Francaisdefrance's Blog

05/11/2010

A Bagnolet, on va bientot créér des milices contre la racaille…

Ce qui devait arriver va arriver. On va assister à une prolifération de « Papy Galinier »… La faute à qui? Et là, pour les gardes à vues et emprisonnements de ceux qui veulent se défendre, il va falloir trouver de la place…

FDF

.

Insécurité : le ras-le-bol des commerçants de Bagnolet

Cinq agressions violentes en quelques semaines : pour les commerçants, la situation ne fait qu’empirer. Ils dénoncent la passivité de la mairie.

 

Les commerçants de Bagnolet sont inquiets. « En l’espace de quelques semaines, cinq d’entre nous ont été victimes d’actes de violence », explique leur porte-parole, attaqué dans sa boutique aux Malassis le 18 octobre — ses agresseurs ont depuis été arrêtés.
Sur le plateau des Malassis, en centre-ville, devant la mairie, rue Gambetta, la plupart disent se sentir en grande insécurité face à une violence qui ne fait qu’augmenter.

Pour trouver des réponses à leur problème, certains viennent de se fédérer en association et veulent alerter le préfet.

Tous dénoncent le « laxisme des élus » envers ces bandes qui errent près de la mairie, de l’église et sur le plateau et se montrent agressifs envers les riverains.

« La succession d’agressions subies par nos collègues, les rassemblements bruyants contre lesquels rien n’est fait et le nettoyage des rues qui laisse le plus souvent à désirer, tout contribue à créer un climat anxiogène », explique un pharmacien.

« Les agressions habituellement circonscrites au quartier des Malassis atteignent des zones jusque-là plus épargnées comme la rue Gambetta », commente le porte-parole des commerçants. « L’insécurité ne fait qu’empirer. Le maire laisse la situation se dégrader. La mairie ne s’intéresse pas à nous », s’emporte un restaurateur, dont la compagne a été victime d’un vol avec violence. La jeune femme conduisait quand une pierre a brisé la vitre côté passager. Son agresseur s’est ensuite emparé de son sac avant de s’enfuir. « J’avais tous mes papiers à l’intérieur, mes clefs et le montant de ma caisse équivalant à deux jours de travail. On a dû changer la porte du magasin. Depuis, je vis dans la peur. Je suis sûre que mes agresseurs m’avaient repérée », confie-t-elle. « Si la mairie ne fait rien, je vais finir par faire justice moi-même », prévient un autre commerçant.

Bagnolet n’a pas de police municipale. « C’est à la police nationale de veiller à la sécurité publique », insiste l’adjoint (PC) à la sécurité, Laurent Jamet. « Nous n’avons de cesse depuis des mois de demander au moins vingt agents supplémentaires pour le commissariat des Lilas (NDLR : dont dépend Bagnolet) », explique l’élu, qui souligne que le commissariat obtient des résultats ces derniers temps, avec plusieurs interpellations.

« Nous concentrons dans la ville des questions propres à une station balnéaire : un grand centre commercial, une gare routière internationale, un métro… La ville ne peut pas gérer seule la question de la sécurité publique », poursuit-il. Pour lui, « une police municipale ne pourrait pas tout faire. Quant à la vidéosurveillance, cela demanderait des moyens humains et financiers et la question n’est pas tranchée de savoir qui visionnerait les films : la police nationale ou les agents communaux ».

L’adjoint s’est cependant dit prêt à écouter les commerçants. Une réunion est prévue le 15 novembre.

Source: http://tinyurl.com/266ngfh

27/10/2010

Il ne s’est pas défendu… Fractures au niveau du crâne, du nez, de la mandibule et du maxillaire. Il en est mort…

Lot et Garonne.

Cet homme de 55 ans avait du entendre parler de l’affaire Galinier… Il ne s’est pas défendu contre des cambrioleurs. Il est mort sous les coups… Si on retrouve les meurtriers, va t’on aussi leur trouver des circonstances atténuantes? Ces derniers porteront ils également plainte? Pauvre homme; victime d’une délinquance en baisse, selon les chiffres…

FDF

.

Un cambriolage qui a mal tourné ? Le franchissement du mur d'enceinte est possible…/Photo DDM.
Un cambriolage qui a mal tourné ? Le franchissement du mur d’enceinte est possible…/Photo DDM.

L’autopsie du corps de Jacques Gondrand a confirmé hier la piste criminelle. Sa voiture a été retrouvée à une dizaine de kilomètres de là. L’hypothèse d’un cambriolage qui tourne mal se précise.

Le mystère est résolu. Mais l’enquête continue et le plus dur commence. Avec désormais la certitude que Jacques Gondrand a bien été victime d’un acte criminel, vraisemblablement dans la nuit de samedi à dimanche. Alertés par son épouse et son gendre restés à Paris et inquiets de ne pas obtenir de réponse téléphonique, le matin, comme tous les jours depuis une semaine, les services de secours avait découvert le corps de cet homme de 55 ans baignant dans une mare de sang à son domicile pennois, à la Porte de Ferracap. Les premiers indices relevés par les gendarmes TIC (Techniciens en investigations criminelles), ne parvenaient pas à établir clairement le caractère homicide de l’acte irréparable. L’autopsie réalisée hier matin à l’hôpital d’Agen ne laisse planer aucun doute : il s’agit bien d’un crime. Sordide. La victime a été sauvagement battue et laissée pour morte à l’intérieur de sa résidence secondaire.

Les gendarmes de la Section recherche du groupement de gendarmerie revenus sur place dans la journée de lundi étaient toujours présents hier. À la fois pour assurer la surveillance de la résidence vide et pour poursuivre une enquête de proximité à la recherche du plus petit détail. Dans ce secteur particulièrement désert de la commune de Penne, une fois les vacances scolaires terminées, les témoins directs manquent pour progresser rapidement dans l’enquête. Depuis la découverte du corps de Jacques Gondrand, l’absence de la 106 Peugeot s’inscrivait comme un élément déterminant : un moyen pour le ou les auteurs du crime de s’enfuir rapidement de la Porte de Ferracap ? Cette voiture a d’ailleurs été retrouvée dans la journée d’hier à une dizaine de kilomètres de là et fait l’objet d’une attention particulière de la part des enquêteurs. Alors que la famille de la victime est arrivée sur place hier, les pistes qui s’ouvrent aux enquêteurs sont forcément nombreuses.

Un lien avec les vols de voitures?

Toute la question est de savoir, surtout, s’il y a un lien direct entre tous les vols dans les voitures commis depuis quelques jours à Penne-d’Agenais et les six subis, encore, par les propriétaires de voitures particulières dans la nuit de samedi à dimanche. Et que dire de ces deux véhicules 4×4 aperçus par un témoin près du domicile de Jacques Gondrand ? La victime aurait pu être le témoin involontaire d’actes délictueux. De là à franchir le pas et, pour de simples voleurs, devenir meurtriers, il y a tout un cheminement que les enquêteurs n’excluent pas, à l’évidence.

Tout comme n’est pas à exclure la possibilité d’un cambriolage qui a mal tourné. Le ou les cambrioleurs ayant pu s’introduire dans la maison par le mur d’enceinte de la rue Bombecul, haut de près de 2 mètres mais tout à fait franchissable selon les enquêteurs, le face à face mortel se produisant dans la cuisine de la résidence secondaire.

À part la présence des gendarmes du côté de la Porte de Ferracap, le vieux Penne a retrouvé un calme apparent.

L’inquiétude est toujours palpable dans les conversations avec les Pennois qui ne traînent pas dans les ruelles prétextant le vent froid du nord pour rejoindre un abri sûr. Depuis dimanche les vols dans les voitures se sont arrêtés.


Plusieurs coups à la tête

L’autopsie pratiquée hier au centre hospitalier d’Agen a révélé que Jacques Gondrand avait été victime de plusieurs coups à la tête avec des fractures au niveau du crâne, du nez, de la mandibule et du maxillaire. L’arme du crime n’a pas été retrouvée, mais il s’agirait d’un objet contondant. Les constatations montrent qu’il n’y aurait pas eu de lutte. Petit-fils du fondateur des transports internationaux Gondrand, vivant de ses rentes, la victime était passionnée par les objets de valeur qu’il collectionnait. Mais selon l’inventaire fait lundi soir par sa compagne, rien n’a été dérobé. Aucune effraction n’a été constatée.

Source: http://tinyurl.com/32u256l

07/10/2010

France: ça sent la poudre, dans les cités…

Pas très bon, tout ça… Mais ça a le mérite de nous montrer que la défense de notre territoire semble encore possible… On n’y croyait plus… Mais il s’agit (enfin) de défense intérieure. Contre la racaille et les bandes. Ca veut dire aussi que le risque n’est pas anodin. Depuis le temps que délinquance fait sa loi.  Evitera t’on la guerre civile que beaucoup annoncent? Rien n’est moins sûr. En tout cas, il est temps de faire quelque chose, avant que le peuple ne se rebiffe tout seul (Papy Galinier…). Cette dernière affaire fait couler beaucoup trop d’encre, au goût de certains… Aurait on enfin compris, en France, que si la Légion s’en mêle, il n’y aura pas de prisonniers?

FDF

.

L’armée peut engager 10.000 soldats sur le sol français en cas de crise majeure

En cas de crise majeure, l’armée peut engager 10.000 hommes sur le territoire national, selon une instruction interministérielle rendue publique au moment où sort un livre dont l’auteur assure que « l’Etat prépare la guerre dans les cités françaises ».

L’existence de ce texte, daté du 3 mai 2010, et dont l’ouvrage ne fait pas spécifiquement mention, est révélée dans le dernier numéro d’Armées d’aujourd’hui, une des publications officielles du ministère de la Défense.

Cette instruction a été rédigée, avec le concours des ministères de l’Intérieur et de la Défense, par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN). Ce service du Premier ministre a confirmé à l’AFP l’existence de ce texte en précisant qu’il était classifié « confidentiel défense ».

Le SGDSN est notamment chargé de la planification des plans de réponses aux crises : plan Vigipirate et ceux de la famille « Pirate » (Piratair, Pirate-mer, NRBC …).

En cas de crise, cette instruction, qui découle du Livre blanc (2008) énumérant les priorités stratégiques de la France pour les quinze années à venir, fixe ainsi le « contrat opérationnel 10.000 hommes » que les armées doivent pouvoir déployer en quelques jours.

Interrogé par Armées d’aujourd’hui, le préfet François Lucas, alors directeur de la protection et de la sécurité de l’Etat au SGDSN, a défini une crise majeure comme « un évènement – pandémie, attaque terroriste, catastrophe, crise d’ordre public – dont la gravité et la portée conduisent les autorités gouvernementales à activer le dispositif interministériel de crise ».

Les trois armées (terre, air, mer) interviennent déjà lors de catastrophes naturelles (inondations, tempêtes …) pour épauler les services de secours civils, pour assurer en permanence la « police du ciel », les missions de l’Etat en mer ou renforcer, depuis la fin des années 90, les effectifs de police et de gendarmerie dans le cadre de Vigipirate.

Dans « Opérations banlieues, comment l’Etat prépare la guerre urbaine dans les cités françaises » (éditions La Découverte, jeudi dans les librairies), Hacène Belmessous, présenté comme « journaliste et chercheur indépendant », est beaucoup plus direct. L’auteur assure notamment que les opérations de rénovation urbaine visent à faciliter les interventions policières, voire militaires, à venir dans les quartiers difficiles.

Selon lui, le « contrat 10.000 hommes », dont il dit avoir eu connaissance au mois de juin sans pour autant citer le texte du 3 mai, vise « un seul territoire qui absorbe l’entière attention de Nicolas Sarkozy depuis les émeutes de l’automne 2005 : les +quartiers sensibles+ ».

Dans ce livre brûlot, l’auteur va jusqu’à dénoncer une « inquiétante dérive vers la préparation d’une guerre totale contre les +territoires perdus de la République+ ».

A l’appui de ses affirmations, il cite une étude confiée, après les émeutes de 2005, à la société privée Eurocrise par la Délégation aux affaires stratégiques (Das) du ministère de la Défense. Selon lui, cette étude, qui s’appuie sur l’analyse de la crise des banlieues de 2005, souligne que « l’idée du caractère quasi inéluctable d’un engagement des forces terrestres sur le territoire national dans des circonstances exceptionnelles semble gagner du terrain ».

Source: http://tinyurl.com/2c3yz58

15/09/2010

Papy Galinier : Rassemblement ce mercredi 15 septembre à 18h30 – Palais de Justice de Lyon.

LIBERTÉ POUR PAPY GALINIER !

 Trégor : Jeune Bretagne se mobilise en faveur de René Galinier

Hier, une petite délégation de la section Trégor de Jeune Bretagne a souhaité afficher son soutien à Papy Galinier, ce retraité injustement emprisonné après avoir voulu se protéger contre l’intrusion de deux cambrioleuses à son domicile. Alors que certains jeunes de cette section reviennent tout juste de l’université de rentrée du Bloc Identitaire, d’autres démontrent que le militantisme identitaire breton est plus que jamais actif.

Le tract suivant, appelant à soutenir René Galinier, a été distribué à la population.

« Depuis un mois, un homme de 73 ans croupit en prison au milieu de vrais de déinquants et criminels.

Le crime de René Galinier ? Avoir voulu protéger sa famille et son foyer.

René Galinier est emprisonné pour avoir ouvert le feu sur deux cambrioleuses, découvertes au milieu de la nuit dans sa maison. Sur le moment, René Galinier n’a pu voir que deux silhouettes et il lui était impossible d’évaluer la dangerosité des individus ayant pénéré son domicile. Hommes ou femmes? Armés ou pas?

C’est donc la sécurite? qu’a choisi René Galinier, et on peut le comprendre au vu des nombreuses attaques de personnages agées qui se sont succédés cet été.

Récemment encore, c’est un agriculteur de 60 ans qui succombait à ses blessures aprés avoir  été roué de coup par des voleurs de métaux venus dépouiller son exploitation, et cela dans la  même région.

Alors que les agressions se font de plus en plus sordides et violentes, alors que l’Etat ne parvient plus à assurer la sécurité des citoyens, nous ne pouvons tolérer qu’un honnête citoyen de 73 ans croupisse en prison.

Si demain c’était votre foyer qui était en danger, votre famille menacée agiriez-vous autrement que Papy Galinier ?

Avec les identitaires de Jeune Bretagne, exigez une refonte du cadre juridique de la légitime ddéfense et la sanctuarisation du domicile, comme c’est déjà le cas dans de très nombreux pays.

Défendre son foyer n’est pas un crime ! «

Liberté pour Papy Galinier !

source : breizh.novopress.info

Lyon : Rassemblement de soutien à René Galinier le 15 septembre

Papy Galinier : Rassemblement mercredi 15 septembre à 18h30 – Palais de Justice de Lyon. Avec la présence de Fabrice Robert, président du Bloc identitaire.

Depuis le 6 août, plus d’un mois, un homme de 73 ans croupit en prison au milieu de vrais délinquants et criminels. Le crime de René Galinier ? Avoir voulu protéger sa famille et son foyer.

René Galinier est emprisonné pour avoir ouvert le feu sur deux cambrioleuses, qui s’étaient introduites par effraction dans sa maison pendant qu’il dormait. Sur le moment, René Galinier n’a pu voir que deux silhouettes et il lui était impossible d’évaluer la dangerosité des individus ayant pénétré son domicile. C’est donc la sécurité qu’a choisi René Galinier, et on peut le comprendre au vu des nombreuses attaques de personnages âgées, saucissonnages avec torture et autres joyeusetés. Récemment, c’est un agriculteur de 60 ans qui succombait à ses blessures après avoir été roué de coup par des voleurs de métaux venus dépouiller son exploitation, et cela dans la même région.

Dans le même temps, le second braqueur présumé du casino d’Uriage-les- Bains a été libéré sous contrôle judiciaire ; cet homme connu des services de police pour “vol à main armée” et “tentative d’homicides volontaires sur agent de la force publique“ est aujourd’hui en liberté. Tout comme des centaines de multi-récidivistes il est préférable aux yeux de la justice d’être « présumé innocent « que de défendre, son foyer et ses êtres chers ! Alors que les agressions se font de plus en plus sordides et violentes, alors que l’Etat ne parvient plus à assurer la sécurité des citoyens, nous ne pouvons tolérer qu’un honnête citoyen de 73 ans croupisse en prison. Défendre son foyer n’est pas un crime !

Avec les identitaires, exigez une refonte du cadre juridique de la légitime défense et la sanctuarisation du domicile, comme c’est déjà le cas dans de très nombreux pays.

Si demain c’est votre foyer qui est en danger, votre famille menacée, agirez-vous autrement que Papy Galinier ?

Pour obtenir la libération de Papy Galinier,

source : fr.novopress.info

RASSEMBLEMENT MERCREDI 15 SEPTEMBRE 2010 A 18H30
PALAIS DE JUSTICE (Vieux-Lyon)



source : fr.novopress.info

21/08/2010

Pauvre Papy Galinier…

J’ai reçu ce commentaire, concernant l’affaire Galinier…Ca « décoiffe ». Mais c’est criant de réalisme …

FDF

.

« Pauvre Papy Galinier, il n’est pas prêt de sortir de prison avec tous ces « braves citoyens » qui n’ont pas encore compris que tant qu’ils ne focaliseront pas la pression CONCRETEMENT là où il faut jusqu’à ce que ça pète un câble chez les détenteurs de la Justice dans la presse ou à la télé en s’indignant de recevoir des lettres (et en se ridiculisant enfin officiellement et publiquement), rien ne donnera de résultats concrets en faveur du « papy flingueur ».
http://www.liberezrenegalinier.com/

J’ai lu ceci à propos du comité de soutien de sa ville :

« Le comité prévoit de se manifester d’avantage, de ne plus rester dans l’ombre.
Mais ils ne comptent pas faire de pression sur la justice, mais plutôt monter le
ton dans la parole », nous explique l’avocat.
http://www.lepost.fr/article/2010/08/20/2190332_incarceration-du-septuagenaire-qui-a-tire-sur-deux-cambrioleuses-et-maintenant.html
Ces couillons vont monter le ton, dire un truc qui sera considéré comme
diffamatoire ou incitation à la violence et se retrouver avec une plainte au
cul, ce qui dissuadera tous le monde de dire quoi que ce soit et l’affaire sera
oubliée.
Alors que pour l’instant les articles ne font pas dans la hausse de ton et
seraient utilisables sans aucun danger.

Dénouement de l’histoire:

Le papy se pendra de désespoir dans sa cellule, comme Gaston Malafosse et on
filera la nationalité française et 100.000 euros aux deux racaillettes pour
s’excuser que la société en ait fait des voleuses, peut-être même qu’elles
auront la légion d’honneur pour avoir montré à la france combien la nation était
fautive à l’égard des Roms. La maison du papy sera saisie et vendue aux enchères
au profit de SOS racisme. »
Mais il n’y en a pas un parmi les indignés qui signent des pétitions
pour tilter sur le tractage postal et rajouter trois lignes en plus au bas d’un article.
En fait c’est pire : il y en a qui tiltent, comme chez XX, mais ils ne VEULENT
PAS avoir les couilles ni l’inconscience de se faire des ennemis dans le
système.
Le bla-bla, le vent, le rien, le vide, en provenance de ces milliers et milliers
de claviers, me donnent des boutons. »
.
Bon. Ca se passera de commentaires…
FDF