Francaisdefrance's Blog

16/07/2011

Comme le « prophète », mon frère !!!

Et pourtant, il n’a jamais mis les pieds au FMI, l’imam en question. Des gros vicelards musulmans, il en existe aussi; et plus qu’on pourrait le croire… Mais dans le cas présent, il n’y a pas eu plainte de déposée. C’est ça, quand on propage la bonne parole du « Prophète ». C’est l’immunité religieuse qui prône.

FDF

Photo d’illustration pillée à Poste de Veille…

.

Maroc : un imam soupçonné de viol !

Les faits remontent au début du mois de juillet. L’ancien imam de la mosquée de Younès, située dans le quartier d’Aïn Borja à Casablanca (capitale économique), est soupçonné par les habitants d’avoir violé une adolescente de 13 ans vivant dans le quartier. Il aurait pris la fuite.

Depuis deux semaines, une rumeur sur l’ancien imam de la mosquée Younès de Casablanca, la capitale économique, fait bon train. D’après les habitants du quartier Aïn Borja où se situe la mosquée, l’ancien imam depuis introuvable, a violé une adolescente de 13 ans. Le prêcheur musulman aurait entraîné la jeune fille chez lui en l’absence de sa femme et l’aurait agressée sexuellement, a relaté le 6 juillet Aufait-Maroc qui s’appuie sur des témoignages d’habitants témoins de la scène. Un bénévole de la mosquée et le nouvel imam ont confirmé les faits. « C’est vraiment une malheureuse histoire. Ce sont les voisins qui l’ont vu attirer la fillette dans son appartement situé à l’intérieur de la mosquée. Un des voisins est allé glisser un papier dans lequel il le menaçait si jamais il ne quittait pas les lieux » déclarent-ils. Le journal rapporte que le religieux de 35 ans sur lequel pèsent les soupçons de viol a disparu depuis que l’affaire a éclaté. « Je l’ai vu déménager à 2 heures du matin », a affirmé un voisin du chef religieux à Aufait Maroc.

Une affaire sans suite

Cette rumeur de viol sur mineure risque bien d’être sans suite. Et pour cause : la famille adoptive de la fille, que les rumeurs désignent comme étant la victime, réfute le viol. « Nous l’avons conduite chez le médecin qui a établi un certificat médical qui n’indique pas qu’il y ait eu viol » a déclaré le frère de la supposée victime. Mais les habitants d’ Aïn Borja sont catégoriques : l’adolescente de 13 ans qui a été violée a eu « trois points de suture ». Une information que confirment le bénévole de la mosquée et le nouvel imam du quartier, rapporte le quotidien marocain. Une résidente, qui déclare ne pas « savoir grand-chose sur cette affaire », ajoute : « Par contre, je peux vous dire que cet imam a un regard pesant et passe son temps à mater les femmes ». Une plainte pour viol concernant le cas de cette jeune fille n’a pas été enregistrée, indique Aufait Maroc.

Cette affaire de mœurs à la mosquée de Younès n’est pas un cas isolé. D’après les habitants d’Aïn Borja, il y a quelques temps, le muezzin (celui qui est chargé de l’appel de la prière) de cette même mosquée a été surpris avec un jeune garçon.

Source: http://www.afrik.com/

02/05/2011

Un néo-islamisme occidentalo-compatible…

Ce sont vraiment des tordus; il essayent TOUT…
FDF

.

Un islam occidentalo-compatible



Al-Ahram hebdo, dans son édition du 13 avril dernier, publie un article du plus grand intérêt sur un événement qui, bien que fondamental, a totalement échappé à tous les journaleux de la presse mainstream occidentale : les Frères musulmans se sont officiellement ralliés au libéralisme !

Sous le titre « Un libéralisme ambigu », le journaliste égyptien Névine Kamel analyse le nouveau projet économique de la confrérie qu’il résume ainsi : « un marché libre et ouvert au monde », soit, en d’autres termes : libéralisme et mondialisation ! Et le rédacteur d’al-Ahram hebdo de faire ressortir que le programme rendu public par les Frères n’est guère différent de celui défendu, à partir de 2004, par les éléments les plus libéraux de l’entourage de Moubarak : démantèlement de la fonction publique et réduction du nombre des fonctionnaires, accroissement du secteur privé, exemptions douanières, etc.

Bien sur, le porte-parole de la confrérie assure que l’objectif de ce projet « est de mettre en place un système libéral juste » et affirme, par exemple, que « la privatisation est un moyen d’améliorer ou de sauver une entité publique ». En d’autres terme, le libéralisme islamiste sera un libéralisme à visage humain…

Or, jusqu’à maintenant, les Frères musulmans soutenaient la nécessité de l’intervention de l’État dans l’économie et défendaient une vision socialisante de l’économie. Ils ont donc changé leur fusil d’épaule…

On m’objectera que leur mutation est au final insignifiante, que ce n’est que de la poudre aux yeux et du marketing politique, voire une forme de taquia.

Peut-être, mais on ne peut s’empêcher de penser que, tout au contraire, cette déclaration formelle est l’aboutissement final d’une nouvelle alliance : celle de l’Occident libéral avec un islamisme qui l’est devenu et qui, maintenant qu’il est d’accord sur ces bases économiques, est l’allié rêvé de Washington et de l’OTAN au Maghreb et au Machrek.

On peut voir là un aboutissement du discours du Caire de Barack Obama de juin 2009, date où il avait appelé à un « nouveau départ fondé sur l’intérêt commun et le respect mutuel » entre les États-Unis et le monde musulman avec comme objectif de renforcer son contrôle sur celui-ci afin d’empêcher qu’il ne puisse pencher, à un moment ou à un autre, du côté de Pékin ou de Moscou. Jusqu’à aujourd’hui, la mise en place progressive de ce projet avait été principalement sensible dans la modification des rapports que Washington entretient avec Tel-Aviv.

Les événements du prétendu « printemps arabe » sont la seconde phase de ce plan : le changement de nomenklatura locales vieillies et soit peu sûres soit hostiles. L’intégration dans la sphère gouvernementale, à Tunis, au Caire ou à Benghazi – et peut être demain à Ramallah – comme participants ou comme opposition respectueuse, des islamistes locaux prouve que si l’islamisme sunnite était déjà parfaitement compatible avec la vue du monde géopolitique des stratèges du Grand Occident, il l’est aussi maintenant avec leur vue du monde économique.

Patrick Haenni sur le site Religioscope (www.religion.info) a révélé le rôle joué dans le mouvement anti-Moubarak par Amr Khaled, une sorte de Tariq Ramadan égyptien, jeune prédicateur branché devenu la conscience des classes moyennes et qui est parfaitement représentatif de ce néo-islamisme occidentalo-compatible. Son projet est défini ainsi par Patrick Haenni : « retrait de l’État sur une ligne néo-libérale : que l’État renonce à tout contrôler, que l’État se concentre sur les grands enjeux macro-économiques et géostratégiques et que pour le reste qu’il se repose sur la société. Son rêve, c’est moins l’État islamiste que l’État minimum et une société civile sans doute pieuse mais avant tout bien gérée. »

Dans Le Monde du 15 février Guillaume Perrier a expliqué comment le modèle des révolutions arabes était la Turquie qui « représente un exemple de mariage réussi entre islam et démocratie », un pays stable, capable de conjuguer les aspirations conservatrices de l’électorat avec la démocratie et l’économie de marché et dont les trois forces sont, dans l’ordre, « sa tradition musulmane », « son économie dynamique » et « son gouvernement démocratique ». Guillaume Perrier insistait même sur le fait que, pragmatique, Erdogan a dépensé plus d’énergie à libéraliser l’économie qu’à islamiser la société turque…

On comprend donc pourquoi Alain Juppé a récemment déclaré souhaiter entamer un dialogue « sans complexe » avec les mouvements islamistes dans le monde arabe dès lors qu’ils « respectent les règles du jeu démocratique » ce qui en d’autre mots signifie avant tout qu’ils acceptent le marché libre et accessoirement la parodie de la démocratie représentative…

En attendant, les islamistes libéraux qu’apprécient tant Obama et Juppé se sont livrés ces dernières semaines, comme le relate al-Ahram hebdo du 20 avril, à de nombreuses destructions de tombeaux et monuments soufis, considérés par eux comme des manifestations d’un islam hérétique, ont attaqué une manifestation féministe qui se tenait place Tahrir et ont détruit au moins une église copte. Tout cela sans que les médias occidentaux en rendent compte et sans que les défenseurs des droits de l’Homme ne s’en inquiètent.

Pensez donc, ces gens là ne peuvent pas (plus) être mauvais, ils ont vu la lumière et ils sont maintenant en faveur du « marché libre et ouvert au monde » et des privatisation… Alors qu’ils oppriment donc, s’ils le veulent, les soufis, les féministe ou les coptes, tout cela n’a aucune importance en rapport des véritables enjeux qui motivent tant Obama que Juppé…

Christian Bouchet

Source: http://www.nationspresse.info/

31/12/2010

Islamisme: encore un beau « phénomène »…

Je les trouve bien agités, les muzz, ces temps-ci. Je pense qu’ils cherchent à nous bousiller nos fêtes de fin d’année. Eh bien ils peuvent déjà mettre le paquet.

Chez nous, le passage à la nouvelle année est un rite ancestral; ça tombe ce jour, désolés, mais nous, nous vivons à une ère occidentale, moderne et non rétrograde. Et ce soir, malgré toutes ces attaques de haine, on lèvera nos verres ensemble, unis et encore plus forts pour résister en 2011 à l’invasion islamiste… Ca, c’est certain.

FDF

.

Un Tunisien, réfugié politique, a publié sur internet un texte en arabe pour légitimer la violence.

 

Le Tunisien a écrit sur le site alhiwar.net: «Sellez les chevaux, et préparez ce que vous pouvez de matériel, de convictions, puis n’oubliez pas, n’oubliez pas, n’oubliez pas les ceintures sacrées, les ceintures des respectables, la ceinture explosive pour les gens qui trahissent.»

L’homme veut passer pour un modéré. Il s’est fait connaître lors de la manifestation à Berne des musulmans de Suisse contre la publication des caricatures de Mahomet en 2006. «Si je devais absolument choisir, j’accepterais par amertume une caricature de Mahomet plutôt que de voir des morts dans un métro», disait-il.

En français, l’homme tient des propos apaisants. Mais en arabe, ce Tunisien, réfugié politique depuis dix-huit ans en Suisse, a un autre discours: «Alors, il faut les avertir, leur montrer par la parole s’ils se rappellent, sinon justice par la force devra être faite. Scellez les chevaux, et préparez ce que vous pouvez de matériel, de convictions, puis n’oubliez pas, n’oubliez pas, n’oubliez pas les ceintures sacrées, les ceintures des respectables, la ceinture explosive pour les gens qui trahissent. Nous allons résister, cela fait partie de notre culte, nous allons résister, soit la victoire soit la mort.» Et en note de bas de page, il précise: «Ceinture d’explosifs, arme des vulnérables contre les ennemis de la nation.»

Un site censuré

Ce président de l’association Ez-Zeitouna, fondée pour défendre les droits de l’homme en Tunisie, a assuré régulièrement le prêche du vendredi au centre culturel des musulmans à Neuchâtel, sans pour autant y assumer de responsabilité officielle.

Thomas Facchinetti, délégué cantonal aux étrangers, confirme: «Il est connu comme islamiste. Mais il a toujours eu des propos modérés. Ces nouvelles phrases me paraissent plus inquiétantes. Mais à ma connaissance, il n’a pas trop d’influence dans l’association du centre culturel de Neuchâtel.»

Le Tunisien a écrit son texte sur le site de l’opposition alhiwar.net, censuré en Tunisie, en septembre dernier. Il commence par dénoncer l’état délabré d’une mosquée en Tunisie, près de l’Université de Ras el Tabie. Les autorités l’avaient fermée pour cause de rénovation. Mais des images en caméra cachée montrent que les travaux sont au point mort, que les Corans sont jetés par terre et que des bouteilles d’alcool traînent dans les coins.

L’affaire avait fait du bruit dans le monde arabe. L’homme, membre du parti islamiste Ennahda, opposant au régime tunisien, fustige du coup l’oppression dans son pays d’origine. Avant de parler de Jérusalem, de Bagdad et de l’Afghanistan et d’en appeler à la ceinture d’explosifs.

Contacté hier, sa première réaction est de demander: «C’est un texte en arabe, pourquoi me parlez-vous de ça?» Puis d’accuser: «Vous sortez mes phrases de leur contexte!» Il est vrai que parfois le prédicateur modère son propos: «Nous allons résister par la paix, la sagesse et les pierres», écrit-il. Cela suffit? L’homme finit par hurler: «Je ne suis pas un terroriste, ce que j’ai écrit je l’assume, il n’y a rien de mal. Je n’ai rien à craindre, je suis serein et calme. Ce n’est qu’un poème dont vous ne prenez que quelques lignes sans chercher à comprendre l’ensemble.»

Et d’ajouter: «J’ai fait de la prison pour la démocratie. Quand les Français ont fait la révolution, les a-t-on traités de terroristes? Pourtant avaient-ils des bouquets de fleurs? Non, ils ont lutté avec les moyens qu’ils avaient. Pourquoi ce qui est permis pour les uns ne l’est pas pour les autres? On vient détruire nos pays, nos mosquées et on ne doit rien dire? La Suisse a bien une armée pour se protéger et nous, nous n’aurions pas le droit de le faire?»

Dans la communauté tunisienne, c’est la consternation. Surtout chez les partisans du régime tunisien. «Ce sont des incitations à des actes terroristes, déclare Mejbri Faouzi. Ça me choque et ça me désole pour l’image de la Tunisie en Suisse.» Le président de l’association Tunisienne Suisse d’amitié affirmait hier se renseigner sur ce qu’il fallait faire: déposer une plainte ou laisser les autorités suisses agir.

Des Tunisiens dénoncent

La nouvelle est aussi arrivée aux oreilles d’Yvan Perrin. Il promet d’agir, comme conseiller national (UDC) et policier neuchâtelois: «C’est la communauté elle-même qui s’est manifestée auprès de moi, ils ne veulent pas laisser quelques extrémistes détruire ce qu’ils ont construit en trente ans.»

Stéphane Lathion, coordinateur du groupe de recherche sur l’islam en Suisse, conclut: «C’est un cas de double discours que les musulmans eux-mêmes cherchent à combattre, car il justifie les craintes que les non-musulmans peuvent avoir sur une légitimation de l’usage d’une violence aveugle. Malheureusement, les autorités politiques suisses n’ont peut-être pas les moyens suffisants pour contrer ce type de dérapage.».

Source: http://www.24heures.ch

09/11/2010

Toujours rien du maboule de Limoges?

Il faut nous rassurer; nous donner de BONNES nouvelles. Un connard a insulté notre République à Limoges; souvenez-vous: http://www.youtube.com/watch?v=OJviivbNJTw

Il est passé où, ce con? On l’ a viré de chez nous, j’espère…

FDF

12/10/2010

Si après ça vous ne vous convertissez pas…

Après tout, la charia, c’est ça, aussi:

Ci-après la vidéo d’un prêche pour le moins convainquant pour les demeurés de l’islam, les pro-charia, et de ses admirateurs dhimmis…

Un seul truc, le prédicateur a oublié de laisser ses coordonnées bancaires et son adresse perso… Faut déjà être con…

FDF

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=X3CYrf7dFko

03/10/2010

Limoges: et une petite couche sur l’intégriste musulman provocateur…

Rappel… En passant, remarquez que l’on n’ a pas de nouvelles des suites à cette affaire d’incitation à la haine et au djihad…

FDF

.

Manifestation islamique à Limoges Avec l’Etendard noir du Djihad, et le drapeau de la « Guerre Sainte  » totale contre l’Occident.
L’organisateur appelant les Musulmans à se révolter et lutter contre la société, les français, la démocratie et la laïcité, et à brûler le Code Pénal.

« A Limoges, nous avons vu, ce vendredi, le spectacle à peine croyable, en plein centre-ville, entre 17 et 18 heures, d’un homme, mégaphone à la main, qui lance des appels à la guerre civile, au djihad, cite Christine Tasin, affirme qu’il y a entre 10 et 15 millions de musulmans en France, les incite à se révolter contre les Français, qualifiés de « fumiers », attribue le 11 septembre aux Juifs, qualifie la loi contre le voile intégral de raciste, affirme ne pas reconnaître notre code pénal, incite les musulmans à le brûler, etc. Un discours, suivi par plusieurs dizaines de disciples, qui ne pouvait qu’effrayer les paisibles habitants de cette ville. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont dû, en plus, subir une manifestation, avec des slogans réclamant le droit de porter le hijab et la burqa ! Autres extraits: “Oui, nous sommes anti-sémites, et nous en sommes fiers” ! “On est entre 10 et 15 millions en France” ! « Nous en avons ras-le-bol de vous et de vos discours hypocrites et politisés »! Vous ne souhaitez pas que l’on prenne la parole ? Et bien on se passera de vos « autorisations »… Et très bientôt vous serez mis à la porte, inchaalah ça vient de ce passer un samedi 17 septembre 2010 en plein centre de Limoge ! Tout ça en toute impunité !!! Les flics impuissants La justice autiste Les médias muets ! (sauf le journal local de Limoges puis les sites et forums républicains) Fabius – Aubry – Royal – Besançennot – Gayssot, Halde, LCR, LDH, Sos-Racisme, Licra, Crif… PS, PC, Verts, etc.aux abonnés absents !!
Imagi non s qu’une telle déclaration ait été faite par un franchouillard ?
La vidéo de la manif a déjà été censuré, re-censurée, apparaît, disparaît, n’est plus en ligne, est rejetée; et pour cause !! On se demande bien qui est derrière cette censure… On a bien une petite idée, mais De la haine contre l’Occident ainsi manifestée publiquement et de surcroît sur notre sol, on n’avait jamais vu ça. C’est fait…. http://www.lepost.fr/article/2010/09/19/2227322_manifestation-de-l-islam-radical-a-limoges.html http://www.islamisation.fr/archive/2010/09/19/les-barbus-manifestent-a-limoges.html Pour la vidéo, si elle disparait encore des liens ci-avant, elle est encore visible là: http://www.youtube.com/v/3YlJGLl9VAA?fs=1&hl=en_US

Une manifestation de musulmans « révoltés » a eu lieu dans le centre-ville de Limoges, vendredi soir, entre 17 et 18 heures (source : Le Populaire, journal local de Limoges). La population a été effrayée par cette manifestation, remplie de haine. « C’était quelque chose de très violent », témoigne une commerçante souhaitant garder l’a non ymat. « Comprenez-moi, je n’ai pas envie qu’ils me pètent la vitrine, je préfère ne pas donner mon nom, ni que mon magasin soit cité. J’en frémis encore. » « Les policiers eux-mêmes ne sortent pas de leur voiture et laissent baissée leur fenêtre », témoignait un autre commerçant.   C’est l’organisation islamiste Sirât Alizza, proche de Hani Ramadan (défenseur de la lapidation), qui a organisé la manifestation. Le 11 septembre dernier, cette organisation avait appelé à la guerre contre les islamophobes, en réaction au projet du pasteur Terry Jones de brûler un Coran ; sur son site, on pouvait lire : « Comment est ce possible que l’on puisse déchirer le saint coran en public sans que des têtes roulent par terre ?! (…) On demande à ALLAH soubhanahou wata3ala ,maître des mondes ,de leur infliger toutes sortes de maladies dont le cancer du colon ! Qu’ils ne puissent même plus se soulager au toilettes ,que leur existence soit humiliée et que toutes leurs familles se convertissent à l’islam. Mes frères cet appel est concret , contactez nous au plus vite afin de préparer la riposte inchaalah ta3ala ! « .   Le harangueur à Limoges a nié la version officielle du 11-Septembre. Puis, il a encouragé à brûler le Code Pénal, celui-ci ne faisant pas référence aux musulmans. Selon lui, il faut modifier le Code Pénal, afin qu’il défende les musulmans. Des passants lui ont alors répondu au cri de « Allah akbar ! ».   Le journaliste du Populaire écrit : « Notre photographe leur a demandé s’il pouvait prendre une photo de la manifestation, comme c’est le cas chaque fois qu’un événement se produit à Limoges « Va-t-en avec ton appareil. Si non on te casse la gueule. » »   2e partie : à partir de la 7e minute, un journaliste de France 3 tente d’engager le dialogue avec le harangueur de foule… Il va s’en mordre les doigts… S’ensuit une marche très agitée dans les rues de Limoges, durant laquelle une femme âgée osant s’opposer aux manifestants se fait conspuer par la foule. Comment jusqu’à quand vas-ton laisser faire ça…? http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/des-musulmans-se-revoltent-a-27708 Ps: le lien est assez long à s’ouvrir ainsi que  que la vidéo, une fois que c’est ouvert on est sidéré Nos médias en parleront-ils? ce serait étonnant…