Francaisdefrance's Blog

23/12/2010

Première « condamnation » pour outrage au drapeau français !

Ca s’arrose! Et pourvu que ça fasse jurisprudence!

Bon; le « ressortissant algérien » n’a pris que du sursis; ça c’est pour ne pas se fâcher avec Bouteflicka. Mais pour les cas suivants (et il y en aura) exigeons des sanctions répressives et efficaces.

Essayez, vous, Français, de faire la même chose en Algérie: c’est dix ans de prison minimum avec tortures et tout le toutim… Non non, je ne plaisante pas.

FDF

.

Un ressortissant algérien qui, sous le coup de la colère, avait brisé la hampe d’un drapeau français de la préfecture des Alpes-Maritimes, a été condamné mercredi à 750 euros d’amende avec sursis pour outrage au drapeau tricolore, première condamnation du genre. 

Depuis un décret de juillet, l’outrage au drapeau est passible d’une amende dite de « cinquième catégorie », pouvant aller jusqu’à 1.500 euros.

C’est la première fois qu’un tribunal prononce une condamnation sur la base de ce texte, a précisé mercredi le ministère de la justice.

Le tribunal correctionnel de Nice a par ailleurs condamné cet homme à quatre mois de prison avec sursis pour rébellion ainsi qu’à l’obligation de suivre un « stage de citoyenneté« .

Mardi matin, Abderramane Saïdi, 26 ans, exaspéré des lourdeurs et lenteurs de l’administration, s’est emparé du drapeau français qui se trouvait dans le hall de la préfecture, a cassé le manche en deux et en a jeté les deux morceaux vers la fonctionnaire qui se trouvait derrière le guichet, sans l’atteindre.

Il a été difficilement maîtrisé par deux policiers, auxquels il a tenté de porter des coups.

Son avocat Frédéric Rossler a indiqué à l’audience que son client avait « pété les plombs » en raison de la dégradation spectaculaire, depuis quelques mois, du climat à la préfecture des Alpes-Maritimes, où le stress, les retards, et les heurts, a-t-il dit, sont monnaie courante.

Le jeune homme devra participer à ses frais au stage de citoyenneté, qui est ouvert aux étrangers.

La préfecture avait déposé plainte pour « dégradation de biens publics, détérioration d’un symbole de la République française et outrage au drapeau tricolore ».

Les policiers avaient également porté plainte ainsi que la fonctionnaire.

Lu sur: http://www.ladepeche.fr/