Francaisdefrance's Blog

28/01/2012

Et si ça devenait contagieux ???

Voici un cas extrême de « racisme », dirons nous. Quoi que même pas. Ce fou furieux en avait après tout le monde. C’est tombé sur une dame qui ne devait pas être « française de souche », c’est tout. C’est de l’ultra-nationalisme à son paroxysme. Pourvu que le cas de ce type ne suscite pas des « vocations ».

En tout état de cause, je n’aimerais pas être son voisin, à Jean D.

Soyons prudents… Nous ne sommes pas habitués; nous sommes plutôt habitués à subir des violences et menaces de la part de « jeunes » issus de l’immigration; pas vrai?

FDF

.

Photo humoristique d’illustration…

.

 Il menace de découper sa voisine en rondelles !

Dire que Jean D. est un voisin encombrant est un doux euphémisme. Depuis 43 ans, il insulte, agresse verbalement, fustige et menace son entourage immédiat. Mais sa vindicte atteint un point culminant lorsqu’un militaire et son épouse aménagent, avec leurs deux enfants, dans le pavillon qui jouxte sa propriété. Dès que sa voisine met le nez dehors, Jean se précipite et en avant les grandes manœuvres, fusil verbal chargé de noms d’oiseaux. La coupe est pleine un beau matin quand aux insultes « ordinaires », il ajoute une belle couche de racisme et de menaces de mort : « Casse-toi, pouffiasse, racaille, raclure ! Rentre dans ton pays, sinon je te fusille avant ! Je te découpe et j’envoie les morceaux dans une boîte dans ton pays de merde ! » Qu’en termes galants ces choses-là sont dites… Quelle poésie… Le harcèlement est tel que la dame va finir par porter plainte. Les policiers vont entendre le voisinage : depuis 43 ans, son plus ancien voisin subit les foudres de l’énergumène déchaîné : « Il ne supporte rien d’autre que lui-même. dira le procureur Puyo. Il ne supporte pas les gendarmes, il ne supporte pas ses voisins et surtout, il ne supporte pas ce qui est différent de lui. » L’expertise psychiatrique est révélatrice : personnalité psychorigide, tendance à la surexcitation verbale, logorrhée agressive, incapacité à accepter le discours d’autrui, personnalité pathologique à tendance paranoïaque. Et tout le reste du même tonneau. Bref, Jean se prend pour Dieu sur terre. Le problème, c’est qu’il va bien falloir que le dieu en question redescende et fissa qui plus est : il est condamné à 4 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans ; six mois de suspension du permis. Et surtout, afin que nul n’en ignore, affichage pendant deux mois de la sentence à la mairie d’Aureilhan.

Source: http://www.ladepeche.fr/