Francaisdefrance's Blog

13/11/2011

C’est dur, la mise en place de la démocratie…

C’est pourquoi on se bat pour conserver ce qui reste de la notre. Ce qu’il en reste, oui.

FDF

.

« Une de mes femmes y était. Si si; à gauche, là… »

.

« Alors que le président yéménite Ali Abdallah Saleh appelle au dialogue pour «une transition pacifique selon la Constitution», ses opposants continuent de réclamer son départ. C’est donc les mains serrées que ces femmes ont manifesté ce jeudi dans les rues de Sanaa, la capitale du pays. Des partisans du régime ont ouvert le feu contre les protestataires blessant trois personnes. Ce regain de violences coïncide avec l’arrivée aujourd’hui de l’émissaire des Nations unies au Yémen, Jamal Benomar, pour reprendre ses efforts en vue d’un règlement de la crise yéménite. Le Président Saleh refuse obstinément de démissionner en dépit de manifestations qui secouent depuis janvier le Yémen et dans lesquelles des centaines de personnes ont été tuées et des milliers blessées. »

Source photo et texte: Le Figaro

28/10/2011

Yémen: les coups de fouet vont pleuvoir; au mieux…

Pas peur, les nanas, pas peur… Encore un pays béni par l’islam.

FDF

.

Ras le bol du gouvernement !


Des centaines de femmes yéménites ont brulé leurs burqas pour protester contre la répression des manifestations antigouvernementales débutées en février dernier par les autorités, annoncent mercredi les médias occidentaux.

Cette action de protestation s’est déroulée à Sanaa, la capitale du Yémen. Elle rassemblait des centaines de femmes qui ont jeté leurs vêtements musulmans traditionnels en tas et les ont brulé pour protester contre les affrontements armés entre les forces gouvernementales et l’opposition, qui continuent malgré un accord de cessez-le-feu signé entre les parties.

Le 25 octobre, le gouvernement et le général dissident Ali Mohsen Al-Ahmar ont signé un accord de cessez-le feu. Les parties ont également convenu de libérer tous les prisonniers interpellés au cours du conflit. L’accord devait entrer en vigueur mardi.

Depuis début février, le Yémen est le théâtre de sanglantes manifestations réclamant le départ du président Saleh, au pouvoir depuis 1978. Selon les médias occidentaux, les violences qui se poursuivent dans le pays ont fait plusieurs centaines de morts.

Source: http://fr.ria.ru/