Francaisdefrance's Blog

02/01/2011

Noël à l’envers en Avignon.

La racaille maghrébine crache sur la chrétienté en Avignon. Et on laisse faire ça? Dément.

FDF

.

Eglise brulée Prenez le temps de lire cet hallucinant témoignage. C’est comme un conte de Noël à l’envers, où tout le mystère et toute la grâce de la nuit de l’Enfant – la nuit du Dieu fait homme –, est remplacée ici par des crachats, des jets d’urine, des arbres et des voitures brûlées autour d’une petite église de Provence, pour terroriser ses paroissiens… Le jeune curé se révolte, dans l’indifférence de la presse et des pouvoirs publics. Il est pourtant le seul en Avignon à se préoccuper de la sécurité des personnes et du bien commun : des jets de pierre aux couteaux, aux grenades, aux bombes, aux Toussaints sanglantes de Bagdad, il n’y a pas de différence de nature mais seulement de degré… Quand les petits voyous maghrébins d’Avignon auront 20 ans, si nous continuons de nous taire, ce n’est plus seulement aux arbres et aux voitures qu’ils mettront le feu, avec la bénédiction d’Allah !

Des semaines et des mois “d’incivilités”, comme il sied de dire aujourd’hui. Des semaines et des mois de jets de pierre et de pétards dans les jambes de ceux qui se rendent à la Messe ou qui viennent entretenir notre église. Des tags et autres graffitis dessinés à la peinture rouge sur toute une façade. Des inscriptions vantant les mérites de telle ou telle communauté. Des jets de bouteille d’alcool divers contre les murs et, après chaque week-end, le ramassage des débris en espérant que personne ne sera tombé et blessé sur un tesson.

Une entrée d’église prise pour un urinoir et qu’il faut nettoyer chaque matin. Des jets d’excréments contre les murs de l’église et ce régulièrement, une fois par semaine environ, avec ce que cela représente en tant que symbole, mais aussi en tant que difficulté pour faire disparaître une telle souillure. Un porche d’église maculé de tout ce qui peut se manger, emballages de nourriture de Fast Food ou biscuits apéritifs, paquets de cigarettes vides, etc. Des jets de pierre dans les vitres sans doute avec l’espoir de finir par arriver à en achever une.

Ils n’ont pas l’âge du permis, mais s’autorisent à terroriser.

Des tirs de ballon au moment de l’office mais aussi des jets de bâton, sans s’inquiéter du fait que cela puisse blesser physiquement quelqu’un. Des rodéos avec des voitures volées sur le parking, au début uniquement la nuit mais maintenant aussi en plein jour. D’ailleurs, un petit bébé a failli être blessé avec sa nounou il y a quelques jours, frôlé par une voiture conduite par deux personnes manifestement pas en âge d’avoir le permis. C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de victimes.

Des barreaux aux fenêtres tordus, un robinet d’arrosage volé, des bloque-portes disparus, des boites aux lettres forcées dernièrement. Deux voitures flambées tout contre l’église depuis le début de l’année, une première tentative d’incendie volontaire en s’en prenant au tableau d’affichage extérieur, et cette nuit une deuxième tentative en incendiant un cyprès de 10 mètres situé tout près de la porte du presbytère. Voilà en quelques lignes le quotidien de notre paroisse Saint-Jean-Baptiste à Avignon.

“Incivilités” ? Non. Profanation ! Il faut appeler un chat un chat.

Ils ne savent pas ce qu’ils font ? Mais bien sûr, ils le savent. Et ils le font en riant parce que personne ne dit rien, le silence est de mise de la part des autorités et de la presse.

Nous vivons dans un pays qui respecte la liberté de culte et il est de notre droit de pouvoir pratiquer notre religion dans le lieu de notre choix sans avoir à craindre de prendre un jet de pierre quand nous nous y rendons. On ne doit pas craindre de prendre un mauvais coup quand on va prier. Nous avons le droit de nous réunir pour prier sans avoir à craindre que notre foi ne soit la source de conflits insupportables ni l’objet de provocations injustifiées.

Notre Seigneur a déjà été crucifié une fois dans l’indifférence de ses contemporains, ne le laissons pas subir à nouveau des outrages inqualifiables en nous disant que ce n’est pas si grave. Si, c’est grave de s’en prendre à une église. C’est inadmissible de rester silencieux. C’est à nous de dire stop. Il faut arrêter cela.
Cette église de Saint-Jean accueille tout le monde. C’est un lieu de prière mais c’est aussi un lieu où les plus pauvres d’entre nous reçoivent écoute et aide à travers le Secours Catholique. Nous ne demandons à personne son origine ni sa foi. Cela doit rester un lieu ouvert à tous, c’est important. Les enfants jouent sur le terrain de l’église et cela doit continuer. C’est un lieu où doivent se rencontrer l’amour de son prochain, la solidarité, l’entraide. La peur ne doit pas devenir notre quotidien. Et avec elle, son corollaire : la colère.

Qu’on ne ferme pas systématiquement les yeux, SVP…

Nous demandons à ce que soit respecté notre lieu de prière et notre foi. Nous demandons à ce qu’on ne ferme pas systématiquement les yeux sur des actes de profanation qui ne sont pas anodins, loin de là. Nous demandons à ce que le silence coupable qui entoure ces actes soit rompu. Nous demandons à pouvoir continuer notre bénévolat dans des conditions normales de fonctionnement. Nous demandons tout simplement à ce que soit juste respecté notre droit de prier en paix. Est-ce trop demander de nos jours ?

“Conte de Noël à l’envers” extrait d’une lettre du Père Gabriel Picard d’Estelan, dans le bulletin paroissial de Saint-Jean-Baptiste d’Avignon.

Source: http://www.sedcontra.fr

13/11/2010

Eglise Saint Jean à Avignon. Mgr Cattenoz: « il faut réunir les chefs religieux rapidement »

Et on va encore nous dire qu’il n’existe aucune relation entre l’islam et la racaille…
Il ne va quand-même pas « pardonner » ?
FDF

 

Comme nous le relations hier, des actes de vandalisme à l’encontre de l’église Saint-Jean et des menaces proférées envers les fidèles ont été dénoncées mercredi par le curé de la paroisse, le père Gabriel. Celui-ci sera reçu en mairie ce lundi à 8 h 30 avec au programme la constitution d’un groupe de travail autour de la sécurité du lieu. Concernant le signalement des faits, il semblerait qu’aucun courrier n’ait été transmis de la paroisse à la Ville. De plus, la plainte déposée par le père Gabriel au commissariat, où l’on a considéré qu’il s’agissait d’incivilité, n’aurait pas été transmise non plus aux élus concernés. Un faisceau de manquement qui amène la réaction de Monseigneur Cattenoz, archevêque du diocèse d’Avignon. Réaction que nous avons sollicitée. Interview.

-Les actes répertoriés sont-ils pour vous de l’incivilité ou de la profanation?

« Je constate qu’il y a eu, il y a quelques années, un incendie à l’Eglise Jean XXIII sur la rocade, une tentative d’incendie à l’église Saint-Jean et depuis deux ou trois ans des vols répétés de vases sacrés dans nos églises. J’ai demandé la création, comme à Marseille, d’un regroupement des chefs religieux pour apporter une parole unie d’apaisement. Et devant ce qu’il s’est passé à Saint-Jean, je vais inviter les chefs religieux juifs et musulmans à nous rencontrer dès le début du mois de décembre pour nous entendre ».

– Mais vous ne répondez pas à la question. Ces agissements sont-ils pour vous la démonstration d’une tension interreligions?

« Sur le plan de la sécurité autour de nos églises, j’avoue que je suis un peu inquiet. Je pense qu’il faut distinguer des petits voyous qui font les idiots dans les églises et de véritables actes de malveillance. Je suis heureux de lire (ndlr dans la Provence) que Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), condamne fermement ces agissements et demande que les gens qui ont fait ça soit sanctionnés. Le racisme est inadmissible, quelque soit la religion, nous devons être, les uns et les autres, des artisans de paix. Il ne s’agit pas de crier aux tensions mais il me parait intolérable qu’on tague une église, comme une mosquée ou une synagogue. Mais je constate que lorsqu’on tague une mosquée, le président de la République se déplace… Ici je trouve qu’on réagit… mollement »

– Avez-vous le sentiment qu’à Avignon ou en Vaucluse il existe des tensions entre communautés chrétiennes et musulmanes?

« Lorsqu’il y en a, comme à Orange où durant le ramadan les soeurs Carmélites étaient importunées, j’ai alerté le représentant du culte musulman qui est intervenu et cela a cessé immédiatement. C’est pour cela que je prône une réunion régulièrement à l’échelle du département, des chefs religieux. Car si nous n’y prêtons pas garde dès maintenant, nous pourrions avoir des phénomènes durs, très rapidement ».


A lire également :

le 11/11/10 : Tags insultants, jets d’excréments sur l’église Saint-Jean à Avignon
Source: http://www.avignews.com

Jets d’excréments et tags insultants sur l’église Saint-Jean à Avignon

Encore un coup des sous-merdes… Des excréments ont été projetés sur l’église…
FDF
.

Des tags obscènes sur les murs de l’église

Mercredi, église Saint-Jean. Le père Gabriel, curé de la paroisse, s’adresse à la presse, presque en désespoir de cause. C’est que depuis plusieurs mois, son église est la cible de tags injurieux et obscènes, de jets d’excréments… Et la semaine dernière, le feu a été mis au cyprès qui jouxte le bâtiment religieux, risquant de propager les flammes à l’église. Pour ce prêtre, « ces actes ont un lien direct avec ce qui se passe en Irak où des Chrétiens ont été agressés ». D’emblée, le père Gabriel parle de tensions inter-communautaires et dénonce un « climat de plus en plus agressif et violent entretenu par un petit groupe de jeunes de 12/13 ans jusqu’à 16 ans ». Dans un premier temps, le père Gabriel a cru à des « incivilités » de jeunes désoeuvrés du quartier. Des bêtises d’ados en mal de provocation.

« On va vous griller, vous et votre église »
 

Puis, quelques jours avant l’incendie du cyprès, un jeune est entré dans l’église, en pleine messe, urinant sur le parvis avec cette phrase terrible, : « On va tous vous griller, vous et votre église ». Le curé de la paroisse a déposé plainte au commissariat ce 9 novembre.
Comment l’ensemble de faits aussi graves perpétrés envers un lieu de culte, quel qu’il soit, a-t-il pu passer inaperçu auprès des pouvoirs publics? A la mairie, le chef de cabinet s’avoue « choqué et abasourdi ». « Nous avons appris les faits par la presse ce matin-même » reconnaît-on au cabinet du maire. Abasourdi par les faits eux-mêmes, mais aussi par l’absence de relais et le manque de remontée d’informations du quartier jusqu’à la mairie… « Nous avons retracé tous les courriers reçus en mairie ces derniers mois, rien ne concerne l’église Saint-Jean ».

Le père Gabriel sera reçu lundi en mairie

Autre motif de stupéfaction, le fait que l’archevêché n’ait pas téléphoné directement au maire pour signaler ces actes qualifiés « d’intolérables ».
Des actes qui, pour certains riverains du quartier Saint-Jean ne seraient que la face émergée de l’iceberg déplorant un « prosélytisme religieux ». Une tension inter-communautés qui devra être prise en compte par l’archevêché et le représentant du culte musulman. Localement, on apprenait ce soir que le père Gabriel sera reçu en mairie dès lundi 8 h 30, son agenda ne lui permettant pas de rendez-vous avant. « Nous allons mettre en place un groupe de travail composé de la police nationale et municipale mais aussi des services techniques de la ville afin de répondre le plus rapidement possible à cette situation » conclut le chef de cabinet.
N’ayant pas réussi à joindre l’archevêché ce soir, nous ferons, nous l’espérons, connaître sa position dès demain.

Source: http://tinyurl.com/357nkvk