Francaisdefrance's Blog

08/08/2011

Le « bruit et l’odeur »… Chirac fait des émules en Italie…

L’équipement préconisé pour le tourisme en 2011…

Il est vrai que passer à proximité d’une « kébaberie » ne titille pas forcément et agréablement les narines. Loin de là. Il faut être né avec pour supporter. C’est comme Obélix: ou être tombé dedans quand on était petit. J’en ai fait l’expérience. J’en ai même goûté un (de kébab) pour ne pas mourir idiot. Mon chien (ne me dénoncez pas à la SPA) l’a terminé; pauvre bête. Il a 5 ans et j’ai eu peur qu’il n’arrive pas à 6…

FDF

.

Les « odeurs » nauséabondes des étés…

Que ne ferait-on pas en été pour plaire aux touristes ? Tout est bon pour qu’ils s’installent sur un territoire, et d’ailleurs, bien souvent, ils servent d’alibis à des mesures destinées à maîtriser les autochtones. En été, tout est utile pour se rendre célèbre, puisque la composition d’un tube ou battre un record du monde n’arrivent pas à tout le monde. Il existe donc des élus pour tenter d’occuper le devant de la scène… Jean-Marie Le Pen appartient à cette catégorie. Sa tactique est simple : il profère une appréciation volontairement provocatrice pour mobiliser les médias et générer des réactions entretenant sa notoriété.
Chaque fois, la technique marche à merveille, confortant ses « fans » par l’agacement donnant des allures de « parler vrai » à ses vociférations. Il sait que l’opinion dominante n’analyse jamais les affirmations péremptoires et qu’elle les prend pour argent comptant. Tous les arguments donnés à posteriori ne servent à rien…car personne ne souhaite prendre le temps de les apprécier. Le mal est fait. Le clou idéologique simpliste est « planté » dans les esprits. D’ailleurs cet été, de nombreuses limites ont été délibérément franchies, avec le sentiment d’une impunité totale comme par exemple en Italie. Ne vous inquiétez pas, d’ici la fin de l’été, la mesure fera école.

Le maire de Cittadella (près de Padoue, nord) a ainsi décidé qu’à partir de ce week-end, il ne serait plus possible d’ouvrir des établissements vendant des sandwiches et kebabs à emporter dans le centre historique de sa ville, notamment en raison de l’odeur dégagée par ces produits!

Pour celles et ceux qui auraient la mémoire courte, il n’est pas inutile de rappeler que nous n’avons pas à nous offusquer de cette appréciation. Rappelez vous.
Le 19 juin 1991 (il y a déjà 20 ans !) au cours d’un dîner débat du RPR, Jacques Chirac prononça le discours qui contenait déjà l’expression le « bruit et l’odeur » qu’utilise le Maire néo-fasciste italien pour justifier sa décision populiste et forcément « populaire ». Voici un extrait portant sur l’immigration : « Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce ne sont pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs[…] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d’or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela (…) » Un morceau d’anthologie qui a probablement inspiré ce Maire transalpin qui soutient Berlusconi et qui, en France, se situerait dans la fameuse « Droite populaire ». Qui se souvient que les « odeurs » ne gênaient pas Le Pen, mais un futur Président de la république au début de l’été des « grillades » et des « planchas », il y a deux décennies ?
Le maire italien n’a pas fait pire. Ces « activités artisanales ne conviennent pas à l’urbanisme de notre centre historique (à cause de leur) typologie de consommation, leurs odeurs… », a en effet expliqué Massimo Bitocci, qui est Maire et aussi député… de la Ligue du Nord, le parti anti-immigrés allié de Silvio Berlusconi. « Si quelqu’un veut manger du kebab, qu’il le fasse chez lui, ou hors du centre historique de Cittadella », ajoute-t-il, avant de trancher définitivement : « Ils ne font pas partie de notre tradition ». Il faut donc, sur ces principes, interdire la pizza en France et je comprends mieux pourquoi, quand j’étais enfant, les copians me traitaient de « macaroni »… Je n’étais pas dans la « typologie » française. Et tout le monde le sait, le « gorgonzola » finit par distiller des odeurs insupportables.
Il présente aussi sa réglementation comme une réglementation « de nature urbanistique », justifiée par le fait que, selon lui, ces activités « ne respectent pas les normes hygiéniques et sanitaires ». Ce n’est pas la première fois que le maire de Cittadella, coutumier des déclarations à l’emporte-pièce, fait parler de lui.
En 2009, il avait fait scandale avec des mesures contre les mendiants, les vendeurs ambulants et le stationnement des caravanes, pour éviter la formation de camps de nomades. Il avait aussi proposé des travaux d’utilité publique « forcés » pour les mineurs de moins de 16 ans consommant de l’alcool… Avouez que ce gars-là a des idées pouvant figurer dans des programmes électoraux à présenter sur les plages… et dans les villes bien pensantes. Allez, ne me dites pas que vous ne les avez pas entendues autour d’une table, en famille ou entre amis ? Vous mentiriez… Mais le problème, c’est que par indifférence de la majorité, elles grandissent avec la même discrétion que les plantes invasives dans les zones humides, ou les frelons asiatiques dans les arbres. Et cet été, je crois que les c… sont plus nombreux qu’à l’habitude, car comme l’aurait dit Coluche, ceux de 2012 sont déjà arrivés ! Profitez de ce week-end pour manger vos merguez du congélateur, allez chercher votre couscous, dévorez votre pizza et méfiez-vous des sardines grillées, ça dégage des odeurs insupportables. Il n’y a qu’avec le hamburger que l’on ne risque rien à Citadella ou ailleurs !

Merci à Henri de l’info…

01/07/2011

Italie: il est interdit aux femmes de musulmans de vivre à l’occidentale, sinon…

Sinon, c’est l’application de la charia. Point-barre! Quelle « religion » d’arriérés…

FDF

.

Padoue

Les images de l’Iranienne Sakineh étaient encore récemment sur tous les écrans du vieux continent et l’horreur de sa condamnation à être lapidée avait déterminé des milliers de personnes à manifester dans plusieurs villes afin d’inciter les tribunaux iraniens à la clémence. Et pourtant, encore aujourd’hui, la violence de ce diktat coranique revient sur la scène pour diviser l’Italie. La polémique au sujet de la lapidation des femmes adultères refait surface avec les déclarations de Maher Selmi, “médiateur culturel” et porte-parole de l’association Rahma, responsable de la gestion de la mosquée de la rue Anelli à Padoue. «La lapidation comme punition ou comme châtiment, c’est dans le coran» déclare-t-il aux journalistes de l’agence Adnkronos « un musulman ne peut pas le réfuter, mais il faut porter attention à son interprétation, il y a des critères pour infliger cette peine.» La lapidation comme punition pour les femmes qui trahissent leur mari est une pratique commune dans les pays islamiques. Mais ces dernières années même l’Italie a été témoin d’épisodes de violence de la part d’hommes qui veulent “donner une leçon” à leurs épouses ou à leurs filles qui vivent à l’occidentale. Hier, à Padoue, dans le nord-est de l’Italie, un menuisier d’origine marocaine de 38 ans, Zrhaida Hammadi, lorsqu’il s’est vu “manquer de respect” lors d’une énième dispute conjugale avec sa femme, a saisi un couteau et l’a frappée au cou lui tranchant la veine jugulaire.

Selon les enquêteurs, Fatima Chabani de 33 ans , son épouse, menait un style de vie à l’occidentale mais aurait aussi “souillé l’honneur” de son mari en fréquentant un autre homme. Le médiateur culturel Maher Selmi ne veut pas commenter l’homicide mais prévient : « Il est nécessaire d’avoir la certitude sur le motifs qui ont porté à ce geste mais nous devons aussi respecter la personne disparue. »

Mais ces interventions de Selmi font éclater un cas médiatique, la député du PDL Souad Sbai rappelle le cas de Begm Shnez, massacrée à coup de barre d’acier et lapidée l’année dernière à Modène et attaque durement les prises de position du “médiateur culturel” qui se permet de faire l’éloge de la lapidation et qui ne reconnait qu’une loi, la loi musulmane. Pour elle cela correspond à faire l’apologie du crime et c’est la raison pour laquelle le porte-parole de la mosquée de la rue Anelli devra en répondre devant le juge puisqu’une plainte sera présentée au Procureur de la République de Padoue pour faire en sorte que ce médiateur auto-proclamé et extrémiste ( dont le salaire est tout de même versé par des agences gouvernementales ) soit au plus tôt remercié de ses services.

Il en ressort qu’une fois de plus il est nécessaire d’avoir un plus grand contrôle sur les mosquées et sur qui y travaille et officie. Comme le fait remarquer Souad Sbai : « Un contrôle préventif sur les médiateurs culturels est nécessaire de même que de lois permettant l’expulsion immédiate avec retour au pays d’origine pour tous les prédicateurs de haine

Mais ce n’est pas ce que pense Maher Selmi qui renchérit : « Les musulmans qui vivent en Europe doivent commencer à lire et à relire leur texte sacré et le réinterpréter d’une façon acceptable pour les sociétés dans lesquelles ils vivent» Et bien qu’il admette que les islamistes ne peuvent pas vivre en Italie de la même manière qu’ils vivent au Maroc ou en Égypte, il ne condamne pas la pratique de la lapidation pour les femmes adultères, au contraire, il explique : « Il y a des conditions pour autoriser l’exécution de la peine, comme la présence de quatre témoins lors de la consommation de l’acte et il est clair que cette loi n’a pas été pensée pour punir mais pour dissuader, et je ne crois pas qu’aucune femme adultère fera certaines choses dans un lieu public » et il conclue en précisant :« je répète que je ne peux désavouer la lapidation mais qu’il est nécessaire de comprendre »

Source : IlGiornale.com