Francaisdefrance's Blog

04/01/2012

Régime sec pour les musulmanes…

J’ai retrouvé par hasard cette info que j’avais déjà du publier il n’y a pas très longtemps. C’est au cas où vous l’auriez occultée…

Trop débile…
FDF

.

« Les musulmanes ne peuvent plus toucher de carotte ni de banane » !

Photo d’illustration…

.

Un dignitaire musulman vient de lancer une interdiction très étrange envers les femmes de confession musulmane.

C’est le site égyptien Bikya Masr qui rapporte l’information, un homme a décidé d’interdire aux femmes musulmanes de toucher aux concombres, aux bananes ou même aux carottes, ces légumes qui ont la forme de sexes masculins.

Selon lui, il n’est pas question de leur interdire d’en consommer. Les femmes devront simplement ne toucher à ces légumes qu’une fois que leur forme ne sera plus aussi suggestive. « Si les femmes musulmanes veulent consommer ces légumes et ces fruits, elles ne le pourront que lorsqu’ils seront coupés en morceaux et cela devra être fait de préférence par leur mari ou leur père« , indique ce dignitaire religieux dont l’identité n’a cependant pas été révélée.

Ces propos ont rapidement semé la polémique dans les pays musulmans. De nombreuses personnes se sont indignées sur plusieurs forums en indiquant que cette interdiction est tout simplement ridicule et déraisonnable.

Source: http://www.7sur7.be/

Bonus:

et les kiwis, c’est interdit aussi? (Non, mais je demande, au cas où)…

FDF

26/12/2010

Religion de paix, vous disiez?

Le terrorisme déguisé…

« Spécial dédicace » aux défenseurs de la burqa.

FDF

.

Une ceinture d’explosifs dissimulée sous une Burqa. Au moins 40 morts au Pakistan!


Un attentat-suicide et des raids des forces de sécurité contre des insurgés ont fait au moins 80 morts au Pakistan, samedi.

D’abord, au moins 40 personnes sont mortes lors d’un attentat-suicide contre un centre de distribution alimentaire du Programme alimentaire mondial de l’ONU, dans le district de Bajaur, dans le nord-ouest du pays.

L’attentat a aussi fait une centaine de blessés, dont plusieurs sont dans un état critique.

Des responsables de la police ont confirmé que l’attentat a été commis par une femme.

Certaines sources disaient auparavant qu’il s’agissait d’un homme vêtu d’une burqa.

La kamikaze s’est fait exploser au milieu d’une foule qui attendait de recevoir des rations de nourriture.

Elle aurait d’abord refusé d’être fouillée par des gardes de sécurité avant de lancer deux grenades dans la foule.

Elle a ensuite déclenché son gilet d’explosifs.

La majorité des victimes appartenaient à la tribu des Salarzai, qui soutient l’action de l’armée pakistanaise et a créé une milice pour chasser les insurgés du district de Bajaur.

Un porte-parole des combattants du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP)a revendiqué l’attentat-suicide.

L’attentat a eu lieu à Khar, la principale ville du district tribal de Bajaur, à la frontière de l’Afghanistan, une région où l’armée a déjà par deux fois affirmé avoir vaincu les talibans et combattants d’Al-Qaïda.

Source

29/09/2010

Avec l’islam, la réciprocité n’existe pas… Les preuves.

Et un petit coup de chapeau à Alain Vincenot…Où l’on peut se rendre compte encore une fois que l’islam (avez-vous remarqué que je ne mets jamais de « i » majuscule à islam ?) prône la tolérance mais ne la pratique pas; prône l’amour mais n’en connait pas le sens; prône la paix mais n’existe que par la guerre… En revanche, persécutions, meurtres, châtiments corporels, terrorisme, incitation à la haine de l’Occident, ça, ce sont des préceptes appliqués à la lettre par cette idéologie malsaine. Des preuves tombent tous les jours…

FDF

.

La base de l’amitié n’est-elle pas la réciprocité ? Article à diffuser TRES LARGEMENT

Article paru dans France Soir : Nous le répétons, tous les quotidiens nationaux ou régionaux doivent être boycottés à l’exception de France Soir. Cet excellent article en est une nouvelle preuve.

Auteur de « La Persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde (éd. Michel Lafon), Raphaël Delpard insiste sur « une insupportable réalité » que vivent aujourd’hui les chrétiens dans le monde, notamment dans les pays où l’islam est religion d’Etat.

France Soir : Quelle est la situation des chrétiens aujourd’hui en Algérie ?

Raphaël Delpard : Elle est difficile. Elle est due à la loi du 20 mars 2006 qui entend, pour des objectifs politiques, freiner l’expansion de la chrétienté, notamment évangélique, en réprimant tout prosélytisme. L’Algérie se dote alors d’une police religieuse, comme en Arabie saoudite. Souvenez-vous de cette jeune femme, Habiha Kouider, arrêtée dans un autobus avec une Bible dans sa poche.

F.S. : Un chrétien peut-il accéder à la fonction publique en Algérie ?

R.D. : Non. Les chrétiens ne sont pas admis dans l’administration et encore moins dans l’armée. A peine sont-ils tolérés, ici ou là, dans des emplois très subalternes.

F.S. : Pourquoi les protestants semblent-ils plus visés que les catholiques ?

R.D. : Durant la guerre d’indépendance, l’évêque d’Alger, Mgr Etienne Duval, qui plus tard prendra la nationalité algérienne, ne cachait pas sa sympathie pour le FLN. J’y étais comme appelé. Je me souviens qu’il nous arrivait, lorsque nous étions dans le bled, de lui demander un prêtre pour dire la messe. On n’en a jamais eu un. A l’indépendance, l’Eglise catholique a espéré bénéficier d’une certaine reconnaissance du nouveau pouvoir. En fait, elle a été désagréablement surprise. Notamment lorsque Houari Boumediene, à la fin des années 1960, a entrepris de supprimer toute présence chrétienne dans le pays. Désormais les chrétiens sont indésirables en Algérie.

F.S. : Pourtant la présence chrétienne en Algérie est antérieure à celle de l’islam…

R.D. : Effectivement. A la fin de l’empire romain, les Kabyles étaient essentiellement chrétiens. Puis ils ont été islamisés. Aujourd’hui, beaucoup de Kabyles, soucieux de contrer le pouvoir central arabophone, qui leur a imposé l’arabe comme langue nationale au détriment de la leur, se tournent vers le christianisme. Mais davantage vers le protestantisme que le catholicisme.

F.S. : Quels types de persécutions les chrétiens subissent-ils dans les pays où l’islam est religion d’Etat ?

R.D. : Cela va du statut social inférieur ou de la perte d’emploi à l’assassinat, en passant par la prison, les tabassages, l’enlèvement, la torture, le viol, l’incendie des biens et des lieux de culte…

F.S. : Dans ces derniers pays, en existe-t-il un où on pourrait aujourd’hui construire une église ?

R.D. : Non, aucun.

F.S. : Les chrétiens d’Orient sont donc en train de disparaître…

R.D. : Effectivement. Un exemple. En 1994, ils représentaient 64 % de la population de Bethléem. Ils ne sont plus que 2 %. A Gaza, il n’en reste qu’une poignée. Dans les autres pays, ils partent, fuyant les violences et les discriminations. Ces communautés avaient commencé à se constituer dès la crucifixtion du Christ. Ce sont des chrétiens d’Orient qui ont évangélisé l’Europe. Si les gouvernements et les pouvoirs ne font rien pour les protéger, d’ici cinquante ans, il ne restera plus la moindre présence chrétienne au Proche et au Moyen-Orient. Or ni la Commission des droits de l’homme de l’Union européenne, ni celle de l’ONU (qui ont si violemment critiqué la France sur les Roms, ndlr rebelles.info), dirigée par des musulmans intégristes ne s’en préoccupent.

Propos recueillis par Alain Vincenot.

Ces pays où la tolérance n’existe pas

Le 21 septembre dernier, le procureur du tribunal d’Aïn-el-Hammam, bourgade de Kabylie, située à 150 à l’est d’Alger a requis trois ans de prison ferme à l’encontre d’Hocine Hocini, 44 ans, et de Salem Fellak, 34 ans, deux ouvriers coupables d’avoir rompu d’un casse-croûte le jeûne du ramadan. Le 12 août, sur un chantier, ils s’étaient accordé une pause déjeuner. Arrêtés par la police « en flagrant délit de consommation de denrées alimentaires », ils étaient immédiatement inculpés pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le procès, à Hocine Hocini qui rappelait qu’il n’était pas musulman, mais chrétien, le procureur aurait conseillé de « quitter ce pays, qui est une terre d’islam ». Le verdict sera rendu le 5 octobre.

Toujours, en Kabylie, à Larbâa-Nath-Irathen, quatre autres chrétiens, animateurs d’une église pentecôtiste, devaient comparaître dimanche pour « pratique d’un culte non musulman sans autorisation ». Le procès est reporté au 10 octobre. Le 8 novembre, ce sont huit hommes qui seront jugés par le tribunal d’Akbou pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le mois du ramadan, ils avaient été interpellés dans un fast-food fermé d’Oueellaguen, à une soixantaine de kilomètres de Béjaïa. A Tizi Ozou, ce sont des travaux derrière le mur d’enceinte de l’église protestante qui ont indisposé le préfet. S’appuyant sur « un défaut de permis de construire », il a demandé l’arrêt du chantier.

En 2009, 34 prêtres, séminaristes, religieux ou religieuses ont été assassinés dans le monde, parce que chrétiens. Sans aller jusqu’à la mort, dans bien des pays musulmans le sort des chrétiens n’est guère enviable : statut de dhimmi, autrement dit inférieur bien que la traduction du mot signifie « hôte protégé », interdiction d’entrer dans l’administration, de posséder une Bible, de se convertir, de construire une église, d’assister à un office religieux, conversions par la force… L’année 2010 aura été marquée par une recrudescence des persécutions…

Le 6 janvier, en Egypte, six coptes sont assassinés. Entre le 12 et le 20, en Irak, trois commerçants de Mossoul tombent devant chez eux, sous des balles « inconnues ». En mars, le Maroc expulse plusieurs dizaines d’étrangers accusés de prosélytisme chrétiens. Seize d’entre eux travaillaient dans un orphelinat. En Malaisie, les chrétiens n’ont plus le droit d’utiliser le nom « Allah » pour désigner Dieu dans leurs publications, une coutume pourtant vieille de plusieurs siècles. Au Pakistan, trois hommes sont condamnés à la prison pour blasphème, un autre est brûlé vif devant un commissariat, sans que les policiers n’interviennent…

En 2006, dans une interview au quotidien italien La Stampa, Mgr Velasio De Paolis, à l’époque secrétaire du tribunal suprême de la Signature apostololique au Vatican, affirmait : « Le problème principal est que l’islam est fermé au point de ne pas admettre la réciprocité… En terre d’islam, dès que l’Eglise se présente dans son authenticité, elle est accusée de prosélytisme. » Il ajoutait : « Cela fait plus d’un demi-siècle que l’Occident a des relations avec les pays arabes, et n’a jamais été capable d’obtenir la moindre concession sur les droits humains. »

Alain Vincenot pour France Soir, édition du 27 septembre 2010