Francaisdefrance's Blog

04/01/2012

Notre patrimoine…

J’ai récupéré un magnifique PPS. Je vous laisse le parcourir. Après, vous pourrez vous poser la question à savoir: allons nous laisser ça entre les mains des islamistes ???

FDF

.

Paris 2

16/12/2010

« Il faut partir d’ici le plus vite possible ! » hurlent les commerçants des banlieues.

Fini de rire…

Non seulement ils occupent nos rues mais ils nous chassent de chez nous. On ne va tout de même pas se laisser faire, si? Alors que la résistance s’amplifie! Réveillez-vous !

FDF

.




Banlieues de l’immigration : l’exil forcé des commerçants continue…


Exercer normalement une activité commerciale dans l’une des zones de non-droit que sont devenus les banlieues de l’immigration est désormais devenu impossible.

Ainsi, à Thiais (Val-de-Marne), après les départs de la boucherie, du pressing, de l’auto-école, du magasin Franprix, c’est au tour des  boulangers, victimes d’un braquage à main armée, de chercher à quitter le quartier des Grands-Champs. « Il faut partir d’ici le plus vite possible ! » est désormais le cri de ces artisans lassés de vivre dans la peur et la violence.

Cela fait huit ans que la famille Chariot tient la boulangerie du quartier des Grands-Champs dont elle a pu observer la progressive dégradation.

Aujourd’hui, seule la boulangerie et la pharmacie voisine survivent malgré un chiffre d’affaires en baisse, au milieu des stores baissés et des grues de chantier dans ce quartier de 2000 habitants.

Les derniers commerçants n’ont pas d’autre but que de quitter ce cauchemar. Mais à quel prix ? Car dans un tel contexte les repreneurs ne se bousculent pas ou proposent des prix dérisoires.
Une vie de travail et un patrimoine se voient ainsi sacrifié sur l’autel de l’impunité des bandes ethniques.


Source: Novopress.info

26/09/2010

Islamisation des enfants, ça se fait aussi en France. Et lors de nos journées du Patrimoine, en plus…

L’endoctrinement ne connait pas de frontières… L’islam utilise pour ce faire nos journées du patrimoine. Remarquez qu’un élu, récemment, a dit que les mosquées en faisaient partie… Il lui faudrait un bon stage de citoyenneté, à celui-ci… Je ne cite pas son nom; il s’est reconnu…

FDF

.

Il y a quelque temps on vous apprenait la tentative avortée d’une directrice d’école de vouloir apprendre à ses élèves que les mosquées faisaient parti du patrimoine français, réduisant ainsi la France à ça plus simple expression : celle d’une situation géographique, dans la droite ligne de Tariq Ramadan et ses amis « Indigènes de la république ».

Si vous avez pensé que la France serait plus résistante à cette « invasion patrimoniale » contrairement aux Etats Unis


La mosquée de Rhodez accueille des collégiens !


Rodez. Un dimanche à la mosquée…



« La mosquée de Rodez a dix ans cette année. Jusqu’à ces premières journées du patrimoine, le bâtiment n’a été ouvert que deux fois au public. Hamid Abdelaali, vice président de l’association cultuelle des musulmans de Rodez, explique : « tous les ans, il y avait des visiteurs pour ces journées, mais nous n’étions pas organisés. Quand on reçoit des invités, il faut être prêt ».

Ce week-end, c’était donc la première ouverture officielle dans le cadre du patrimoine et l’association a pu constater qu’elle ne s’était pas préparée pour rien. Le public est venu aussi nombreux que curieux. Des salles de prière jusqu’au thé à la menthe pour conclure la visite il a été question de patrimoine. Architectural, en premier lieu avec l’explication du Mihrab, la niche dans l’axe du bâtiment qui indique la direction de la Mecque ; le Minbar, juste à côté, où l’imam fait son sermon le vendredi. Patrimoine historique en rappelant que même si elle n’a que 10 ans la mosquée de Rodez a été la première construite en Midi-Pyrénées.

Modeste ambition

Patrimoine humain et sentimental avec le diaporama de sa construction : « Elle a été entièrement financée et construite par les fidèles, certains de la première génération, aujourd’hui disparus », précise Hamid. Culturel ensuite avec la présentation des cinq piliers de l’Islam, dans la salle polyvalente. C’est là qu’il y a le plus d’échange entre les visiteurs, à 80 % non musulmans, et les membres de l’association. Culturel aussi avec la découverte de l’écriture arabe où chacun est invité à écrire son nom avant de passer au patrimoine culinaire qui signifie la fin de la visite.

Hier, le public était invité à partager tous ces patrimoines. L’association qui avait affiché avoir la « modeste ambition de dessiner le chemin du vivre ensemble » est arrivée à ses fins en n’oubliant pas non plus le patrimoine de l’hospitalité.


Un lieu de savoir…

L’association cultuelle des musulmans de Rodez (ACMR) a plusieurs missions. Hamid Abdelaali, rappelant qu’une mosquée est aussi un lieu de savoir, précise que l’association assure l’initiation à la langue arabe et l’enseignement de l’histoire et des principes de l’Islam. Elle organise aussi des visites pour les collégiens, une des façons de « faciliter la compréhension de l’Islam à tous nos concitoyens français ». »

Lu dans :  ladepeche.fr (via extrecentre.org) (J’ai rectifié les fautes d’orthographe, ceci-dit en passant… FDF)