Francaisdefrance's Blog

01/03/2012

Les dernières (en date) provocations des muzz: les taxis de New York s’arrêtent pour la prière !

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour bosser un minimum; et emmerder le monde. Elle a bon dos, la « prière »…

FDF

.

Ils devraient être peints en vert, qu’on puisse les repérer…
.

Mieux qu’à Barbès!
 
Plutôt que d’aller « lutter contre l’islamisme » en Afghanistan, avec le succès que l’on sait,
qu’ils commencent donc par le faire dans les rues de leurs villes.
Le 11 septembre ne leur a-t-il donc pas ouvert les yeux?

USA : les chauffeurs de taxi musulmans sèment le chaos à l’heure de la prière
Quand ce n’est pas la prière illégale sur la voie publique, c’est le stationnement illégal dans les rues de New York.

Comme dit Hélios d’Alexandrie, l’islam des fondamentalistes est une idéologie antisociale. Les fondamentalistes se retrouvent à la fois en dehors et au-dessus des lois qui régissent la société. Ils ne se soucient pas de concilier leur croyance avec les impératifs de la vie en société. Ils adoptent des comportements qui entravent son fonctionnement harmonieux, ouvrant tout grand la porte aux abus et au chaos.

 

La bande jaune qui s’étire au loin ressemble à une file de taxis dans un aéroport très achalandé. Or cette photo a été prise à l’extérieur d’une mosquée à l’heure de la prière ; 200 voitures de chauffeurs musulmans sont stationnées illégalement.

Les résidents du quartier huppé Upper West Side de Manhattan sont révoltés par l’occupation des rues plusieurs fois par jour pour le service de prière de 45 minutes. Les chauffeurs stationnent en double et en triple sur une grande distance, forçant la circulation à emprunter la voie en sens inverse. La situation s’est envenimée et, à une occasion, un policier qui avait ordonné à un chauffeur de circuler a été entouré par d’autres chauffeurs et a dû appeler des renforts. Le chauffeur de taxi a été menotté et emmené après l’arrivée de plusieurs autres voitures de police.

Les musulmans garent illégalement leur voiture devant le Centre culturel islamique depuis quatre ans, mais le conflit a éclaté après la réouverture d’une rue jusque-là fermée et qui mène au Centre. Les prières ont lieu cinq fois par jour, la prière du vendredi midi étant toutefois la plus fréquentée, avec 300 fidèles et 200 voitures de taxi. La plupart des chauffeurs n’ont aucun remords. L’un d’eux affirme : «Je dois prier. Je n’ai d’autre choix que d’enfreindre les règles.» Abdoulaye Diallo, 30 ans, un immigrant originaire de Guinée, a déclaré  à DNA info qu’il avait acquitté l’amende de 75 dollars pour stationnement illégal à plusieurs reprises et qu’il s’en fiche : «Ma prière est plus importante que le reste car c’est ce que je vais emporter avec moi le jour de ma mort.»

Les résidents sont toutefois de plus en plus inquiets car ils ne peuvent pas traverser la route en toute sécurité. «Un accident risque d’arriver, a déclaré James Beale, gestionnaire du bloc appartement Trump à côté de la mosquée. C’est une situation très dangereuse. C’est comme si on passait outre à tous les règlements de la circulation», a-t-il dit à DNA Info. Abdur Rahman, assistant de l’imam de la mosquée, a déclaré qu’il avait demandé aux fidèles de respecter le règlement sur le stationnement, en vain. Il a ajouté que les règles devraient être plus flexibles afin d’accommoder les besoins des fidèles.

Source : The upmarket Manhattan block that grinds to a halt at prayer time… as Muslim taxi drivers illegally park outside Islamic center, Mail, 1 décembre 2011. Traduction par Poste de veille

Source: A.K.

19/12/2011

Haine anti-chrétienne en Malaisie: ça tourne au ridicule.

C’est comme chez nous, il fallait que les muezzins demandent la permission d’hurler du haut de leurs minarets plusieurs fois par jour pour appeler les « frères » à la prière. Mais nous n’en sommes pas encore là… Heureusement.

FDF

.

Pour chanter des « Noëls » chez soi en Malaisie, il faut l’autorisation de la police…

Dans le chapitre des persécutions antichrétiennes avec entonnoir sur la tête et promenant sa brosse à dents au bout d’une laisse, la Malaisie, pays où l’islam est la religion d’État, tient le pompon ! Voyez cette information publiée par l’Agence Fides aujourd’hui. Ce serait à se tordre si derrière ces tracasseries policières ne se dissimulaient pas une haine antichrétienne prête à prendre un tout autre tour…

.

Deux églises de Klang, un faubourg de Kuala Lumpur, ont reçu une note de la police demandant les noms et des détails concernant les personnes qui chantent les chants de Noël (les traditionnels “carols”) parce que, selon les auteurs, une autorisation préalable des forces de l’ordre est nécessaire pour pouvoir les exécuter dans les églises et dans les maisons. Ainsi que le remarquent des sources locales de Fides au sein de la communauté chrétienne, les croyants qualifient de telles requêtes « d’absurdes et inadmissibles ». Le Père Lawrence Andrew, jésuite et directeur de l’hebdomadaire diocésain « Herlad » explique à Fides : « Il s’agit d’une interprétation restrictive des normes existant en matière d’exercice de l’activité de culte et de liberté de religion. La police est en pleine confusion. Après les protestations des chrétiens, les représentants du gouvernement ont démenti la nécessité de telles autorisations ».
Dans une note envoyée à Fides, S.E. Mgr Paul Tan Chee Ing, évêque de Melaka-Johor et président de la Conférence épiscopale, affirme que de telles restrictions rendraient le pays « presque un État policier » si les agents devaient continuer à prétendre « de telles procédures bureaucratiques ».
Des sources de Fides estiment qu’il y aurait des motifs politiques et électoraux derrière les épisodes de ce genre. Le Premier Ministre Najib Razak avait fait naître des espoirs au sein de la société civile en ce qui concerne l’avènement d’une nouvelle ère de réformes du fait de sa décision d’abroger une série de lois particulièrement détestées comme la loi sur la sécurité intérieure (ISA) introduite en Malaisie après l’indépendance de la Grande-Bretagne en 1957. La loi en question permet la détention sans procès et impose des limites à la presse et aux droits de réunion. Le document aurait dû, selon la promesse du gouvernement, être remplacé par une nouvelle loi en 2011, loi qui aurait été conçue pour aligner la Malaisie sur les normes internationales. Le gouvernement, notent des sources de Fides en Malaisie, s’était prononcé dans ce sens afin de rassurer la population après les manifestations du mouvement « Bersih 2.0 » (dont le nom signifie nettoyage) qui ont eu lieu à Kuala Lumpur en juillet dernier et réclamaient « transparence et droits ».
Un nouveau projet de loi dénommé « Peaceful Assembly Bill » qui règlemente l’exercice du droit de réunion et de manifestation, déjà approuvé au cours de ces dernières semaines par la Chambre basse du Parlement, attribue en revanche plus de pouvoirs de contrôle préventif à l’exécutif et aux autorités de police et a suscité des protestations au sein de la société civile ainsi que parmi les minorités religieuses, rassemblées au sein du « Malaysian Consultative Council of Buddhism, Christianity, Hinduism, Sikhism and Taoism ». La mesure spécifie en effet expressément que « les lieux où ne pourront pas non plus se tenir d’attroupements sont également les lieux de culte ». Selon Teresa Mok, Secrétaire national du Parti d’Action démocratique, les nouvelles règles constituent « un abus de pouvoir de la part des autorités » et « une tentative de violer la liberté religieuse ».

Source: http://www.christianophobie.fr/

Des ouvrages de propagande antisémite et antichrétienne sur le site d’une mosquée !

Et je pense que là, personne ne va réagir. Et pourtant ça, c’est de la véritable incitation à la haine… Pas des broutilles comme on peut en voir sur certains blogs et sites un peu trop « patriotes »…

Là, on peut (et on doit) porter plainte; d’ailleurs… Non, rien.

FDF

.

Mosquée Masjid ar-Rahmah de Behren-lès-Forbach : En ligne sur leur site des ouvrages de propagande antisémite et antichrétienne

Behren-lès-Forbach est une petite ville d’environ 9 000 habitants en Lorraine, dans le département de la Moselle (57). Actuellement, c’est une des villes les plus pauvres de France, près de 90% de sa population vit en Zone Urbaine Sensible (ZUS).

45% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage. Le revenu moyen annuel par habitant est de 3930 euros. C’est une ville qui vit sous perfusion grâce aux subventions de l’Etat, on y dénombre trente et une nationalités.

Devant la forte présence de la Communauté Musulmane, environ la moitié de la population de Behren-lès-Forbach a des ascendances maghrébines, la ville met à disposition plusieurs Mosquées dont la Mosquée Masjid ar-Rahmah gérée par l’Union de la Communauté Marocaine de France (UCMF).

Le site Internet de la Mosquée publie en ligne plusieurs ouvrages (e-books) pour s’initier aux préceptes islamiques. Certains des ces ouvrages, en ligne depuis plus de deux ans, ont été écrits par le défunt prédicateur Musulman Ahmed Deedat, connu dans les années 1980-90 pour précher l’Islam à travers le Monde.
Son influence fut très grande et ses débats sont toujours diffusés sur internet à travers les plateformes Youtube ou Dailymotion, il continue de bénéficier d’une grande audience auprès de la Communauté Musulmane. Des Mosquées citent les ouvrages d’Ahmed Deedat, comme par exemple la Grande Mosquée “Lumière et Piété” de Nîmes.
Dix-sept des ouvrages de Ahmed Deedat sont interdits en France pour incitation à la haine raciale et antisémitisme.

On peut analyser le contenu de deux d’entre eux, que vous pouvez télécharger sur le site de la Mosquée Masjid ar-Rahmah de Behren-Lès-Forbach au format word, quelques extraits du livre “Mohammed le plus grand”  ci-dessous (hard-copy) :

Ahmed Deedat Ahmed Deedat - Mohammed le PLus Grand
– Ahmed Deedat Couverture du livre “Mohammed le plus grand”

.

MOHAMMED LE PLUS GRAND – Ahmed Deedat (extraits)

“JÉSUS FAIT DE LA DISCRIMINATION

Le prédécesseur direct de Mohammed dit à ses disciples : “Ne donnez-pas ce qui est saint aux chiens” (c’est-à dire aux non-Juifs).

“Ne jetez pas vos perles devant les pourceaux(c’est-à-dire les non-Juifs)“
(Matthieu 7:6) .
Les auteurs des évangiles sont d’accord sur le fait que le Christ vivait (tirait profit) des commandements qu’il prêchait. Au cours de sa vie, il n’a jamais prêché à un seul non juif.

1. Demandez dès maintenant votre exemplaire de la traduction et du commentaire de Yûsuf `Alî, ainsi que des 6 000 annotations. Demandez aussi un exemplaire pour vos amis non-musulmans.

Un fait, il repoussa une gentille femme qui recherchait sa bénédiction (la femme était grecque). Alors que le maître s’était réuni avec ses disciples, à Jérusalem, à l’occasion de la Pâque, certains Grecs qui avaient eu vent de sa réputation, demandèrent à le rencontrer pour obtenir quelques éclaircissements spirituels. Jésus leur infligea un affront, comme l’écrivit St Jean :

“Il y avait quelques Grecs parmi les gens qui étaient montés pour adorer pendant la fête. Ils s’approchèrent de Philippe… et lui demandèrent : nous voulons voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe allèrent le dire à Jésus”.

AUTO-GLORIFICATION

Les versets qui suivent ne font même pas état de “oui, oui” ou “non, non” de Matthieu 5:37. Ils continuent avec sa prière – “Jésus leur répondit (Philippe et André) : l’heure est venue ou l’homme doit être glorifié”.

Jésus, bien que connu comme “un charpentier et fils de charpentier” était doué pour les études et tout ce qui était matériel. Pierre, Philippe, André, etc tous cessèrent le travail et le suivirent pour être à ses ordres, non parce qu’il avait une auréole au-dessus de la tête, il n’avait rien de tel, mais en raison de ses riches vêtements et de son allure royale. Il pouvait disposer de châteaux à Jérusalem, pour lui et ses disciples, même au summum de la saison des festivités, et se faire servir des soupers somptueux et vous pourriez l’entendre faire des reproches aux juifs matérialistes.

“Ils le trouvèrent de l’autre côté de la mer et lui dirent “Rabbî, quand es-tu venu ici ?” Jésus répondit : “En vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés”.”
Jean 6:25-26

Dans ce livre, Ahmed Deedat s’acharne à démontrer que le Christianisme est une fausse religion, en l’opposant à la seule Révélation Divine, l’islam.
Il interprète, et déforme à loisir les Paroles du Christ dans la Bible pour discréditer la Foi Chrétienne, et démontrer ainsi que les Chrétiens vivent dans l’erreur et le Péché.

Chacun est libre de ses Croyances. Est-ce le rôle d’un Lieu de Culte de diffuser ce type de document en jetant ainsi le discrédit, le mépris, le dénigrement des Croyances des Autres Communautés ?

On peut consulter un autre livre de Ahmed Deedat “Les Arabes et Israël”, toujours sur le site de la Mosquée en ligne, sur les relations entre le conflit israélo-palestinien, les Arabes et les Juifs, ci-dessous, quelques extraits en gras italique (hard-copy):

Ahmed Deedat - Les Arabes et Israël
– couverture du livre “Les Arabes et Israël”

LES ARABES ET ISRAËL – Ahmed Deedat (extraits)

“Nos arrière-cousins juifs sont très généreux en qualifiant injustement d’antisémite quiconque ne partage pas leur point de vue. Ils usent de ce qualificatif comme d’une baguette magique, tenant ainsi en respect le monde chrétien, évoquant dans leur esprit Hitler, (Holocauste, les pogroms, le massacre de milliers d’innocents, hommes femmes et enfants, uniquement parce qu’ils étaient juifs.”

RIEN DE NOUVEAU
En essayant ainsi de nous prendre au piège par le biais de cette question embarrassante “Conflit ou conciliation ?” nos cousins n’ont pas innové. Ils firent de même avec Jésus-Christ, deux mille ans auparavant. Ils (les juifs), lui (Jésus) ont aussi poser et reposer des questions embarrassantes et des devinettes. Voyez donc leurs inimitables flatteries et ruses :
“… Maître, lui dirent-ils, nous savons que tu es véridique et que tu enseignes la voie de Dieu en toute vérité, sans redouter personne, car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes. Disnous donc ce que tu en penses : est-il permis ou non de payer le tribut à César ? Mais Jésus qui connaissait leur malice répondit : Pourquoi me mettez-vous à l’épreuve, hypocrites ? Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier. Il leur demanda : de qui sont cette effigie et cette inscription ? De César, lui répondirent-ils. Alors, il leur dit : rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.”
Sainte Bible” (Matthieu 22:16-21)

Jésus était autant juif que ces interrogateurs. Ils avaient été envoyés afin de le prendre au piège, mais il avait fait en sorte que la situation se retournât contre eux. Ils les prit à leur piège ! S’il (Jésus) avait répondu : “Payez le tribut”, alors les leaders juifs auraient fait savoir au peuple que Jésus n’était pas le messie (le Christ, celui qui fut engendré), le libérateur des juifs de la tutelle romaine, mais au contraire un espion de l’oppresseur romain. Si, par contre, il leur avait répondu : “Ne payez pas le tribut”, alors ils auraient obéi. Et s’ils avaient alors été arrêtés pour n’avoir pas payé, ils se seraient défendus : “Notre Messie nous interdit de payer le tribut”. Et Jésus aurait dû affronter les autorités. Il aurait encore perdu. Pile, je gagne ! Face, tu perds !Ce n’est pas là leur dernier subterfuge afin de réfuter et confondre Jésus. Les scribes et lês Pharisiens (les intellectuels juifs) mettent encore Jésus à l’épreuve“

“Pensez-vous que le Président Bush pourra sortir son administration du “lobby juif’ dans lequel son prédécesseur l’a plongée et qu’il lui a léguée ? Nous prions afin que Bush agisse en toute justice et sagesse face aux cruautés israéliennes à l’encontre des Palestiniens sans défense.”

“Ils me proposaient, de leur côté, le titre suivant (pour une conférence sur le conflit israélo-palestinien) : “Les Arabes et Israël : conflit ou conciliation,?” J’acceptai ce titre. Ils demandèrent par la suite que je prenne la parole le premier. J’acceptai aussi.

DE TOUTE FAÇON NOUS SOMMES PERDANTS

Vous avez, bien sûr, compris qu’il y a un piège dans le titre. Nos cousins nous ont déjà muselés avant que ne commence la joute verbale. S’agit-il d’un “Conflit ou d’une conciliation ?” Lequel choisiriez-vous ? Que ce soit l’une ou l’autre, nous sommes bons seconds. Si nous optons pour le “conflit” au cours du débat, alors nous nous attirerons l’hostilité de presque tout l’auditoire, car les étudiants de l’université se réclament comme des êtres honnêtes, justes et pacifiques. Tout comme ils souhaitent que les deux parties soient équitablement entendues et puissent conclure objectivement. Un musulman choisissant le “conflit” ferait figure de querelleur, de belliciste. Alors que le monde entier appelle à la “paix”, le musulman parle (?) de “guerre”

Si nous choisissons la “conciliation”, pour éviter le piège précédent, alors les juifs demanderont : “Pourquoi nous jetez-vous alors des pierres ?” D’une façon ou d’une autre, nous sommes perdants. Pile, je gagne, et face tu perds ! C’est le génie juif. Allah leur a fait don d’une intelligence supérieure. C’est une marque de
confiance de Dieu. Il donne à chacun d’entre nous quelque chose de plus. C’est un test, une mise à l’émeuve.”

“TOUJOURS AUX AGUETS DE NOUVEAUX MAUX
“Ils s’efforcent â corrompre
la terre
Dieu n’aime pas
les corrupteurs.”Saint Coran 5:64
ILS CRACHENT SUR VOTRE AMOUR-PROPRE,
CES SERPENTS VENIMEUX !
UN FAIT QUOTIDIEN DANS LA LUTTE QUOTIDIENNE d’un Peuple OPPRIMÉ !

Remarque : Le sujet de tout ce verset peut être cité ici Les juifs blasphèment et se raillent, a en raison de leur jalousie, plus on leur enseigne plus ils s’obstinent dans leur rébellion. Mais quel profit en tireront-ils ? Lorsqu’ils raniment les guerres, notamment contre les innocents, alors la Grâce de Dieu se déverse sur eux tel un fleuve pour éteindre ces feux. Mais leur ignominie continue d’inventer de nouveaux maux.”

“L’INDOMPTABLE ESPRIT DU JiHAD
“O vous qui croyez !
combattez ceux des incrédules
qui sont prés de vous.
qu’ils vous trouvent durs
sachez que Dieu est avec
ceux qui le craignent.” Saint Coran 9:123
OH JUIF! VOUS NE POUVEZ PAS NOUS TUER TOUS ! VOUS NE CONNAITREZ PAS LA PAIX, TANT QUE LA VICTOIRE NE SERA PAS A NOUS !

Remarque : Lorsque le conflit s’avére inévitable, il faut d’abord a nos relations de tout ce qui peut être malveillant, car par là commence vraiment la lutte. Au mal il faut opposer une forte et dure resistance. Des négociations meilleures n’ont plus leur place chez les soldats qui se battent pour la vérité et le droit. ils sont souvent un mélange de lâcheté, de dégoût, de cupidité et de corruption.”
Le livre “Les Arabes et Israël” est un véritable condensé d’antisémitisme.
Ahmed Deedat prend les écrits de la Bible, du Coran et le conflit israélo-palestinien à témoin pour montrer que les Juifs sont ignobles, blasphémateurs, flatteurs, rusés, jaloux et qu’ils ne méritent donc aucune considération et aucun respect.

Est-ce le rôle d’un lieu de Culte, normalement consacré à la Prière, à la Tolérance, au Respect d’autrui de propager ce type de message ? N’est-il pas censé diffuser un Message de Paix Universelle ?

Source: http://marie-masson-gaechter.over-blog.com/

01/12/2011

Allemagne: on ne prie pas dans les écoles; on apprend !

Image d’illustration

.

Ca ne s’est pas encore vu en France, ça. A moins qu’on nous l’ait caché, comme d’hab… Et puis, les écoles coraniques, c’est pas fait pour les chiens !
FDF

.

Les prières d’un lycéen musulman «troublent l’ordre» scolaire.

Le tribunal administratif fédéral de Leipzig a refusé mercredi, en dernière instance, à un lycéen musulman le droit de faire sa prière à l’école. Alors âgé de 14 ans, Yunus M. avait commencé à prier entre les cours en 2007 dans une école berlinoise, soucieux de se conformer aux préceptes de l’islam, qui prévoit cinq prières quotidiennes. Son geste avait lancé un débat en Allemagne sur l’opportunité d’autoriser les élèves à prier dans l’enceinte d’une école. Le jugement du tribunal de Leipzig, qui fera jurisprudence, était donc très attendu outre Rhin.

«Un lycéen n’est pas autorisé à faire ses prières à l’école en dehors des heures de cours si cela doit troubler l’ordre au sein de l’établissement», a estimé le tribunal. La prière reste autorisée dans plusieurs États régionaux allemands au sein des cours de religion.

Séparation de l’Église et de l’État 

Yunus faisait appel d’un jugement d’un tribunal de Berlin, qui lui avait retiré en 2010 l’autorisation de faire ses prières dans une salle spéciale durant les pauses. Les juges avaient alors estimé que l’école était le lieu de rencontre de «nombreuses religions et croyances différentes» et qu’il y avait également des élèves athées. Ce «pluralisme» portant en lui «un potentiel conflictuel important», l’école doit être la garante de la neutralité religieuse, a confirmé la cour de Leipzig.

En 2009, le lycée berlinois accueillant Yunus M. avait été contraint en première instance de mettre à sa disposition une pièce pour qu’il puisse y faire ses prières. Le tribunal avait alors justifié son jugement par la liberté religieuse, garantie dans la loi fondamentale allemande. En deux ans le lycéen n’avait utilisé la pièce qu’une douzaine de fois, selon Brigitte Burchardt, la directrice du Diesterweg Gymnasium de Wedding à Berlin. Elle affirme que la mise à disposition d’une salle avait perturbé l’organisation au sein de l’établissement et que l’affaire avait provoqué des troubles, près de 90 % des élèves de son établissement étant d’origine étrangère. Cinq religions y cohabitent. «Si tous les élèves se mettent à prier, l’école n’a plus qu’à fermer ses portes», estime Frau Burchardt.

En novembre 2007, le jeune garçon s’était agenouillé en direction de La Mecque dans un couloir du Diesterweg Gymnasium avec sept camarades, pour y faire sa prière. Une enseignante avait alerté la directrice, alors que d’autres élèves assistaient à l’événement et se disaient choqués. Brigitte Burchardt avait attendu la fin de la prière avant d’expliquer aux élèves que leur geste était contraire à la séparation entre l’Église et l’État et qu’il avait perturbé leurs camarades de classe.

Les parents des sept autres élèves concernés avaient accepté son argument. Seuls ceux de Yunus s’étaient décidés à porter l’affaire devant les tribunaux… Le lycéen devra désormais se concentrer sur les épreuves de son Abitur, le baccalauréat allemand, qu’il présente cette année.

Source: http://www.lefigaro.fr/

27/11/2011

La future version du Mount Rushmore National Memorial…

Force est de constater que la vue va plaire aux musulmans…

FDF

.

CE NE SONT PLUS LES VISAGES MAIS  LES POSTERIEURS DE Washington, Jefferson, Roosevelt et Lincoln , en prière.

ILS SE SONT SENTIS OBLIGES, EN VRAIS DHIMMIS, DE SE CONVERTIR   POUR DEVANCER L’AVENEMENT  MONDIAL DE L’ISLAM ET DE LA SHARIA

Merci à JC JC…

09/11/2011

Prières de rues: on n’est pas au bout…

Montage d’illustration; Les « heurtés », comptez vous…

.

Maintenant que l’excuse de l’islamophobie, de la liberté de culte, de la stigmatisation et du racisme est épuisée, les muzz trouvent d’autres raisons d’encombrer les rues pour « prier »…L’entente entre musulmans de diverses confessions et origines n’existe pas. Rien d’étonnant à ce que partout où ils passent, ce soit un foutu bordel…

« Religion » d’amour, de paix et de tolérance…

FDF

.


LA MOSQUEE DE PARIS AU COEUR D’UNE VERITABLE BATAILLE RANGEE

En fait, les musulmans sont toujours très unis lorsqu’il faut taper sur la France, les Français, les religions non mahométanes et les juifs.

Mais, pour ce qui est de leur entente, à eux, entre musulmans, elle est inexistante.

La preuve : La future Mosquée de Paris.

La Préfecture de Paris attend toujours les « statuts de l’association » devant gérer le nouveau lieu de culte qui aurait dû, selon leurs dires, résoudre  le problème néfaste des prières à ciel ouvert.

Mais cette fois, les patriotes Français n’y sont pour rien. Pas de saucisson-pinard, pas de soupe au cochon, rien.

Le conflit réside dans la bataille que se livrent  les deux « clans » musulmans, les subsahariens et les maghrébins, qui veulent  tous deux, en assurer le «contrôle».

Après les différends entre ceux du Maroc et ceux d’Algérie qui se disputaient  la présidence du culte musulman de France, l’Islam, religion de paix et d’amour de tous ces fidèles, n’a pas su apaiser la discorde qui règne entre ces deux autres ethnies : les africains d’en bas et les africains d’en haut.

La cohabitation est difficile ? Mais, intégrez-les, s’il vous plait !

S’ils ne s’intègrent pas entre eux, comment  pourrions-nous les intégrer à notre culture ? Quand les bienpensants le comprendront, alors peut-être, verrons-nous enfin, revenir la paix des braves, dans notre pays.

En attendant, les Français bon teint, continuent de voir leurs rues envahies et, de fait, interdites à toute circulation, les jours de prière, pendant que les autres continuent de s’étriper pour savoir qui sera le « chef » de la prochaine mosquée de Paris.

Source: http://www.petitsechodoran.com/

29/10/2011

Juste pour rire…

Comme dit JC JC, qui m’a envoyé ce délicieux dessin, « ça sent la fatwa » qui se pointe à plein nez. Mais on s’en fout. Envoyez la purée. On est de taille à riposter!

Et une fatwa! Pas trop cuite, merci !

FDF

.

Du boulot pour SOS Racisme et autres verrues…

Il faut interdire Tintin !!!

Pour ça:

25/08/2011

Maroc: pris en « flag » de vol de babouches à la mosquée !!!

Incorrigibles, les momos. Même à la mosquée et pendant la prière, ils peuvent pas s’empêcher. C’est dans les gènes…

FDF

.

Voir: http://youtu.be/G94bflZ-nL0

Délit de recel ???

18/07/2011

Un candidat républicain « islamophobe » à la présidentielle aux USA !

Enfin! En voilà un qui a tout compris, et qui devrait ramasser des voix… Mettre fin au terrorisme c’est mettre un terme à tout ce qui peut le véhiculer; comme les mosquées, par exemple, où l’on enseigne de drôles de choses parfois… Pourquoi croyez vous que les musulmans interdisent aux « infidèles » d’assister aux « prières » ? Chez nous, en Occident, les églises et temples sont ouverts à tout le monde…

FDF

.

Herman Cain

WASHINGTON

Les villes américaines devraient pouvoir interdire les mosquées, a estimé dimanche un candidat républicain à la primaire pour la présidentielle de 2012, Herman Cain, pour qui l’islam n’est pas une «religion traditionnelle».

«L’islam est à la fois une religion et un ensemble de lois – la sharia. C’est la différence avec nos religions traditionnelles, dont le seul dessein est religieux», a expliqué Herman Cain sur la chaîne conservatrice Fox News.

Interrogé sur la possibilité pour les villes d’interdire les mosquées, le candidat ultra-conservateur a répondu: «Oui, elles ont le droit de le faire».

Mais Herman Cain a persisté à qualifier sa position de «non discriminante».

Le candidat, très populaire dans la mouvance du «tea party», évoque souvent la question de l’islam depuis sa candidature à la nomination républicaine pour 2012, qu’une dizaine de candidats se dispute.

Il se situait en cinquième position à 6% des intentions de vote pour la primaire républicaine dans le dernier sondage Quinnipiac réalisé début juillet.

Herman Cain a déjà déclaré cette année que «beaucoup de musulmans ne sont pas totalement fidèles à ce pays, ni à cette Constitution. Beaucoup essaient d’imposer la sharia aux gens de ce pays».

«Non», il ne nommerait pas de juges musulmans ni n’embaucherait de musulmans pour travailler dans son administration, avait-il également dit à un blogueur de Think Progress en mars (http://youtu.be/aDXCwd65R5o).

L’homme d’affaires noir de 65 ans, ancien patron de la chaîne de pizzas Godfather, a affirmé dimanche que sa position sur les musulmans n’était pas en contradiction avec la lutte des noirs pour l’égalité qui a marqué les années 1960.

«Dans ma carrière, je n’ai jamais discriminé personne pour sa religion, son sexe ou son origine ou quoi que ce soit», a-t-il juré.

«Je dis seulement que je me dois d’avertir les Américains car des terroristes essaient de nous tuer. Je préfère donc être prudent plutôt que négligent».

Source: http://fr.canoe.ca/

19/01/2011

Allez, vite fait, sur le coffre…

On croyait avoir tout vu avec ces gens-là. Ben non…

FDF

.

Lire:

10/12/2010

Voleur de babouches à la mosquée du Mans…

Là, il faut appliquer la charia: il vole des chaussures, on lui coupe un pied, ou les deux… Non? Ben quoi? On est en France, terre d’islam, ou non?

FDF

.

A la mosquée, il volait les chaussures pendant les prières…

Mardi soir, le conseil de quartier Sud-Est tenait une réunion sur la thématique de la sécurité. L’occasion de faire le point sur les incivilités constatées dans le secteur des quartiers Sud du Mans.

Le récit de l’une d’elles, par Lahcem Belgana, responsable de l’association socio-éducative des quartiers sud, a beaucoup amusé l’assistance :

Ces dernières semaines, à la mosquée, un individu, « bien informé », profitait de l’heure de la prière pour s’introduire dans les lieux et voler… Les chaussures des fidèles, de nombreuses paires ensuite revendues pour quelques euros. Du coup, les responsables de la mosquée ont décidé de mettre en place une surveillance discrète. Elle s’est avérée payante puisqu’un individu d’une quarantaine d’années a été pris sur le fait, et il a été prié de s’expliquer devant les services de police.

Depuis, à la mosquée, on prie de nouveau l’esprit tranquille…

Source: http://www.lemans.maville.com/

Maine Libre

25/12/2009

Islam – Appel à la prière : après Beringen voici la Suède…

A la suite de demandes similaires en Allemagne et en Belgique, c’est au tour de la Suède d’être saisie de demandes d’appel sonore à la prière. La mosquée demande l’autorisation du vendredi pour commencer, mais espère que dans le futur elle pourra s’étendre à tous les jours de la semaine.

Les représentants de la mosquée de Botkyrka, dans la banlieue sud de Stockholm, ont demandé l’autorisation de lancer l’appel à la prière du vendredi depuis leur minaret.La commune ne s’en vante pas trop, pour ne pas faire de vagues, mais nous sommes assez certains que nous obtiendrons l’autorisation“, dit Ismail Okur, président de l’association musulmane à Botkyrka, où dominent les ressortissants d’origine turque qui, jusqu’à récemment, constituaient la majorité des musulmans du pays.

La demande, antérieure au vote des Suisses lors du référendum d’initiative populaire du 29 novembre qui a interdit la construction des minarets, n’a éveillé l’attention des médias suédois que ces derniers jours. C’est la première fois qu’une telle demande est faite en Suède.

Nous avons confiance en la Suède“, déclare Ismail Okur. La mosquée de Botkyrka, inaugurée en 2007, dispose déjà d’un minaret, le plus haut des cinq construits en Suède, de 32 mètres de hauteur. Aujourd’hui, l’appel à la prière se fait uniquement à l’intérieur de la mosquée. “Pour nous, musulmans, l’appel à la prière est important, c’est une partie de notre culture.”

Selon le Conseil musulman de Suède, six nouvelles mosquées avec minaret sont planifiées dans le royaume scandinave. Différents sondages publiés ces jours-ci indiquent qu’environ la moitié des Suédois sont favorables aux minarets tandis qu’un quart d’entre eux veulent les interdire. L’opposition la plus forte se trouve dans la région de Malmö, la métropole du sud du pays, où se concentre également une importante population immigrée.

En Suède, les réactions de condamnation du résultat du référendum suisse avaient été assez unanimes
à l’exception de celle du parti d’extrême droite Sverige Demokraterna (”Les Démocrates de Suède”), qui s’était félicité du choix suisse. “Les minarets sont l’un des symboles les plus explicites du multiculturalisme ainsi que de l’islamisation de l’Europe”, avait déclaré son président, Jimmie Akesson. Il y a quelques mois, M. Akesson avait écrit dans une tribune publiée dans la presse que les musulmans représentaient, aujourd’hui, la plus grosse menace contre la société suédoise. Ce parti espère faire son entrée au Parlement suédois pour la première fois à l’automne 2010, ce qui semble plausible au vu des sondages de ces derniers mois.

Les responsables de la mosquée de Botkyrka ne sont toutefois pas très inquiets. Ils constatent que leur mosquée n’a jamais été menacée ni vandalisée. Et ils ont déclaré, dans le journal Dagens Nyheter, qu’ils ne trouvaient pas qu’un quart d’opposants aux minarets était un chiffre particulièrement préoccupant. “Nos membres pensent que la Suède est le meilleur pays d’Europe pour les musulmans“, affirme M. Okur.

Source: http://reconquista.blogvie.com

Le nombre de musulmans vivant en Suède se situe entre 100 000 et 350 000, selon les estimations, pour une population totale de neuf millions d’habitants. Selon l’islamologue Jan Hjärpe, les pratiquants ne représenteraient toutefois pas plus de 2 % des musulmans suédois, soit une proportion équivalente à celle des chrétiens pratiquants.

12/12/2009

Les embouteillages de l’islam…

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 09:05
Tags: , ,

Avec le froid qui arrive et le cul en l’air à l’heure de la prière, ils ont intérêt à prévoir des caleçon, les muzz…

FDF

Paris XVIII.

Aux maires de concilier éthique et connaissance du terrain.

11 décembre 2009


Sur le chantier situé à l’angle des rues Myrha et Léon, les ouvriers ont cessé le travail. Au milieu de la foule qui occupe le carrefour, trois hommes arborant un brassard “Sécurité” dressent des barrières, indiquent la déviation aux voitures qui déboulent. En quelques minutes, la portion de la rue Myrha située entre les rues Léon et Stevenson est fermée à la circulation. Sur le trottoir d’en face, trois policiers avancent mollement en observant la scène. Le vendredi est jour de prière pour les musulmans du quartier qui se pressent à la mosquée Khalid Ibn Walid, située au numéro 28. Plein à craquer, l’édifice refoule par centaines des fidèles qui installent alors leurs tapis de prière à même le bitume. Dans la rue voisine, la mosquée Al Fath est victime de la même affluence, rejetant sur les trottoirs un flot qui s’étend jusque sur le boulevard Barbès. Le service de sécurité concède le passage à quelques piétons, mais fait les gros yeux. Dans un café en bas de la rue, un homme peste : “On ne peut pas bloquer un quartier comme ça. Même les habitants qui rentrent chez eux sont regardés de travers.” Sur le perron de sa boutique de téléphonie, Hamou tempère : “Le quartier s’arrête durant la prière. C’est ennuyeux, mais il n’y a pas d’autre solution pour l’instant.

Informelle à l’origine, aggravée par la fermeture de la mosquée Adda’wa du quartier de Stalingrad qui a provoqué l’afflux de centaines de musulmans, la situation est devenue la règle. Une atteinte à la laïcité de l’espace public dont la mairie a pris acte : “C’est évidemment inacceptable, reconnaît Daniel Vaillant, maire socialiste du XVIIIe arrondissement. D’une part pour les fidèles qui ne peuvent pratiquer leur culte dans la dignité, mais aussi pour les citoyens qui ne bénéficient plus de leur liberté d’aller et venir.

Avec près de 200 lieux de culte musulmans sur les 2 000 que compte le pays, la région parisienne n’est pas la plus mal lotie : “Ce n’est pas le nombre de lieux qui pose problème mais leur taille, détaille Merzak El Bekkai, secrétaire général du Conseil régional du culte musulman. Bien souvent, une salle de prière ne dépasse pas 80 m2.” Un constat qui jette une lumière crue sur la loi du 9 décembre 1905, fondement de la laïcité : si elle garantit le libre exercice des cultes mais renonce à tout financement, elle occulte la pratique de ceux qui ne disposent pas de moyens. Entre leur attachement à la laïcité et la réalité du terrain – mais aussi un électorat musulman non négligeable –, de nombreuses municipalités ont alors opté pour un traitement réaliste : “Il ne faut pas se voiler la face, explique Daniel Vaillant. L’islam n’est pas riche à Paris, ce qui peut ouvrir la voie à des financements privés dont on ne peut établir la traçabilité. C’est une réalité sur laquelle on ne peut fermer les yeux.”

Le recours au bail emphytéotique (qui permet à une mairie de louer son terrain pour 99 ans moyennant un loyer modique) a permis, dès les années 70, de déplacer l’islam dit “des foyers” (salles de prières dans les foyers de type Sonacotra) vers des lieux autonomes. Des associations de fidèles ont mis en place sur ces terrains, parfois avec le soutien de fonds étrangers, des projets de “grandes mosquées” ou “mosquées cathédrales” (Mantes- la-Jolie, Evry…). Leur financement est en outre facilité par des subventions : “La mairie agit généralement sur le levier culturel, détaille Fabrice Marache, qui réalise un documentaire sur la construction de la “grande mosquée” de Poitiers1. Elle peut par exemple allouer des subventions à l’association culturelle qui gère le lieu en raison de la présence d’une bibliothèque ou d’une salle de cours.”

D’autres mosquées sont financées en totalité par des fidèles associés à des bailleurs privés, comme à Poitiers où l’UOIF finance 75 % de la construction. Mais une troisième formule existe : “De nombreux musulmans cherchent l’indépendance vis-à-vis des financements étrangers, poursuit le réalisateur. Cet islam dit “des pavillons” consiste alors en de petites unités de quartier, des maisons qu’une association loue ou achète pour organiser son culte.” A Paris, la mairie du XVIIIe a imaginé un système hybride : financé par la municipalité à hauteur de 22 millions d’euros, le centre culturel laïque (Institut des cultures d’islam) revendra une partie de ses locaux (700m2), pour quelques millions d’euros seulement, à une association cultuelle privée qui en fera un lieu de prière. Respectueux de la loi de 1905, ce système permet de sortir de l’impasse tout en contournant le bail emphytéotique, souvent assimilé par les tribunaux à une subvention. Le pari n’est pas gagné : si les responsables de la mosquée Al Fath se réjouissent du projet, le recteur de la mosquée Khalid Ibn Walid n’a pas encore manifesté sa volonté d’y prendre part.

En attendant la construction, à l’horizon 2014, la rue Myrha vit au rythme des arrangements entre municipalité, fidèles et riverains. Une situation surprenante, lorsque la police disparaît au profit du service de sécurité de la mosquée. Dans le quartier, on parle d’un accord tacite : “C’est informel parce qu’il est difficile pour le pouvoir d’Etat de contractualiser quelque chose d’illégal, éclaire Daniel Vaillant. Mais la police n’est pas absente.” C’est dans ces zones infralégislatives essentielles à la démocratie locale que s’enracine la sensibilité d’une mairie qui choisit de prendre en compte plutôt que d’interdire : “Les fidèles ne prient pas dans la rue par plaisir. J’assume donc cette cohabitation temporaire entre l’espace public et une démarche privée. Ce n’est pas bien, mais faute de mieux, on fait comme ça.

A quelques kilomètres, l’association qui gère la mosquée de Puteaux se heurte à une mairie à la sensibilité différente. “Au départ, on nous a cordialement laissé prier dans la rue, tandis que nous recherchions un lieu plus grand, relate M. El Madani, secrétaire général de l’association. Mais fin 2008, du jour au lendemain, on nous l’a interdit.” S’il reconnaît le trouble, il constate le peu d’empressement de la mairie : “Nous avions trouvé un terrain, mais la mairie l’a préempté. Nous avons alors opté pour l’achat d’un bâtiment, que diverses pressions ont empêché. Après des années d’attente, nous avons enfin obtenu un permis de construire pour surélever notre mosquée.” Egalement liée à la configuration du bâtiment, cette lenteur révèle cependant une difficulté fréquente : “Les préfets ont saisi le problème, mais cela coince parfois au niveau des municipalités, résume M. El Bekkai. Il nous faut parfois une dizaine d’années pour obtenir un permis.

Ces échafaudages municipaux témoignent de réponses politiques réalistes évoluant parfois à la lisière de la légalité, entre éthique et connaissance du terrain. Mais ces arrangements ne sauraient être valables sans la mise en avant des concepts laïcs qui les encadrent. En dépit de la proximité de certains musulmans avec des pays dans lesquels la séparation entre politique et religieux n’est pas établie, l’Etat laïc ne saurait devenir un bâtisseur de temples. “C’est un peu une leçon de droit appliqué à l’imprévu”, résume un riverain.

1. http://www.atelier-documentaire.fr

Source: lesinrocks.com


La prière peut très bien se faire chez soi, au chaud. Mais mieux vaut se regrouper dehors afin de bien se faire « stigmatiser » et surtout emmerder le monde dans les rues de Paris…

FDF

04/12/2009

Solution en vue pour la Rue Myrha : 20 millions d’euros !

Lu sur Le Post :

La prière dans la rue Myrha est même devenue un cheval de bataille.

http://www.dailymotion.com/video/x9bd94_le-futur-institut-des-cultures-dyis_news

Daniel Vaillant, maire du XVIIIe : « Nous allons créer deux établissements, sous la férule de l’Institut des cultures d’Islam, qui est une association loi 1901 subventionnée par la Ville de Paris. Cet institut sera érigé à l’angle de la rue Stephenson et revendra ensuite les mètres carré nécessaires pour la prière à des associations cultuelles, loi 1905. »

La Ville va dépenser 20 millions d’euros pour l’Institut des cultures d’Islam: n’est-ce pas un contournement de la loi de 1905 sur la laïcité?

Daniel Vaillant : « Ce n’est pas un contournement! Nous assumons le fait que la 2e religion de France a besoin de solutions mais nous ne voulons pas toucher à la loi de 1905. C’est pour cela que l’association cultuelle va racheter la partie dédiée à la prière (pour 8 millions d’euros, ndlr). Notre montage est la bonne formule: il permet de contrôler la provenance des fonds et d’avoir une gestion intelligente loi 1901-loi 1905. Enfin, la partie culturelle de l’ICI sera utile. Nous sommes assez fiers. La seule contrainte, cest la durée: nous attendons la livraison en 2013. »

Suite