Francaisdefrance's Blog

17/10/2011

« Français, faites des efforts », nous disent ils. Messieurs, « tirez les premiers » !

Quand on veut donner de leçon d’austérité au peuple de France, encore faut’il montrer l’exemple.

Ci-après, un bon billet de Pierre Louis Hikoum…

FDF

.

LES MAL LOGES DE LA REPUBLIQUE

Le plus insupportable pour les citoyens que nous sommes, est sans aucun doute le fait que les politiques sont des donneurs de leçon perpétuels et qu’ils demandent constamment aux Français de faire des efforts.

 Prenez l’exemple du nouveau plan d’austérité du gouvernement qui prévoit une « taxe exceptionnelle sur les hauts revenus ». Cela va consister en un prélèvement de 3% supplémentaires aux ménages dont les revenus dépassent 500.000 euros par an soit un salaire net de 21.000 Euros par mois pour chacun des deux époux ! Pour faire partie des 10% des Français les plus riches, il faut percevoir un salaire net de 3.100 Euros par mois, nous sommes tout de même loin des 21.000 Euros de la taxe exceptionnelle.

Nous pourrions légitimement nous demander pourquoi Monsieur Mélenchon ou bien encore les socialistes -qui se veulent les seuls défenseurs des ouvriers et de l’ensemble des « petits » de la République- ne demandent pas à ce qu’une telle taxe soit appliquée aux 15% des Français les plus riches. Tous simplement parce que les Elus de la République, qui pourtant font partie de ces 15% ne veulent pas, eux, être imposés plus lourdement qu’ils ne le sont. Et pourtant beaucoup de français, ouvriers, employés, éleveurs aimeraient gagner de telles sommes, jugez plutôt : Un Député dela République gagnait, en 2010, 7.100 Euros par mois, ce à quoi il faut rajouter 6.412 Euros d’indemnités de représentation qui servent à régler les loyers pour une permanence, les frais de réception, les frais d’habillement ainsi que les frais de transport. Sauf que l’accès est gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1ère classe ainsi qu’au Métro pour les députés. Ils bénéficient, en outre, de 40 voyages aller et retour entre Paris et la circonscription de l’intéressé, plus encore 6 autres voyages supplémentaires, toujours aller et retour, pour ce rendre où bon leur semble en France métropolitaine….

Suite et source: http://tinyurl.com/6c3toqb

08/05/2011

Lois mémorielles…

On apprend de très bonnes choses chez Pierre Louis Hikoum…
FDF

.

Les lois mémorielles sont HORS LA LOI !

Eric Zemmour a été invité le 2 mars 2011 à l’Assemblée Nationale ou les députés l’on convié à prendre part à un débat. Durant ce dernier, il a déclaré : « C’est désormais le code pénal qui régirait les règles de bienséance de la parole publique (…) On ne saurait donc plus alors dans une démocratie qui suppose un espace désacralisé où les vérités ne sont pas absolues mais relatives (…) mais dans une théocratie où une parole sacrée s’impose à la société (…) et où la justice est chargée de punir les déviances (…) les dérapages qui sont autant de sacrilèges », a-t-il expliqué aux députés UMP qui l’ont acclamé.

Il y a trois lois dites mémorielles en France. La première a été votée le 13 juillet 1990, c’est la loi Gayssot a créé le délit pour le révisionnisme concernant le génocide juif, plus précisément pour les personnes niant ce génocide. Le terme de « négationnisme » a été créé dans ce sens, a ceci près que c’est un nouveau mot qui n’existait pas. La seconde est la loi « relative au génocide arménien de 1915″ qui ne crée aucun délit mais qui a valu à la France une crise diplomatique avec la Turquie. Enfin la dernière est la loi dite « Taubira » dans laquelle la France reconnaît « la traite » et « l’esclavage » en tant que crime contre l’Humanité et permet à des associations de se porter parties civiles lors de procès pour diffamation ou injure…

Suite et source: http://hikoum.wordpress.com/2011/05/07/les-lois-memorielles-sont-hors-la-loi/

20/04/2011

Incohérence absolue au sujet des clandestins de Lampedusa…

Pillé chez Pierre-Louis Hikoum…

FDF

.

Immigration : l’incohérence française

Dans un article publié sur Le Choc du Mois, Xavier Eman nous interpelle sur la différence de traitement qui existe entre les différents immigrés clandestins dont ceux, particulièrement médiatique qui viennent de Xavier Eman . Il écrit ceci :

» Une l’analyse un tant soit peu dépassionnée fait rapidement apparaître le triste constat suivant : égoïsme national (de circonstance), politique à courte vue, déclarations démagogiques, stratégies électoralistes et incohérence générale prévalent de la même façon des deux côtés des alpes.

Côté français, c’est surtout l’incohérence absolue qui domine de façon tout particulièrement éclatante le psychodrame de Lampedusa.

Tout d’abord, on aimerait bien que Messieurs Sarkozy et Guéant nous expliquent en quoi les 25 000 clandestins de Lampedusa sont un problème plus urgent et plus dramatique que les 200 000 autres clandestins qui arrivent tout au long de l’année dans notre beau pays par d’autre voies d’immigration…

Suite et source: http://tinyurl.com/3t85lgw

04/04/2011

Et si l’on insistait sur les exactions contre les chrétiens?

Il est vrai que nos « amis » musulmans sont devenus champions dans l’art de la stigmatisation pour un oui pour un non. Mais les chrétiens et autres sensibilités religieuses font l’objet des pires sévices et de chasses aux sorcières dans les pays musulmans. Mais ça, « on » n’en parle que très peu. Il faudra un jour très prochain nous dire pourquoi…

FDF

.

Pillé chez Pierre Louis Hikoum

Quantcast

Depuis de nombreuses années, les média et tout ce que notre société compte d’associations dégoulinantes de bons sentiments à l’attention des étrangers et immigrés qu’ils soient en situation régulière ou non, tout ce petit monde donc, condamne les scandaleuses exactions qui sont faites à l’égard des musulmans, de leurs lieux de culte et de leurs cimetières. De manière concomitante les âmes bien pensantes condamnent le climat islamophobe qui s’installe en France.

Il nous semble important ici de préciser plusieurs choses essentielles. Avant tout, il est tout à fait scandaleux de souiller, de profaner ou de manière générale de porter atteinte à un lieu de culte quel qu’il soit ainsi, il en va de même avec les cimetières ou tout autre lieu emprunt de religion quelle qu’elle soit. Le fait de porter atteinte à une personne que ce soit pour sa couleur de peau, sa religion ou sa nationalité est tout aussi scandaleux, qu’on se le tienne pour dit. Il faut cependant être lucide, l’islamophobie qui se fait jour en France n’est rien d’autre qu’une réaction de protection de la part des Français à l’encontre d’une communauté dont certains éléments tentent de faire plier l’Etat, ses institutions et ses habitants dont les origines, la culture et les coutumes sont Judéo-chrétienn, qu’on le veuille ou non.

Nos amis de la HALDE, Sos Racisme, le MRAP et tant d’autres dénoncent-ils les exactions qui sont faites à l’encontre de la communauté des Chrétiens ? Voit-on souvent des journalistes ou des élus s’émouvoir de tels faits tout aussi honteux contre les Chrétiens de ce pays ??? Non. Et pourtant ils sont beaucoup plus nombreux que ceux perpétrés contre les autres communautés Juives ou Musulmanes…

Suite et source: http://hikoum.wordpress.com/2011/04/03/exactions-contre-les-chretiens/

22/02/2011

Histoire et dérives de la médaille de la famille française…

Pillé à Pierre-Louis Hikoum. Petite piqûre de rappel.

Les VRAIS traditions nationales semées à tous vents… Et pourquoi pas une médaille de la famille français issue de l’immigration et encouragée par l’Arabie Saoudite à mettre au monde le plus possible de futurs combattants? Impossible, cela représenterait une tâche insurmontable et des cérémonies incessantes.

FDF

.

 

Connaissez-vous la Médaille de la Famille Française ? Elle a été créée en 1920 par décret, modifié le 28 octobre 1982. Il s’agit, selon l’article 215-7 du code de l’action sociale et des familles d’« une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé dignement de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites, et de leur témoigner la reconnaissance de la nation ». Cette décoration salue ces pères et mères qui « par leurs soins attentifs et leur dévouement, ont fait un constant effort pour élever leurs enfants dans les meilleurs conditions matérielles et morales ».

Il est vrai que ces femmes, qui ont consacré l’ensemble de leur temps et de leur énergie à élever de nombreux enfants, méritent de recevoir un hommage de la Nation. Etant donné qu’il s’agit de la médaille de la famille française, nous pourrions nous attendre à ce que les conditions d’attributions stipulent que les mères doivent elles-mêmes être de nationalité française mais il n’en est rien. Peuvent recevoir cette décoration Nationale :

– Les mères de famille françaises dont le mari et tous les enfants sont français;

– Les mères de famille, françaises ou pas, dont tous les enfants sont français et dont le conjoint ne possède pas la nationalité française;

– Les mères de famille, françaises ou pas, dont tous les enfants sont français qui élèvent ou ont élevé seules leurs enfants.

Le droit du sol étant ce qu’il est, les enfants sont nécessairement français dès l’instant qu’ils sont nés sur le territoire national. Notons que si ces enfants doivent avoir la nationalité française, rien ne les oblige à n’avoir que celle-ci. Ils peuvent en effet, tout comme leurs parents, avoir la nationalité du pays d’origine des parents si tel est le cas.

S’il n’est donc question de la nationalité pour les parents, pouvons-nous aborder le sujet de ces valeurs morales abordées par les textes officiels? Peu importe où les gens sont nés, du reste. Dès l’instant qu’ils sont français dans leur cœur, dans leur âme, dès l’instant que nos coutumes et nos traditions sont devenues les leurs lorsqu’ils sont venus, de leur plein gré, sur cette terre qu’est la France. Or il y a, là aussi, un problème, car les valeurs dont parlent les textes sont extrêmement subjectives. Il n’est pas question des valeurs de la République, donc pour un certain nombre de ces femmes d’assimilation aux valeurs françaises, aux coutumes et traditions ayant court dans ce pays.

L’instruction des demandes est réalisée par l’Union Des Associations Familiales qui diligente des « enquêtes ». Les médailles sont attribuées par décision du préfet, l’avis du sénateur-maire ayant été préalablement requis. Là aussi l’Etat pèche car pourrait ne se voir attribué cette distinction que les familles d’une part française, donc ayant fait le choix volontairement de rejoindre la communauté nationale et ayant –de facto– la même volonté d’assimilation à notre société.

Les images qui illustrent le présent article proviennent de « la liberté de l’Est », promotion de 2007 ou bien de Dijon en 2010. Dans tous les cas les récipiendaires étaient à majorité étrangères (je ne parle pas de leur origine mais bien de leur nationalité) et qui plus est, avec des valeurs et des codes vestimentaires très loin de ce que l’on pourrait attendre de familles françaises.

S’il est indéniable que la société française est devenue par certains cotés raciste, ne peut-on pas légitimement se demander si les élus n’ont pas directement une part de responsabilité dans cet état des lieux ?

Souvenez-vous de l’affiche du Front National : « Nationalité, Assimilation, ascenseur social, Laïcité : Droite et gauche ils ont tout cassé! », le constat est on ne peut plus exact!

Ces valeurs que sont la Nationalité, l’Ascenseur social et l’Assimilation sont essentielles aux yeux de beaucoup de Français. Elles ne sont pourtant plus respectées, ni par nos élus qui pourtant devraient protéger les valeurs qui sont chères à nos yeux, ni par ceux qui -de leur plein gré répétons-le- viennent dans notre pays. Comment alors exiger des français d’avoir du respect quand il n’y a pas de réciprocité ?

Ceux qui décident de venir en France doivent respecter nos coutumes, nos traditions, notre langue et s’y soumettre. Les religions, les traditions les coutumes d’ailleurs ne doivent pas avoir d’emprise sur notre société.


16/02/2011

Ils ne manquent pas d’air, ces tunisiens…

Repris sur le blog de Pierre-Louis Hikoum. La réalité qui tue…

FDF

.

La Tunisie, enfin libre de Bronzer…. en France.

Quantcast

Les journaux ont abordé le sujet, en cinq jours, 5 000 Tunisiens sont parvenus à entrer sur le territoire européen en accostant sur l’île italienne de Lampedusa. Bernardino De Rubeis est le maire de la ville et a répondu aux questions d’un journaliste de France Soir. Lors de cet entretien, il a déclaré « Nous demandons que l’Europe se réveille et prenne ce problème en main, parce que c’est le problème de toute l’Europe ! Sur 2.600 tunisiens que j’ai rencontré, 75 % veulent venir en France ! J’ai parlé avec eux, ils n’ont que ce mot à la bouche : la France. Ils ne parlent pas de rester en Italie ! Il faut arrêter de laisser l’Italie seule face à ce problème ! En tant que maire de Lampedusa je veux m’adresser au Président Nicolas Sarkozy : c’est aussi votre problème et vous devez prendre conscience de cela et agir, parce que demain, ce sont 3.000 immigrés tunisiens qui seront à votre porte ! ». Il ne croit pas si bien dire car, sur plus de 5.000 immigrants arrivés ces derniers jours, 2.644 ont été transférés de Lampedusa vers d’autres structures en Italie continentale. Les contrôles n’étant pas particulièrement zélés, on estime à 200 le nombre de personnes déjà arrivées en France de manière illégale.

Les Carabinieri italiens auraient arrêté à Bologne une centaine de ces Tunisiens qui, avec un billet de train en bonne et due forme, allaient à Vintimille, ville frontalière Franco-italienne. Notez qu’à peine arrivés sur l’ile italienne certains se sont déclarés « réfugiés politique » bénéficiant d’un statut spécifique, ils ont été aussitôt été remis en liberté avec des documents spécifiques leur permettant de circuler partout en Europe de manière totalement légale en attendant que soit statuée leur demande. Si elle devait être refusée, ils seraient contraints de repartir dans leur pays sauf que s’étant évaporés dans la nature, il sera impossible de les y contraindre. Les lois sont vraiment bien faites pour ces gens là.

Lisez à ce propos notre article sur les Kurdes qui, il y a 13 mois ont fait exactement la même chose.

Dans le même temps l’office du tourisme de Tunisie lance une campagne communication à l’attention des Français afin de les inciter à venir dans ce pays pour les vacances. Le slogan étant « enfin libre de bronzer » ou bien encore « Tunisia, a place to be now » (La Tunisie, un endroit où être maintenant), pourquoi ne pas envoyer ces touristes d’un nouveau genre à Djerba où les hôtels sont désespérément vides et attendent les touristes !!! Ils seront, comme le dit le slogan libres de bronzer !

Source: http://hikoum.wordpress.com/

16/12/2010

Acheter français…

Pillé chez: http://hikoum.wordpress.com/

FDF

.

Acheter Français (et sauver un emploi)

Depuis près de 20 ans les grandes surfaces se livrent à un jeu de prestidigitation tout à fait hors du commun dans lequel le client est toujours le perdant. Pour baisser les prix, elles pressent leurs fournisseurs, diminuant les marges de ces derniers et donc détruisant de manière indirecte l’emploi. Afin d’obtenir des prix encore plus bas et d’augmenter ainsi leurs marges pourtant colossales, ils achètent à l’étranger. L’effet mécanique est immédiat, baisse des achats chez les producteurs de France, licenciements du personnel devenu inutile du fait de la baisse de l’activité. Le personnel licencié, ce sont les Français, c’est-à-dire ceux qui achètent dans les grandes surfaces. A plus ou moins long terme, les clients des grandes surfaces détruisent leur propre emploi.

C’est avec un cynisme sans borne que les grandes surfaces veulent que l’on consomme mieux car le « mieux » pour ces dernières n’est pas le mieux pour notre emploi…

Suite: http://hikoum.wordpress.com/2010/12/15/acheter-francais-et-sauver-un-emploi/

14/12/2010

Il est primordial d’acheter français…

Pillé à http://hikoum.wordpress.com/

FDF

*******************************************************************************************************

Des réponses localistes et identitaires concrètes face au mondialisme

Quantcast

Voici un très bon article paru sur le site novopress et que nous avons repris intégralement afin de vous en faire profiter. Il est en droite ligne avec un article que nous publions dans quelques jours sur l’importance d’acheter français.

Les réponses localistes des identitaires face au mondialisme :

« Nous allons être conduits très vite à retrouver les notions de frontières et d’identités sans lesquelles il n’y a pas de libertés qui parlent. Nous allons être conduits très vite à retrouver que, une partie de la richesse des plus démunis, c’est leur identité collective. » Ainsi s’exprimait l’économiste et essayiste Hervé Juvin, auteur du récent Renversement du monde – Politique de la crise (Gallimard, sept. 2010), samedi 4 décembre au Novotel de Sèvres, lors du colloque organisé par des associations alternatives, localistes et identitaires sur le thème « Localisme et Identité, la réponse au mondialisme ».

Pour Philippe Milliau, maître de cérémonie du colloque et membre du bureau exécutif du Bloc identitaire – associé en cette occasion avec l’Académie pour la défense des êtres humains, le Parti des Français progressistes, Lien en pays d’Oc, Ti Breizh, etc. –, « compléter la gamme des savoir faire des Identitaires, connus surtout pour leurs capacités d’agit-prop, avec la tenue d’un colloque de haut niveau intellectuel, était un impératif dans le cadre de leur développement ».

Pour réussir cela, une dizaine d’orateurs avaient été conviés, qui partageaient tous ce constat d’Hervé Juvin : « Derrière la disparition apparente des identités, derrière la disparition apparente de tout ce qui sépare les hommes, nous sommes en fait en train d’assister à un régime de séparation infiniment plus rigoureux que les autres, sauf qu’il est fondé sur une chose et une seule chose, votre utilité économique, et, pour le dire ainsi, votre patrimoine et votre pouvoir d’achat. »

Comme le notait le syndicaliste agricole Richard Roudier : il y avait huit millions d’agriculteurs en 1900, cinq millions en 1954, 600 000 à 700 000 aujourd’hui. « Toutes les semaines, vous avez 400 exploitations agricoles de moins en France. » Inverser la tendance est-il utopique ? Pas du tout, a répondu Philippe Milliau : « Ce qu’il s’agit de faire, c’est tout simplement de faire en sorte que ce soit plus facile, pour la cantine du collège d’à-côté de chez vous, de commander aux paysans du coin que d’aller acheter au Congo ou en Argentine. Et pour que ce soit plus facile, il suffit simplement d’avoir détaxé un certain nombre de produits au nom de leur proximité et de leur qualité, et d’avoir retaxé un certain nombre d’autres produits. »…

Suite et source: http://hikoum.wordpress.com/

11/12/2010

Affaire « 20 minutes » à Lyon: Sainte Marie n’a pas les faveurs des médias…

Ci après l’analyse de Pierre -Louis Hikoum sur la sombre affaire de soumission dont a fait preuve le journal 20 Minutes, édition de Lyon, concernant une publicité refusée au diocèse catholique sous un prétexte pour le moins fallacieux…On est en droit de se poser des questions sur la laïcité dont on nous rabâche les oreilles…

FDF

.

Quantcast

Certains vont, encore, crier à l’Islamophobie primaire à la vue du présent article, pourtant il n’en est rien. Nous voulons, une fois de plus dénoncer une inégalité de traitement entre les diverses religions dans notre pays. Lorsque l’on parle de racisme ou ségrégation dans notre pays, cela ne s’exerce absolument pas à l’encontre de ceux auxquels on pourrait croire. Si des associations biberonnées de subventions par l’Etat déclarent de manière péremptoire le contraire, nous allons vous démontrer que cela est faut.

Vous connaissez certainement le quotidien « 20 minutes » qui a des éditions locales. Et bien nous avons appris que  le diocèse de Lyon avait décidé d’acheter quatre pages de publicité dans l’édition locale de ce journal afin de communiquer sur la Fête des Lumières de Lyon qui attire chaque année de très nombreux touristes. La fête des lumières a lieu le 8 décembre et ce depuis 1852. A cette date, tous les Lyonnais allument de petites bougies à leurs fenêtres en hommage à la Vierge. Depuis 1999, la ville a transformé cette fête catholique en un festival « son et lumière » à travers les rues de Lyon qui connaît une renommée internationale.

« Grâce au geste d’un mécène, quatre pages de publicité étaient donc réservées dans l’édition lyonnaise du journal 20 minutes à paraître mercredi », a déclaré le diocèse au journal « Le Point ». Mais quelques heures avant le bouclage, ce même diocèse dit s’être vu refusé ces quatre pages de publicité en raison de la présence dans le texte du « Je vous salue, Marie ».

La direction de 20 minutes a fait un communiqué auprès de l’AFP (Agence France Presse) déclarant « On s’est toujours engagé vis-à-vis de nos lecteurs à être un journal d’information et pas un journal d’opinion. C’est un parti pris éditorial que nous assumons ». Personne ne sera choqué par cela d’autant que cette même direction a également dit « Nous avons dans nos conditions générales de vente un article nous permettant de refuser tout ou partie d’une annonce sans avoir à en justifier la raison ». Dont acte.

Mais j’ai le sentiment étrange et pénétrant, comme dirait Verlaine d’en d’autres circonstances, que l’on se moque de nous. En effet le même quotidien 20 minutes a affiché la campagne publicitaire “Fièrement halal” de la marque Isla Délice pendant plus de 2 semaines. Nous avions rédigé un article à ce propos en août 2010 trouvant cette campagne de pub assez limite d’autant que son pendant Catholique, lui, ne serait pas autorisé. Nous ignorions alors à quel point nous aurions raison. Cette campagne dans 20 minutes, mais également en pleine page pendant la période du Ramadan dans le quotidien gratuit Métro, n’ont pas ému grand monde et il n’a jamais été question de les interdire.

Le Général de Gaulle, pour lequel je n’éprouve aucune vénération particulière avait écrit que « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ». Nous pouvons dès à présent nous poser très sérieusement la question si cela est toujours le cas.

Le document édité par le diocèse est disponible ici

L’article du Point est disponible ici

Source: http://hikoum.wordpress.com/

04/12/2010

Suisse: le patriotisme est devenu nationalisme. La faute à qui?

« Le patriotisme est devenu nationalisme » Et ça, c’est contagieux…

Je suit très heureux que Pierre Louis Hikoum me rejoigne sur ce sujet (voir un de mes précédents post). La Suisse prend des décisions patriotes. Pour le bien de ses habitants et de la Nation Hélvétique toute entière. Quand fera t’on de même pour le bien de notre Patrie? On a peur de quoi?  D’être accusés de nationalisme. Trop tard; le patriotisme l’est devenu… Et si le patriotisme est soi-disant devenu xénophobie, c’est la faute à ceux qui ont favorisé et aidé la préférence non-nationale… Je ne citerai pas de nom, la liste est trop longue…

Merci Pierre-Louis.

FDF

.

Lu sur: http://hikoum.wordpress.com

La Suisse expulse les criminels étrangers. A quand la France ?

Quantcast

Pratiquement un an, jour pour jour après que le peuple Suisse ait voté contre la défiguration de leurs paysages bucoliques par des minarets, les helvètes ont récidivé. Les électeurs suisses ont, à 52,9%, demandé que soit inscrit dans la Constitution l’expulsion automatique des étrangers qui ont commis un délit grave ou abusé des prestations sociales. Ce vote avait été lancé à l’initiative de l’Union Démocratique du Centre (l’UDC) qui était déjà à l’origine du référendum sur les minarets. En France, les associations bien pensantes se ridiculisent une fois de plus en commentant ce qui ne les regarde aucunement. Ainsi, SOS Racisme nous gratifie d’un superbe communiqué estimant que « La Suisse, sous l’impulsion une fois de plus de la très xénophobe UDC, montre une fois de plus un visage haineux, s’obstinant à voir dans la figure de l’Autre la source de tous les maux réels ou fantasmés de la société ». Vous remarquerez au passage à quel point ils sont ridicules et hors sujet puisqu’il n’est pas question dans ce vote d’être haineux envers les autres, mais bien de faire respecter les lois d’un pays et de trouver un moyen dissuasif à tout étranger de violer les lois du pays d’accueil.

Les brillants intellectuels humanistes qui fleurissent en France auraient pu mettre l’accent sur la difficulté d’application d’une telle loi mais il n’en est rien. D’après ce qui vient d’être voté, lorsqu’un étranger a été condamné pour un délit grave (meurtre, viol, trafic de drogue) ou pour brigandage et effraction, il est « privé de son titre de séjour, indépendamment de son statut ». Même chose s’il a « perçu abusivement des prestations sociales »: renvoi, même en l’absence d’une décision de justice.

Le hic réside dans le fait que la décision suisse a un caractère automatique dans la sanction, sans recours possible. Il faut également savoir que les directives européennes interdisent par ailleurs les expulsions collectives et les mesures discriminatoires. Hors certains Etats au sein de l’Union pensent qu’il y a bel et bien des « mesures discriminatoires », dans le texte adopté par les Helvètes.

Le dernier problème qui survient concernant cette loi réside dans le principe de la proportionnalité qui n’est pas respecté. Ce problème survient, par exemple, lorsque le renvoi implique la séparation d’un couple (l’épouse d’un délinquant ne peut que rester seule en Suisse ou suivre son mari), mais aussi dans le cas d’un mineur qui serait séparé de sa famille, ou de personnes nées en Suisse n’ayant Aucune attache dans le pays d’origine.

Que ce soit le Pacte de la Société des Nations en 1919 ou bien encore la Charte de l’Organisation des Nations Unies en 1945, les deux stipulent que : « Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel ». Or, par le biais des lois liberticides de l’Union Européenne, les peuples Européens -et les Suisses dans le cas présent- ne peuvent plus décider, même par le biais du suffrage universel des lois qu’ils veulent voter au sein de leur pays.

Réfléchissez, juste l’espace d’un instant à la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Même les lois que nous voudrions voter pourraient ne pas être appliquées simplement parce que l’Union Européenne n’y est pas favorable. Le premier de nos droits qui est celui de disposer de notre propre destinée est ainsi bafoué!!!

PIERRE-LOUIS HIKOUM

01/12/2010

Reprenons le pouvoir dans nos quartiers !

Lu sur: http://hikoum.wordpress.com/

Excellent billet.

FDF

.

Le problème des banlieues

Depuis une décennie maintenant, la France rencontre de graves et profonds problèmes  avec ses banlieues. Des voitures brûlent, des ghettos ethniques se forment et, plus inquiétant encore, l’Etat perd du terrain et il ne peut plus pénétrer dans ces zones où ses missions régaliennes ne sont plus remplies. Des services comme la police, la justice ou les pompiers sont victimes de guet-apens qui leur sont tendus s’ils tentent de pénétrer ces zones de non-droit.

Les médias et l’ensemble des personnes bien pensantes avec la main sur le cœur dont notre pays regorge pensent que cette crise est d’origine purement économique et sociale. Les habitants de ces cités deviendraient-ils de petits bourgeois que les problèmes persisteraient. De même, continuer à les biberonner de subventions parfois délirantes et d’avantages souvent indécents accordés aux minorités n’y changerait rien.

Ce que l’on nous fait passer pour des révoltes de la misère n’en sont pas, c’est une posture outrancière (c’est-à-dire excessive) que prennent les humanistes pour dramatiser une situation certes préoccupante mais pas désespérée. Au sortir de la deuxième guerre mondiale, la France était à genoux et son économie totalement exsangue. Les français d’alors dont les maisons avaient été détruites par les combats n’avaient pas de logement, la faim était omniprésente avec le rationnement alimentaire et le pays manquait alors de tout. Ces français là ont connus la misère et la faim.

Les HLM n’ont rien à voir avec la misère, toutes les familles bénéficient du chauffage, de l’électricité, de l’eau chaude et même des toilettes dans l’appartement, chose très rare après guerre où les WC étaient collectifs et sur le palier. Les habitants des cités ne souffrent pas de la misère. Toucher plusieurs centaines, voire milliers d’€uros d’allocations diverses et variées, n’a, là non plus, rien à voir avec la misère. Les logements sont dans un état pitoyable, sales et délabrés peuvent objecter certains. Mais interrogez-vous qui en sont les responsables ? L’Etat français a-t-il livré les résidences dans cet état ? Des hordes de « fascistes » de droite ou plus généralement des « sales français » viennent-ils uriner dans les couloirs ? Vont-ils arracher les boites aux lettres et taguer les murs ?

Comment peut-on, dans le même temps, se plaindre d’être laissé pour compte par l’Etat français et dévaster -pour ne pas dire tout simplement détruire- les infrastructures nombreuses et extrêmement coûteuses mise à la disposition des habitants ?

En face de chaque « révolte » il est bon de mettre des solutions. Quelles sont les revendications des habitants de ces quartiers sensibles ? De nouvelles structures pour pouvoir les détruire à nouveau ? Une vraie citoyenneté ? Des possibilités ou une reconnaissance de la part de la nation ? Bien sur que non ! Ils ne réclament pas l’égalité de traitement, ils demandent et même exigent des « droits » en plus de ceux des citoyens de ce pays. Ils veulent des passe-droits et des privilèges que certains appellent la « discrimination positive ». Cette appellation est tout bonnement une escroquerie à l’encontre des citoyens autochtones puisqu’elle signifie qu’ils auront moins de droits que les immigrés ce qui est tout simplement hallucinant.

Notre propos, ici, n’est pas de condamner l’ensemble des habitants des cités de France, en revanche nous condamnons avec la plus grande fermeté cette mafia qui s’est instaurée dans les citées, nous condamnons avec force conviction l’immigration massive qui a transformé ces quartiers en annexes de grandes métropoles d’Afrique. Les français sont devenus minoritaires parfois dans les quartiers qui les ont vus naître, les français autochtones ne bénéficiant pas de la « discrimination positive », ils sont inversement prioritaires dans leur propre pays.

Beaucoup d’entre nous avons vécu et grandi dans des quartiers réputés sensibles. A l’époque les habitants ne roulaient déjà pas sur l’or et pourtant les voitures ne brulaient pas. A cette époque les rites culturels et religieux de pays étrangers n’étaient pas encore omniprésents et il n’y avait pas de tensions communautaires.

Reprenons le pouvoir dans nos quartiers et n’oubliez jamais : Les nôtres AVANT les autres.

PIERRE-LOUIS HIKOUM

19/11/2010

Le budget de l’Etat diminue, sauf pour les clandestins… Par Pierre-Louis Hikoum.

Lu sur le blog de Pierre-Louis Hikoum… Excellente analyse. Parole de « connaisseur »…

FDF

.


Vous vous en souvenez sans doute, j’avais fait un article sur l’AME, l’C. Pour mémoire il s’agit de l’équivalent de notre Sécurité Sociale, cette disposition est une aide médicale GRATUITE exclusivement réservée aux immigrés clandestins arrivés sur notre territoire depuis plus de trois mois. Précisons pour être précis que cette aide est accompagnée d’une franchise totale des frais médicaux et qu’elle couvre également, tenez-vous bien, les cures thermales, la chirurgie réparatrice et l’aide à la procréation ! Pour information, ce type de traitement coûte, d’après le site FIV France de 3100 à 4100 €uros sans compter les dépassements d’honoraires qui « peuvent varier considérablement d’un praticien à l’autre dans le secteur privé ». Pour la cure thermale, la moyenne étant aux alentours de 1.000 €uros avec l’hébergement, vous pouvez à présent estimer ce que la collectivité offre à des gens qui n’ont même pas été invités….

Suite et source:http://tinyurl.com/2ah2hev


14/11/2010

Azouz Begag insulte la France !

Et va t’on laisser faire ça?

FDF

.

Lu sur: http://hikoum.wordpress.com/
Certains d’entre vous se souviennent peut-être de Monsieur Azouz Begag. Contrairement à ce que son nom pourrait penser (vive l’assimilation), il est né en France, à Lyon. Il est grassement payé par l’Etat français puisque chargé de recherche du CNRS à l’Université Paris-IV. Il a également été Ministre délégué de la République en charge de la promotion de l’égalité des chances. Il a occupé cette fonction, sous le gouvernement de Villepin de juin 2005 à avril 2007 et l’a quitté afin de prendre part à la campagne présidentielle de François Bayrou.

Maintenant que vous voyez qui est ce monsieur, il a, en décembre 2007 fait un entretient avec Kamel Zait, journaliste au journal algérien EL KHABAR. C’est, certes assez ancien, mais les propos qu’il a pu y tenir méritent que l’on revienne dessus. Il a égratigné à peu près tout le monde mais aussi -et c’est plus grave- la République Française, son histoire, ses symboles et ses Elus. Il a ainsi déclaré que « le système colonial français mérite mille excuses, au nom de l’Humanité et non un médiocre qualificatif comme injuste ». Pour Monsieur Begag, « on ne peut pas enseigner après coup aux enfants de France qu’il y avait quand même des aspects positifs ». Mais que serait l’Algérie sans la France ? Que seraient les grandes villes de ce pays sans la France ? Il suffit de constater que les réseaux d’eaux, y compris les réseaux d’eaux usées, les réseaux téléphoniques et toutes les grandes infrastructures ont été construites par les Français. On est loin de ce que disait Monsieur Begag dans cette interview où il déclarait également que « la colonisation en Algérie comme toutes les colonisations, a été un viol à main armé. De la culture, de la civilisation, des richesses économiques ».

Parlant du Président de la République, il a rapporté ses propos au journaliste algérien disant « Il a dit à la télévision que la France n’était pas le pays de l’excision des filles, de la polygamie et des moutons qu’on égorge dans la baignoire » estimant que Nicolas Sarkozy a, par ces propos, « ciblé les Africains et les musulmans pour en faire sa chair à canon électoral ». Peut-on douter que la France n’est pas et ne sera jamais le pays de l’excision, de la polygamie et des moutons que l’on égorge dans la baignoire ? L’immigration ne doit pas être l’excuse d’une dilution de la culture française par un apport de cultures étrangères. La culture, les coutumes de ce pays ne sont pas le fruit de l’immigration de ces 40 dernières années et ne doit pas commencer à le devenir sous prétexte que le nombre d’arrivants est de plus en plus important.

Plus récemment, dans une interview accordée à ce même journal en octobre dernier, il a déclaré que « Le meilleur moyen de servir les intérêts de l’Algérie est de former et soutenir une nouvelle génération d’hommes politiques issus de l’immigration algérienne en France, afin de les propulser à l’Assemblée nationale où ils pourront voter des lois favorables à l’Algérie »

Comme si cela ne suffisait pas, Monsieur Begag est également un chantre de la diversité, vous savez, celle qui consiste à mettre des maghrébins, de préférence d’origine Algérienne, partout où cela est possible, même si cela doit se faire contre un « Français de souche ». Et bien il a déclaré qu’« Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes là-bas, les descendants de Vercingétorix.(…) Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y aller aux forceps. Partout où la diversité n’existe pas, ça doit être une invasion de criquets, dans les concours de la fonction publique, dans la police Nationale. Partout de manière à ce qu’on ne puisse pas revenir en arrière. »

Qu’un ancien Ministre de la République demande ainsi la collaboration -comme à l’époque de Vichy- pour un pays étranger mais CONTRE les intérêts de la population autochtone est tout simplement un scandale. L’Etat de Vichy l’avait fait sous la pression des vainqueurs, les soldats de la Wehrmacht battant le pavé dans toutes les villes de France, à présent il n’en est rien et une telle collaboration avec un Etat étranger est inacceptable !!

Comment se permet-t-il, en outre, de forcer la population française à la diversité au profit des étrangers ? Ces derniers, dans le pays d’origine, font-ils une place préférentielle aux Français? Non, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie pour ne citer qu’eux, ont adopté la préférence nationale. Elle consiste -et c’est tout à fait normal- à faire passer les citoyens en priorité absolue sur tout autre individu quelle que soit la nationalité de ce dernier. Le citoyen est, dans son pays, prioritaire pour l’obtention de l’ensemble des aides, financières, logement, santé ou bien encore les aides dans le domaine social.

Oui, Monsieur Begag, nous sommes comme vous le dites avec dédain « les indigènes », oui Monsieur Begag, nous sommes « les descendants de Vercingétorix » et si vous nous insultez ainsi, n’oubliez pas que nous sommes aussi le peuple qui a accueilli vos parents, le peuple qui a fait de vous un Français, au moins de papier.

Profitez encore de cet état de grâce dans lequel vous pouvez vivre, un jour viendra où les descendants de Vercingétorix vous chasseront. Vous avez insulté notre peuple, notre Nation et ceci est impardonnable. Vous êtes un traître et nous saurons nous en souvenir le jour venu.

PIERRE-LOUIS HIKOUM

13/11/2010

Chapeau bas aux Identitaires Niçois !

Lu sur le blog de PIERRE-LOUIS HIKOUM:

Le Fief des Identitaires Niçois

Au cœur de Nice, le Mouvement Identitaire niçois “Nissa Rebela” a ouvert sa nouvelle salle appelée “Lou Bastioun“. Ce local sert de permanence politique dans la première partie de l’édifice et de bar associatif dans la seconde partie. Ce Bastion a été refait à neuf du sol au plafond, avec goût, par une poignée de bénévoles qui avaient le courage et l’envie de bien faire chevillée au corps.

Je prépare un article sur la fâcheuse tendance de la Droite dite Nationale à voir des complots partout. Voici un bel exemple : Nissa Rebela et son dirigeant Philippe Vardon seraient très largement financés par l’UMP. Cette hypothèse est pour le moins fantaisiste lorsque l’on prête un minimum d’attention aux interventions de Monsieur Vardon contre le conseil municipal de Nice en général et son Maire, Monsieur Dominique Estrosi, en particulier. Cela relèverait de l’aliénation mentale ou d’un masochisme des plus surprenants de financer les identitaires lorsque l’on constate que toutes les sorties médiatiques contre les projets et/ou déclarations du Maitre de Nice sont faites par les Identitaires et par personne d’autre. Même l’opposition de Monsieur Estrosi au Conseil Municipal n’occupe pas le terrain médiatique ou bien la rue, en manifestation ou déclaration, la seule opposition ne se trouve pas, c’est un comble, au sein de ce Conseil.

Cette petite erreur dissipée, reprenons notre sujet. Le Bastion qui avait ouvert ses portes en juin 2010 compte déjà plus de 200 adhérents ; fort de ce succès la deuxième partie des travaux lancée. Une grande salle qui servira tout à la fois de salle de conférence et de salle de sports associative sera inaugurée le 19 novembre 2010.

En politique, comme dans tant d’autres choses, les moyens ne sont rien, seule la volonté compte. C’est avec force volonté et obstination que ce projet un peu fou a vu le jour, c’est avec persévérance qu’il continuera à officier. Combien de grands partis politiques très implantés et depuis de très nombreuses années rêveraient d’avoir un si beau et si grand local. Ils ont les élus, les moyens financiers qui vont avec mais pas de permanence digne de ce nom car ils leur manque cette volonté qui fait tant de choses.

Tous les jours, même le soir et parfois jusqu’à très tard, les bénévoles se relient pour faire avancer les travaux pharaoniques de cette nouvelle salle. Ne nous trompons pas, s’il a été permis à Nissa Rebella de s’installer en plein Nice, ce n’est pas grâce à des moyens financiers Himalayesques mais parce qu’ils ont accepté de reprendre un local vide, en piteux état et de le remettre à neuf… La volonté, toujours la volonté.

Ces quelques lignes sont faites pour rendre hommage, avant l’heure des discours de l’inauguration, à ces jeunes qui passent leur temps libre pour qu’avancent les travaux.

Chapeau bas jeunes gens !!!!

PIERRE-LOUIS HIKOUM

25/10/2010

Deuxième opus de l’interview réalisée avec Arnaud Borella-Gouillon, Président de l’Association Solidarité Kosovo.

Lur sur: http://hikoum.wordpress.com/2010/10/23/solidarite-kosovo-lassociation/

FDF

.

SOLIDARITE KOSOVO, l’association.

« Voici le deuxième opus de l’interview réalisée avec Arnaud Borella-Gouillon, Président de l’Association Solidarité Kosovo.

Dans cette deuxième partie, nous aborderons plus spécifiquement l’association en elle-même, sa mission, ses réalisations envers les Serbes des enclaves et en quoi nous pouvons, nous, aider l’association, à venir en aide à ce gens abandonnés de tous.

Lisez, si ce n’est déjà fait, le premier article sur l’histoire du Kosovo.———————————

PLH – Soyons pragmatiques, quelle est l’aide que vous apportez, lors de vos différentes missions aux Serbes prisonniers, si l’on peut dire, dans des enclaves entourées par les Albanais ?

ABG – Nous apportons tout ce dont ils manquent, du matériel scolaire, des ordinateurs, des vêtements chauds… Nous avons apporté du matériel sportif afin de permettre aux jeunes Serbes de faire du sport et de sortir de la rue et des dérives liées à celle-là comme la drogue ou l’alcool. Il faut savoir que le Kosovo est une zone d’après-guerre où l’économie est ruinée et notamment chez les Serbes puisqu’ils n’ont pas moyen de travailler dans la partie albanaise où ils sont complètement discriminés. Sans travail et dans un abandon total, les Serbes se retrouvent livrés à eux-mêmes. Des clubs de sport se montent, sans moyens, pour pallier à cela. Et nous aidons ces clubs régulièrement. Chaque année, au moment de Noël, nous apportons également des jouets aux plus petits…

Suite: http://tinyurl.com/332mwed

22/10/2010

Et si l’Europe venait à vivre ce qu’a connu le Kosovo?

Il est certain qu’au train où vont les choses, ça sort du domaine de la science-fiction…

Pillé à Pierre-Louis Hikoum

FDF

.

Le Kosovo, analyse historique et sociologique.

Quantcast

Au hasard des réunions et colloques politiques où j’ai l’honneur d’être invité, j’ai rencontré un très jeune, mais déjà extrêmement brillant orateur, en la personne de Monsieur Arnaud Borella-Gouillon. Il est le Président de l’association Solidarité Kosovo qui vient en aide aux Serbes qui ont décidés de rester, envers et contre tout, sur ce sol qui les a vus naître et qui, à présent, ne leur appartient plus. Il a eu la gentillesse de m’expliquer l’histoire de cette terre et le processus qui a conduit un peuple à en être chassé alors qu’elle lui appartenait depuis des siècles.

Il a accepté que nous fassions une interview en deux parties, la première reprenant l’histoire du Kosovo, sur l’Islamisation de cette terre et, peu à peu de l’Europe, la seconde partie abordant plus spécifiquement l’Association Solidarité Kosovo, sa mission, ses objectifs, l’aide qu’elle apporte et l’aide que nous pouvons lui apporter.

———————————

PLH – Arnaud, merci d’accepter de répondre à quelques questions.

Dans un premier temps, rappelez nous l’histoire qu’est celle du Kosovo, devenu un Etat contre l’avis de sa population historique.

ABG – Ce pays qui fut un empire sous le règne de Stefan Dušan au XIVème siècle était autant peuplé que l’Angleterre d’alors. Les édifices religieux florissaient sur tout le territoire et particulièrement au Kosovo-Métochie. Cette région du sud de la Serbie était le cœur de l’empire serbe, avec des résidences royales dans les villes de Novo Brdo ou de Prizren (qui était l’une des plus importantes zones d’échange des Balkans). Les Serbes, peuple de laboureurs, habitaient les plaines où ils cultivaient la terre, tandis que les Albanais, peuple d’éleveurs, habitaient les hauteurs et se livraient à l’art pastoral. Chacun à sa place, chacun à son rôle. L’interdépendance économique et le respect de l’espace de vie faisaient que ces deux populations avaient de bons rapports, sans qu’aucune guerre ou bataille ne les opposa.

Le Kosovo-Métochie était une terre de paix, de culture et d’art. Nul n’aurait pu penser alors que, dans un avenir pas si éloigné, leur descendance vivrait l’horreur des massacres et de l’exil. Le supplice de vivre prisonnier sur sa propre terre et de voir les édifices religieux, construits avec tant de peine et dans le souci du détail, dynamiter sans que personne ne s’en émeuve, représente à présent le quotidien de cette population…

… Suite et source: http://hikoum.wordpress.com/2010/10/21/le-kosovo-analyse-historique-et-sociologique-2/

13/10/2010

Les chiffres de l’immigration décortiqués par Pierre-Louis HIKOUM…

En France, on est trop bons. Trop cons, aussi. Il ne faut pas venir nous plaindre. De toutes façons la gestion « démocratique » de notre pays ne nous le permet pas… Ci après un billet fort intéressant de Pierre-Louis HIKOUM.

FDF

.

Les chiffres secrets de l’immigration

Quantcast

Voilà peu a eu lieu l’examen du projet de loi sur l’immigration par l’Assemblée Nationale. Nous vous livrons ici les chiffres clés pour vous permettre d’appréhender de la meilleure manière possible le débat qui, soyez-en certain, va secouer la société et la presse pendant quelques jours.

L’ensemble des données qui vous sont ici exposées sont extraites du hors série « Le Cri du Contribuable » de juin 2010.

En France, pour des raisons que l’on n’ose donner ici, les différents gouvernements n’ont jamais autorisé les statistiques ethniques, entre autre pour les sujets touchant la sécurité. Avant toute chose, précisons que la notion « Ethnique » se dit d’un groupement de personnes possédant une structure familiale, économique et sociale homogène et dont l’unité repose sur une langue, une culture et une conscience de groupe commune. En Suisse, où de telles statistiques sont autorisées, on apprend que 80% des détenus sont immigrés, ils sont responsables de plus de 85,5% des viols et de plus de 50% des assassinats et crimes violents. La police danoise, elle, table pour son propre pays sur un taux de 70% des crimes et délits commis par des étrangers.

En France, plus de la moitié des étrangers qui arrivent sur notre sol le font au titre du regroupement familial, cela signifie qu’ils vont bénéficier d’allocations et d’aides diverses et variées de la part de l’Etat Français et de ses citoyens et ce sans aucune contrepartie puisque rien n’est demandé « en échange » à ces personnes. Les prestations sociales des familles immigrées représenteraient 14% de leurs revenus contre moins de 5% pour les familles autochtones.

L’ONU indique dans un rapport que ce sont près de 18 millions d’Africains qui sont candidats au départ pour l’Europe mais les associations d’aide aux clandestins, confites d’humanisme au péril de notre propre survie, ne sont pas conscientes que nous n’avons plus ni les moyens ni la place pour les accueillir !!! D’année en année le nombre de personne arrivant sur notre sol augmente, que ce soit de manière légale ou illégale.

Et en 2009 se sont près de 42700 personnes qui ont fait une demande d’asile en France, soit une augmentation de 12% par rapport à l’année passée. Notre pays est le 2ème pays du monde de destination des demandeurs d’asile après les Etats-Unis d’Amérique (49020 demandes) mais très loin devant le Canada (33250 demandes).

Lorsque l’on sait qu’un peu plus de 10.000 de ses demandeurs seront régularisés, cela signifie que près de 32.000 autres deviendront par effet mécanique des clandestins sur notre sol. Dans un précédent article j’indiquais que seulement 3 % des Arrêtés Préfectoraux de Reconduite à la Frontière sont exécutés, comprenez donc que seulement 3% de ces 32.000 personnes seront, peut-être, ramenées dans leur pays. Les autres resteront sur notre sol aidées par une myriade d’associations toujours prêtes à aider ceux qui n’ont rien à faire ici et laissant tout simplement mourir de faim et de froid les Français qui eux, ont parfaitement le droit de demeurer sur cette terre. Comment peut-on concevoir que les SDF Français préfèrent mourir de froid dans la rue plutôt que de s’abriter dans un centre d’hébergement d’urgence ? Ils craignent en effet de se faire racketter ou pire encore de se voir dépecer du qu’ils possèdent. Dans le même temps, les clandestins et les demandeurs d’Asile sont logés dans des hôtels (parfois fort chers) et ce aux frais des Français qui ne trouvent rien à redire à cette situation à peine imaginable

.

Dans mon premier article publié sur le blog, j’avais abordé l’examen de cette allocation ubuesque réservée aux immigrés clandestins qu’est l’Aide Médicale de l’Etat. En 2006 cela représentait 300 millions d’€uros, en 2007 ce sont 413 millions d’€uros que l’Etat Français a déboursé pour ces gens dont la présence n’a jamais été ni sollicitée ni souhaitée sur notre sol. En mars 2009, ce sont 204.072 personnes qui ont bénéficié de cette allocation et le coût pour les citoyens s’est élevé à 490 millions d’€uros sur l’année…

Suite et source: http://tinyurl.com/3xd9kry


Pierre-Louis HIKOUM


08/10/2010

L’immigration a un coût. Et non négligeable…

Retour sur un problème qui ne doit pas nous faire oublier qu’en France, le seuil de pauvreté touche maintenant des français dits « moyens »… Le problème est, qu’en France, on accueille toute la misère du monde. Ce qui ne peut que nous rabaisser qu’au niveau des pays dit pauvres… Où iront ils, tous ces immigrés, quand la France sera devenue un pays du tiers monde? Ils retourneront certainement chez eux, avec nos richesses…

FDF

Lu sur: http://hikoum.wordpress.com/2009/05/29/le-cout-de-limmigration-pour-la-france/

Voir: http://fr.novopress.info/68590/tribune-libre-%E2%80%93-lislam-une-religion-damour-et-de-paix-par-pierre-louis-hikoum/

.

Le coût de l’immigration pour la France

bateau-clandestinsLE COÛT DE L’IMMIGRATION

Pendant les trente glorieuses, l’immigration de travail a été un bénéfice pour l’état. En effet les cotisations sociales encaissées étaient supérieures aux prestations sociales fournies. Avec le regroupement familial, l’immigration de travail s’est transformée en immigration de peuplement. Les besoins de la population immigrée ont augmentés et les dépenses consenties par l’état sont à présent supérieures aux rentrées des cotisations et des impôts versés par cette population immigrée.

Dans le même temps, l’état laisse partir, voir parfois pousse à l’exil, des personnes nées sur notre sol dont il a financé l’éducation, la formation parfois même le logement et la santé. Cela représente environ 233.000 Français où leur départ signifie un retour sur investissement pour l’état nul. D’un coté il fait des dépenses pour ces nationaux, de l’autre les impôts générés par ces personnes bénéficieront aux pays de destination des migrants.

Quel que soit son pays d’origine, le migrant est attiré par plusieurs facteurs quand, dans un même temps il est repoussé par d’autres. La combinaison des deux vecteurs attirant et répulsif finalise le départ du migrant ou au contraire le fait que, tous biens considérés, il préfère rester dans son pays d’origine.

Pour le fait de partir, on peut sans difficulté trouver les facteurs suivants:

– La fierté d’être reconnu pour sa réussite par ses compatriotes restés au pays,

– L’augmentation de la rémunération et l’élargissement des possibilités de carrière

– La possibilité de bénéficier parfois gratuitement de protections maladie, de protections juridiques etc. dans le pays ciblé.

Dans les facteurs qui repoussent, on trouve entre autre le fait de risquer de se retrouver reconduit à la frontière une fois le visa arrivé à échéance. Et encore ce facteur de prime abord répulsif, est-il souvent un facteur attractif si les reconduites ne sont pas faites avec fermeté ? Cela entraîne des rancœurs de la part d’une partie de la population d’accueil, qui reproche alors à l’Etat de ne rien faire pour affirmer son autorité.

Pour parler plus spécifiquement de notre pays à présent, les flux d’arrivées en France sont plus nombreux que les flux de départs. Pour une moyenne (basse au demeurant) de 100.000 entrées sur notre sol de ressortissants du continent africain, il n’y a que 20.000 sorties dont certainement moins de 10.000 retours !!

Les totaux de population étrangère en France sont pratiquement identiques aux décennies précédentes, mais pour quelle raison ? Tout simplement parce que nous régularisons massivement des clandestins et que dans le même temps la population d’origine immigrée arrivée légalement sur notre territoire acquière notre Nationalité et les enfants de cette dernière, plus nombreux que nos petites têtes blondes, acquièrent eux aussi des papiers. Le résultat le plus direct est une demande de la part de cette population, à présent Française donc, de se voir mieux représentée dans les différents médias, problème que nous n’avions pas avant, ultime preuve donc que le delta entre les gens d’origine Française et les autres change au cours des années.

Comme tout le monde le sait, l’immigration que nous décrions ici a eu un coût pour notre pays. Coût totalement consenti tant qu’il était rentable or, comme nous l’avons dit précédemment il ne l’est plus….

Toutes les données chiffrées sont extraites de la 14ème étude publiée par Contribuables Associés réalisée par Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines, spécialiste des migrations. Précisons à toutes fins utiles que l’auteur n’est pas réputé pour être un « agent » de « l’extrême droite »…

Tous les ans, l’immigration nous coûte  36,405 milliards d’€uros.

L’A.M.E. ou Aide Médicale de l’Etat, l’équivalent de notre Sécurité Sociale est une aide médicale GRATUITE exclusivement réservée aux immigrés clandestins arrivés sur notre territoire depuis plus de trois mois. Précisons pour être précis que cette aide est accompagnée d’une franchise totale des frais médicaux, ce qui signifie que les bénéficiaires ne payent pas 1 €uro au médecin ou 1 €uro par boite de médicament contrairement à la population d’accueil… Certains sont plus favorisés que d’autres, mais ce ne sont pas ceux que l’on pense…

L’A.M.E. est versée à 192.000 personnes et la dépense constatée pour l’année 2007 est de 413 millions d’€uros. Toujours pour cette catégorie d’immigrés, nous pouvons ajouter l’aide juridictionnelle, car, bien que par essence leur présence sur notre territoire soit illégale, ils bénéficient tout de même de la protection juridique totale. En 2006 cette aide, uniquement pour les immigrés était de 300 millions d’€uros soit 5% du budget de la justice et ce chiffre est en augmentation de 15%  par an ! Au total, les dépenses sécuritaires consacrées à l’immigration (dont les coûts ci-dessus et l’intégralité du Plan Hortefeux) sont de 5,2 milliards d’€uros.

A ce chiffre, qui pour certain peut déjà paraître énorme, il faut rajouter les indemnités chômage, car peut-être ne le saviez-vous pas, mais pour 100.000 immigrés qui rentrent sur notre territoire chaque année, 5% ont un contrat de travail en passant nos frontières. Cela signifie que 95% d’entre eux n’ont pas d’emploi et donc, qu’à peine arrivés, ils vont bénéficier de ces aides, mais également d’un logement à loyer modéré, de la CMU ou de l’AME, etc.

Remarquez que les choses vont s’améliorer (sic.) car la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre la Discrimination et pour l’Egalité) vient de demander officiellement à l’état à ce que les 5 millions d’emplois qui sont réservés aux Français en France soient à présent ouverts aux étrangers d’où qu’ils viennent. Vous en pensez ce que vous voulez.

Quoi qu’il en soit, pour le moment, la part des assurances chômage versées aux immigrés est de 5,84 milliards d’Euros. Au total, lorsque l’on compte l’emploi, la réinsertion, la santé, la vieillesse, la famille etc. le coût de la protection sociale imputable aux immigrés est de 51,9 milliards d’€uros !

Si l’on dresse un bilan des coûts concernant les immigrés, il se monte à 71,76 milliards d’€uros par an.

Ce tableau très noir une fois dressé, il faut tout de même signaler que les immigrés « rapportent » à l’état par le fruit de leur travail. Ils rapportent 45,573 milliards d’€uros, d’où le déficit de 36,405 milliards d’€uros évoqué au début.

En ces temps de crise où l’argent est compté pour chacune est chacun d’entre nous, il nous faut prendre des décisions courageuses jusque là jamais prises par aucun gouvernement. Ces mesures tiennent du bon sens :

1.- Réforme et refonte du code de la Nationalité.

– Suppression de la double nationalité. Tous les immigrés devront choisir entre leur Nationalité d’origine et la Citoyenneté Française avec tous ses avantages et ses inconvénients

– Réforme de l’acquisition de la nationalité, le Droit du Sang  prévaudra sur le Droit du Sol. On ne naît pas Français en France, on naît Français par des parents Français.

Voir annexe I

2.- Stopper immédiatement le regroupement familial, il faut impérativement que l’immigration dans notre pays redevienne une immigration de travail et non de peuplement.

3.- Re – mise en place de la double peine qui parait aux yeux de certains si odieuse et pourtant si logique.

– Tous les étrangers qui commettent un délit sur le sol Français devront purger une peine puis être expulsé vers leur pays d’origine avec interdiction formelle du Territoire National.

4.- Aide ciblée aux familles pour accroître la natalité des populations autochtones et éviter le recours à une immigration massive. Par exemple en versant un salaire aux mères de 2 enfants ou plus qui désirent rester à la maison pour élever leurs enfants.

5.- Politique de durcissement des conditions d’entrée sur le territoire.

– Reconduites à la frontière systématique, avec où sans le consentement des clandestins, après tout il ne faut pas oublier les fondamentaux…. Qui est dans l’illégalité, le clandestin ou l’Etat Français qui veut l’expulser par tous les moyens possibles ?

– Arrêt des aides aux retours dans le pays qui ne sont qu’une dépense supplémentaire d’argent et permet aux étrangers de rentrer chez eux aux frais de l’Etat Français avec le pécule pour passer un bon réveillon puis de revenir ensuite….

6.- Politique de préférence Nationale

– Faire bénéficier les ressortissants en priorité des avantages fiscaux et sociaux. Les faire également bénéficier avant tout autre personne des différentes aides gouvernementales et uniquement en second lieu les gens qui n’ont pas la nationalité Française par choix ou par obligations légales.

Cela vous parait injuste ou une mesure digne d’un état « fasciste » ??? Sachez que c’est le cas de Monaco ou des Etats-Unis d’Amérique pour certaines mesures.

06/10/2010

Instinct de conservation, en avez-vous encore ?

La laïcité part en lambeaux, par Pierre-Louis Hikoum

Paris (France) 2010…

Combien d’articles ai-je déjà écrit, non pour critiquer ou vilipender l’Islam, mais tout simplement pour dénoncer ceux qui veulent faire de la France, un pays à l’histoire Chrétienne et dont la république se veut laïque, un état qui se conformerait à leurs règles.

Il y eu, les piscines dont les horaires furent aménagés, les gymnases municipaux réservés pour les tournois inter-mosquées et dont l’accès était interdit aux hommes ; Il y eu également les cantines où, dans un premier temps on ne servit pas de porc aux Juifs et aux Musulmans, puis plus de porc du tout et, chemin faisant, plus de viande du tout puisqu’elle ne pouvait être hallal. Relisez mon article sur Tremblay-en-France où la communauté musulmane a fait une pétition pour exiger, contre le principe même de laïcité, que des repas hallal soient servis dans les cantines municipales. Mais il y a également l’exigence de certains hommes, conformément à leurs convictions, que leur épouse malade, ne soit examinée que par d’autres femmes, il y a également ces gens qui vont faire soigner leur famille dans des établissements catholiques tenus par des Sœurs et qui exigent que les crucifix soient enlevés des murs dans les chambrées parce que offensant leur croyance. Pourquoi répond-on ce genre d’exigence dans les hôpitaux publics alors que c’est totalement contraire à la règle de laïcité et pourquoi, dans des hôpitaux catholiques ne portent-ils pas plainte contre ce type de comportement totalement inadmissible?


La société permissive et démissionnaire refuse d’affronter, en face, le problème de l’assimilation quitte à se renier elle-même et l’ensemble de ses fondements dont la Sacro Sainte Laïcité. Le but de la laïcité a toujours été d’empêcher l’influence des religions dans l’exercice du pouvoir politique et administratif. Par voie de conséquence les conceptions spirituelles et philosophiques étaient renvoyées au domaine exclusif de la conscience individuelle et à la liberté d’opinion. Personne ne s’attendait à ce que les plus permissifs, les plus collaborationnistes à la destruction de la laïcité soient les représentants de l’Etat eux mêmes.

Monsieur DELANOE, Maire de Paris, a fait de belles fêtes pour la fin du ramadan. En 2006 il a même réquisitionné le Stade Charléty aux frais des contribuables parisiens et pour le bénéfice exclusif des musulmans de Paris. Mieux, ou pire suivant sa propre sensibilité, on se place, un service de la direction des affaires culturelles de la ville a été transformé en une association loi de 1901. Cette association est l’Institut des Cultures de l’Islam, le maire de Paris a nomme Hakim El Karoui à sa tête afin de gérer le futur institut.

Afin de persévérer dans l’illégalité la plus complète, le Conseil de Paris a voté l’adhésion de la Ville à cette même association, et lui a concomitamment attribué une première subvention de 696.000 €. Tout ceci est tiré d’un article« Enfin une vraie mosquée pour la ville de Paris ». La finalité de tout cela est donc en fait la construction d’une Mosquée qui va coûter, rien que pour les contribuables parisiens, 22 millions d’Euros et qui comprendra un « gigantesque pôle culturel et deux salles de prière de 1000m2 chacune, soit au total 4500m2″ du Parisien de mai 2010 et titré d’après l’article.

Mais il n’est pas le seul, sur le site du Dijon Football Côte d’Or, on apprend que « le 9 juillet aura lieu la petite finale, et la finale de ce mondial à 7 de la jeunesse dijonnaise, suivi d’un match de gala des professionnels du DFCO et d’un barbecue géant hallal.

Tous les participants (24 équipes) accompagnés de leurs parents et leurs coaches sont conviés à assister à ces rencontres et à partager ce barbecue géant. » Remercions cet autre collaborationniste qu’est le sénateur-maire de Dijon et président du Grand Dijon, Monsieur François Rebsamen qui non seulement foule du pied la laïcité, mais de surcroit oblige les non mahométans à manger ce repas Hallal qui n’est pas une solution facultative proposée avec un repas non consacré.

Saluons également Monsieur le premier Ministre, François Fillon, qui a inauguré une mosquée à côté d’une petite fille voilée, saluons Monsieur Martin Hirsch qui nous a exposé sa définition toute personnelle de l’intégration en déclarant donc que, pour lui, « l’intégration c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed ». (Émission de Canal + du premier juillet 2010).

Un certain nombre de nos concitoyens ne doivent pas peser à sa juste mesure ce type de propos, un ministre de la République clame non seulement l’assimilation à l’envers, c’est-à-dire que les Français doivent s’assimiler aux nouveaux arrivants, mais de surcroit il prêche pour une conversion des Catholiques à la religion de l’Islam.

Dans un précédent article j’avais écrit que ces mahométans, qui sont les plus exigeants pour que les droits qu’ils s’inventent soient respectés, ne sont souvent pas nés sur notre sol. Remarquez qu’ils ne se privent cependant pas de nous imposer, partout, leurs interdits religieux. Quick a cédé en ne proposant QUE de la viande Hallal dans certains de ses restaurants, certaines piscines et certaines communes ont également cédées devant ces exigences perpétuelles. Le Maire de Paris est devenu ouvertement collaborationniste.

Jugez plutôt, certaines rues de la Capitale sont obstruées tous les vendredis pour la prière, il n’est plus possible d’y circuler librement ce qui est un trouble à l’ordre publique mais la municipalité ne fait rien. Les apéritifs « saucissons et pinards » sont, eux, frappés du sceau de l’interdiction par la Préfecture et la Mairie qui se vendent et vendent notre culture à ceux qui nous imposent leur société.

Sans vouloir stigmatiser qui que ce soit, il ne faut pas perdre de vue que les descendants des émigrés arabo-musulmans sont les seuls français d’origine étrangère à avoir continué à donner à leurs enfants, et ce depuis plusieurs générations, des prénoms arabes alors que les descendants d’italiens, de portugais, de polonais, d’espagnol ont maintenant tous donnés des prénoms français aux leurs. Ce refus d’adopter ce marqueur simple de l’identité nationale qu’est le prénom français ne peut-il pas être considéré comme un refus de s’assimiler de la part de ces populations ? Pour justifier cela, il est souvent avancer qu’ils ne veulent pas renier leur identité et leur culture, mais en arrivant ici de leur plein gré, cette identité et cette culture n’est-elle pas sensée être nouvelle et surtout Française ?

Pour conclure, j’aimerai vous soumettre une définition faite par les intéressés de ce qu’est l’Islam : « L’islam est une « religion » fondée par Mahomet au VIIe siècle. Davantage qu’une croyance, il s’agit d’un système de gouvernement qui régit la vie quotidienne ». Cette définition est tirée, par mes soins, du site musulam.tv. Est-ce ce que les Français, quelque soit leur religion, leur couleur et leur origine souhaitent ? Que cet islam devienne, ici en France notre « système de gouvernement qui régit la vie quotidienne » ?


SOURCE :http://hikoum.wordpress.com/