Francaisdefrance's Blog

11/12/2010

Le professeur Sami-Aldeeb a lu « Ces maires qui courtisent l’islamisme »…

Et voyons ce qu’il en pense…
FDF

.


http://www.youtube.com/watch?v=F7KxiR5Uu1s&feature=player_embedded#at=49
Un exemple…
.

Le professeur Sami-Aldeeb a été le premier a traduire et présenter le Coran par ordre chronologique. Un travail d’une richesse exceptionnelle pour les spécialistes de l’islam.

Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh, arabe palestinien chrétien, vit en Suisse depuis la fin de ses études supérieures, pays dont il a acquis la nationalité. Professeur des universités habilité à diriger des recherches (Université Bordeaux III), il  fut responsable du droit musulman et arabe à l’Insitut suisse de droit comparé à Lausanne. Il dirige aujourd’hui le Centre de droit musulman qu’il a fondé. Il est également professeur invité aux Facultés de droit d’Aix-en-Provence et de Palerme. Sur son blog, premier blog de la Tribune de Genêve par sa fréquentation, il vient de consacrer une note sur l’enquête Ces maires qui courtisent l’islamisme. Pour l’un des meilleurs spécialistes de l’islam en Europe, ces maires UMP, PS, PCF et Modem livrent « marianne aux islamistes » :

« La Suisse résiste tant bien que mal à l’islamisme, aux islamophiles et à leurs acolytes. Elle a osé voter contre les minarets. Et, espérons-le, elle votera le plus rapidement possible sur le respect du principe de la réciprocité dans les rapports avec les musulmans, que je propose dans ce blog. Si cela est possible, c’est parce que le peuple a un mot à dire en Suisse. Le peuple arrive à contourner le politiquement correct et la langue de bois, profession de foi des politiciens de tout bord, en tout temps et en tous lieux.

Mais malheureusement cela n’est pas le cas dans d’autres pays occidentaux, comme la France. De ce fait, les politiciens continuent à exercer leur pouvoir de charmeurs pour cacher leurs jeux personnels et faire avaler des couleuvres à leurs populations, en se disant: « Après moi le déluge ». Et cela ne se limite pas au niveau du chef de l’État et des ministres, mais s’étend aux petits caïds que sont les maires des grandes et des petites villes. C’est ce que réussit à démontrer Joachim Véliocas, preuves à l’appui, dans son livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme » (paru chez Tatamis, 2010, 20 euros), maires qui sont en train de marier Marianne aux islamistes. L’auteur de cet ouvrage dirige l’Observatoire de l’islamisation: www.islamisation.fr, un site bien fourni. »

source : Observatoire de l’islamisation

24/08/2010

Pessac : les musulmans prient dans une salle de la mairie !

Incroyable mais vrai! Je pensais que la soumission à l’islam n’était réservée qu’à certains illuminés. Ben non. A Pessac, on sait se distinguer par son amour de la « religion » de paix et de tolérance. Déjà en janvier de cette année: http://tinyurl.com/326sxn8

FDF

.

23 août 2010

Une Mairie offerte aux musulmans le vendredi. A quand la vôtre?


La mairie de Pessac (banlieue de Bordeaux) viole t-elle la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat

Dans un reportage effectué par TB33* et publié sur internet le lundi 16 août, une interview du représentant de l’association culturelle des musulmans de Pessac est pour le moins ambiguë. Dans cette vidéo tournée dans la maison municipale du quartier de Saige, celui-ci déclare que, depuis 1993, « la mairie nous a cédé cette salle pour faire la prière du vendredi ».

Cette déclaration risque donc de relancer la polémique sachant que le maire de Pessac, Jean-Jacques Benoît, a fait part de sa volonté « de créer un lieu de culte pour les musulmans ». Pourtant la jurisprudence est claire. Le tribunal de Bordeaux a même condamné dans un jugement du 16 décembre dernier, la mairie de Saint-Laurent du Médoc pour une messe célébrée dans une salle municipale.

Source : Infos Bordeaux

Notes :
Prêtez attention au commentaire de la voix off “citoyenne” sur “Allah-tout-puissant”
• Comptez le nombre de femmes présentes.

—————————-

*TB33, est une “télévision citoyenne”, dirigée par Jacques André Salomon, proche du NPA et « actuellement au chômage après avoir travaillé longtemps en tant que chauffeur de bus » (Sud-Ouest 03/05/2010).

Notez au passage les thèmes favoris de cette télévision “citoyenne” :

–  « Moustafa nous expliquent le passage dans les villes de leurs actions pour la Palestine»
–  Inauguration de la CAF de Gironde
– Expulsion à Bordeaux et brutalité policière
–  Jamel Debbouze se mobilise pour Gaza
– Manifestation à Pessac contre le racisme
– etc…

Gérard Brazon  >>> http://puteaux-libre.over-blog.com

27/12/2009

LE dhimmi du jour: Jean-Jacques Benoit (ou Ben Oït???), maire de Pessac…

Scandaleux : à Pessac, la mairie donne un local municipal pour servir de mosquée.

26 décembre 2009

Evidemment, ce cadeau est enrobée dans un caramel de verbiage creux et de mots vidés de leur sens. Il faut bien donner quelques couleuvres à avaler à ses administrés. Faisant dire avec maestria aux mots le contraire de ce qu’ils signifient, le maire socialiste voit dans cette action “un engagement laïc“, et s’autocongratule de  faciliter la pratique des cultes « sans la subventionner. C’est la pratique laïque de la République». De l’art de prostituer les principes républicains et de contribuer à l’islamisation du territoire en se faisant passer pour un ardent défenseur de la laïcité. Car les faits sont là : la mairie donne aux musulmans un local municipal qui leur servira de . Une nouvelle étape est franchie. Jusqu’où les fossoyeurs de la loi de 1905 sur la laïcité iront-ils ?

jean-jacques benoît maire de pessac

PESSAC, MUSULMANS. Le maire va proposer au Conseil municipal de transformer l’ancien local d’une entreprise en centre culturel avec lieu de prière, dans l’esprit d’ouverture d’Averroès.

Jean-Jacques Benoît ne prononce pas le mot et la délibération, qui sera proposée ce soir en Conseil municipal, parle d’un « centre culturel musulman ». Son contenu sera aussi cultuel : « Il y aura effectivement un lieu de prière », précise le maire de Pessac.

Les musulmans le réclament depuis plusieurs années, notamment à travers deux associations (voir encadré). Jusqu’à présent, elles n’ont pu bénéficier que de prêts de salles pour la prière du vendredi et le Ramadan, dans les quartiers de Saige et de la Châtaigneraie, où se concentre une bonne partie de la population concernée. Or, le projet se situe aux Échoppes, avenue Jean-Jaurès (route d’Arcachon), côté Bordeaux-Talence.

« Parce que nous avions l’opportunité de récupérer un local appartenant à la mairie, dans ce centre d’activités, après le départ d’une entreprise », justifie M. Benoît. « C’est provisoire. Nous avons toujours l’intention de créer un lieu pour les musulmans, sur le site Jean-Cordier. Mais cela ne pourra se faire avant plusieurs années. »

La mairie ne possède qu’une partie des Échoppes : « Nous avons informé les copropriétaires. » Les premiers voisins seront des entreprises, au bord de cet axe, « bien desservi par les transports en commun », souligne l’élu.

Le nom envisagé est tout un symbole : Averroès. L’histoire a retenu l’esprit de tolérance de ce philosophe, théologien, scientifique musulman arabo-andalou du XIIe siècle. Ce n’est donc pas un hasard si on trouve la notion de « passerelle » dans la convention que la mairie signera avec les associations utilisatrices. Elle s’inspire de celle que la ville de Rennes a adoptée en 2006.

Échanges, cultures, contacts, débats, initiatives citoyennes, connaissances et reconnaissance mutuelle… « Il faut que ce lieu soit ouvert aux non-Musulmans », poursuit Jean-Jacques Benoît qui voit dans la démarche municipale, un engagement laïc. La délibération reprendra d’ailleurs les principes de la loi de 1905, dont la « liberté collective d’exercice du culte ».

Pour le maire, la convention doit synthétiser les « droits et des devoirs » de chacun. Mais la ressemblance avec le débat sur l’identité nationale s’arrête aux mots : « Nous n’avons pas choisi le contexte. La volonté de Pessac est que chacun trouve sa place et il serait dramatique qu’on s’arrête sous prétexte d’un discours du président Sarkozy ou d’un referendum suisse. » Jean-Jacques Benoît souhaite seulement faciliter la pratique des cultes quels qu’ils soient… « Sans la subventionner. C’est la pratique laïque de la République. »


Source: Bivouac-ID