Francaisdefrance's Blog

14/03/2012

Allocution de la candidate Marine Le Pen à Hénin-Beaumont !

.

Allez; commencez la journée par ça. Ce qui devrait vous mettre de bonne humeur.

Flamby et Sarkö devraient commencer à se ronger les ongles…

FDF

.


02/03/2012

Appel aux Français !!!

J’ai regardé, comme des millions de téléspectateurs, l’interview de Marine Le Pen hier soir…

Je trouve honteux que la seule candidate qui puisse redonner son identité à NOTRE France, sa vraie valeur à NOTRE patrie et le moral aux Françaises et aux Français ne puisse atteindre la barre des 500 parrainages de maires pour pouvoir se présenter.

« ON » se charge bien de l’empêcher d’y parvenir… Les maires subissent des pressions d’on ne sait trop que de qui (un maire UMP d’un village me l’a confirmé au téléphone…). Même au sein des mairies de France, la démocratie et la liberté d’expression sont bafouées.

Marine annonce à ce jour manquer de 50 parrainages validés. 50 maires à qui il faut faire comprendre que c’est l’intérêt de la France dont il s’agit. Il reste DIX jours ouvrables pour réunir ces 50 parrainages même voire plus de 50. DIX jours, ça va très vite.

Alors, ce jour, je prends la plume le clavier  pour lancer un appel aux Français de toutes confessions politiques ou religieuses pour aller rencontrer leurs maires respectifs afin de leur faire comprendre que le duel ne doit pas se résoudre à deux personnages dont l’un a déjà fait ses tristes preuves et a réussi à mettre NOTRE France au rang des « relégables » et dont l’autre, fort de son incompétence, va nous mener droit dans le mur à coup de promesses non tenues interposées. 

  Une preuve: toutes les promesses de l’un ou de l’autre ne seront appliquées que dans SIX mois, au mieux. Pas trop de risque, les deux coqs de bataille… Dans six mois, les législatives auront parlé…

Aux maires, je leurs dit de ne plus se laisser influencer par des menaces à peine voilées. Vous être les premiers magistrats de votre commune et vos administrés vous regardent. Ces mêmes administrés qui vont j’espère venir vous voir très prochainement. Ceux qui ont compris où était la bonne voie pour une France requinquée. Ecoutez ce qu’ils ont à dire. C’est de la démocratie, aussi.

Ils ne vous ont pas élu pour vous écouter; ils vous ont élu pour que VOUS les écoutiez. Tenez bien compte de cela.

Si vous avez une clef USB, téléchargez ceci: http://www.marinelepen2012.fr/   Et montrez le à votre maire sur son ordi si besoin.

DIX jours, ça va très vite.

.

Bonne chance à toi, Marine.

FDF

23/02/2012

Soutien de Brigitte BARDOT à Marine Le Pen, appel de Jean-Jacques BOURDIN pour la pluralité et la démocratie !

Le refus du Conseil Constitutionnel concernant la fin de la « transparence » des signatures des maires pour les présidentielles était prévisible. Ses conséquences aussi…

Ca remue. Et je pense que ce n’est pas terminé.

FDF

.

Marine Le Pen suivie dans sa dénonciation de l’abattage halal.

.

Extraits choisis…

SIGNATURES DE MAIRES

Le 22 février 2012

Cher(e)s Ami(e)s,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un extrait de l’article de l’Express daté du 22 février 2012 qui évoque l’appel de Brigitte BARDOT aux maires de France pour qu’ils parrainent la candidature de Marine Le Pen.

Voici également le lien hypertexte de l’intégralité de l’article : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bardot-appelle-les-maires-a-donner-leur-signature-au-fn_1085123.html

Sur ce même sujet, vous trouverez ci-joint le communiqué de presse manuscrit, rédigé par Brigitte BARDOT:

Article BARDOT

Article BARDOTEnfin, le journaliste de RMC Jean-Jacques BOURDIN mène une  » campagne  » auprès des Maires de France sur son antenne afin que ces derniers parrainent les candidats ayant des difficultés à réunir les 500 signatures. Evidemment, cet appel n’est pas spécifique à Marine Le Pen, mais un tel appel venant d’un journaliste indépendant dont les audiences sont importantes peut convaincre un certain nombre d’élus.

Voici le lien qui mène sur le site de RMC, faisant référence à cet appel; en cliquant sur le lien, vous soutiendrez numériquement cette initiative : http://www.rmc.fr/front_office/static/dossier-special/petition-parrainages-bourdin/merci.html .

Source: Front National

07/02/2012

Marine Le Pen: « Une Ville Rose dans une France bleu marine, voilà ce que je veux » !

Photo: Le Figaro

.

C’est bien sur à Toulouse que Marine a lancé cette interpellation. J’ai pu voir le reportage du meeting.

Que du bonheur, malgré les lignes clairement dirigées contre la présidente du Front National écrites par un journaliste « impartial » ci-dessous…

FDF

.

« La candidate du Front National maîtrise la mise en scène. Arrivée les bras ouverts à la manière de son père, discours en mouvement détachée du pupitre, effet de scène, interpellation fréquente de l’assistance et conclusion entourée d’enfants. Dans son registre, elle a hier à Toulouse devant un petit millier de personnes, défendu sa position de candidate antisystème. Elle s’est pour cela largement appuyée sur la presse dominicale.

La une du Journal du Dimanche : « Quel aveu du système ! La classe politique a fait un rêve ! »

La une du Journal du Dimanche du 5 février lui a assuré une entrée en matière toute trouvée. « Si elle n’est pas là… » titrait l’hebdomadaire. « Quel aveu du système ! La classe politique a fait un rêve ! », lance Marine Le Pen. Elle enchaîne sur une classe politique qui l’accuse de bluffer au sujet des parrainages et qui essaie de « nous faire passer pour des menteurs ». « Plus jamais vous n’autoriserez un membre de cette clique à vous donner des leçons de démocratie. Ils n’ont pas peur de moi. C’est vous, peuple de France, qu’ils cherchent à faire taire ! ».  Voilà pour la revue de presse. Quelques instants plus tard, après avoir lu un passage de la Constitution, elle la déchire et la jette au sol pour symboliser l’attitude de « l’establishment » qui ne respecte pas ses principes. Devant un fond de scène représentant Toulouse, elle ponctue d’un : « Une Ville Rose dans une France bleue Marine, voilà ce que je veux ».

Par quelle perversion du cœur et de l’esprit devrions-nous oublier que les Français sont chez eux en France ? Nous avons le droit que la France reste la France

Dans le premier temps de son discours, Marine Le Pen mouille droite et gauche sur le plan économique, les tenant pour responsables de la dérèglementation du système bancaire, de la privatisation de grandes entreprises et en somme d’avoir « remis les clés de  la France aux financiers ». La candidate du Front National n’accepte pas non plus la « soumission à des puissances étrangères » comme le Qatar. « Ils font des courbettes aux Emirs, se soumettent à un pays qui finance des djihadistes en Syrie et en Lybie et il faudrait le laisser investir dans nos banlieues ? » Face à ses adversaires pieds et poings liés, elle s’affirme comme une candidate « libre ». « Je terrorise le système par ma franchise », juge-t-elle.

Discours sur l’ordre et la sécurité, au pupitre cette fois

La « soumission aux maîtres de la finance » laisse place par la suite à un discours plus programmatique sur les marqueurs traditionnels de la sécurité et de l’ordre. La candidate ne quitte plus alors le pupitre. « Rien n’a changé en matière de lutte contre le désordre. Je veux rétablir l’ordre républicain partout sur le territoire et en finir avec le laxisme. » Faisant de la sécurité et de la justice ses priorités, la candidate a alors évoqué sa volonté d’instaurer l’injonction civile interdisant « aux voyous de revenir sur les lieux de leurs forfaits » et de démanteler les bandes. Mais elle a aussi fustigé au plan économique un trop grand nombre de règles qui « tuent la volonté d’entreprendre » et « la flexibilité du travail qui est un piège ». Evoquant la situation des jeunes, elle propose « un chèque premier logement » pour ceux voulant accéder à la propriété pour la première fois.

Marine Le Pen a bouclé son meeting toulousain sur les valeurs et le patriotisme en s’érigeant en libératrice. Pointant « l’abandon de la laïcité », elle a estimé que « nous devons être fiers de notre histoire, de notre culture ». Avant de demander : « Par quelle perversion du cœur et de l’esprit devrions-nous oublier que les Français sont chez eux en France ? Nous avons le droit que la France reste la France ».  »

Source: http://carredinfo.fr/

12/01/2012

Présidentielles 2012: le dessous des parrainages…

Voici une information des plus intéressantes à moins de 100 jours des présidentielles…

Je transmets à qui de droit…

FDF

.

Parrainages pour la « Présidentielle 2012 ».


IL FAUT QUE CETTE INFORMATION CIRCULE ! En fouillant dans les archives des travaux parlementaires, on fait parfois des découvertes surprenantes autant qu’intéressantes. Par exemple celle d’une « Proposition de Loi organique » concernant l’élection présidentielle de 2012, présentée par le Sénateur Jean-Louis MASSON (Moselle) et enregistrée à la Présidence du Sénat le 7 octobre 2011. Soit une semaine après que la nouvelle majorité de gauche eut élu un président socialiste et une vice-présidente musulmane.

Cette proposition, complètement occultée par les médias –et même par l’UMP d’ailleurs- prévoit pourtant :
1. d’inclure automatiquement dans les candidats à la présidentielle ceux dont la formation de rattachement a recueilli au moins 5% au premier tour de la Législative précédente ;
2. de rendre anonymes les parrainages.
(voir le texte intégral en fin d’article)
Intéressant, non ?
Or, cette proposition, « tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle », a été enterrée par la nouvelle présidence de gauche élue le 1er octobre 2011 et, apparemment, aucune publicité n’en a été faite tant par les médias que par la nouvelle opposition sénatoriale. Aucune discussion, et encore moins d’étude en commission, ne lui a été consacrée.
Elle est pas belle, la démocratie  de l’UMPS !
En voici le texte intégral :
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle,
PRÉSENTÉE
Par M. Jean Louis MASSON, Sénateur
EXPOSÉ DES MOTIFS
Mesdames, Messieurs,
La publication de la liste des parrainages des candidats aux élections présidentielles porte atteinte au secret d’une partie du processus électoral et par contrecoup, à la liberté du vote. Il ne sert à rien que le vote soit secret pour empêcher les pressions sur les électeurs si dans le même temps, la publicité des parrainages permet des pressions pour écarter certaines candidatures.
Des milliers de maires et autres parrains potentiels déplorent le détournement de la procédure des parrainages. En effet, le but officiel est d’éviter la multiplication des candidatures marginales ou fantaisistes.
Cependant, depuis que la liste des parrains est publique, les grands partis politiques et le microcosme parisien font croire à l’opinion que le parrainage est un soutien politique.
De ce fait, en 2002 et en 2007, de multiples pressions ont été exercées : chasseurs à l’encontre des parrains d’un candidat écologiste, chantage aux subventions départementales selon l’orientation politique des parrainages, exactions diverses contre les parrains d’un candidat d’extrême droite…C’est inacceptable.
Dans ses « observations sur les échéances électorales de 2007 » publiées le 7 juillet 2005, le Conseil constitutionnel avait évoqué les élections présidentielles en soulignant à nouveau que la législation en vigueur « n’avait pas empêché en 2002, un nombre sans précédent de candidats ». À juste titre, il rappelait qu’une telle situation comporte « des inconvénients tant pour la clarté et la sincérité des opérations électorales que pour l’organisation matérielle et le contrôle de ces opérations ».
Les règles actuelles fixent à 500 le nombre des parrainages requis pour être candidat. À l’origine, ce nombre n’était que de 100 parrainages mais face aux dérives constatées, il fut relevé en 1976. Aujourd’hui, certains préconisent une solution simpliste, consistant à faire passer ce nombre à 1 000. Ce serait une atteinte grave à l’expression démocratique du suffrage universel.
En effet, s’il convient d’éviter une multiplication anarchique des candidatures, il faut aussi veiller à ce que des courants de pensées représentatifs ne soient pas empêchés d’avoir un candidat. Le problème existe d’ailleurs déjà avec le seuil des 500 parrainages actuellement en vigueur. L’expérience de 2002 a notamment prouvé que les candidats les plus représentatifs ne sont pas ceux qui rassemblent le plus facilement les parrainages nécessaires.
En 2002, malgré le filtre des parrainages, il y a eu 16 candidats. Parmi eux, 9 ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés. M. Gluckstein est arrivé bon dernier avec seulement 0,47 % (132 686 voix sur 28 498 471).
Bien que sa représentativité ait été quasiment nulle, il avait pourtant obtenu très rapidement les parrainages requis ; il en avait même beaucoup plus que nécessaire. M. Le Pen est lui, arrivé deuxième au premier tour avec 4 804 713 voix, soit 16,86 % des suffrages exprimés (36 fois plus que M. Gluckstein). Malgré cette représentativité incontestable, il avait rencontré d’énormes difficultés pour rassembler les parrainages requis.
Ainsi, le système actuel des parrainages n’empêche pas les candidatures fantaisistes ou marginales tout en risquant d’exclure des courants de pensée figurant parmi les plus importants. La présente proposition de loi organique poursuit donc un double objectif :
– d’une part, rétablir le principe du secret des parrainages afin d’éviter toute possibilité de pressions ou de représailles sur des parrains potentiels.
– d’autre part, prévoir à titre alternatif, que tout parti peut présenter un candidat s’il a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour des précédentes élections législatives.
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
Article 1er
Après le troisième alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel inclut également dans la liste des candidats toute personne présentée par un parti ou groupement politique qui a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour de la dernière élection législative. Ce pourcentage est calculé sur la base des déclarations de rattachement des candidats à l’élection des députés prévues au cinquième alinéa de l’article 9 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988. »
Article 2
Le dernier alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel est ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel ne rend pas publics les noms des citoyens qui ont proposé les candidats inscrits sur la liste. »
Voir :
http://www.senat.fr/leg/ppl11-007.html
http://www.senat.fr/senateur/masson_jean_louis01060r.html

http://www.senat.fr/propositions-de-loi/masson_jean_louis01060r.html

Source: http://www.legaulois.info/