Francaisdefrance's Blog

16/10/2011

Coup de folie à Bourges: une policière tuée à coups de sabre…

Où s’arrêtera la folie des hommes ? « Tuée à coups de sabre »; on voit ça dans les « républiques » africaines ou dans les dictatures Orientales. Mais pas en France… Du moins jusqu’à ce triste jour. J’en suis effaré. Quand fera t’on valoir nos principes de sécurité publique? Quand seront ils appliquées? Mais rassurons-nous: les chiffres de la délinquance baissent. J’oubliais: la « délinquance routière »; celle qui inclus que vous circulez sans avoir attaché votre ceinture. Et Dieu sait si là, les proies sont faciles. Nous sommes tous des délinquants qui s’ignorent… Nous sommes dans « les chiffres ».

FDF

.

Un homme a tué une personne et en a blessé deux autres vendredi matin à la préfecture de Bourges…

Une scène particulièrement violente a eu lieu vendredi à la préfecture de Bourges (Cher). «Un individu s’est présenté ce matin à la préfecture, muni d’un sabre, pour déclarer une possession d’arme», raconte Thierry Pain, délégué régional du syndicat SGP Police, contacté par 20Minutes. Devant le refus des services de la préfecture de lui accorder un permis de port d’arme, il est pris d’un véritable coup de folie. Il dégaine son sabre japonais et se met à menacer les personnes alentours.

Une patrouille de police est appelée. «Trois policiers sont intervenus, un nombre normalement suffisant pour ce genre de cas», indique Thierry Pain. «Mais cette intervention était hors-norme…» L’arrivée de la patrouille aggrave la colère de l’homme. Il frappe une employée de la préfecture à coups de sabre et se précipite ensuite, arme en main, sur les policiers. Il aura le temps d’en blesser un à l’abdomen et une autre, plus gravement, au flanc, avant de se faire tirer dessus par un troisième adjoint de sécurité. Touché au genou, l’homme est interpellé est transporté à l’hôpital.

La brigadière, âgée de 30 ans, n’a pas survécu à sa blessure

La brigadière frappée au flanc est décédée. Il s’agissait d’une mère de deux enfants âgée de 30 ans, mariée à un autre policier. «On est abasourdi», a réagi Thierry Pain «Ca n’est pas normal, on n’est pas embauché pour recevoir ce genre d’agressions gratuites. On a un sentiment de frustration, c’est pas croyable». Le forcené, un enseignant de Bourges, était inconnu des services de police.

Claude Guéant, ministre de l’Intérieur présent dans la région dans le cadre des Journées parlementaires, est arrivé à Bourges à la mi-journée. Il est allé voir les blessés, puis s’est rendu à la préfecture pour voir les lieux. «Ce drame rappelle que le métier de policier est un métier de service quotidien public, un métier toujours dangereux qui mérite le respect et la considération», a déclaré M. Guéant cité par le Berry républicain. Le ministre s’est dit «infiniment triste et bouleversé». Il devait s’est présenté dans l’après-midi aux policiers de Bourges. «Les violences à agent sont en augmentation depuis plusieurs années», souligne Thierry Pain, qui plaide pour la mise en place par le gouvernement d’une «politique moins dure de la police vis-à-vis de la population»

Source: 20minutes.fr