Francaisdefrance's Blog

18/10/2011

Prise d’otage à la prison de Montmédy: le détenu est ENCORE « une chance pour la France »…

Mal « palpé », le mec; mal « palpé »… Il ne faut jamais faire confiance à ces gens-là. Ils sont malins et fourbes.

L’arme blanche, il l’avait bien mise quelque part… Enfin moi, ce que j’en dis…

FDF

.

Un détenu de 37 ans armé d’un « couteau de fabrication artisanale » retient depuis 9 h 20 le médecin de la prison.

Les négociations étaient en cours mardi à la mi-journée avec le détenu qui retient en otage un médecin à la prison de Montmédy dans la Meuse, mais celles-ci s’avéraient compliquées, car le forcené n’a formulé aucune revendication, a-t-on appris de source syndicale. Un impressionnant dispositif, avec au moins une vingtaine de véhicules, a été déployé pour tenter de parvenir à une issue favorable. Des équipes régionales d’intervention et de sécurité (Eris), unités chargées de la sécurité dans les établissements pénitentiaires dépendant du ministère de la Justice, venues de Strasbourg, deux équipes du GIGN, des profileurs et des négociateurs étaient sur place.

Pas de revendication

Toutefois, l’absence de revendication a rendu les choses difficiles, les forces de l’ordre n’étant pas en mesure de s’appuyer sur des arguments précis pour négocier. Le détenu, Fadik Djaidia, 37 ans, a été condamné à deux ans de prison dans une affaire d’escroquerie. Il est décrit comme un détenu sans histoire qui ne s’est jamais fait remarquer, selon une source syndicale.

Vers 9 h 20, il s’est rendu pour une consultation à l’infirmerie et a été palpé par les surveillants avant d’entrer dans l’infirmerie. Alors que les surveillants patientaient dans le couloir, le détenu a pris en otage le médecin, âgé d’une soixantaine d’années, avec une arme blanche de sa fabrication.

Poudrière

Selon le bâtonnier des avocats de Verdun, Me Fabrice Hagnier, « c’est une prison dans laquelle le climat s’est durci depuis quelques années pour arriver aujourd’hui à une situation de poudrière ». « On se rend compte que les cas d’agressions et de menaces sur le personnel sont en augmentation, les commissions de discipline sont fréquentes et bien remplies », a-t-il expliqué.

Autrefois réservé aux détenus purgeant de longues peines, le centre de détention accueille désormais une population plus jeune, pour des peines plus courtes, souvent transférée d’autres établissements. « L’état d’esprit a changé : c’était autrefois calme, désormais la confrontation entre ces deux types de population tourne parfois à la violence », a souligné Me Hagnier. Les prises d’otages en prison se terminent généralement sans effusion de sang avec la reddition de l’agresseur. La dernière en date remonte au 8 septembre. Un psychologue de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) avait été retenu en otage pendant plus de cinq heures par un détenu de 17 ans, déjà auteur d’une prise d’otage en prison quelques mois auparavant.

Source: http://www.lepoint.fr/