Francaisdefrance's Blog

30/12/2011

En Ouganda, on attaque les évêques chrétiens à l’acide !

Si vis pacem, para bellum…

(Si tu veux la paix, prépare la guerre)

Là, je sors de mes gonds. Depuis le temps que je bouillonnais tout seul dans mon coin… Alors, j’ai quelques mots à dire aux musulmans:

Ne nous cassez plus les pieds avec votre « religion » d’amour, de paix et de tolérance… Faites le ménage dans vos troupes, d’abord.

Comment réagir face aux actes barbares de cette bande de demeurés musulmans qui se revendiquent de votre confession? Sinon par le dégoût et la haine.

Islamistes intégristes, vous ne nous faites plus peur; vous nous écoeurez de plus en plus. Attention à notre Riposte. Il n’y a pas bien longtemps, on nommait ça de la Résistance. Mais au vu de ces évènements de plus en plus fréquents et de plus en plus cruels de votre part, la Riposte va prendre le relai. Ce n’est pas une menace; c’est de la légitime défense.

Tenez vous prêts ou barrez vous. Vous avez encore le choix, mais plus pour bien longtemps…

Je prends souvent la température de ceux que vous opprimez et harcelez sans cesse; c’est montré d’un cran… « Chaud devant ! »

Une nouvelle croisade est sous-jacente… Et elle débutera chez nous, en terres chrétiennes, pour se faire la main.

FDF

.

L’évêque (protestant) Oumar Mulind, auparavant fils de cheikh mais aujourd’hui converti au christianisme a été attaqué à l’acide, la veille de Noël, le samedi 24 décembre 2011, à environ 10 km de Kampala.

Alors qu’il venait participer à la fête de Noël en compagnie de centaines de nouveaux convertis, des individus se faisant passer pour des chrétiens l’approchèrent, et l’un d’eux l’interpella : « Pasteur, pasteur ! ».

« Je me suis retourné, et il m’a versé un liquide sur le visage, pendant que d’autres m’en versaient sur le dos ».

Le pasteur Mulinde, attaqué à l’acide

le 24 décembre 2011.

Les assaillant se sont alors enfuient en criant : « Allahou Akbar !« .

L’acide a rapidement causé de graves ravages, les brûlures ne cessant de se répandre, de plus en plus profondément.

Grièvement brûlé, il est transporté sur le champs par un voisin à l’hôpital de Kampala, la gravité des blessures exigeant des soins spéciaux. Son visage, son cou et ses bras portent encore d’effroyables cicatrices noirâtres dues à l’acide. Il a en outre perdu un œil, tandis que l’autre est plus légèrement touché.

Selon une chrétienne de Baluku, la victime aurait besoin d’être transférés vers des hôpitaux plus spécialisés, sans quoi il risque de perdre ses deux yeux. »

« Je suis né dans une famille musulmane, mais j’ai bien fait de me convertir au christianisme » […] « J’ai mené une campagne d’évangélisation pacifique ».

« J’ai reçu plusieurs menaces, et cette dernière est la pire » […] « J’ai porté les marques de Jésus ».

Mulinde est marié, et père de six enfants, âgés de 14, 12, 8, 6 ans, ainsi que des jumeaux de 3 ans.

La police aurait arrêté un suspect, qu’elle n’a pas voulu nommer.

Mulinde n’en n’est pas à sa première épreuve :
Lorsque qu’il s’est converti au christianisme, sa famille la chassé à coups de gourdins et de machettes. Depuis, il a subis de nombreuses attaques qui ont bien failli lui coûter la vie.

En 1994, il manque de se faire tuer. Une flaque de boue ou il s’est étalé lui évite de peu une balle qui lui était destiné, et ses assaillants ce sont enfuit, croyant l’avoir tué.

En 1995, il est attaqué à coups de gourdins, mais parvient à s’échapper.

En 1998, il est à nouveau attaqué près de Jinja Kangulomila.

En 2000 à Masaka, un fonctionnaire soudoyé précisa l’endroit où se tenait une réunion, et des musulmans firent irruption dans la pièce, non sans avoir battu le pasteur Mulinde jusqu’à ce qu’il en perde conscience.

En 2001, à Busia, toujours lors d’une réunion, un musulman tente de le tuer à l’aide d’une épée.

en Octobre 2011, il avait reçu des menaces de mort … suite à quoi il avait déménagé.

Malgré, tout, il a juré de continuer la lutte jusqu’au bout.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

11/10/2011

L’apostat Iranien: SOS Francophobie réagit…

Et moi aussi.

Suite au billet concernant la condamnation à mort pour apostasie du pasteur Iranien (http://tinyurl.com/3ecqqkz), je reprends le courrier que Sos Francophobie a écrit à l’intention du président Sarközy, en souhaitant que ce dernier soit à l’écoute de ce nouveau cas de christianophobie et du mépris des droits de l’homme ainsi que de la liberté de religion.

N’oublions pas que l’islam, même d’Iran, est une « religion » de tolérance…

FDF

Relayez ce courrier au maximum; merci.

.

Voir: Lettre au Pdt de la République pour le prêtre Iranien!

05/01/2011

Les évangéliques sont surtout présents en Kabylie.

Depuis quelques années, des Algériens, notamment en Kabylie, se convertissent pour devenir chrétiens. Que cache cette reconversion ?

L’article 2 de la Constitution algérienne précise que l’islam est la religion de l’Etat. A ce titre, il interdit aux Algériens d’embrasser une autre religion, sous peine d’être jugés pour apostasie. Mais, malgré cette loi, il y a eu très peu d’affaires portées devant la justice et jamais de condamnation à mort. Pour rappel, dans d’autres pays musulmans, une conversion équivaut à une peine de mort. Il existe en Algérie 50.000 adeptes de l’église évangéliste, dont 10.000 pratiquants regroupés en 33 communautés. Ces chiffres ne sont pas confirmés. Toutefois, les conversions se sont accélérées ces dernières années. Un état de fait qui a poussé le gouvernement algérien a voté en février 2006, une nouvelle loi régissant les cultes non musulmans. La loi prévoit « deux à cinq ans de prison ferme et une amende de 5 000 à 10 000 euros contre toute personne qui incite, contraint ou utilise des moyens de séduction visant à convertir un musulman à une autre religion ».

Le christianisme en Kabylie remonte à 1888, lorsque trois Kabyles furent présentés et baptisés par le pape Léon XIII. Dès lors, la jeune Eglise de Kabylie, intégrée dans les diocèses d’Alger et de Constantine, se développa sans bruit. Il faut signaler que dès 1828, l’Evangile commença à être traduit en kabyle. En fait, la présence des chrétiens, toujours en très petit nombre, n’a jamais réellement cessé en Algérie. Au XIe siècle, l’Emir du fort des Bani Hammad et de Bougie prend même l’initiative d’envoyer à Rome un prêtre pour le faire consacrer évêque par le pape Grégoire VIII pour les chrétiens de Bougie. La présence chrétienne en Kabylie est due en partie aux Pères Blancs et aux Sœurs Blanches qui opérèrent dans les zones de Kabylie éloignées des routes et dépourvues d’écoles primaires. En 1955, un rapport pastoral avance le chiffre de 230 familles kabyles converties à Alger, soit 940 personnes, auxquelles il faut rajouter les 300 personnes des villages voisins.

500% de rendement Nous vous apprendre comment faire des Profits Réels en temps réel www.XForex.com/Formation-Complete
Rencontrer des Marocaines + 500 000 Marocaines célibataire en France. Inscription 100% Gratuite ! Mektoube.fr/Femme-Marocaine

Des débuts hésitants pour les évangélistes en Algérie

Mais ces dernières années, l’amalgame entre chrétiens appartenant à une église réformée et les évangélistes est souvent fait. Il faut mentionner que les évangélistes ont commencé leurs propagandes en Algérie dès les années 70. Ils ont commencé à sévir d’une manière marginale, discrète, presque clandestine. Les principaux vecteurs à l’époque étaient des étudiants sub-sahariens appartenant à l’église méthodiste. Ils distribuaient des documents en langue française dans les universités. Les premières conversions furent effectuées dans les Ouadhia, une commune d’Algérie dans la région kabyle. Par ailleurs, l’église des Ouadhia officie en toute légalité. Selon le quotidien algérien « Ennahar » du 16 août passé, six algériens sur 10.000, en majorité des jeunes, se convertissent au christianisme. Selon un rapport des Affaires étrangères américaines, le nombre des non musulmans en Algérie serait d’un demi-million, en majorité dans la région de la Kabylie. Les missionnaires ciblent surtout les universités et les familles pauvres.

Le phénomène est devenu inquiétant à partir des années 2000. Au sortir d’une crise intestine, le terrorisme qui a ravagé les régions, les familles et la société entière a su profiter aux missionnaires. En l’espace de quelques années, la conversion de plusieurs milliers de musulmans interpelle alors par le passé, et sur plusieurs décennies, les évangélistes ne sont jamais arrivés à des résultats encourageants. 35 millions d’Algériens sont restés attachés à l’islam. Le christianisme n’a jamais pu déloger l’Islam de l’Algérie, même après 130 ans de colonisation française, et même au plus fort de la politique d’évangélisation du cardinal de Lavigerie. Ce dernier était le fondateur de la société des missionnaires d’Afrique, soit les Pères blancs en 1868 et a été archevêque d’Alger de 1867 à 1892.

Suite: Les évangélistes en Algérie http://societemonde.suite101.fr/article.cfm/les-evangelistes-en-algerie–pourquoi-les-algeriens-changent-ils#ixzz1A6h5zDI2

09/10/2010

Le projet de mosquée d’ Annemasse en débat. Débattez, débattez…

150 personnes… Preuve que le sujet intéresse un tas de monde… Tolérance, respect, nation, Si ils veulent un coup de main pour la première pierre, je verrai si j’ai un moment de libre. Et puis d’ici là…

FDF

.

Jeudi soir, environ 150 personnes ont assisté au débat organisé par la municipalité d’Annemasse sur le thème “république laïque et liberté des cultes”. Il s’agissait en fait de discuter du projet de mosquée souhaité depuis des années par le CCMA (Centre culturel des musulmans d’Annemasse). Les musulmans de l’agglomération annemassienne n’ont pas de *lieu de culte digne de ce nom.

Les 12 maires et membres du bureau d’Annemasse Agglo ont rédigé une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent à faciliter les choses au plan technique et administratif. Le texte mentionne un protocole d’accord à conclure avec les responsables de la mosquée, demandant que le projet s’inscrive dans le« respect de la primauté de la nation, respect des valeurs de tolérance mutuelle, respect de l’indépendance des cultes et non ingérence de ces derniers dans le domaine politique.»

Outre les responsables du CCMA et l’imam de la mosquée, le curé, le pasteur et le rabbin ont participé à ce débat.

Source: http://tinyurl.com/26l4r9c

*Attention! Loi de 1905 !!! L’Etat ne subventionne aucun culte… Alors, c’est bien un lieu de culte et/ou une mosquée, non? Les maires présents s’engagent à « faciliter les choses au plan technique et administratif »… On sait ce que cela veut dire… Un « petite enveloppe », en fait. Attention au Tribunal Administratif !

FDF

14/09/2010

Affaire du pasteur Terry Jones: rien de mieux que la menace d’une bombe pour se faire respecter…

Billet repris à Richard Martineau (Franc-parler)… Chapeau bas…

FDF

.

11 Septembre 2010


Pauvres chrétiens!

C’est aujourd’hui (11 septembre) que Terry Jones (pas le membre des Monthy Python — l’autre comique, le pasteur fêlé de Floride) devrait — ou non — brûler des exemplaires du Coran pour protester contre la construction d’une mosquée à côté de Ground Zero.

Qui a dit que l’Occident n’acceptait pas la diversité ?

Le sosie du Capitaine Higliner n’avait même pas encore acheté ses allumettes que déjà, la communauté internationale le pointait du doigt.

Barack Obama, le général des forces armées de l’ONU, le pape, Stephen Harper — tout le monde s’est empressé de dénoncer son geste.

Ne manquait plus que Stéphane de Normétal.

DES ENFANTS CRUCIFIÉS

Pendant ce temps, les chrétiens vivant en Arabie saoudite ne peuvent pratiquer publiquement leur religion sous peine d’emprisonnement.

Les chrétiens sont persécutés en Corée du Nord, en Iran, en Somalie, en Inde, en Irak, en Afghanistan, au Nigéria.

En 2004, un prêtre catholique a été assassiné en Inde par des extrémistes hindous qui l’accusaient de prosélytisme. Le pays de Gandhi n’est pas tendre envers les chrétiens. On y a agressé des pèlerins, saccagé des couvents, incendies des églises, forcé des catholiques à se convertir à l’hindouïsme…

En Irak, il y a deux ans, des militants musulmans ont crucifié des enfants catholiques pour terroriser leurs parents et les inciter à fuir le pays.

Certains, âgés d’à peine 10 ans, ont été enlevés et tués, puis cloués sur des croix de fortune près de chez eux pour terrifier et tourmenter leurs parents.

Un enfant a été décapité, brûlé et laissé sur le pas de la porte de sa mère, juste parce que ses parents étaient chrétiens.

TENDRE L’AUTRE JOUE

C’est pire que de brûler des livres, ça !

Or, qui parle pour les Chrétiens persécutés ? Qui prend leur défense ?

Il faut dire que les chrétiens ne sont pas intimidants.

Ils ne se font pas sauter dans des marchés publics quand on se moque de leur dieu. Ils ne menacent pas le monde entier de représailles dès qu’un caricaturiste ridiculise leur prophète.

Ils n’égorgent pas des enfants, ne promettent pas de mettre le feu à des hôtels, ne dansent pas dans les rues en chantant à tue-tête quand des innocents se jettent du haut d’un gratte-ciel de 110 étages pour échapper aux flammes…

Les chrétiens se contentent de présenter l’autre joue…

C’est ça, leur faiblesse.

S’ils prenaient les nerfs et faisaient couler le sang dès que quelqu’un les attaque, Barak Obama et ses copains les défendraient peut-être avec autant d’empressement qu’ils ont défendu les musulmans cette semaine…

UN PARALLÈLE BOÎTEUX

Je sais ce que certains vont me dire : ce n’est pas vrai que les chrétiens ne sont pas menaçants, certains ont tué des médecins qui pratiquaient des avortements…

Comment peut-on faire ce parallèle ? Ces assassinats étaient des gestes isolés commis par des crack-pots. Pas des persécutions systématiques commises — ou cautionnées — par des États !

Vous en voyez beaucoup, vous, des chrétiens qui dansent dans les rues quand un médecin avorteur se fait tirer dans son salon ?

RESPECT

Si l’Occident a fait pression sur le pasteur Jones, cette semaine, c’est parce que l’Occident avait peur des représailles.


Conclusion : le terrorisme fonctionne.

Rien de mieux que la menace d’une bombe pour se faire respecter…

07/08/2010

Trop de musulmans convertis au christianisme: un pasteur abattu au Daguestan!


MAKHATCHKALA

Dans l’actualité des persécutions antichrétiennes, EuropeNews révèle que le pasteur Arthur Suleimanov, 49 ans, a été abattu le 15 juillet dernier alors qu’il sortait de son église située en République du Daguestan.

Selon EuropeNews, le religieux était menacé pour son grand nombre de conversions au christianisme au sein de la population musulmane. Arthur Suleimanov avait fondé l’une des plus importantes communautés protestantes du Caucase du Nord : son église comptait près de 1000 fidèles, dont près de 80 % de musulmans convertis.

Le Daguestan compte 2,6 millions d’habitants, dont 91 % de musulmans. Ce pays, situé dans les montagnes du Caucase et frontalier avec la Tchétchénie, est souvent au carrefour des conflits entre la Russie et les séparatistes islamistes tchétchènes.

Source: Novopress.info, 2010

(Merci de l’info à JLB…)