Francaisdefrance's Blog

26/03/2011

Piqûre de rappel…Claude Guéant: le nouvel « ami » des momos…

Eh bien voilà, pour acheter la paix sociale! Il fallait encore une fois se soumettre. En bon ministre de l’intérieur (et des cultes) qu’il vient d’être nommé, ce brave Claude Guéant, membre de NOTRE gouvernement, va autoriser que les prêches de haine des chrétiens et d’appel à l’invasion de l’Occident se fassent en arabe. Aucun risque qu’un « infiltré » ne puisse raconter ce qui se dit dans ces lieux de prières, d’amour, de paix et de tolérance… Sauf s’il comprend l’arabe. Ce qui est assez rare, je pense. Les voila tranquilles, les momos.

FDF

.

Guéant : pas d’interdiction de prêche en arabe !

Le ministre de l’Intérieur s’est employé mardi à rassurer les musulmans et à cadrer le débat de l’UMP sur la laïcité en excluant l’interdiction de l’arabe dans les prêches et en répétant que la loi de 1905 ne serait pas touchée.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant s’est employé mardi à rassurer les musulmans et à cadrer le débat de l’UMP sur la laïcité et l’islam en excluant l’interdiction de l’arabe dans les prêches et en répétant que la loi de 1905 ne serait pas touchée. Le ministre en charge des cultes a pris ces engagements dans un entretien au Monde daté de mercredi, alors que grandit l’inquiétude des musulmans qui se sentent stigmatisés par l’annonce de ce débat voulu par l’UMP, un an après la clôture de celui sur l’identité nationale et quelques mois après l’adoption d’une loi coercitive sur le voile intégral. « Il est constitutionnellement impossible d’interdire le prône en arabe » car « on n’interdit pas les messes en portugais ou l’hébreu dans les synagogues », a expliqué M. Guéant, alors que le président Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé souhaitaient inclure dans le débat la question du prêche en français. Le secrétaire général de l’UMP a modifié depuis sa position, après une rencontre avec le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et souhaité dimanche que les discours d’avant prêche « soient en français », et non plus les prêches. Concernant des dérapages de prédicateurs, M. Guéant a rappelé que la loi prévoyait des « sanctions » mais ajouté qu' »en ce moment, rien de tel n’est signalé ». (FDF: tu penses…).