis de nettoyer ces zones de non droit au « kärcher »… mais qui a, en réalité, seulement « kärchérisé » les forces de l’ordre en supprimant 9 500 postes de gendarmes et de policiers) avait déclaré sans le moindre scrupule : « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion ; c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage »… comment voulez-vous que ce « conglomérat de peuples », encouragé comme il l’est, accepte la moindre assimilation ? Car, l’assimilation c’est devenir comme autrui, chez autrui alors que l’insertion, c’est vivre comme chez soi, chez autrui. La plupart de ces immigrés, essentiellement africains et maghrébins, veulent bien bénéficier des lois sociales françaises, mais ils en refusent les devoirs. La majorité d’entre eux, ne veut pas adopter notre langue -hormis celle de la « zone »- (Pour éviter les mots un peu élégants, on ramasse ceux du ruisseau, disait Maurice Druon), notre culture, notre genre de vie, en un mot s’intégrer dans notre société… c’est-à-dire s’adapter ou se conformer aux modes d’existence du pays d’accueil. Par conséquent, ils veulent vivre selon leurs traditions et la loi coranique intégriste, en formant des îlots étrangers aux abords des villes. « Quand un peuple n’ose plus défendre sa langue, il est mûr pour l’esclavage », soutenait Rémy de Gourmont.

            Parmi les communautés étrangères établies sur le sol national, la communauté islamique est la plus marginalisée. En effet, tout les distingue des autres immigrés, leur culture, leur religion, leur histoire et leur aspect physique. L’immigré européen devra apprendre la langue française –ce sera sa seule difficulté- car les fondements intellectuels et moraux de son univers et de celui où il va vivre ne connaissent que des différences de degré. L’immigré musulman, au contraire, connaîtra une désidentification totale. Il deviendra, qu’il appartienne à la première ou à la seconde génération, un complet étranger pour les siens.

            En 1969 – déjà !- dans son n° 704 du 8 mars, le journal « Entreprise » alertait l’opinion publique : « On ne peut pas ne pas se poser la question de leur assimilation. Le langage, les mœurs, l’apparence physique, les habitudes familiales, sociales, religieuses creusent dans leur cas un fossé, sans comparaison avec les barrières relativement faibles qu’on dû franchir les immigrants européens ». A priori, ce cri d’alarme n’a pas été entendu…

      Concernant les « Français » d’origine algérienne, cette attitude peut se comprendre aisément dans la mesure où ces « Français de papier » restent sentimentalement algériens, s’estimant les héritiers des vainqueurs de la guerre d’indépendance. Et il en est de même pour leurs coreligionnaires tunisiens et marocains. A cet effet, il n’est qu’à se remémorer les incidents survenus au Stade de France lors des rencontres de football opposant la France à l’Algérie et à la Tunisie pour en être convaincu… « La France est devenue la colonie de ses colonies ! » a déclaré sur ce point Vladimir Poutine.

« Les français qui n’ont pas voulu de l’Algérie Française auront un jour la France algérienne » a écrit dans son livre « D’une Résistance à l’autre », Georges Bidault, l’ancien chef du Conseil National de la Résistance. Il reprenait là, en quelque sorte, cette déclaration du redoutable chef terroriste du FLN qu’était Larbi ben M’Hidi, lancée à la face des parachutistes français venus l’arrêter en 1957 lors de la « bataille d’Alger » : « Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset, je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».

Nos hommes politiques devraient méditer sur cette déclaration prémonitoire…

Le 17 mars 2011, le Ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, déclarait sur « Europe 1 » : « Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s’imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale. » Ainsi, tandis qu’à gaucheon se réjouit de cet apport d’électeurs potentiels ; à droite, on se contente d’en établir l’amer constat sans pour autant apporter de solutions…

Et le plus grave reste à venir dans la mesure où nos élites « bien pensantes » -entre autres celles du Haut Conseil à l’Intégration– ne cessent de nous rabâcher, dans un grand concerto libéral, que la France va devoir impérativement accueillir dans les prochaines décennies plusieurs millions (sic) de nouveaux immigrés pour à la fois assurer son renouvellement démographique, pérenniser son système de retraites et relancer son développement économique, ce qui rend actuelle cette déclaration de Malika Sorel, écrivain, journaliste d’origine algérienne, parue dans le magazine « Le spectacle du Monde – Octobre 2000 » : « La France s’autodétruit sans rendre service aux immigrés ». Mortifiant sujet de réflexion…

 

José CASTANO (petit fils d’immigrés espagnols)

31/07/2011

Depuis 4000 siècles, « ils » nous sucent le sang…

Reflexion faite…

.

Déjà? En ces temps reculés, « ILS » étaient là… On comprend maintenant d’où vient cette aversion que nous avons à leur encontre. C’est passé dans nos gènes… Logique.

Dans le texte suivant, on parle de réchauffement climatique comme cause de l’arrivée des « envahisseurs ». Et nous entrons de plein pied, paraît il, dans une nouvelle ère de réchauffement climatique… Preuve que ce ne sont pas des foutaises: « ILS » sont déjà là… Et ça ne va pas s’arranger.

Vivement l’arrivée d’une ère de glaciation. Mais ce n’est pas pour tout de suite. Courage…

FDF

.

L’homme de Néandertal et les envahisseurs…

Un article du Figaro nous apprend que l’homme de Néandertal aurait été « submergé » par des envahisseurs largement supérieurs en nombre.

Quelle idée ai-je eu d’aller ouvrir le site des « Français de souche », phare de la fachosphère, moi qui suis trinational : français et espagnol, et surtout catalan ? Je n’avais rien à y faire, mais au hasard d’une navigation sur le web, mille excuses, j’ai atterri dessus le 29 juillet. Et je dois reconnaître que j’y ai trouvé matière à réflexion.

Ce jour là, en effet, il publie une info qui devrait glacer le sang de tous les Européens, à commencer bien sûr par celui des Français pur jus. Figurez-vous que l’homme de Néandertal aurait été « submergé » par des envahisseurs largement supérieurs en nombre. Où ce site est-il aller pêcher ça ?

Dans le Figaro du 27 juillet qui, s’appuyant sur une étude des chercheurs britanniques, nous explique que les Néandertaliens, « chasseurs-cueilleurs » particulièrement bien adaptés au froid et maîtrisant le feu ont disparu après avoir régné sur l’Europe pendant 400 000 ans.

Et on sait aujourd’hui, grâce à nos érudits britanniques, pourquoi ces braves gens qui avaient fini (après 4000 siècles excusez du peu) par faire souche dans nos belles contrées en ont été chassés puis se sont subitement évanouis de la surface du globe. C’est parce que des envahisseurs ont déferlé en grand nombre sur le continent pour submerger et détruire leur culture.

Et d’où venaient ces envahisseurs ? Je vous le donne en mille. ILS VENAIENT D’AFRIQUE ET DU MOYEN-ORIENT. Oui, mesdames et messieurs, ils venaient de là-bas, eux aussi.

Il faut savoir qu’à ce moment de la Préhistoire, la Terre a connu un réchauffement climatique qui a permis et favorisé les déplacements vers le nord (ou jadis ils se seraient gelés) de ces innombrables HOMO SAPIENS. Qui étaient d’autant plus affamés d’espace qu’ils vivaient en plein boom démographique, vu qu’ils se reproduisaient comme des lapins. (ce n’est pas dit ainsi dans l’article, mais on le déduit facilement). Vous comprenez alors que l’homme de Néandertal n’avait aucune chance contre ces masses d’individus qui déferlaient sur lui. Pôvre de lui !

L’article du Figaro nuance cette information fracassante, un peu du bout des lèvres. En effet, il cite rapidement d’autres préhistoriens, dont Yves Coppens, qui ne croient pas un mot (je traduis leurs propos d’universitaires courtois) de cette vision de l’histoire, car elle est fondée d’après eux sur des faits trop partiels, trop ténus et trop peu significatifs. Une façon polie de la traiter d’affabulation.

Mais n’empêche. Même si elle est débinée par ces bobos barbus et fumeurs de pipe, cette hypothèse de la disparition de Néandertal provoquée par l’invasion des Africains (du Nord et du centre) et des Proche-Orientaux ne peut pas ne pas interpeller les Français de souche, qui sont à la pointe, vous le savez, de la vigilance en matière de guerres de civilisations. Le fait que leur site ait immédiatement repris l’info du Figaro montre bien qu’il ne faut pas compter sur eux pour baisser les bras !

Moi, dans cette affaire, j’ai tendance à me dire que ça fait quand même 40.000 ans (400 siècles) que les Homo sapiens sont là. C’est évidemment dix fois moins que la durée du séjour des pauvres Néandertaliens sur nos terres, mais c’est quand même un sacré bail, non ? Ils ont fait souche, eux aussi, bon Dieu ! Alors, pas d’affolement… C’est bien dommage pour Néandertal qui n’a pas su se protéger contre notre vitalité, mais on est maintenant chez nous, que diable ! Voilà ce qu’il faut se dire et ce que je pense.

Nul que je suis ! Je n’ai rien compris au film. Car j’oublie le réchauffement climatique actuel et la fécondité fabuleuse des populations du sud, qui les poussent inexorablement à nous submerger un jour. Regardez en Norvège, par exemple, où il fait de moins en moins froid  : il y a déjà 50.000 Africains et Nord-Africains ! C’est incroyable ! L’histoire recommence.

Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs ! (ces derniers mots ne sont pas de moi). Et ces nouveaux Africains, qui ne sont pour leur part jamais entrés dans l’histoire (idem) commenceront à entrer en masse dans la nôtre si nous n’y prenons garde. Si personne ne fait rien, dès aujourd’hui, dès maintenant, tout de suite, adieu la vie, adieu nos églises, nos superbes lignes bleues des Vosges, nos amours, nos chiens, nos chats, adieu nos saucissons et nos vins… Adieu, peut-être même, notre défilé du 14 juillet…

Vous me direz qu’en Norvège la réaction salutaire a commencé. Mais non ! Pas encore ! Après la tuerie d’Oslo, il n’y a pas un Africain de moins là-bas, puisque ce beau jeune homme blond a tiré… sur des jeunes Norvégiens de gauche. J’ai d’abord eu du mal à comprendre qu’il prêche la Croisade et qu’il tue ceux qu’il devrait considérer comme ses compatriotes. Puis j’ai pensé qu’il doit peut-être se dire qu’un Norvégien de gauche n’est pas un vrai Norvégien. À ses yeux, il représente sans doute l’anti-Norvège ? Ça peut se tenir, de son point de vue. En tout cas, on devrait peut-être méditer cet exemple en France.

En écrivant : « Nous autres, civilisations, savons maintenant que nous sommes mortelles », Paul Valery pensait-il à la tragédie qui nous menace, bien longtemps après celle qui a anéanti Néandertal ? Si c’est la cas, sa prophétie est peut-être en train de se réaliser… Notre élégant ministre de l’Intérieur n’a-t-il pas déjà observé que beaucoup de Français ne se sentent plus chez eux ?

Il faut remercier vivement le Figaro qui, décidément, ne déçoit jamais ceux qui pensent qu’il ne perd aucune occasion d’introduire ou d’évoquer des thèmes susceptibles de faire avancer la droite pure et dure. Sans avoir peur de tordre l’histoire ou de mépriser la logique, ils les tend sur un plateau à des gens comme les rédacteurs de fdesouche.com qui sauront les faire prospérer un peu plus loin encore.

Source: http://leplus.nouvelobs.com/

27/02/2011

A lire et relire: Le Camp des Saints.

Un ouvrage visionnaire et de plus en plus au goût du jour…

FDF

.

En pièce jointe (pdf 2 pages): l’annonce, dans la Nouvelle Revue d’Histoire, de la réédition du prodigieux roman de Jean RASPAIL, Le Camp des Saints qui, il y a presque 40 ans, nous prévenait que nous allions être bouffés et à quelle sauce. Aujourd’hui, les événements s’accélérant, nous sommes plus près que jamais de la réalisation complète de cette effroyable prophétie. (Re)lisez-le, faites-le lire, si vous vous intéressez un tout petit peu à la survie de l’Europe (LA VRAIE, pas celle de Bruxelles !)… et puis, les livres de Raspail, c’est comme le cochon: tout est bon!

Source: JLL

Ici: CAMP DES SAINTS

28/11/2010

Pergame : le trône de satan…

A méditer…
 

 

Je ne savais pas qu’il avait prêté deux fois serment !
Ne savais pas non plus qu’il n’avait pas prêté serment sur la Bible!
Pas bien bon tout ça…
FDF
.
A Denver, B. Obama a prononcé son discours dans une reproduction de l’autel de Pergame…. 

Image

 

La derniére tentative de restauration de l’Empire romain a été faite par le Nazisme et le Fascisme. Pour Hitler , c’était aussi la restauration du Saint Empire romain germanique. Il n’est pas étonnant de voir la symphatie qu’il avait pour l’Islam. En ce qui concerne Obama,les Américains risquent d’avoir une sacré surprise. N’est il pas le premier Présidents des Etats Unis à ne pas avoir prété serment sur la Bible ? C’est un signe. Comme quoi les « bêtes » se suivent……et se ressemblent!
son labsus sur sa foi « musulmane »
– son pere etait musulman – son vrai nom est Barack Hussein (fils de) Obama
– son discours en Egypte : il citait Mahomet suivit de « Paix sur lui » ou repeter a plusieurs reprise « the holy kuran tells us… » 

– enfin il a grandit en Indonesie, qui est aujourd hui l un des pays ou la population de musulman est la plus forte…

 

.
Merci à HD. du tuyau…

27/11/2010

Islamisation: La Bête endoctrinera les enfants…

Prophétie… A l’heure où l’on vient de découvrir qu’en Grande Bretagne, certaines écoles islamiques enseignaient aux (très) jeune élèves comment mutiler et tuer selon la charia, rien ne nous étonne plus… « Religion » d’amour, de paix, de tolérance…

FDF

.

A l’instar des jeunesses hitleriennes formant de futures machines a tuer…la bête de l’apocalypse endoctrinera les enfants

Comment ? 

– propagande antisemites
– ecoles coraniques
– enseignements de l’islam a l’ecole (moyen orient)
– camps jihadistes (maniement des armes)

Source et autres photo très inquiètantes: http://tinyurl.com/333vgwb