Francaisdefrance's Blog

16/06/2011

Les champions de la collaboration se trouvent en Alsace !

Tariq Ramadan, salafiste de la plus belle eau et partisan de l’application de la charia en France était là: des élus locaux ont apprécié. Qu’ils se convertissent tout de suite; ce sera fait!

FDF

.

Soumission…

Islam Réactions à la Rencontre des musulmans de l’Est

Dimanche, à la Rencontre des musulmans. Photo Catherine KohlerDimanche, à la Rencontre des musulmans. Photo Catherine Kohler

La venue de Tariq Ramadan dimanche, au Parc-Expo à Mulhouse, a fait grincer les dents de Jean Rottner. La réticence du maire a elle-même suscité des réactions.

Tariq Ramadan. — « J’ai appris que quelques personnes politiques ont été surprises d’apprendre que j’étais invité à Mulhouse, a indiqué Tariq Ramadan en introduction à son exposé dimanche. Dans une démocratie, ce qu’il y a de bien, c’est que même si parfois, le monde politique veut se mêler de ce qui se passe, la liberté citoyenne permet de se rendre là où on est invité à partir du moment où l’invité et sa parole s’inscrivent dans le cadre de l’État de droit ». L’occasion pour Tariq Ramadan de revendiquer pour les associations l’indépendance politique, financière, intellectuelle et religieuse et… « de remercier envers et contre tout la Ville de Mulhouse ».

Amal. — Dans son discours officiel, le président de l’Association des musulmans d’Alsace Mahfoudi Zaoui a remercié les personnalités qui ont répondu à l’invitation et rappelé qu’Amal « souhaite inscrire son action et ses activités dans une démarche claire, ouverte et transparente ». La Rencontre a pour objectif notamment « l’accès à une connaissance de qualité sur l’islam, une lecture d’un islam basé sur le respect et le dialogue avec et dans la société. C’est aussi une occasion offerte à tous les citoyens de la région, quelles que soient leurs croyances, leurs origines ou leurs opinions, de mieux connaître l’islam et les musulmans. » Mahfoudi Zaoui rappelle qu’Amal est membre fondateur du groupe local d’amitié islamo-chrétien, que l’association participe à la réalisation du calendrier interreligieux…

Majorité municipale. — L’adjointe au maire Fatima Jenn a répondu à l’invitation d’Amal « à titre personnel et en tant que présidente du Centre culturel de monde arabe ». Idem pour l’autre élu de la majorité municipale Hakim Mazoul, « présent à titre personnel et au nom de l’association des Deux Rives », le maire ayant demandé aux membres de la municipalité de ne pas représenter la Ville, bien que l’habit d’adjoint fasse un peu le moine politique…

« Tariq Ramadan est un islamologue reconnu, un intellectuel et un universitaire, commente Fatima Jenn. Il est régulièrement consulté sur des questions de l’islam, y compris par l’Assemblée nationale… Au moment où il avait eu ses fameux propos sur le ‘moratoire’concernant la lapidation des femmes, j’étais allée le voir et j’en avais débattu avec lui, il m’avait expliqué sa position et écouté la mienne. Je ne perçois pas Tariq Ramadan comme un homme dangereux et je pense que si on ne partage pas le point de vue de quelqu’un, c’est bien de venir en débattre avec lui. À travers mon engagement politique et mon association, j’essaie de lutter contre les préjugés. Il y a une phrase dans les propos de Ramadan qui m’a particulièrement parlé : lorsqu’il a dit qu’il n’attendait pas des politiques un discours gentil mais un discours connaisseur. »

Hakim Mahzoul donne son point de vue sur la manifestation organisée par Amal : « Cette 2 e Rencontre des musulmans de l’Est est une belle réussite de par le nombre important de visiteurs mais aussi par la qualité des intervenants […] Il est temps que les Français musulmans prennent leur part en participation et en responsabilité dans les projets et le devenir de la France. La laïcité est notre bien commun à tous, les valeurs de la République nos références à tous, et si on regarde tous dans la même direction alors la devise ‘liberté, égalité, fraternité’aura un sens pour tous les Français, quelles que soient leurs origines et leurs cultures. »

Pierre Freyburger. — Le leader de l’opposition socialiste a répondu lui aussi à l’invitation d’Amal. « La communauté musulmane fait partie du paysage français et mulhousien en particulier depuis très longtemps, il est normal qu’elle soit reconnue comme une partie intégrante de la société dans tous ses aspects, indique-t-il. À aucun moment je n’ai entendu dimanche des propos qui pouvaient relever d’un islam politique ou conquérant comme le craignait le maire de Mulhouse […] Les musulmans ont pu assister à une conférence dont le principal message construit autour de la tolérance visait à promouvoir tout ce qui peut favoriser le vivre ensemble dans notre société où toutes les communautés sont tenues de cohabiter ».

Arlette Grosskost. — « J’accepte toujours les invitations quand on me fait l’honneur de m’inviter, indique la députée mulhousienne. J’ai déjà entendu Tariq Ramadan en audition à l’Assemblée en tant qu’élue nationale, lors d’un débat consacré à la laïcité et la liberté de conscience. Nous ne partageons pas le même avis. J’ai moi-même participé à la rédaction et au vote de lois et je ne permettrais pas qu’on déroge aux règles de la République, une République exigeante dans ses droits et ses devoirs […] J’ai trouvé un petit peu cavalier de la part du maire le fait de dire, à travers la presse, ‘on n’y va pas’… Je ne vois pas pourquoi on stigmatiserait ainsi une communauté. C’est un honneur de partager un repas avec toute la symbolique que cela représente. »

Bernard Stoessel. — « J’ai été jusqu’à il y a peu de temps encore adjoint chargé des cultes et j’ai eu à ce titre des contacts réguliers avec Amal, indique le conseiller municipal et président du Pays. J e suis venu à cette 2 e Rencontre parce qu’on m’a invité et pour manifester mon soutien à la réalisation du projet en cours (NDLR, la construction de la grande mosquée). J’ai été surpris, pour ne pas dire choqué, par les propos du maire qui m’ont paru être une ingérence par rapport à une association et à l’organisation d’une manifestation. Chacun est libre d’inviter qui il veut à partir du moment où il n’y a pas une mesure d’interdiction ou un trouble à l’ordre public… Ce qui me choque en particulier c’est que derrière tout ça, il y a la stigmatisation d’une partie de la population mulhousienne, en tout cas, elle l’a vécu comme cela. Nous sommes dans une ville où il y a une communauté musulmane importante et où on rencontre souvent une méfiance. Le président de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) a parlé du droit à l’indifférence… Je parlerais de droit à la reconnaissance. Si on veut que la confiance s’installe, il faut travailler dans le sens du dialogue. Amal œuvre pour le rapprochement. Il faut chercher ce qui rapproche et pas ce qui oppose. L’attitude des pouvoirs publics doit être le respect. »

Source: http://www.lalsace.fr/haut-rhin/