Francaisdefrance's Blog

02/02/2012

Du « solide »: la marche inexorable de l’Europe vers l’islamisation…

Là, ça ne rigole plus… Fini les enfantillages du style « je n’ai pas le droit de dire du mal de l’islam »… « J’irai en prison si je dis du mal du momo d’en face »… « La discrimation c’est la prison », etc…

On aborde des sujets plus sérieux: la Vérité!!!

Bonne lecture (n’oubliez pas la pièce jointe).

Je comprends mieux toutes ces attaques, menaces et injures dont je fais l’objet en ce moment…

FDF

.

Savez-vous pourquoi nos gouvernants démissionnent devant l’envahisseur? Ce n’est pas uniquement une question de démographie.

Ils cèdent à un triple chantage: le chantage mémoriel (la colonisation); le chantage au pétrole; le chantage au terrorisme.

Bat Y’Eor vous en donne la clef dans le document joint. Les peuples d’Europe sont vendus par leurs dirigeants!



Alors que de plus en plus de villes se transforment en états islamiques indépendants, les gouvernements européens se rendent complices

Soeren Kern publie, dans Stonegate Institute (anciennement Hudson NY), un article sur le progrès de l’islamisation de l’Europe au cours de l’année 2011.


L’Europe post chrétienne s’est remarquablement islamisée en 2011.

Alors que la croissance rapide de la population musulmane fait de plus en plus remarquer sa présence dans les villes et villages sur tout le continent, l’islam est en train de transformer le style de vie des Européens d’une manière inimaginable il y a seulement quelques années. Nous allons faire une brève rétrospective des faits les plus alarmants liés aux controverses concernant l’islam, survenus en Europe en 2011.

En Autriche, une cour d’appel a confirmé la condamnation politiquement correcte d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff, une mère de famille viennoise, militante contre le djihad, accusée d’avoir « dénigré des croyances religieuses » lors d’une série de séminaires sur les dangers de l’islam radical. Le verdict du 20 décembre démontre que le christianisme et le judaïsme peuvent être dénigrés en toute impunité dans l’Autriche post moderne, alors que dévoiler des vérités sur l’islam entraîne de rapides et lourdes condamnations.

En Autriche encore, le Centre roi Abdallah Bin Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel a été inauguré dans le Musée Albertina au cœur de Vienne, le vendredi 13 octobre. Les Saoudiens affirment que le but de cette initiative, coûtant des millions de dollars, est de « promouvoir le dialogue » entre les principales grandes religions mondiales afin « d’éviter les conflits ». Or des esprits critiques rétorquent qu’il s’agit en réalité de permettre à l’Arabie Saoudite de promouvoir l’islam wahhabi conservateur à partir d’un « centre de propagande » permanent au cœur de l’Europe.

En Belgique, selon un nouveau livre publié par l’université catholique de Louvain, la plus importante université francophone de Belgique, les musulmans constituent déjà un quart de la population de Bruxelles. En chiffres réels, le nombre de musulmans à Bruxelles, où la moitié des musulmans en Belgique vivent, a atteint le chiffre de 300 000, ce qui signifie que la soi-disant « capitale de l’Europe » est la ville la plus islamisée de toute l’Europe.

En Belgique toujours, le prénom le plus commun donné aux garçons en 2011 a été Mohamed. Ce prénom est également le plus attribué à Anvers, la deuxième ville de Belgique, où environ 40 % des enfants des écoles élémentaires sont des musulmans.

Par ailleurs, le groupe islamiste Sharia4Belgium a intensifié sa propagande et ses campagnes d’intimidation dans l’intention de transformer le pays en Etat islamique. En septembre, ce groupe a établi un « tribunal de la charia » à Anvers. Les leaders du groupe prétendent que le but de ce tribunal est de créer un système juridique musulman parallèle en Belgique afin de concurrencer l’autorité de l’état dans son rôle de gardien des protections du droit civil garanties par la constitution belge.

En Grande-Bretagne, un groupe musulman a lancé une campagne visant à transformer douze villes britanniques, incluant ce qu’ils nomment le Londonistan, en Etats islamiques indépendants. Ces soi-disant émirats islamiques fonctionneraient comme des enclaves autonomes, appliquant la charia et gouvernés entièrement en dehors de la loi britannique.

En outre, la police britannique a enregistré en 2011, plus de 2800 crimes dits d’honneur, punitions subies pour avoir apporté la honte dans la famille ; c’est la première fois qu’une estimation de ce problème est réalisée au niveau national. Le record des crimes d’honneur a eu lieu à Londres même et concerne des meurtres, mutilations, tabassages, enlèvements et attaques à l’acide, et c’est à Londres que le problème a augmenté au point de dépasser de cinq fois la moyenne nationale.

Ces données ont été publiées peu de temps après un autre rapport montrant que des dizaines de milliers d’immigrés musulmans en Grande-Bretagne pratiquent la bigamie ou la polygamie afin de profiter de sommes plus importantes de l’aide sociale de l’Etat britannique. Le rapport daté du 24 septembre montre que le phénomène de la bigamie et de la polygamie, licites selon la charia, est beaucoup plus étendu que l’on ne pensait auparavant, bien que ce soit illégal en Grande-Bretagne et punissable d’une peine allant jusqu’à sept ans de prison. La croissance rapide des mariages multiples est encouragée par les politiques multiculturelles qui accordent des droits spéciaux aux immigrés musulmans qui demandent que la charia soit incluse dans la loi et le système des aides sociales britanniques.

Par contre, une employée chrétienne en Grande-Bretagne a porté plainte pour licenciement abusif après avoir dénoncé la campagne de harcèlement systématique qu’elle subissait de la part de musulmans fondamentalistes. Dans un procès qui fera date, Nohad Halawi, une ex-employée de l’aéroport londonien de Heathrow, a poursuivi son ex-employeur pour licenciement abusif, alléguant que tous les employés chrétiens, dont elle-même, sont discriminés en raison de leurs convictions religieuses.

Le cas de Halawi est défendu par le Christian Legal Centre (CLC), une organisation qui offre un soutien juridique aux chrétiens du Royaume-Uni. Le CLC dit que ce cas soulève des questions juridiques essentielles, ainsi que des interrogations sur le traitement différencié des musulmans et des chrétiens par les employeurs.

Au Danemark, un groupe musulman a lancé une campagne pour transformer des quartiers entiers de Copenhague et d’autres villes danoises en « zones d’application de la charia » qui fonctionneraient comme des enclaves autonomes sous la loi islamique. Le groupe islamique Kaldet til Islam (Appel à l’islam) a déclaré que la banlieue Tingbjerg de Copenhague serait le premier quartier à être soumis à la charia, suivi de Nörrebro et ensuite la charia s’étendrait à d’autres parties du pays. Ce groupe a affirmé qu’il allait instaurer une « police de la vertu », 24 heures sur 24, afin de faire appliquer la charia dans ses enclaves. Les patrouilles pourront confronter quiconque boit de l’alcool, fait des paris, sort en discothèque, ou participe à toutes sortes d’activités que ce groupe considère comme contraires à l’islam.

Au Danemark encore, le conseil municipal de Copenhague a approuvé la construction de la première « Grande Mosquée » officielle de la capitale danoise. Avec son énorme coupole bleue et ses deux gigantesques minarets, cette méga-mosquée a été conçue pour détoner au milieu des constructions traditionnelles plus modestes de Copenhague. Contrairement à la plupart des mosquées d’Europe, sunnites, la mosquée de Copenhague est chiite. Elle est financée par la République Islamique d’Iran ; des voix critiques accusent déjà les théocrates de Téhéran de chercher à utiliser la mosquée comme futur centre de recrutement en Europe pour le Hezbollah, ce mouvement d’activistes chiites.

Pendant ce temps, Lars Hedegaard, Président de l’International Free Press Society basée au Danemark,  a été reconnu coupable de discours de haine pour ses commentaires au sujet de l’islam. Il a été condamné à une amende de 5 000 couronnes danoises (environ 1000 dollars). Les démêlés avec la justice de Hedegaard ont commencé en décembre 2009, quand il fit remarquer, dans une interview enregistrée, que le taux de viols d’enfants et de violence domestique était plus élevé dans les quartiers dominés par la culture musulmane.

Bien qu’Hedegaard ait insisté sur le fait qu’il n’avait pas eu l’intention d’accuser tous les musulmans ni même la majorité d’entre eux de tels délits, et bien qu’il ait été acquitté par un jugement précédent, la police de la pensée danoise a poursuivi l’affaire jusqu’à ce qu’il soit condamné.

L’Union Européenne, courbant l’échine devant la pression des lobbies musulmans, a abandonné, mine de rien, un nouvelle mesure exigeant que la viande halal (déclarée licite par le clergé musulman) porte un label signalant aux consommateurs que les animaux n’ont pas été étourdis, et par conséquent étaient conscients jusqu’à leur mise à mort. Avec la croissance exponentielle de la population musulmane en Europe ces dernières années, des milliers de tonnes d’animaux sacrifiés rituellement entrent maintenant dans la chaîne alimentaire générale, et la population non musulmane les consomme à son insu.

Cette décision de l’UE montre que les musulmans ont le droit de choisir l’alimentation halal, mais que les non musulmans n’ont pas le droit de choisir de ne pas manger d’animaux  sacrifiés rituellement.

En France, on constate que des mosquées islamiques sont plus souvent construites que des églises catholiques romaines, et qu’il y a maintenant plus de musulmans pratiquants que de catholiques pratiquants. Par ailleurs, des groupes musulmans en France ont demandé à l’Eglise catholique romaine la permission de faire usage des églises vides comme solution pour résoudre les problèmes de circulation occasionnés par les milliers de musulmans qui prient sur les voies publiques. Cette demande, qui a été décrite par des commentateurs politiques français comme étant « alarmante », « audacieuse », et « sans précédent », est un autre exemple de l’arrogance croissante des musulmans en France.

En octobre, un rapport fait état que les banlieues décrépies sont en passe de devenir des «sociétés musulmanes séparées» du reste de l’Etat, selon une étude récente importante  intitulée « Banlieues de la république » qui examine la propagation de l’islam en France.

Les immigrés musulmans rejettent de plus en plus les valeurs et l’identité françaises et préfèrent s’immerger dans l’islam, selon ce rapport, qui prévient également que la charia est en train de remplacer rapidement le droit civil français dans les banlieues parisiennes. Les auteurs du rapport démontrent que la France, qui compte entre cinq à six millions de musulmans (soit la population musulmane la plus grande en Europe) est au bord d’une grave explosion sociale parce que les musulmans ne s’intègrent pas dans la société française.

La loi française controversée interdisant la burqa est entrée en vigueur en avril. La nouvelle loi interdit, dans tout l’espace public en France, la burqa couvrant tout le corps et le niqab couvrant le visage ; elle a été adoptée dans un contexte de frustration croissante devant le manque d’intégration des 6,5 millions de musulmans.

En Allemagne, il a été révélé que chaque année des milliers de jeunes hommes et de jeunes filles sont victimes de mariages forcés. La plupart des victimes viennent de familles musulmanes, certaines ont été menacées de violences et même de mort. Ces révélations ont choqué le peuple allemand et s’ajoutent au sempiternel débat au sujet de l’immigration musulmane et de l’instauration d’une société islamique parallèle dans le pays.

En Allemagne encore, un best-seller publié en septembre révèle que la propagation de la charia en Allemagne est plus avancée que l’on ne soupçonnait et que les autorités allemandes sont « impuissantes » pour s’opposer au système de justice parallèle dans le pays. Ce livre révèle que les tribunaux de la charia sont opérationnels dans toutes les grandes villes allemandes. Ce « système judiciaire parallèle » sape l’Etat de droit allemand car les arbitres/imams musulmans règlent des cas criminels sans que le parquet et des avocats ne soient impliqués et avant même que les cas soient soumis aux tribunaux allemands.

En outre, le nombre de terroristes islamiques potentiels vivant actuellement en Allemagne a bondi à environ 1000 individus, selon les récentes informations fournies par le ministère de l’Intérieur.

En Grèce, le parlement a approuvé un projet controversé de construction d’une méga-mosquée à Athènes, financée par les contribuables. Cette décision est intervenue dans un climat de menaces de violences à peine voilées, des milliers de musulmans de la ville ayant fait pression sur le gouvernement pour exiger une mosquée sous peine d’émeute.

Aux Pays-Bas, il a été révélé que 40 % des immigrés marocains âgés de 12 à 24 ans ont été arrêtés, condamnés à des amendes, inculpés, ou accusés de délits ou de crimes divers durant les cinq dernières années, selon un rapport commandité par le ministère de l’Intérieur. Dans les banlieues hollandaises où la majorité des résidents sont des immigrés marocains, la délinquance des jeunes atteint 50 %. De surcroît, la délinquance juvénile des Marocains ne se limite pas aux hommes ; des filles et des jeunes femmes s’adonnent de plus en plus à des activités criminelles.

Le « Dutch-Maroccan Monitor 2011 » révèle de son côté que la plupart des jeunes délinquants marocains sont nés aux Pays-Bas. Ceci implique que les enfants des immigrés marocains ne s’intègrent pas dans la société hollandaise et confirme le fait que les Pays-Bas paient très cher pour l’échec de son approche multiculturelle envers l’immigration.

Aux Pays-Bas également, des islamistes ont fait une irruption impressionnante à Amsterdam lors d’un débat entre deux musulmans libéraux, l’auteure canadienne, musulmane et féministe, Irshad Manji et le député socialiste-écologiste Marocain-Hollandais, Tofik Dibi. Le 8 décembre, un débat a eu lieu au centre d’Amsterdam sur le thème : « Comment les musulmans libéraux peuvent-ils empêcher l’islam d’être détourné par les musulmans extrémistes », ce débat organisé par la Fondation Européenne pour la Démocratie n’a pu avoir lieu qu’à la suite de l’intervention musclée de la police qui a arrêté plusieurs islamistes.

Cet incident met en évidence la fréquence croissante des tactiques d’intimidation utilisées par les musulmans, allant du harcèlement jusqu’au meurtre, dans leurs efforts pour museler la liberté d’expression en Europe et imposer l’islam sur le continent.

Petite note positive quand même : un tribunal d’Amsterdam a acquitté le député Geert Wilders, chef du PVV, (le parti de la liberté hollandais), qui avait dénoncé les menaces contre les valeurs européennes posées par une immigration musulmane inassimilable. Il avait été accusé « d’incitation à la haine religieuse » contre les musulmans pour ses commentaires critiques envers l’islam.

En juin, le gouvernement hollandais a déclaré vouloir renoncer à sa politique du multiculturalisme qui a encouragé les immigrés musulmans à créer une société parallèle au cœur de la société hollandaise.

En Italie, un rapport du 17 octobre, publié par le Comité pour l’observation de l’antisémitisme, commandité par la chambre des députés (la chambre basse du Parlement italien) et intitulé « Document final : Investigation sur l’antisémitisme » a révélé que 44% des Italiens ont des préjugés ou sont hostiles envers les Juifs. Ce document de cinquante pages montre que l’antisémitisme en Italie est surtout fomenté par les immigrés musulmans qui ont établi des liens avec des extrémistes de gauche et de droite pour mener des attaques contre les communautés juives, les synagogues, les écoles et les cimetières juifs locaux.

En Espagne, des musulmans ont été accusés d’avoir empoisonné des douzaines de chiens à Lérida, ville du nord-est de la Catalogne, qui est devenue l’épicentre de la contestation sur le rôle de l’islam en Espagne. Tous les chiens ont été empoisonnés en septembre, dans les banlieues industrielles de Lérida, Cappont et La Bordetta, zones presque exclusivement peuplées d’immigrés musulmans et où de nombreux chiens ont été tués ces dernières années. Les Espagnols pensent que les immigrés musulmans ont tué les chiens parce que selon les préceptes de l’islam, les chiens seraient des animaux « impurs ».

En Espagne également, deux chaînes de télévision de l’islam radical ont commencé des émissions 24heures/24 en langue espagnole, destinées aux téléspectateurs en Espagne et en Amérique Latine, depuis leurs nouveaux studios à Madrid. La première chaîne, sponsorisée par l’Iran, se charge de propager la version chiite de l’islam iranien, la seconde chaîne, sponsorisée par l’Arabie Saoudite, veut propager la version Wahhabite de l’islam saoudien. Les inaugurations de ces deux chaînes ont été délibérément prévues pour coïncider avec les fêtes de Noël et représentent un exemple supplémentaire de l’envahissement graduel de l’islam dans l’Espagne post chrétienne.

En Suède, la police de Malmö, la troisième ville de Suède, a fait état d’une augmentation significative du nombre d’attaques antisémites perpétrées pas des immigrés musulmans en 2011. Les chiffres ont été révélés lorsque le 20 septembre, le gouvernement suédois a fait une provision budgétaire de 4 millions de couronnes (600 000 dollars) pour sécuriser les synagogues du pays, après les accusations que la Suède n’avait pas suffisamment agi pour assurer la protection de sa population juive.

La Suède a été accusée de complaisance envers le problème grandissant des actes antisémites commis en Suède au point que le centre Simon Wiesenthal de Los Angeles conseille aux Juifs d’éviter de voyager dans le sud de la Suède.

En Suisse, où la population musulmane a plus que quintuplé depuis 1980, un groupe musulman de Berne a demandé que l’emblématique croix blanche soit retirée du drapeau national suisse, car étant un symbole chrétien, le drapeau « ne correspond plus à la Suisse multiculturelle contemporaine ».

Source : Europe’s Inexorable March Towards Islam, par Soeren Kern, Stonegate Institute, 29 décembre 2011. Traduction par Capucine pour Poste de veille

Soeren Kern est membre du directoire pour les relations transatlantiques du Grupo de Estudios Estratégicos (Centre d’Etudes Stratégiques ), à Madrid.

Eurabia (3) PDF

23/10/2011

Mahinur Özdemir prête serment au parlement bruxellois avec…son voile islamique !

C’est beau, l’Europe; c’est tolérant…

FDF


.



Lettre ouverte à Mahinur Ozdemir, parlementaire belge voilée

Les symboles religieux islamistes, introduits au parlement bruxellois, par Mahinur Ozdémir, parlementaire bruxelloise turco-belge, nuisent à la sauvegarde de la démocratie.

Madame la parlementaire,
L’islam nous apprend que le voile et le foulard islamique symbolisent la pudeur, la soumission à Allah et l’appartenance à la communauté musulmane (1).
Conformément à cette doctrine islamique, vous avez prêté serment au parlement bruxellois le 23.6.2009, revêtue de votre foulard islamique politico-religieux, symbole de l’obscurantisme religieux, symbole de l’infériorité de la femme (2), de l’oppression de la femme, de la soumission de la femme, de la communautarisation religieuse, du rejet de la communauté belge et européenne, du rejet de la démocratie.
Vous avez voulu montrer que vous n’êtes pas une citoyenne parmi les citoyens, une parlementaire parmi les parlementaires, mais une militante islamiste, exhibant par des signes extérieurs ostentatoires, que vous faites partie de l’oumma, qui est la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, selon le Coran. L’iman, Nordine Taoui, président du Conseil musulman, n’a-t-il pas déclaré que « le sang musulman est le meilleur du monde » . (3) On sait aussi que l’islam veut mettre fin à la laïcité, à la démocratie, partout dans le monde, et que la laïcité est qualifiée de vaine, improductive et paralysante sur Oumma.com (4).
Vous montrez ostensiblement, à l’aide du foulard politico-religieux islamique, que l’islam prime sur la « Res publia, la chose publique » que la loi divine prime sur les lois du parlement, que l’appartenance à la communauté musulmane l’emporte sur la communauté belge ou européenne.
Vous représentez au parlement bruxellois, la communauté musulmane, dont vous portez ostentatoirement le drapeau islamique, mais pas tous les citoyens. Le parlementaire est le représentant du peuple tout entier et pas uniquement de la communauté musulmane. Tout le monde n’est pas encore musulman, Mme Ozdémir. Tout parlementaire, digne de ce nom, ne porte pas des signes religieux, s’il comprend bien le mot « démocratie » et ne le confond pas avec « théocratie ». Vous confondez le parlement et la mosquée.
Vous êtes parvenue à briser les principes et les règles non écrites de « la laïcité et de la neutralité » des institutions publiques belges, que tous les autres parlementaires respectaient jusqu’à présent, par déférence envers la « démocratie », par déférence envers les institutions publiques, par déférence envers un autre principe non écrit dans la constitution, mais considéré comme indispensable, la séparation des Églises et de l’État. Trois partis : le C.D.H, (tendance catholique) auquel vous appartenez, le PS (socialiste) et les Ecolos, approuvent l’amalgame que vous faites, entre religion et politique, dans le parlement et votre choix de mettre le « spirituel » au-dessus du « temporel », la loi divine au dessus des lois humaines, comme le prescrit l’islam. Tous ces principes que j’ai énumérés et que l’islam ne reconnaît pas, vous les avez publiquement bafoués sans vergogne.
Vous avez la double nationalité turque et belge. Vous avez dit que vous êtes fière d’être belge, mais en Turquie vous déclarez le contraire en disant que la Turquie est votre « mère patrie » et la Belgique votre « seconde patrie ». (5)
Je n’ai aucune objection à votre élection au parlement bruxellois, comme parlementaire musulmane, mais je m’oppose à votre propagande islamique, dans l’assemblée parlementaire à l’aide de votre foulard politico-religieux, ce qui est intolérable. Je m’oppose aussi à votre double nationalité.
Le parlement n’est pas une mosquée et les signes religieux ostensibles n’y ont pas leur place. Que deviendront les assemblées parlementaires, si tous les parlementaires devaient exhiber publiquement leur appartenance à l’une ou l’autre religion ou philosophie ? Avec la religion dans l’enceinte parlementaire, va-t-on exhiber bientôt aussi le Coran ou la Bible pour faire valoir « sa Vérité » ? Voulez-vous faire du parlement bruxellois, un parlement théocratique, où chaque groupe parlementaire exhibe sa religion ?
La religion et la politique sont deux concepts qui doivent rester séparés dans un état démocratique, mais en quatre années de sciences politiques à l’ULB, vous n’avez pas compris l’importance de cette séparation.
Je trouve personnellement inadmissible qu’on soit parlementaire belge et qu’on ait en même temps aussi la nationalité turque. On ne peut servir loyalement deux pays. Si vous aimiez la Belgique, dans laquelle vous êtes née, et dans laquelle vous occupez déjà deux postes politiques, l’un comme conseillère communale et l’autre comme parlementaire bruxelloise, vous abandonneriez votre nationalité turque. Ce serait la preuve que vous avez fait un choix en faveur de notre pays, qui ne viendrait plus en « deuxième position ».
Dans tous les pays islamiques, l’islam fait des femmes des êtres inférieurs, totalement soumises, pratiquement sans droit, à cause des lois coraniques. L’islam est une torture pour les femmes, dit Talisma Nasreen. (6) Votre foulard politico-religieux est le symbole de ce que le Coran affirme, quant à la soumission et à l’infériorité de la femme : « Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance, Vous les reléguerez dans des lits à part. Vous les battrez, mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. » (Sourate IV, 38)
Des femmes musulmanes risquent leur vie dans les pays musulmans, pour essayer de se débarrasser de leur « costume islamique » (foulard, voile, hijab, niqab, tchador, burqa), qui les assujettit, les emprisonne, les collectivise, les dépersonnalise, les déféminise, et les rend toutes identiques, dans la Oumma. Les femmes qui se plaignent de cette misogynie sont menacées ou tuées si elles ne parviennent pas à fuir, comme Ayaan Hirsi Ali, Talisma Nasreen, Waha Sultan, Chahdortt Djavann, etc. N’avez-vous jamais lu le moindre écrit de ces femmes courageuses et éminentes, qui ont porté le voile pendant des années, qui ont été excisées au nom de la « pudeur » ? Je vous conseille pour commencer à lire « Bas les Voiles » de Chahdortt Djavan, « L’insoumise » (Zoontjesfabriek – fabrique de garçonnets), de Ayaan Hirsi Ali, « Femmes, manifestez-vous », de Talisma Nasreen.
Vous faites du prosélytisme islamique, en abusant de vos mandats dans deux assemblées politiques, où vous confondez le temporel et le spirituel, qui doit rester dans la « sphère privée ».
Vous appartenez à la oumma, définie comme la communauté des musulmans, au-delà de leur nationalité, de leurs liens sanguins et de la parcellisation des pouvoirs politiques qui les gouvernent (7).
Vous n’ignorez pas que le Coran dit : « Vous êtes certes la meilleure communauté suscitée pour les hommes ». C’est sans doute cette prescription coranique qui vous pousse à exhiber votre appartenance à la meilleure communauté, plutôt qu’à la communauté belge, qui ne prétend aucunement être la meilleure.
Centre islamique de Genève de Hanni Ramdan, explique le rôle de la femme musulmane engagée, on y lit : « La femme musulmane peut être appelée à intervenir dans sa société, à participer à certaines activités, afin de faire connaître sa religion et prouver sa présence dans son espace géographique. Avant de quitter son domicile, il faut être bien sûr qu’elle a toutes les capacités physiques et intellectuelles lui permettant de relever ce défi. Le voile est une tenue qui symbolise la pudeur, il témoigne de l’appartenance à l’islam comme religion » (8).
Dans une interview (La Libre.be) vous allez dans le même sens que le Centre islamique de Genève. Vous expliquez ce que le foulard islamique représente pour vous : « Il fait partie de mon identité. C’est une question de pudeur. Moi, je porte un foulard. Mais certains ont un voile de préjugés. Ils se voilent les yeux. Car moi, je suis un exemple d’émancipation. » (9) Vous avez également dit : « Sans mon foulard, je ne suis plus moi-même, le foulard fait partie de mon identité, sans mon foulard, je ne suis pas Mahinur. Oui, il m’arrive d’enlever ce foulard, mais à la maison et seulement dans la sphère privée. » (10)
Non Madame Mahinur Ozdémir, vous n’êtes aucunement un exemple d’émancipation, mais un exemple de femme musulmane engagée, endoctrinée, servile, intégriste et soumise à l’islam et à la supériorité de l’homme, tel que le Coran le prescrit. Comment un morceau de tissu peut-il être votre identité ? Comment ce morceau de tissu peut être un symbole de « vertu » ? Vous avez fait 4 ans de sciences-Po, pour venir nous raconter que le foulard islamique est « votre identité », que le foulard islamique, c’est votre « pudeur ». Comment pouvez-vous dire des niaiseries pareilles ?
N’avez-vous jamais lu sur la 1re page de vos syllabus à l’ULB ce qu’a dit Henri Poincaré : « La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est qu’aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre ce serait cesser d’être ». (11).
La devise des Lumières selon Emmanuel Kant « Aie le courage de te servir de ton propre entendement ou “Sapere aude ”, ne semble pas avoir pénétré votre esprit, et vous vous contentez à répéter ce qu’on vous a appris dans l’islam au sujet du voile et du foulard islamiques. Vous avez le droit de pratiquer une religion misogyne, elles le sont toutes, mais exhiber les symboles de l’inégalité entre les hommes et les femmes, au parlement bruxellois, est inacceptable et insultant pour les femmes libres et émancipées et pour celles qui se battent dans les pays musulmans contre leur prison « ambulante », c’est-à-dire le voile, la burqa, etc.
Si vous voulez savoir ce qu’est une femme émancipée, lisez les écrits de Ayaan Hirsi, Ali, de Talisma, Nasreen, de Chahdortt Djavann, Afshin Ellian Salman Rushdie (12), peut-être ne répéterez vous plus des sottises aussi énormes au sujet de l’identité et de la pudeur, et du voile qui n’empêche soi-disant pas l’émancipation, etc.
Vous auriez voulu devenir avocate, mais vous dites y avoir renoncé parce que vous ne pouviez pas plaider voilée. (13) N’est-ce pas encore un signe évident de votre manque d’émancipation, de votre intégrisme religieux aveugle, vous empêchant de réfléchir. Croyez-vous vraiment qu’Allah soit préoccupé de la manière dont les femmes musulmanes doivent être habillées, lui qui laissait courir Adam et Eve, nus au paradis ? Plus d’un milliard d’êtres humains qui crèvent de faim, est-ce que cela ne serait pas plus important, comme préoccupation, pour Allah ?
Votre aveuglement religieux atteint le sommet de l’intégrisme islamique et de l’approbation de l’esclavage de la femme musulmane, lorsque vous déclarez : « Il est normal qu’une école puisse autoriser le voile sous certaines conditions : l’obligation pour l’élève de suivre l’ensemble des cours, le port du voile doit se présenter de manière raisonnable (le visage doit rester visible) et enfin ce choix ne doit pas enfreindre de quelque manière que ce soit le projet pédagogique de l’établissement. Le port du voile n’empêche pas l’émancipation de la femme musulmane. Ce qui lui permet de s’ouvrir au monde, c’est justement de pouvoir accéder à l’éducation et à l’enseignement. Cette émancipation passe également par le travail et la vie en société » (14).
Comment osez-vous dire qu’à l’école publique, les filles doivent pouvoir porter le voile, l’emblème de l’ignorance et de l’infamie, le signe de la plus profonde oppression comme dit Talisma Nasreen, du moment que le visage reste visible ? Le port du voile est donc raisonnable selon vous pour les jeunes filles mineures à l’école, du moment qu’on aperçoit encore le visage ?
« Voiler une mineure relève de la maltraitance », dit la gynécologue Chardort Djavan. Elle sait de quoi elle parle : « Habiter, dix ans durant, un corps enfoui sous le noir, un corps condamné à l’enfermement, laisse des marques indélébiles. Quoi de plus injuste, de plus aliénant, que d’infliger à une adolescente l’enfermement sous le noir et la honte de son corps parce qu’il est féminin. Le voile n’est pas moins grave que l’excision. Il n’y a pas de jour avec et de jour sans, la jeune fille devient un être sous le voile. Ça fait partie de son être social, psychologique, sexuel, personnel. En voilant une fille, on lui inculque son infériorité, la culpabilité de sa sexualité et, surtout, on lui dit qu’elle n’est pas dans le droit, qu’elle n’a pas le droit. » (15)
Comment osez-vous, Mme Ozdémir, affirmer que le voile n’empêche pas l’émancipation de la femme musulmane ? Aucune étudiante musulmane n’est discriminée dans l’enseignement, comme vous essayez de le présenter, la seule exigence imposée, c’est qu’elle respecte les règlements en vigueur dans ce pays, comme tous les autres élèves, au lieu de vouloir imposer partout la loi islamique, et de se dire victime, si l’autorité ne se soumet pas à la volonté des islamistes intégristes. L’islam doit se soumettre aux lois de la Belgique et non pas la Belgique aux lois de l’islam.
Vous trouvez donc que les femmes musulmanes voilées, déshumanises, déféminisées, dépersonnalisées, collectivisées, uniformisées, anonymisées, portant le symbole islamique de leur infériorité, de leur soumission, de leur esclavage à l’islam, à Allah, sont des femmes « émancipées », qu’un employeur puisse engager sans perdre sa clientèle ? Ces femmes voilées sont une insulte à toutes les femmes du monde, ce sont des femmes qui n’existent pas, des femmes qui n’ont pas d’identité, leur seule identité c’est le « voile », elles n’en ont pas d’autre. Elles sont victimes de l’islam misogyne, barbare et rétrograde, qui empêche la femme de s’émanciper et de vivre dignement. Vous parlez d’ouverture au monde ? Est-ce que la femme voilée serait donc un exemple d’ouverture au monde ?
Vous dites qu’on s’occupe plus de ce que vous portez sur la tête que ce que vous avez dans la tête, mais vous avez dans la tête exactement ce que vous portez sur la tête. Un endoctrinement intégriste islamique. Vous seriez adepte du courant islamique Nurcu, ce n’est donc pas étonnant que vous ayez refusé de donner votre opinion sur le créationnisme, puisque le leader de cette tendance musulmane prône le créationnisme dans son fameux « Atlas créationniste » envoyé partout dans les écoles et les universités. (16)
Il n’y a aucun doute, qu’aux Assises de l’Interculturalité de 2009, vous allez plaider que les filles puissent fréquenter les écoles publiques, voilées. On ne va tout de même pas enlever l’identité à ces jeunes filles.
Dans la plupart des pays musulmans, dit Talisma Nasreen, « les femmes sont sous le joug de sept cents ans de charia (loi coranique). Des millions de femmes endurent de terribles souffrances. Elles sont enfermées, brûlées, lapidées à mort. Venant d’une famille musulmane, je me sens la responsabilité de dénoncer l’islam, car les femmes qui y sont soumises n’ont ni les droits ni la liberté qu’elles devraient avoir. On leur a inculqué depuis des siècles qu’elles étaient des esclaves pour l’homme, qu’elles devaient suivre le système que les hommes ou Dieu ont créé. Sous la charia, les femmes sont considérées non pas comme des êtres humains, mais comme des objets sexuels, des êtres de seconde classe. Nous n’avons pas besoin de cette loi, il faut la combattre ». (17)
Lorsqu’on vous demande si l’islam prescrit le port du foulard, vous répondez « Je ne suis pas théologienne », et lorsqu’on vous demande si vous êtes pour ou contre le créationnisme, vous esquivez également la question en répondant « c’est une question qui me dépasse ». (18) C’est ce qu’on appelle, la langue de bois pour ne pas devoir répondre, peu courageux et peu intelligent, et indigne d’une licenciée en sciences-Po. Je croyais que quatre ans d’université vous auraient appris à penser par vous-même, au lieu de tenir un langage d’ignorante, à moins que cette ignorance ne soit feinte que pour ne pas devoir exprimer votre opinion, ce qui est alors lâche et hypocrite.
De vos réponses on peut conclure que vous portez le « foulard islamique », sans jamais vous être posée vraiment la question « pourquoi » et quel en est la signification. Vous le portez par « conviction ». Quelle conviction ? Pourquoi les femmes doivent-elles cacher leurs cheveux et pas les hommes ? Est-ce que les hommes ne pourraient pas montrer leur « pudeur » et leur « soumission à leur créateur » en cachant aussi leurs cheveux, au lieu de porter des vêtements modernes, des jeans collants, etc. ? Est-ce que les femmes ne pourraient pas être excitées par la chevelure masculine ?
Vous dites : « Je montre que je suis de confession musulmane, mais je ne fais pas de prosélytisme ». Vous savez pertinemment que cela est faux, et que vous avez fait sciemment une propagande islamique énorme en abusant de la tribune du parlement. Votre propagande islamique au parlement a dépassé largement nos frontières. Pourriez-vous me dire pourquoi vous devez montrer aux autres votre confession musulmane, en quoi cet exhibitionnisme est-il nécessaire ?
Vous êtes dans le parti C.D.H, qui se dit humaniste, mais est resté catholique comme auparavant, et bien que le Coran dise que l’islam est la religion de Dieu, votre présidente catholique aurait quand même dû vous soumettre le verset suivant de l’Évangile de Matthieu, auquel elle croit je suppose, pour vous faire comprendre que le « foulard islamique » est une affaire de la sphère privée : « Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des places publiques, pour être vus des hommes. Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, et, après avoir fermé la porte, prie ton Père dans le secret. » (Matt. 6,5 -6)
Alors, madame la parlementaire, ne soyez pas hypocrite, en faisant de la propagande publique, en exhibant votre accoutrement islamique, au parlement bruxellois, pour être vue ainsi de tous, dans le but de montrer à quelle communauté vous appartenez, mais pratiquez votre foi discrètement, en « entrant dans ta chambre, après avoir fermé la porte ». Vous dites que vous n’enlevez votre foulard, qu’une fois à la maison, mais c’est là que vous devriez seulement le mettre, dans la sphère privée et quand vous allez à la mosquée. La foi doit être intérieure, dans le cœur et l’esprit, et cela n’a aucun sens de l’extérioriser publiquement, pour montrer ostentatoirement à quelle religion vous appartenez, sauf si on veut faire du prosélytisme. La foi n’a pas à être exhibée, elle doit être vécue. Vos croyances ne nous intéressent pas, tant que vous ne les exhibez pas au parlement.
Au lieu de vous battre contre le voile imposé à des filles mineures, vous exigez que ces filles puissent entrer voilées à l’école, du moment qu’on voit leur visage. Ces filles sont mineures jusqu’à 18 ans, et devraient être protégées à l’école publique, contre leur enfermement dans une « prison ambulante », dont elles ne parviennent plus à se débarrasser plus tard, parce qu’elles se sentent alors « nues ». Vous collaborez à les marquer pour le restant de leur vie.
Aider les femmes musulmanes à s’émanciper et à trouver du travail : c’est leur dire de jeter à la poubelle : le foulard islamique, le hidjab, le tchador, le niqab, l’abaya, le quadri, la burqa, le burkini etc. et la dernière invention islamique « la burqa chirurgicale » déjà en vigueur ne Angleterre.
Aider à l’émancipation de la femme musulmane ici en Belgique, en Europe et ailleurs dans le monde : c’est se battre contre l’esclavage de la femme vivant sous la « charia à domicile », contre les crimes dits d’honneur (qui sont des crimes de déshonneur), contre les mariages forcés, contre les violences sur les femmes musulmanes, autorisées par le Coran, contre la polygamie musulmane, autorisée par le Coran. Rien qu’à Anvers, il y a 45 musulmans qui ont épousé plusieurs femmes dans leur pays d’origine, ce qui est permis selon le droit national islamique de leur pays. Ils ont plusieurs enfants avec ces épouses, et celles-ci sont enregistrées à l’État civil. Ainsi même la polygamie est importée en Belgique, alors que la bigamie est un crime selon le Code pénal, sauf lorsqu’on possède une double nationalité. Qu’en est-il de la pudeur chez les hommes musulmans, autorisés à pratiquer la polygamie par le Coran ? Quand allez-vous dénoncer tout cela ?
Dénoncer cela, Mme Mahunir, Ozdémir, c’est aider les femmes musulmanes à être l’égale de l’homme, à être vraiment émancipées, à vivre dignement, à ne plus être esclaves de l’homme et de l’islam misogyne.


Source: http://www.fairelejour.org/spip.php?article2038