Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Excellente nouvelle! Houria Bouteldja : le parquet fait appel !

Là, je vais en déboucher une, de bouteille de champ. Si vous en aviez la possibilité géographique, je vous inviterais. Tant pis; quelques flûtes à votre santé! Mais il est un peu tôt. Je vais attendre midi…

Celle qui « nique la France » voit la France lui retourner le compliment.

La « Zouria Bouteldja » va repasser en cour d’appel. Il est vrai que sa relaxe était une gifle à tous les vrais Français. Et c’est nous les racistes… Preuve que non.

Et pourvu que cette affaire fasse jurisprudence. Ca rabattrait le caquet à bien des adeptes du racisme anti-blancs.

FDF (soulagé)…

.

L’AGRIF nous apprend cette bonne nouvelle :

Le parquet de Toulouse n’accepte pas non plus la relaxe d’Houria Bouteldja et fait appel .

Suite à l’appel interjeté par l’Agrif à l’encontre du jugement vraiment surprenant rendu le 25 janvier 2012 par le Tribunal correctionnel de Toulouse, le procureur de la République a décidé de reconnaître et d’accompagner notre démarche très légitime en exerçant son droit de recours devant la Cour d’Appel.

Il considère en effet que le jugement du tribunal présidé par monsieur Guillaume Roussel est d’abord entaché de graves irrégularités de forme notamment en ce qu’il s’appuie sur les déclarations de témoins recueillies en dépit des règles les plus impératives du code de procédure pénale.

Il observe ensuite que le jugement n’a pas du tout pris en compte les termes de la plainte de l’Agrif selon laquelle la communauté évidemment identifiée, désignée et injuriée est bien celle des « blancs » ; « ces blancs », qu’ « il faut rééduquer », qu’ « il faut bien nommer », et qu’Houria nomme en effet : « moi, je les appelle des sous-chiens ».

Est-il vraiment croyable que l’on n’ait pas saisi le réciproque renforcement injurieux de ces propos additionnant :

–         le dédain menaçant : « ces blancs »  qu’ « il faut rééduquer ».

–         le mépris pour ces moins que rien : « ces blancs, il faut bien les nommer ».

–         le racisme dégoulinant : « moi, je les appelle des sous-chiens ».

Qui, sérieusement, pourrait prétendre ne pas voir là l’expression d’une venimeuse haine raciste ?

L’Agrif attend désormais avec confiance de la Cour d’Appel de Toulouse la juste condamnation d’Houria Bouteldja.

Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

Merci à JC JC…