Francaisdefrance's Blog

14/03/2012

Au Pays basque Espagnol, un Conseil islamique pour les musulmans est né !

Enseignement de l’islam à l’école, repas hahal dans les cantines et des mosquées, encore et toujours. C’est « tout » ce qu’ils réclament… Mais ils nous demandent de ne pas avoir peur…

C’est ça, c’est ça. Continuez de nous prendre pour des cons…

FDF

.

Terroriste islamiste arrêté en Pays Basque. Mais n’ayons pas peur…

.

Il est incontestable que c’est un TRÈS GRAND DANGER QUI SE PROFILE à L’HORIZON, pour nous et   pour notre civilisation.  Petit à petit l’oiseau fait son nid,   et bientôt nous serons éjectés du nid.  N’oubliez pas que c ‘est, à la fois leur volonté  et leur devoir.

VOTEZ HOLLANDE   et  PS    et  tout cela ne pourra être  que précipité en terres de France.

JC JC…

Au Pays basque, un Conseil islamique pour les musulmans est né
Destiné à représenter plus de 70 associations musulmanes du Pays Basque et plus de 100.000 personnes, le Conseil islamique devrait intervenir dans les relations avec les institutions publiques de la Communauté autonome basque.  Le Conseil souhaite que la religion musulmane soit acceptée «sans préjudice, ni peur». Il réclame, entre autres, l’enseignement de l’islam aux écoles, des repas adaptés dans les cantines scolaires et la construction de mosquées, a indiqué Ismael Samadi, président du Conseil.
______________________________________________________________________________________________________


Le Conseil islamique du Pays basque (Eusko Islamiar Kontseilua) vient de naître.
Il a été présenté officiellement dimanche 11 mars à Eibar, dans la province de Guipuscoa, dans le nord de l’Espagne, rapporte le site Eitb.com.

Le Conseil islamique, destiné à représenter les associations musulmanes du Pays basque, devrait intervenir dans les relations avec les institutions publiques de la Communauté autonome basque.

Le Conseil souhaite que la religion musulmane soit acceptée « sans préjudice, ni peur ». Il réclame, entre autres, l’enseignement de l’islam aux écoles, des repas adaptés dans les cantines scolaires et la construction de mosquées, a indiqué Ismael Samadi, président du Conseil.

Source :   http://www.saphirnews.com

15/05/2011

Certains spots publicitaires américains ne font pas dans la demi-mesure…

Vite, vite! Faut prévenir la Halde, SOS Racisme, le CRAN, et tous les autres! Ca pourrait donner des idées aux Français…

FDF

« Tremblez, citoyens américains. L’étranger rode à vos frontière, à vos portes. Il est bronzé, mal rasé, porte une casquette à l’envers ou un turban et n’a qu’une mission: piquer vos emplois, profiter de vos impôts, faire sauter vos avions ou carrément conquérir votre pays. »

C’est en substance le message martelé par certains candidats (surtout républicains et soutenus par le Tea Party) dans des Etats clés. A quatre jours des midterms, l’argent coule à flot et les spots anxiogènes se déversent sur les ondes.

la championne s’appelle Sharron Angle. La candidate ultraconservatrice se lâche complètement face au patron démocrate du Sénat, Harry Reid. Trois versions de son spot «La vague» jouent à fond sur la peur de l’étranger, avec un degré de subtilité proche de 0 .

http://www.youtube.com/v/tIkNAA2y4I4?fs=1&hl=en_US

Après avoir montré de dangereux membres de gangs et des «familles qui vivent dans la peur», le message se termine par un cinglant: «Il est clair de quel côté se trouve Harry Reid. Pas du vôtre». Le vôtre, celui des bons Américains. Tous blancs dans ses vidéos, évidemment.

Le mythe des corps décapités laissés dans le désert

Interrogée par un groupe de lycéens Latinos sur l’usage de ce stéréotype, Angle a répondu: «Je crois que vous interprétez mal ces spots. Je ne suis pas sûre que ce soit des Latinos dedans. Je ne sais même pas si vous êtes Latinos. Vous m’avez l’air un peu asiatiques.» La même Sharron Angle qui agitait ici et là la menace de «corps décapités dans le désert» (mythe démonté par le Washington Post) et qui, lors du débat, soutenait que deux villes américaines avaient «instauré la Charia (loi islamique, ndr)». Elle finira simplement par dire s’être trompée et avoir cité des articles qu’elle avait lus.

Désavouée par un important sénateur républicain local, Angle persiste sur sa ligne. Quitte à se mettre l’électorat hispanique à dos (25% de la population, 15% des votants lors de la présidentielle), elle a trouvé une nouvelle stratégie, avec un spot financé par un groupe conservateur. Message aux Latinos: L’administration Obama vous a laissés tomber. Le 2 novembre, ne votez pas.»

Peur de l’islam

Sur la cote Est, les candidats exploitent surtout le projet de construction d’un centre culturel islamique.

http://www.youtube.com/v/0QvKOdiyFaw?fs=1&hl=en_US

«Après avoir conquis Jérusalem, Cordoue et Constantinople, les musulmans ont bâti des mosquées pour fêter leur victoire. Et maintenant, ils veulent construire une mosquée à Ground Zero», avertit le narrateur. La candidate Renée Ellmer, de Caroline du nord conclut: «Les terroristes n’ont pas encore gagné. Il faut leur dire dans un Anglais clair:  »Non, vous ne bâtirez pas une mosquée à Ground Zero »».

Le journaliste de CNN, Anderson Cooper, tentera bien d’expliquer à Renée Ellmer que ceux en charge du centre culturel ne sont pas des terroristes, la candidate persiste: «Ça, on n’en est pas sûrs».

Peur de la Chine

D’autres, enfin, estiment que la plus grande menace est surtout économique. Le groupe des «Citoyens contre le gaspillage», s’est fendu d’un spot malin montrant des étudiants chinois en 2030 se gaussant du déclin économique des Etats-Unis. «Maintenant, ils travaillent pour nous», conclut le professeur, avec un petit sourire maléfique digne des méchants des films de kung-fu.

http://www.youtube.com/v/OTSQozWP-rM?fs=1&hl=en_US

Reste une question: ces spots sont-ils efficaces? Sur MSNBC, un jeune élu latino du Nevada estimait vendredi qu’au contraire, ils fédèrent l’électorat hispanique. Pourtant, Sharron Angle devance Harry Reid de quatre points dans les derniers sondages. Verdict le 2 novembre.

Source: http://tinyurl.com/3xdswcd

28/01/2011

France: 8% de la population fait peur au reste…

Pourquoi l’islam fait peur… Pour plein de raisons. En attendant, 8% de la population fait peur au reste…
FDF

.


Heureusement que la Résistance veille…

42 % des Français considèrent les  musulmans comme une “menace”. 68% jugent qu’ils ne sont “pas bien  intégrés”. D’où vient cette défiance sans précédent ? Comment en est-on  arrivé là ?

Cela faisait plusieurs semaines, déjà, que l’Ifop avait réalisé son sondage coup de poing avant que le Monde ne   se décide, courageusement, à le publier le 5 janvier. Venant à l’encontre de bien des idées reçues sur l’intégration de la “communauté musulmane” en France (et en Allemagne, l’étude portant sur les deux pays), c’est peu dire, en effet, que ses résultats se situent aux antipodes du discours “politiquement correct” ambiant. Et encore le Monde n’a-t-il   pu rendre compte que d’une partie seulement des… quarante-quatre pages   de données que comprend ce sondage – auquel nous avons eu accès dans sa  globalité. À noter aussi que sont intégrées dans cette étude les réponses des musulmans et personnes de culture musulmane eux-mêmes (8 à 9   % de la population).

« Très sévères sur le fond » (les principes de l’islam), « très critiques sur la forme » (la volonté d’intégration des musulmans) et, ceci expliquant cela, « très inquiets pour leur avenir » (leurs   valeurs et leur mode de vie) : tels sont aujourd’hui, selon Jérôme Fourquet, de l’Ifop, les sentiments majoritaires des Français.

« S’ils se montrent de plus en plus hostiles, c’est que cette hostilité a changé de registre, décrypte, pour Valeurs actuelles, le directeur adjoint du département opinion de l’institut de sondage. Autrefois    limitée, dans les années 1980-1990, à des reproches et à des    inquiétudes liés à l’insécurité et à la concurrence économique des    immigrés, voire du terrorisme, cette défiance est désormais    principalement identitaire et culturelle, de type “choc des    civilisations”. »

Très sévères , donc, sont les jugements des Français sur l’islam .   Sur les huit formules (quatre positives, quatre négatives) qui leur ont  été soumises par l’Ifop, ce sont les quatre défavorables qui « correspondent le mieux à l’idée » qu’ils s’en font aujourd’hui : “rejet des valeurs occidentales”, “fanatisme”, “soumission” et “violence” (72 % de citations en premier au   total). Arrivant en tête des réponses, le “rejet des valeurs occidentales” (31 %) a presque doublé en dix ans (17 % en 2001) !

Les quatre jugements favorables sont, quant à eux, relégués en  queue de classement : “protection de la femme”, “justice”, “liberté”, “démocratie” (9 % de citations en premier, soit huit fois moins que les opinions hostiles). Principale explication, selon Fourquet, de ce rejet,  sur le fond, de l’islam : « le réveil identitaire et religieux,  constaté depuis quelques années, d’une partie des musulmans ». « Très  médiatisé, celui-ci apparaît pour beaucoup comme une menace pour la  “laïcité à la française” » : affichage à la hausse du voile et de la burqa (auxquels 59 % des Français sont opposés dans la rue ; voir graphique page 15),   ramadan de plus en plus suivi, prières sur la voie publique, revendication de nourriture halal dans les écoles, les étals de supermarché et les fastfoods, ou encore d’horaires aménagés dans les piscines… Un « choc visuel et psychologique » qui explique que, pour 55 % des Français, “l’influence et la visibilité de l’islam” sont “trop importantes”.

Conséquence de cette perception d’une pratique religieuse  jugée trop “conquérante” : un jugement (très) négatif sur leur volonté  et leur capacité d’intégration. Si 68 % des personnes interrogées  estiment que les musulmans ne sont pas bien “intégrés”, c’est en raison,  d’abord, de leur “refus de s’intégrer” et de leurs “trop fortes  différences culturelles”. « Les Français, relève Fourquet, ont  pris conscience que cette communauté n’avait pas vocation à partir, revendiquait sa place, et qu’il allait donc falloir “cohabiter” avec elle. » D’où cette “inquiétude” pour le maintien de certaines de leurs valeurs (tolérance, égalité homme-femme…) et de leur mode vie (liberté de mœurs, codes vestimentaires, alimentation…) : seuls 22 % des Français considèrent que les musulmans sont un “facteur d’enrichissement culturel”, contre près du double (42%) qui voient en eux une “menace pour l’identité de [leur] pays”.

Alors que de précédents débats (tel le référendum sur la Constitution européenne de 2005) faisaient apparaître une vraie césure “France d’en haut contre France d’en bas”, le jugement porté sur les musulmans témoigne, lui, d’un profond clivage droite-gauche : 71% des sympathisants de droite (UMP + FN) considèrent ainsi leur présence comme   une “menace”, contre 24 % seulement à gauche.

Selon Jérôme Fourquet, les résultats de cette étude sont, par ailleurs, annonciateurs d’un casse-tête pour Sarkozy dans la perspective   de 2012 : « Face à ce qu’ils considèrent comme une menace culturelle  et idéologique, les Français perçoivent bien l’impuissance du pouvoir :  “Que peut-il faire ? Pas grand-chose”… » Mais le “piège” peut aussi se refermer sur la gauche : «   Une forte minorité de ses électeurs est, elle aussi, inquiète, notamment sur la laïcité, et ne se reconnaît pas dans les discours “bienpensants” de ses représentants », poursuit- il. De quoi, « si l’un ou l’autre camp ne trouve pas de réponse adaptée, offrir une importante marge de progression au FN ». Surtout, si la question de l’islam figure, comme le prédit l’Ifop, « parmi les thèmes dominants de la prochaine présidentielle ».

Source : Valeurs Actuelles