Francaisdefrance's Blog

06/09/2010

Pressions: «La Cité du mâle» déprogrammée…

« D’jeunes » chimpanzés mâles. Fourmillent dans les « cités ».


Le documentaire devait être diffusé mardi soir sur Arte…

C’était le premier documentaire d’une soirée sur les femmes, intitulée «Pourquoi tant de haine?». Ce film avait été tourné à Vitry, là où, en 2002, Sohane, 17 ans, avait été brûlée vive dans un local à poubelles… La réalisatrice Cathy Sanchez était donc retournée dans cette ville du Val-de-Marne pour interviewer les jeunes du quartier, les caïds, ceux qui mènent la danse.

Ce sont eux qui ont proféré des menaces, mardi, conduisant à la déprogrammation du documentaire. «Les intermédiaires, ceux que l’on appelle les fixeurs dans le métier, et qui nous avaient présenté les jeunes interviewés dans le documentaire, nous ont contactés mardi en fin d’après-midi, raconte le producteur du docu, Daniel Leconte. Ils nous ont dit qu’ils couraient des risques, que leur famille, leur entourage étaient en danger.»Pendant le tournage, 95% des personnes interviewées ont signé des décharges, prouvant qu’ils étaient d’accord pour qu’on filme leurs propos. Les autres ont eu leurs visages floutés. «On a donc dit à ces fixeurs qu’il n’y avait aucun risque, et qu’ils étaient présents pendant toutes les interviews, qu’ils savaient donc depuis le début tout ce qui serait montré dans le docu. Mais ils ont vraiment paniqué», rapporte le producteur.

DangersImpossible de savoir pour l’instant s’il s’agit d’une panique irrationnelle ou s’il y a bien danger, éventuellement mortel, pour ces intermédiaires. En attendant d’en avoir le cœur net, Daniel Leconte a donc préféré alerter la chaîne et voir avec elle les mesures à prendre. Il a été solidaire d’une déprogrammation qu’il espère temporaire, le temps qu’Arte enquête sur les dangers courus.

La dernière fois que le producteur a dû faire face à une déprogrammation, c’était en 1982. Il était parti enquêter en URSS, et c’est l’Union soviétique qui avait fait pression sur le gouvernement français pour que le sujet ne passe pas…

Charlotte Pudlowski
Source : 20minutes.fr