Francaisdefrance's Blog

10/01/2012

C’est un crime de dénoncer l’islamisation rampante de notre France !!!

Et pourtant, en période de conflits (car nous sommes en plein dedans) il est généralement de bon ton de prévenir un peuple de l’imminence de son invasion…

En France, non. C’est le contraire. On cache, on punit ou on censure; c’est selon…

FDF

.

Le journal Riposte Laïque gène le landernau du politiquement correct et ses supplétifs que sont les associations anti-racistes depuis qu’il ose ouvertement dénoncer, à juste titre, l’islamisation rampante de notre Pays.

Les femmes niqabées  et les prières dans les rues ont été la manifestation visible d’une offensive de l’islam contre les fondements de notre République laïque.

S’il n’y avait pas eu Riposte Laïque pour médiatiser ces atteintes inadmissibles à la dignité de la femme et dévoiler au grand public grâce aux vidéos de Maxime Lepante  l’occupation de l’espace public par les islamistes rue Myrha  en plein Paris , le pouvoir politique actuel ne s’en serait pas accaparé en prenant les mesures qu’il a prises sur l’interdiction du port du voile intégral dans le pays de Voltaire et des prières dans l’espace public de ces fanatiques islamiques qui manipulent une population musulmane soumise au diktat de Mahomet.

L’objectif de l’islam est de contrôler et diriger tous les aspects de la vie des gens et de les endoctriner en les obligeant à se conformer aux  dogmes, aux rites et aux préceptes de la charia.

Comme le révèle le site Poste de veille dans un article publié le 2 février 2011 :
« En France, on constate que des mosquées islamiques sont plus souvent construites que des églises catholiques romaines, et qu’il y a maintenant plus de musulmans pratiquants que de catholiques pratiquants. Par ailleurs, des groupes musulmans en France ont demandé à l’ Église catholique romaine la permission de faire usage des églises vides comme solution pour résoudre les problèmes de circulation occasionnés par les milliers de musulmans qui prient sur les voies publiques. Cette demande, qui a été décrite par des commentateurs politiques français comme étant « alarmante », « audacieuse », et « sans précédent », est un autre exemple de l’arrogance croissante des musulmans en France.
En octobre, un rapport fait état que les banlieues décrépies sont en passe de devenir des «sociétés musulmanes séparées» du reste de l’ État, selon une étude récente importante  intitulée « Banlieues de la république » qui examine la propagation de l’islam en France.
Les immigrés musulmans rejettent de plus en plus les valeurs et l’identité française et préfèrent s’immerger dans l’islam, selon ce rapport, qui prévient également que la charia est en train de remplacer rapidement le droit civil français dans les banlieues parisiennes. Les auteurs du rapport démontrent que la France, qui compte entre cinq à six millions de musulmans (soit la population musulmane la plus grande en Europe) est au bord d’une grave explosion sociale parce que les musulmans ne s’intègrent pas dans la société française.
La loi française controversée interdisant la burqa est entrée en vigueur en avril. La nouvelle loi interdit, dans tout l’espace public en France, la burqa couvrant tout le corps et le niqab couvrant le visage ; elle a été adoptée dans un contexte de frustration croissante devant le manque d’intégration des 6,5 millions de musulmans. »

Riposte Laïque, ses rédacteurs et ses contributeurs ont le courage d’affronter cette provocation des islamistes, car ils ont la conviction profonde que notre démocratie est en danger…

…Suite et source: http://tinyurl.com/7bqh7bl

11/10/2011

Nous nous sommes laissé islamiser sans trop réagir; Il n’est pas trop tard pour remettre les pendules à l’heure…

C’est vrai. Mis à part les membres de la « Résistance » (ils se reconnaîtront) dont je fais partie (et j’en suis fier), peu d’Occidentaux ont vu arriver le cancer qu’est l’islamisation. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir sans cesse prévenu les populations visées. De nombreux blogs et sites (dont la liste est longue…) ont participé d’arrache-pied à cette mise en garde vitale. Pas mal d’entre vous ont entendu, compris et se sont « ralliés »… Mais pas tous. Fort heureusement, il n’est pas trop tard. Les accablantes preuves de la gangrène islamique sont là, nous le répétons sans cesse. A celles et ceux qui n’ont pas encore compris d’ouvrir les yeux et les oreilles.

Certains blogs, certains sites, ont subi les foudres de la censure de la « bien-pensance »… Ils ont eu affaire à la Justice et ont du fermer leurs moyens de communication… pour mieux renaître de leurs cendres… La pression est omniprésente, mais on fait avec et on se bat chaque jour. La liberté d’expression est bafouée sans arrêt par les dhimmis et les collabos… Sans vergogne aucune.

Je vous laisse lire ce billet de Riposte Laïque fort intéressant et qui devrait vous apporter bon nombre d’éclaircissements. Bonne lecture.

FDF

.

L’islam ou le refus de s’assimiler à nos valeurs républicaines..

Un article  daté du 4 octobre 2011 vient de paraître dans Le Monde et qui confirme que l’islam n’est pas soluble dans notre République Laïque.  Cet article intitulé «  Banlieue, islam, une enquête qui dérange  » (1) nous apporte la preuve flagrante et inquiétante que notre  République n’est plus l’exemple auquel se rattache une  partie de la population d’origine  musulmane, mais qu’elle  est devenue un repoussoir.

Nous avons laissé l’islam prendre le dessus  dans des quartiers où il a pu prospérer à cause d’une trop grande concentration de personnes de confession musulmane et nous ne mesurons pas  à quel point cette croyance religieuse  porte atteinte  au vivre ensemble  et s’éloigne de plus en plus de la croyance envers nos valeurs républicaines.

A Riposte Laïque cela fait des années que nous dénonçons la montée du communautarisme musulman et ses pratiques rétrogrades et archaïques contraires à l’intégration et à l’assimilation, démarches indispensables pour se sentir et devenir citoyen Français à part entière.

Le politologue Gilles Kepel avait publié il y a 25 ans une enquête sur la naissance de l’islam en France qui portait le titre révélateur Les banlieues de l’islam et allait préfigurer ce qui se passe aujourd’hui dans des territoires abandonnés par la République et où l’islam s’est implanté avec ses codes, ses rites et ses modes de vie  avec comme conséquence un repli  identitaire et un refus de se fondre dans notre République. Il est revenu revisiter les cités populaires de Seine Saint Denis pour se rendre compte sur place comment avaient pu évoluer ces territoires de la République et comment y vivaient  les habitants.

Deux villes de banlieue parisienne, Clichy et Montfermeil  sont devenues un terreau pour les islamistes et  il sera très difficile de faire machine arrière sauf à repenser entièrement la politique de la ville ayant pour but de renoncer à la ghettoïsation et au regroupement par ethnies de population qui n’avaient pas vocation à vivre ensemble coupé des autres citoyens Français.

Cette politique d’abandon et de renoncement des pouvoirs publics du fait d’une non maitrise des flux migratoires a laissé s’instaurer dans la République  une vie parallèle aux conséquences incalculables sur le plan sociétal et sur le plan soit disant culturel.  La culture de la diversité peut être acceptée, à la condition que celle-ci s’inscrive dans une volonté de s’assimiler au-delà de nos différences en respectant avant tout la culture du pays d’accueil.

Le repli identitaire  a eu pour conséquence de permettre à l’islam de conquérir des territoires livrés à eux-mêmes et sans attache réelle  avec  la population autochtone, malgré la volonté des élus d’en faire des citoyens républicains.

Dans son article l’auteur tente d’expliquer le repli communautaire de la façon suivante :

« Le sentiment de mise à l’écart a favorisé une « intensification » des pratiques religieuses, constate Gilles Kepel. Les indices en sont multiples. Une fréquentation des mosquées beaucoup plus régulière – les deux villes (60 000 habitants au total) comptent une dizaine de mosquées, aux profils extrêmement variés, pouvant accueillir  jusqu’à 12 000 fidèles. Une pratique du ramadan presque systématique pour les hommes. Une conception extensible du halal, enfin, qui instaure une frontière morale entre ce qui est interdit et ce qui est autorisé, ligne de fracture valable pour les choix les plus intimes jusqu’à la vie sociale. »

Dans ces deux villes nous avons constaté depuis les années 1990 à une réislamisation culturelle laquelle a creusé de plus en plus un fossé avec  la population locale. Par exemple les enfants d’origine musulmane ne fréquentent plus les cantines scolaires, car celles-ci ne proposent pas de halal.

Les pouvoirs publics ont laissé la police religieuse démanteler les réseaux du trafic de drogue  dure ou tenter de le faire, qui a laissé place au trafic de cannabis,  et comme l’explique Gilles Kepel  ce combat contre la drogue dure a  pu offrir «  une légitimité sociale et rédemptrice » à l’islam.

Les prières dans les rues , le port du voile intégral sont autant de manifestations qui prouvent que les islamistes veulent s’en prendre à notre modèle de civilisation et qu’ils testent en permanence notre résistance à leur offensive à laquelle nous devons répondre par la fermeté et  la détermination à ne pas leur céder un pouce de terrain  en leur faisant comprendre que les valeurs fondamentales qui font l’essence même de notre République ne seront jamais négociables.

La limite de l’analyse de Gilles Kepel, c’est qu’il se refuse à voir que l’islam ne cherche pas l’assimilation, mais bien au contraire la conquête de nouveaux territoires ou les valeurs de la République seront remplacées par les préceptes de la charia ou cela sera possible de l’imposer.

Malika Sorel, sociologue et membre du haut Conseil à l’intégration dans son livre « Le langage de la vérité »paru aux Éditions Mille et une nuits en avril 2011 estime que  sur  « l’intégration la France a fait trop de concessions et qu’il faut «  rompre avec l’idéologie victimaire » en matière d’immigration.

Elle dit aussi  sur l’intégration :

« L’insertion, c’est l’obligation de respecter les normes collectives d’une société, les règles du “bien-vivre ensemble”, même si l’on ne partage pas la même culture. C’est ce que font les expatriés français à l’étranger, par exemple. L’intégration, c’est plus profond : c’est le fait de se sentir concerné par une communauté de destin avec les Français. Cela se traduit, concrètement, par la transmission à ses propres descendants des fondamentaux qui composent le noyau identitaire français, ce que l’on nomme le legs ancestral. C’est un long processus qui, lorsqu’il réussit, aboutit à l’assimilation, concept qui a été victime d’un procès en sorcellerie tout à fait injustifié ! […]

Sous la pression d’une minorité “bien-pensante”, nos dirigeants, droite et gauche confondues, ont renoncé à transmettre à ces populations les codes indispensables à leur intégration. Nous laissons s’implanter en France des communautés revendiquant des privilèges et s’excluant elles-mêmes de la nation. Ce qui, finalement, ne satisfait personne : ni les immigrés, convaincus qu’ils sont discriminés parce qu’on le leur répète, ni les Français, qui souffrent de ces désordres ».

Elle dit également que «  L ’État accorde la nationalité française à des personnes dont il n’est pas certain qu’elles soient véritablement intégrées ». Je rajouterai pour ma part que pour pouvoir s’intégrer, il faut en avoir le désir.

Elle affirme aussi pour répondre à nos élites de gauche bien-pensantes :

«  L’octroi de la citoyenneté française doit venir valider la réussite du processus d’intégration, qui conduit à l’assimilation. Prétendre que l’on peut être français sans être porteur de l’identité française est mensonger, comme il est mensonger d’affirmer qu’octroyer le droit de vote aux étrangers favoriserait leur intégration. Le taux d’abstention est extrêmement élevé parmi les populations issues de l’immigration ».

Je rejoins sur bien des points l’analyse de Malika Sorel, qui ne peut pas être soupçonnée d’être raciste, d’avoir compris que de vouloir être  Français cela se méritait et que d’en accepter les valeurs essentielles en était indissociable.

Ce qui n’est nullement  l’objectif que s’est assigné l’islam dans les sociétés occidentales ou elle s’appuie sur les immigrés de confession musulmane pour propager son idéologie rétrograde et ségrégationniste.

Il faut avoir conscience que les musulmans ne sont pas venus pour s’intégrer dans la société européenne (2). Leur objectif est la transformation de l’Europe en terre d’islam où seule la charia, la loi de l’islam, sera appliquée, et la France n’échappe pas à ce funeste dessein.

Khomeiny l’a formulé sans ambigüité :

« Gouverner le monde est le but de l’islam. »

Cette déclaration pourrait être confirmée par tous ceux qui connaissent l’islam. Bassam Tibi, orientaliste et homme scientifique germano-syrien ajoutait :

«Partout, où vivent des musulmans, l’Islam se proclame l’unique propriétaire  légitime (les avis dissidents ne sont pas valides).»

Quand est- ce que nos Gouvernants  en prendront réellement la mesure  et quand est ce qu’ils oseront imposer à ces idéologues islamistes la limite qu’ils ne doivent pas dépasser  pour éviter que nous en arrivions à des affrontements communautaristes?

Nous devons absolument reconquérir les territoires délaissés par la République en offrant à ces populations  un avenir et un destin commun qui permettra que celles-ci  ne réfugient pas dans l’obscurantisme négation même du vivre ensemble au-delà de nos différences.

Fabrice LETAILLEUR

Source: http://ripostelaique.com/