Francaisdefrance's Blog

04/08/2011

On comprends mieux pourquoi la France etait contre la guerre en Irak…

Et pour quelques gallons de pétrole en plus…

.

Reçu par mail. On nous prend vraiment pour des cons… «Pétrole contre nourriture». On en a pendus pour moins que ça…

FDF

.

Charlie Hebdo a révélé que le juge d’instruction Serge Tournaire, chargé de l’enquête, avait signé le 28 juillet une ordonnance de renvoi, information confirmée de source judiciaire.
Cette décision ouvre la voie à un procès car le parquet n’a pas fait appel dans le délai de cinq jours qui lui était laissé, a-t-on ajouté. La date du procès n’est pas fixée, mais il ne devrait pas se tenir avant 2012.
Si ce renvoi est «une désagréable surprise» à ses yeux, l’avocat de Charles Pasqua Léon Lef Forster s’est dit d’une «sérénité totale» quant à l’issue du procès et a rappelé que le parquet avait requis en octobre un non lieu contre son client, tout comme contre Christophe de Margerie et Total. Le groupe pétrolier s’est également dit confiant «sur le fait qu’il sera établi que Total ne peut se voir reprocher les faits cités».
Des commissions occultes
Ouverte en 2002, l’enquête d’abord instruite par Philippe Courroye, s’était orientée vers diverses personnalités françaises soupçonnées d’avoir perçu au début des années 2000 des commissions occultes sous forme d’allocations de barils de pétrole du régime de Saddam Hussein, en violation du programme de l’Onu «Pétrole contre nourriture».
Charles Pasqua, relaxé en avril dans l’Angolagate, est renvoyé en correctionnelle pour trafic d’influence et corruption. Le patron de Total est poursuivi pour complicité d’abus de biens sociaux.
Parmi les prévenus, figurent les anciens diplomates Jean-Bernard Mérimée et Serge Boidevaix ou encore l’ancien conseiller diplomatique de Charles Pasqua, Bernard Guillet. Ils sont poursuivis pour corruption et trafic d’influence. L’homme d’affaires Claude Kaspereit est poursuivi pour corruption et abus de biens sociaux.
Total est poursuivi pour corruption et complicité et recel de trafic d’influence. La justice soupçonne des dirigeants du pétrolier d’avoir versé des pots-de-vin pour des marchés.
Pétrole contre aide humanitaire
Le programme «Pétrole contre nourriture» a été établi par le Conseil de sécurité en 1995. En vigueur de 1996 à 2003, il permettait à Bagdad de vendre du pétrole en échange d’aide humanitaire alors que l’Irak était soumis à un embargo après son invasion du Koweït le 2 août 1990.
Mais le régime de Saddam Hussein a détourné le programme de son objet et empoché 1,8 milliard de dollars par le biais de surfacturations ou de ventes parallèles.
Détournement du programme
En France, l’enquête avait débuté sur des soupçons d’éventuels abus de biens sociaux de cadres de Total via une société en Suisse, Telliac, pour obtenir des marchés en Irak. Le géant français a toujours nié avoir contourné l’embargo onusien.
En 2004, l’Onu avait mis au jour le détournement du programme «Pétrole contre nourriture»: l’Irak délivrait des allocations de barils de pétrole à des «amis» en échange de leur lobbying pour la levée des sanctions qui frappait le pays. La France était l’un des pays les plus concernés.
Ces révélations provoquèrent la réorientation de l’enquête vers des personnalités françaises susceptibles d’avoir bénéficié de largesses du régime de Saddam Hussein en échange de leur lobbying réel ou supposé.
La commission d’enquête dirigée par l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Paul Volcker, sur les dérapages et les malversations de ce programme avait mis en cause quelque 2.200 entreprises de 66 pays, dont la Russie, la France et la Chine. Parmi elles, près de 180 étaient françaises

02/03/2011

Libye: La France s’est positionnée contre une intervention militaire de l’Otan…

Ca, c’était il y a plus de trois ans… Et ça n’a pas diminué…

Mais quand va t’on comprendre que se mêler des affaires des autres (spécialité sarközienne…), c’est toujours au détriment de soi-même? N’avons nous pas assez d’ennuis, en France? C’est une histoire de pétrole, va t’on répliquer. Ben voyons. Mais là, on tombe dans le domaine du profit; alors, ça change la « donne »…

Pour éviter que le prix du baril monte? Soyons réalistes. C’est d’une logique implacable. Les prix du carburant montent en flèche; le gaz, aussi. L’électricité idem.  On colle toutes ces augmentations sur le dos des pays (producteurs de pétrole) en pleine révolution. Du coup, les taxes (et elles sont énormes en France) prélevées par l’Etat montent aussi.

On ne va pas tuer la poule aux oeufs d’or, non? Donc, on laisse faire et on s’oppose à toute intervention qui pourrait ramener la paix… On fait semblant de s’apitoyer sur les victimes et le tour est joué. Il n’y a pas longtemps qu’il est en poste, Juppé; mais il a eu vite fait de comprendre. CQFD.

FDF

.

Libye: la France contre une intervention militaire

Les événements auraient fait plus de 6000 morts. La Cour pénale internationale prévoit d’ouvrir une enquête sur les crimes commis depuis le 15 février.

16h27La France s’est positionnée contre une intervention militaire de l’Otan. « Faut-il préparer une intervention militaire[en Libye]? Nous ne le pensons pas dans le contexte actuel », a déclaré à l’Assemblée nationale le chef de la diplomatie française, Alain Juppé. « Il est probable qu’elle pourrait ressouder contre le nord de la Méditerranée les opinions publiques et les peuples arabes », a-t-il estimé. Les opposants de Kadhafi ont, eux voté en faveur de l’intervention.

16h20 Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, annoncera jeudi midi « l’ouverture d’une enquête en Libye », au cours de laquelle il « donnera un aperçu des crimes allégués commis en Libye depuis le 15 février » et citera des noms.

15h57 Les violences liées à la répression de l’insurrection en Libye ont fait 6000 morts, dont 3000 dans la seule ville de Tripoli, a affirmé mercredi à Paris le porte-parole de la Ligue libyenne des droits de l’Homme, Ali Zeidan.

« Le nombre de victimes pour tout le pays est de 6000, dont 3000 à Tripoli, 2000 à Benghazi et 1000 dans d’autres villes », comme Zawiyah ou Zenten, a déclaré le porte-parole au cours d’une conférence de presse organisée au siège de la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH) à Paris…

Suite et source: http://tinyurl.com/6gmwwmz

17/12/2009

L’odieux chantage: Du gaz contre la libre circulation des Algériens en Europe!

Algérie: ton pétrole n’est pas inépuisable…

FDF

Et ça, au marché provençal de Hyères, ce n’est pas de la libre circulation? Ah non, c’est de l’invasion… C’est pareil.

Algérie – Europe


Chakib Khelil a affirmé, ce mercredi matin, que si l’Algérie n’a pas encore signé l’accord énergétique stratégique avec l’Union européenne c’est parce qu’elle ne voit ce qu’elle va y gagner. La contrepartie attendue d’un tel accord ne consiste pas seulement dans la valeur du gaz, mais dans un acquis bien plus important tel que la libre circulation des personnes par exemple.

Interrogé ce matin sur les ondes de la chaîne III sur la conclusion d’un accord stratégique entre l’Algérie et l’Europe en matière d’énergie, le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Kheli a indiqué que notre pays n’y a pas encore adhéré.
«Cet accord a été discuté, mais la question qui se pose est la suivante : ‘’est-ce qu’une fois signé par les deux parties, cet accord sera appliqué sur chacun des Etats membres de l’union européenne ?’’ Nous avons posé cette question, et la réponse était Non. Par conséquent, pourquoi signerons-nous un accord avec l’Union européenne s’il n’est pas appliqué à chacun des pays membres ?», s’est interrogé M. Khelil.
La question, selon lui, dépend de ce qu’obtiendrait notre pays en retour d’un accord stratégique de ce genre où l’Algérie s’engagerait à assurer l’approvisionnement des besoins européens. «Notre pays devrait obtenir quelque chose qui lui soit très important : la libre circulation des personnes par exemple», a déclaré M. Khelil. Les pays producteurs de pétrole et de gaz redoutent et rejettent une éventuelle imposition d’une taxe carbone qui aurait des retombées négatives sur le prix de ces produits et qui réduirait la demande.
Interrogé sur les enjeux et les risques d’une éventuelle taxe carbone sur notre économie d’autant plus que notre pays est dépendant des hydrocarbures, M. Khelil a indiqué que les pays développés nous posent déjà des taxes très importantes sur les produits pétroliers de l’ordre de 80% par exemple pour le Royaume-Uni et 60% pour la France. Pis encore la taxe – qui s’applique sur le gaz et le pétrole mais qui ne s’applique pas au charbon qui est beaucoup plus polluant – est discriminatoire.
Ces taxes vont à l’encontre des intérêts des pays producteurs et bénéficient aux pays développés puisqu’ils sont la source de production de charbon, notamment en Europe. «Cette taxe carbone aura des implications à long terme sur les revenus des pays producteurs, puisqu’elle provoque la diminution de la demande pour ces produits (gaz et pétrole) parce qu’ils vont coûter plus cher, avec en conséquence des revenus plus faibles pour les pays producteurs de gaz et de pétrole», a souligné M. Khelil. Certains experts estiment que cette taxe pourrait arriver à 3 000 milliards de dollars sur la période allant jusqu’à 2050 comme diminution de revenu des pays producteurs de pétrole.
A une question sur les conséquences de cette taxe sur le prix des hydrocarbures, le ministre de l’Energie et des Mines estime que si les pays développés imposent une taxe carbone sur le gaz et le pétrole, cela veut dire que ces produits-là seront beaucoup plus chers, et si ces produits sont plus chers, les consommateurs s’orienteront vers d’autres sources d’énergie comme le nucléaire, le solaire et même le charbon. Par conséquent il y aura un impact sur la demande.

n Interrogé sur la position des pays producteurs des hydrocarbures si la taxe carbone venait à être imposée, M. Khelil a souligné que ces pays ont déjà rejeté cette taxe. «Mais si elle venait à être imposée, elle ne pourrait l’être que dans les pays développés eux-mêmes. Ils ne peuvent pas imposer une taxe à un pays souverain, sauf, bien sûr, si ce pays adhère à l’imposition de cette taxe», a-t-il estimé. «Nous sommes un pays souverain qui peut rejeter toute taxe qu’on risque de lui imposer, parce que ce n’est pas dans l’intérêt de notre pays d’avoir une taxe sur un produit qui génère 98% de ses devises.»

D’après: http://www.infosoir.com

12/05/2009

Les rois du pétrole passent la vitesse supérieure avec l’aval du gouvernement Français…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:43
Tags: , ,

La France proche d’un accord nucléaire avec l’Arabie saoudite

REUTERS | 10.05.2009
La France et l'Arabie saoudite ont accompli de RYAD (Reuters)

La France et l’Arabie saoudite ont accompli de « bons progrès » sur la voie d’un accord de coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire civile, a annoncé la ministre française de l’Economie Christine Lagarde dimanche.

« Les discussions ont fait de bons progrès et j’espère que nos deux chefs d’Etat seront en mesure de signer un accord prochainement », a dit Lagarde après des entretiens avec le roi Abdoullah, avec le ministre du Pétrole, Ali al-Naimi, et le ministre des Finances, Ibrahim al-Assaf.

« Cela (l’accord) implique une coopération dans l’énergie nucléaire civile en respectant les meilleures conditions de sécurité », a ajouté la ministre française à Ryad.

L’an dernier, le président Nicolas Sarkozy avait proposé au royaume saoudien de l’aider à développer sa production d’énergie nucléaire. Des accords du même type ont été conclus avec d’autres pays producteurs de pétrole comme l’Algérie et la Libye.

Le marché du nucléaire saoudien intéresse plusieurs pays dont les Etats-Unis et la Russie qui ont, eux aussi, fait des offres de coopération et de soutien.

Souhail Karam; version française Pierre Sérisier