Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Sitamnesty me donne un sérieux coup de main ! Merci les gars !

Merci à vous, amis résistants !

Et dire que pendant que ces hauts faits de dhimmitude se produisent, on brûle des églises chrétiennes en terres orientales… Pas rancuniers, les catholiques…

FDF

.


Dimanche à Strasbourg, messe… à la mosquée !

jésus crucifié par mahomet - Steph BergolLogo du quotidien PrésentDimanche 15 janvier 2012 : À Saint-Maurice (Strasbourg) pas de messe mais une visite de la mosquée !

J’ai, sous les yeux, le supplément paroissial de Carrefours d’Alsace. Avec cette indication : « Dimanche 15 janvier, messe à Saint-Maurice : pas de messe de 11 h à Saint-Maurice [souligné par les auteurs du bulletin]. Après la messe de 9 h 30, départ pour la mosquée [toujours souligné par les auteurs du bulletin]. S’inscrire pour le covoiturage. Parking à la mosquée. »

Il faut le lire pour le croire ! Pas de messe à 11 h, mais à la place, dimanche, une excursion à la mosquée, avec covoiturage organisé histoire que personne de la paroisse ne soit privé de cette promenade dominicale…

Dans le même bulletin (janvier 2012), on peut lire, sous le titre « les événements du mois » :

« 15 janvier. Visite de la grande mosquée. Chacun peut la visiter individuellement. Mais, ce dimanche-là, c’est le geste (sic) d’un groupe de chrétiens de Saint-Maurice-Saint-Bernard qui sera reçu à la mosquée. Ce que nous vivons ici n’est pas possible sous d’autres cieux [tu l’as dit, bouffi…]. Faut-il y renoncer à cause de cela ? Qui renoncerait ici au vivre ensemble (resic) paisible parce que ce n’est pas possible ailleurs ? Chrétiens et musulmans, nous avons tous des frères qui nous humilient et trahissent notre foi par leurs certitudes méprisantes, meurtrières ou guerrières. 10 h 30 : départ devant nos églises en covoiturage (téléphoner ou s’inscrire pour avoir une place). 10 h 45 : accueil à la mosquée. 12 h : fin de la visite. »

Le curé de Saint-Maurice, situé au 41, avenue de la Forêt-Noire, est l’abbé Vincent Steyert. Son nom méritera de rester dans les annales d’une dhimmitude annoncée.

Ainsi, à l’heure où des dizaines de chrétiens sont persécutés, dans le meilleur des cas, et massacrés, dans le pire, au Nigeria, en Egypte, en Indonésie, en Irak, en Afghanistan, en Algérie, en Thaïlande, en Inde, au Pakistan, aux Philippines, etc., une paroisse de Strasbourg sucre la messe dominicale et, au lieu d’organiser des veillées de prières pour ces martyrs de la foi du Christ, met sur pied une visite à la grande mosquée de Strasbourg dont la seule existence, sur cette terre alsacienne profondément chrétienne, relève de la provocation… Au nom du « vivre ensemble » comme ils disent…

Mais, pour « vivre ensemble », il faut au moins une volonté affichée de part et d’autre de le faire. On nous dira que les musulmans de Strasbourg sont de braves gens et patin et couffin. Au point de supprimer la messe et d’aller leur lécher les babouches ? Qu’est-ce qui peut passer par la tête de ces clercs improbables ? Leurs inconséquences relèvent-elles de l’inconscience ou pire ?

Saint Maurice était un soldat. A Strasbourg, l’église qui porte son glorieux nom ne relève pas de la cohorte du miles Christi, mais hélas de cette palanquée de dhimmis suicidaires.

ALAIN SANDERS
Article extrait du quotidien Présent du Samedi du 25 janvier 2012

Archive PDF :
Dimanche 15 janvier 2012 : À Saint-Maurice (Strasbourg) pas de messe mais une visite de la mosquée !

Document créé avec printfriendly.com, option texte small
Source : laportelatine.org

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon d'avertir

Appliquer la méthode d’Avertissement Ocuré ! (Option I)

Voici, pour simplifier, le document PDF final en quatre pages (deux feuilles recto-verso) :

Dimanche 15 janvier 2012 : À Saint-Maurice (Strasbourg) pas de messe mais une visite de la mosquée ! - Avertissement au curé Vincent Steyert de Saint Maurice Saint Bernard
(Document pdf obtenu avec pdfjoin.com)

Qui sont les destinataires ?

Le prêtre nommément cité, Père Vincent STEYERT, ainsi que, en priorité, son évêque, afin que ce dernier enguirlande le premier, d’une part, et que, d’autre part, il mette un terme définitif à ce type d’aberration.
Vous trouverez l’adresse postale publique du Père Vincent STEYERT sur la page cathocus.fr/home/cus/paroisse_detail_4.php (confirme celle donnée dans l’article – archive).
L’évêque du Père Vincent STEYERT est celui du diocèse de Strasbourg, vous trouverez son nom et son adresse postale publique sur la page eglise.catholique.fr/ (…) /diocese-de-strasbourg.html

Addendum Aux armes :

Reproduction de l’épée de Saint-Maurice conservée à Turin :

reproduction de l'épée de Saint Maurice, conservée à Turin.
Création albion-swords.com

21/01/2012

Sus aux collabos!

Puisque que l’on me sollicite, allons y gaiement. J’ai tellement de boulot que j’avais programmé cet article pour demain. Gagnons 24 heures…

FDF

.

collabo Marc-Antoine PÉROUSE DE MONTCLOSQuotidien Present n°7521 du 2012-01-19

Nigeria

« Il n’y a pas de guerre de religion » comme ils disent

Depuis Noël, plus de 150 chrétiens ont été assassinés par les islamistes de Boko Haram. Et les attaques contre les personnes et les églises sont quotidiennes. Un jihad revendiqué. Une guerre qui vise à chasser les chrétiens du nord du pays et notamment – en attendant pire – de ces douze Etats qui appliquent la charia. Une guerre. Une guerre de religion de toute évidence. Il n’empêche que Le Point a trouvé un certain Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), pour nous expliquer – sans rire – qu’« il n’y a pas de guerre de religion au Nigeria. »

Répondant au président nigérian, Goodluck Jonathan, qui affirme que les violences anti-chrétiennes sont « pires que la guerre civile de 1966 au Biafra », le chercheur de l’IRD estime que ce sont « des déclarations maladroites ».

Quand on lui rappelle que les islamistes – et pas seulement les dingos de Boko Haram – veulent expulser les chrétiens du nord du pays, le chercheur de l’IRD répond : « C’est vrai, mais leur logique (sic) est en réalité (…)

La suite sur

Article 20997 du n°7521 du quotidien Présent / Nigeria - « Il n’y a pas de guerre de religion » comme ils disent - Depuis Noël, plus de 150 chrétiens ont été assassinés par les islamistes de Boko Haram. Et les attaques contre les personnes et les églises sont quotidiennes. Un jihad revendiqué. Une guerre qui vise à chasser les chrétiens du nord du pays et notamment – en attendant pire – de ces douze Etats qui appliquent la charia. Une guerre. Une guerre de religion de toute évidence. Il n’empêche que Le Point a trouvé un certain Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), pour nous expliquer – sans rire – qu’« il n’y a pas de guerre de religion au Nigeria. » - Répondant au président nigérian, Goodluck Jonathan, qui affirme que les violences anti-chrétiennes sont « pires que la guerre civile de 1966 au Biafra », le chercheur de l’IRD estime que ce sont « des déclarations maladroites ». - Quand on lui rappelle que les islamistes – et pas seulement les dingos de Boko Haram – veulent expulser les chrétiens du nord du pays, le chercheur de l’IRD répond : « C’est vrai, mais leur logique (sic) est en réalité d’appliquer la charia par le biais d’un gouvernement islamique, car ils estiment qu’un exécutif laïque ne peut appliquer correctement la loi islamique. » Si leur logique est d’appliquer la charia, cela veut dire, n’en déplaise à l’« expert » de l’IRD qu’ils veulent, de facto, faire des chrétiens des citoyens de seconde zone dans le meilleur des cas, ou les chasser du nord par la terreur dans le pire. - L’« expert » explique encore que « la répression extrêmement brutale de l’armée en 2009 » (pour mettre fin à des massacres de chrétiens rappelons-le), a forcé les cadres de Boko Haram à se réfugier à l’étranger « où ils ont été récupérés par une mouvance djihadiste internationale ». Et il ose affirmer, là encore sans rire : « Au départ, Boko Haram n’était pas un mouvement terroriste. » Tu l’as dit, bouffi… - Cette cécité – pour ne pas dire plus – vaut à ce Pérouse de Montclos, qui estiment que les troubles au Nigeria sont dus à la hausse du prix de l’essence, cette réponse d’un internaute : « Il a raison, ce Monsieur Pérouse de Montclos. Si, en France, le prix de l’essence doublait d’un coup, il n’y aurait plus une seule cathédrale épargnée par le feu, deux jours plus tard. Et je crois me souvenir que la destruction de Cluny, en 1791, était justement liée à une très forte augmentation du prix du picotin. » Et encore, d’un autre internaute : « Encore une belle preuve d’aveuglement ! Les chrétiens massacrés à Noël, c’est à cause du prix de l’essence ? » - En minimisant la haine des musulmans nigérians à l’égard des chrétiens nigérians, voire en la niant, l’« expert » de l’IRD nous prend pour des courges. C’est une guerre religieuse qui est en cours au Nigeria comme démontré massacres après massacres. Répétons-le : à court terme, le Nigeria est condamné à une partition de fait. Pour la sauvegarde des chrétiens, le plut tôt sera le mieux. - ALAIN SANDERS - Article extrait du n° 7521 du Jeudi 19 janvier 2012
Article 20997 du n°7521 du quotidien Présent

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de blâmer

Si on tape “Marc-Antoine Pérouse de Montclos” sur Google, on trouve, entre autres, la page (d’où est extraite la photo) d’un “Marc-Antoine Pérouse de Montclos” Politologue, Chargé de recherche, IRD, avec ses coordonnées complètes, dont une adresse postale publique (archive).

Cette page indique qu’il travaille à Paris.

Si on cherche alors sur l’annuaire pagesblanches.fr

Qui?  nom: Pérouse de Montclos prénom:Marc-Antoine où: Île-de-france

On ne trouve qu’un seul “Marc-Antoine Pérouse de Montclos”, qui est par conséquent, à 99.999%, celui en question.

Ce “Marc-Antoine Pérouse de Montclos” a vraiment un cruel besoin d’information sur ce qu’est réellement l’islam et c’est très simple de l’aider :

Imprimer l’article de Présent ci-dessus.

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso) : compléter le courrier avec deux pages d’argumentaires sur l’islam, tinyurl.com/sitargu, au choix.

Pour simplifier, voici le document en 4 pages avec en bonus deux dessins illustrant parfaitement l’article et comme argumentaire complémentaire les deux premières pages de la Méthode d’invasion par l’islam, qui est très exactement celle en cours au Nigéria comme dans tous les pays où se diffusent les métastases du cancer islamique :

Article 20997 du n°7521 du quotidien Présent + dessin Bergolix + Méthode d'invasion par l'islam
Document obtenu avec les services
pdfescape.com + pdfjoin.com

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Voilà, aider “Marc-Antoine Pérouse de Montclos” à combler ses lacunes dans le domaine islamique ce n’est pas plus compliqué que ça.


collabo ALEXANDRE DUPEYRIXlivre d'ALEXANDRE DUPEYRIX Comprendre HABERMASCitoyen, tu n’invoqueras pas la laïcité en vain

Par ALEXANDRE DUPEYRIX Historien des idées, université Paris-Sorbonne

La laïcité est un sujet sacré en France. Une véritable religion civile. Les gardiens du temple nous disent : «La république est laïque ou elle n’est pas». Ils disent aussi : «La religion n’a rien à faire dans la sphère publique, elle relève de la sphère privée». Ils disent enfin : «La religion dans la sphère publique, c’est le communautarisme». Disant cela, ils ne disent pas grand-chose, tant il y a de manières d’interpréter le principe de laïcité (cf. le Canada, les Etats-Unis, l’Allemagne…), tant les frontières du privé et du public sont floues, tant il est, au fond, difficile de vivre pleinement et dignement sa religion sans empiéter d’une manière ou d’une autre sur un espace socialement partagé.

Permettre à un citoyen juif ou musulman, une fois par an, de célébrer la fête la plus importante de sa religion, est-ce confondre le privé et le public, le politique et le religieux ? Est-ce ébranler l’édifice de la république ? Non, c’est au contraire être (…)

La suite sur

Article
Article du quotidien Libération
Citoyen, tu n’invoqueras pas la laïcité en vain
Version PDF obtenue avec printfriendly.com, taille texte : small

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de blâmer

Si on tape “ALEXANDRE DUPEYRIX, université Paris-Sorbonne” sur Google, on trouve, entre autres, la page d’un “ALEXANDRE DUPEYRIX” Maître de conférences, avec ses coordonnées complètes, dont une adresse postale publique (archive).

Cet “ALEXANDRE DUPEYRIX” a vraiment un cruel besoin d’information sur ce qu’est réellement l’islam et c’est très simple de l’aider :

Imprimer l’article de Libération ci-dessus.

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso) : compléter le courrier avec trois pages d’argumentaires sur l’islam, tinyurl.com/sitargu, au choix.

Pour simplifier, voici le document en 4 pages avec comme argumentaires complémentaires :

– puisqu’il est professeur d’histoire : un rappel sur la collaboration active des musulmans avec les nazis durant la seconde guerre mondiale, en une page

– et, puisqu’il n’a pas compris grand chose à la notion de laïcité : l’article Islam et laïcité : La grande incompréhension en deux pages :

Article alexandre dupeyrix + ollaboration active des musulmans avec les nazis + Islam et laïcité : La grande incompréhension
Document obtenu avec les services
pdfescape.com + pdfjoin.com

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Voilà, aider “Alexandre Dupeyrix” à combler ses lacunes dans le domaine islamique ce n’est pas plus compliqué que ça.