Francaisdefrance's Blog

17/11/2010

Une manipulation pitoyable : quand Azouz Begag dénigre les harkis à Alger…

Et dire que ce type était au Gouvernement. On voit ce que ça a donné. Chassez le naturel…

FDF

.

Azouz Begag, ancien ministre de l’Egalité des chances dans le gouvernement Villepin, a déclaré dans une interview, réalisée à Alger, au quotidien arabophone « Ech-Chourouk » (30 octobre 2010) : « Sarkozy  a adopté le discours d’extrême droite, s’est allié aux harkis et autres mouvements sionistes (…) ».

L’association Harkis et Droits de l’Homme s’élève contre ces propos  teintés d’une affirmation sous-entendue qui fleure bon l’amalgame et les propos de bistrot (« les harkis sont tous de droite, voire d’extrême droite ») ; ils sont prononcés dans un environnement qui permet à son auteur de  brosser ses interlocuteurs dans le sens du poil : il s’agit là soit d’ignorance, soit de complaisance,  soit de flagornerie, soit tout cela à la fois. On avait connu Azouz Begag mieux inspiré dans ses œuvres littéraires.

Cet homme, qui selon l’article paru dans mediarabe.info (lire en ligne), invite à voter Villepin, a, semble –t-il, oublié les propos de l’ancien premier ministre prononcés  le 19 juin 2010 (lire en ligne).

Accessoirement, si on peut dire,  le lendemain, dans le quotidien algérien « El-Khabar », Azouz Begag estime nécessaire de « former et soutenir une nouvelle génération d’hommes politiques issus de l’immigration algérienne en France, afin de les propulser à l’Assemblée nationale où ils pourront voter des lois favorables à l’Algérie ! ». Dans le registre du discours communautaire et dans la définition du rôle d’un député, il est difficile de faire pire.

Source: http://www.harki.net/article.php?id=517