Francaisdefrance's Blog

03/02/2012

Triste d’en arriver là.

Remarquez que Hollande fait pareil… Pauvre France.

Vous n’en n’avez pas marre, vous, d’être pris pour des cons? Moi si.

FDF

.

L’Elysée convoque des ouvriers pour faire « la claque » à Sarkozy !

La chasse aux voix, ça demande des sacrifices. Pour tout le monde…

.

Le chef de l’Etat était hier sur un chantier de l’Essonne… paralysé par le froid. Qu’importe : la présidence a convoqué des ouvriers pour la photo. Une manip loin d’être une première.

Des personnes ont joué les ouvriers lors de la visite du président dans l’Essonne jeudi. «Ils voulaient plus de monde autour de Nicolas Sarkozy.» Un cadre du chantier de Mennecy, dans l’Essonne, s’est confié anonymement à Europe 1, qui révèle l’information. Selon lui, l’Elysée aurait organisé dans les moindres détails ce déplacement, allant jusqu’à demander de doubler les effectifs le temps du passage du Président: de 60 à 120 ouvriers.

«Il y en a qui sont venus d’autres chantiers», a affirmé l’un des ouvriers au micro d’Europe 1, assurant en avoir reconnu certains et ne pas s’être laissé berner. Des fournisseurs, des partenaires, des chefs de chantier et même des inconnus, parfois travaillant à l’autre bout du département francilien, auraient été ainsi invités à venir faire de la figuration, selon un autre ouvrier, qui parle même de consignes patronales.

Les ouvriers et les faux ouvriers auraient été même priés de faire semblant de travailler devant la presse. Une consigne donnée alors qu’à cause de la température glaciale ce jour, il leur était interdit de travailler. Aucun n’aurait dû se rendre sur le chantier. D’ailleurs, dès la fin de la visite, tous les ouvriers sont rentrés chez eux.

Des consignes que l’Elysée ne nie pas. «Nous avons simplement voulu donner la possibilité d’être présents, à tous ceux qui ont, par le passé, ou auraient à l’avenir à travailler sur ce chantier», a expliqué le service communication de la présidence à Europe 1.

«Nicolas, Nicolas, Nicolas»

Ce n’est pas la première fois que l’Elysée est pris la main dans des petits arrangements avec la réalité et joue la carte des bains de foule et de l’accueil populaire. Dernier exemple en date, lors d’une visite à Carcasonne, le 26 octobre 2011. Selon l’Indépendant, relayé par le site Arrêt sur images, le chef de l’Etat avait été au cœur d’une table ronde de 1200 invités. Selon Arrêt sur images, «l’assemblée se composait de militants UMP, mais aussi de personnel des hôpitaux, qui, même si l’UMP locale dément toute intervention dans les invitations, frappaient de concert dans leurs mains, certains scandant « Nicolas, Nicolas, Nicolas… » Une rencontre donc peu spontanée, avec des invités attentifs et triés sur le volet. »

Deux ans plus tôt, lors de la visite d’une usine Faurecia dans l’Orne en 2009, des ouvriers d’autres sites avaient (déjà) été amenés en bus pour faire la claque. Certains, placés sur la scène derrière le Président, avaient été choisis… pour leur petite taille, et ainsi ne pas dépasser le chef de l’Etat. Comme le rappelle le sujet réalisé par la télévision belge RTBF…

Source: http://www.liberation.fr/