Francaisdefrance's Blog

16/02/2012

Les délinquants étrangers dans le collimateur…

Il ressort le karcher? Ca n’a jamais marché…

.

Il est vrai que tous les jours, les faits divers en parlent. La délinquance étrangère devient un véritable fléau. Ce qui était plus ou moins tu avant, vient sur le devant de la scène politique. Satané Sarkö: il pille encore les idées du FN. En dernier recours, semble t’il.

Il est vrai aussi que le problème de l’immigration est très porteur. Mais il n’y avait que le FN qui le dénonçait, auparavant; et on l’accusait de racisme. Va t’o’n accuser Sarkö de raciste? Les officines spécialistes en la matière de lutte contre le racisme vont elles hurler contre le président sortant et le gouvernement? Je ne pense pas. Sans subventions, elles ne pourraient plus survivre…

FDF

.

A deux mois de la Présidentielle, une étude pointe du doigt les délinquants étrangers

Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé sa candidature hier soir dans le JT de TF1 et se lance dans une campagne dont l’un des axes forts sera l’immigration, une étude démontre la part croissante des étrangers dans les actes de délinquance. Selon les statistiques de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), la part des étrangers dans les mis en cause pour atteintes aux biens en 2011 s’élève à 17,3%, soit un délit sur six. Ce résultat est en hausse par rapport à 2006 (12,8%).

Sur la base de deux fichiers de police et de gendarmerie, le Stic et la BNSD, l’ONDRP a également tenté de définir l’âge, le sexe et la nationalité des étrangers « mis en cause » entre 2008 et 2010. Et il apparait clairement que le nombre de Roumains a augmenté et même plus que doublé. « Le nombre de personnes de nationalités de l’ex-Yougoslavie mises en cause pour vols s’est accru de plus de 65% » pour la police, et « de plus de 90% » pour les gendarmes, précise l’Observatoire.

Selon le Stic, il y a une augmentation globale d’environ 40% du nombre d’étrangers « mis en cause » par la police sur cette période. Cette « tendance à la hausse » concerne aussi « les mis en cause pour vols d’autres nationalités », affirme l’ONDRP, citant les Algériens ou les Tunisiens.

Un projet de loi pour plus d’expulsions

Cette étude a été commandée par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant alors que l’UMP vient de déposer un projet de loi tendant à augmenter les expulsions d’étrangers condamnés. Depuis fin décembre, Claude Guéant pointe du doigt « une délinquance étrangère supérieure à la moyenne enregistrée dans notre pays ». Nicolas Sarkozy avait lors d’un discours à Grenoble en 2010 fait le lien entre délinquance et immigration, provoquant une vive polémique au sein de la classe politique et de l’opinion publique. Pour le député UMP Éric Ciotti, ces nouveaux chiffres sont la « confirmation » d’une « surreprésentation » des étrangers dans la délinquance. Cette étude « balaie la polémique un peu ridicule après le discours de Grenoble ».

Pour le Front National et son vice-président Louis Alliot, ce rapport montre « pour la première fois la corrélation entre immigration et insécurité » et « ouvre les yeux de tous nos compatriotes sur les méfaits d’une immigration massive et incontrôlée ».

Derrière les chiffres, une réalité sociale

Du côté de l’opposition, la réaction ne s’est pas fait attendre. Pour François Rebsamen, chargé des questions de sécurité pour le candidat Hollande, « il n’y a pas de hasard en politique » : la publication de cette étude, à deux mois de la présidentielle, « imprime l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy d’un parfum nauséabond ».

Mais derrière ces chiffres se cache une réalité sociale, comme l’explique le criminologue Alain Bauer, président de l’ONDRP, qui met en garde contre « l’interprétation » des données. Pour Sébastian Roché, sociologue au CNRS, ils peuvent conduire à comparer « deux populations qui ne sont pas comparables », les étrangers étant « plus pauvres », « plus urbains » et dotés d’« un niveau scolaire plus faible ».

Source: http://www.ladepeche.fr/

17/01/2012

Dernier bilan sur la délinquance avant les présidentielles…

Et bien évidemment, il est………………………………………………………… BON !

3.521.256 « faits de délinquance » en 2010, c’est BON ! Je veux bien. Nous vivons dans pays hautement sécurisé. Ca fait plaisir. Ben oui, ça pourrait être pire; si si. Je me pose tout de même une question: sur 3.521.256 « faits de délinquance », combien sont punis? Hein?

Il ne doit avoir les bonnes sources, notre ministre. Un jour peut-être, « on » arrêtera de nous prendre pour des cons. Peut-être…

FDF

.

Et ça, c’est compté ?

.

Guéant annonce une délinquance « en baisse pour la neuvième année consécutive en France »

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a annoncé mardi sur RTL que la délinquance, en 2011 en France, était « en baisse pour la neuvième année consécutive« , représentant « 12.000 faits en moins » (-0,34% sur 2010).

Les atteintes aux personnes « sont stables, elles sont en augmentation de 0,1%, les atteintes aux biens et les infractions économiques et financières baissent », a-t-il ajouté, précisant que les cambriolages de résidences principales et secondaires grimpaient de 16%.

Selon lui, cette explosion des cambriolages de résidences est le fait d’un « phénomène nouveau qu’il est très difficile de combattre qui est celui des raids menés par des personnes originaires d’Europe centrale et orientale, parce que ce sont des gens qui passent d’un pays à l’autre très rapidement ».

Les « 12.000 faits en moins » de crimes et délits constatés en France en 2011 représentent une baisse de la délinquance générale de 0,34%, par rapport aux 3.521.256 faits comptabilisés officiellement en 2010.

Le ministre, qui présente mardi à 09H30 le bilan statistique 2011 de la délinquance, a insisté sur le fait qu’il utilisait la même « présentation qui est faite depuis 1972.

« La statistique générale est tout à fait exacte », a affirmé le ministre, et si je faisais une présentation différente, on dirait que je veux truquer les choses », s’est-il défendu.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) présentera en parallèle des « analyses fines, sur les atteintes aux biens, les atteintes aux personnes, les infractions économiques et financières », a souligné le ministre.

M. Guéant a enfin précisé: « la façon dont je présente les choses aujourd’hui sera sans doute la dernière parce qu’on peut aller vers un système plus moderne, mais il n’empêche que ce que je présente est rigoureusement exact« .

Source: http://www.ladepeche.fr/

10/01/2012

Bientôt un rapport sur la délinquance par nationalité en France ? Ca ne devrait pas être triste…

Mais ça entre dans les « statistiques ethniques », ça? Et c’est interdit d’en parler, en Francarabia…

FDF

.

Image d’illustration, bien sûr…

L’UMP a dénoncé un sondage commandé par Terra Nova montrant que 81% des Français pensent que l’insécurité a augmenté depuis dix ans. Si les résultats sont à prendre avec des pincettes, l’UMP ne devrait pas oublier les échecs de Sarkozy et Guéant.

SOURCE ET SUITE DE L’ARTICLE :http://www.marianne2.fr/Pour-81-des-Francais-l-insecurite-a-augmente-info-ou-intox_a214138.html

.

Délinquance étrangère : les chiffres qui dérangent tout le monde

Des statistiques officielles existent bel et bien sur la délinquance des étrangers. Conclusion : oui, les étrangers sont sur-représentés dans la délinquance et non, la délinquance étrangère n’est pas en pleine expansion.

C’est un sujet tabou en politique. Le rapport entre immigration et délinquance est des plus explosifs. Selon la thèse défendue, on est accusé d’être soit un raciste pur et dur théorisant sur les prédispositions génétiques à la criminalité, soit un bobo bien-pensant incapable de voir la réalité des chiffres. Résultat, impossible d’avoir un débat serein. Le procès Zemmour  ou les sorties de Guéant sur la délinquance des Roumains  montrent qu’on entend tout et n’importe quoi dans ce débat, sauf des faits concrets.

 

Pourtant, des statistiques très précises existent. Elles sont tout ce qu’il y a de plus officiel et viennent du bilan annuel du ministère de la Justice. Elle sont basées sur les condamnations par la justice et non sur les infractions constatées par la police. Sans être totalement fiables, elles excluent donc a priori tous les soupçons de contrôles au faciès et d’arrestations arbitraires à l’encontre des étrangers et autres personnes issues de l’immigration. 

 

Plus encore, elles permettent de ne retenir que les condamnations relevant de la justice pénale, ce qui exclut une large part des infractions concernant les sans-papiers (qui, par définition, ne concernent que les étrangers) qui relèvent le plus souvent de la justice administrative. Et ces statistiques prennent en compte un critère objectif : la nationalité (mais aussi le sexe, l’âge…) et non l’origine ethnique, critère difficile à mesurer. 

La vérité des chiffres

Que disent ces chiffres ? D’une part, il y a bien une sur-représentation des étrangers dans la délinquance. En 2010, 12,64% des condamnés pour crimes (punissables de plus de 10 ans de prison) étaient des étrangers, cette proportion est de 12,58% pour les délits. Pour indication, en 2008, on comptait 5,8% d’étrangers dans la population active totale. 


Quand on observe les évolutions entre 2007 et 2010, la part de condamnés étrangers varie entre 12,23% et 12,64% pour les crimes et entre 11,8% et 12,58% pour les délits


Pour les deux types d’infractions, l’année 2008 est l’année minimale et 2010, l’année maximale. En deux ans, la part des étrangers condamnés a augmenté de 3,35% pour les crimes et de 6,6% pour les délits.


Il y a donc une augmentation de la délinquance et de la criminalité des étrangers. Mais au vu des proportions mesurées et de la durée évoquée (deux ans), elle incite à reconsidérer sérieusement les chiffres venus de la police qui fuitent à ce sujet. En septembre dernier, la Préfecture de police de Paris  évoquait, pour les 7 premiers mois de 2011, une hausse de 90% en un an des mis en cause (et non des condamnés) roumains dans Paris et sa banlieue. D’autres données sur la délinquance roumaine avaient également circulé pour crédibiliser la nouvelle marotte de Guéant. Quitte à aller un peu loin dans la surenchère.


Et pan pour Guéant

D’autres chiffres viennent également remettre les choses en perspective. Dans une enquête de l’Insee citant les chiffres du ministère de la Justice, on mesure l’évolution de la part des condamnés étrangers et français ayant écopé d’une peine de plus de 5 ans de prison. Il ne s’agit pas là de mesurer une hausse globale de la délinquance étrangère et sa sur-représentation mais d’étudier la dangerosité des condamnés selon leur nationalité.

En 2002, 2,9% des condamnés étrangers ont obtenu une peine de plus de 5 ans contre 3,4% des condamnés français soit un rapport de 0,85%. En 2009, cette part est montée à 1,43% soit une hausse de 60%. Conclusion : les délinquants étrangers ne sont pas, en eux-même, plus dangereux que les délinquants français vu qu’en 2002, il y avait plus de Français condamnés à plus de 5 ans de prison que d’étrangers.

(Source : Insee)


Polémiques stériles


La question n’est donc pas de savoir si les étrangers sont intégrables dans le modèle français mais d’étudier quels sont les problèmes économiques, sociaux, familiaux, urbains ou scolaires qui ont fait que le rapport entre grands délinquants français et étrangers s’est inversé en quelques années. La même question pourrait se poser pour la hausse globale de la délinquance étrangère. 

 

Mais si les statistiques du Ministère de la Justice ont encore été peu commentées, cette question de la délinquance sera peut-être relancée avec la future présentation du rapport de l’ONDRP. L’Observatoire va en effet publier pour la première fois depuis 2006 des statistiques sur la délinquance par nationalité. Il se basera cette fois sur les chiffres de la police et de la gendarmerie. Une nouvelle polémique en perspective. 

Source: http://www.marianne2.fr/

17/06/2011

Hausse de 3% des violences contre les personnes.

Mais pas encore tout le monde ose porter plainte… C’est dommage; nous aurions de vrais chiffres; impressionnants, à mon avis…
FDF

.



Le nombre des violences contre les personnes a continué d’augmenter entre juin 2010 et mai 2011, par rapport à la période correspondante 2009-2010, avec une hausse de 3%, selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Selon un bilan mensuel de l’observatoire publié aujourd’hui, « ce sont les faits de violences crapuleuses, soit les vols violents (…) qui expliquent » pour une large part « cet accroissement » des violences contre les personnes, point noir de la délinquance depuis plusieurs années en France. »Le nombre de faits constatés » de violences aux personnes, dit encore l’ONDRP dans ce bulletin mensuel, « a dépassé le seuil des 472.000 (…) au cours des douze derniers mois ». Le précédent bilan mensuel faisant état d’une augmentation de 2,43% de ces violences (physiques, sexuelles ou menaces).

Selon le dernier bilan, les atteintes aux biens, pour leur part, baissent de 1,5%, et les escroqueries et autres infractions économiques et financières sont en hausse de 6,1%. Comme le montraient déjà de précédents bilans mensuels de l’ONDRP, les vols commis avec violences augmentent toujours alors que ceux sans violence diminuent.

En revanche, les cambriolages poursuivent toujours leur hausse, constate l’observatoire chargé de divulguer les chiffres officiels de la délinquance. Pour la première fois, l’ONDRP publie dans ce bilan mensuel un tableau du taux de plaintes des Français tel qu’il apparaît dans ses enquêtes régulières dites de « victimation ». Ces dernières sont réalisée auprès des ménages et personnes interrogées sur les actes de délinquance qu’ils ont subis et non à partir des seules plaintes et chiffres officiels.

Selon ce tableau, à partir des réponses de Français interrogés à cet égard, « de 90 à 100% » disent déposer plainte pour les vols de leur voiture (hors-tentative) et « moins de 10% » pour menaces, tentatives de vol personnel ou violences sexuelles hors et intra-ménage. « De 80% à moins de 90% » déclarent encore déposer plainte dès qu’il s’agit de cambriolages de leur résidence principale, « de 50% à moins de 60% » pour vols ou tentative de vol de deux roues à moteur ainsi que « vols personnels avec violences ou menaces ».

17/05/2011

Faits de violence: ah quand-même, « on » reconnait la hausse !

Mais tout en nuances… Faut quand même pas faire trop peur au peuple.

FDF

.

Le nombre de violences contre les personnes a continué d’augmenter entre mai 2010 et avril 2011 par rapport à la période correspondante 2009-2010, avec une hausse de 2,43%, selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Selon un bilan mensuel de l’observatoire publié lundi, 469.065 faits de violences ont été commis entre mai 2010 et avril 2011, contre 457.936 enregistrés entre mai 2009 et avril 2010.

L’ONDRP souligne que cette hausse « s’explique pour près des deux tiers par celle des violences crapuleuses » commises dans un but d’appropriation (121.795 contre 114.582, soit +6,30%).

Dans le même temps, les violences non crapuleuses (242.053 contre 240.459) augmentent de 0,66%, tandis que les violences sexuelles (23.031 contre 23.196) continuent de diminuer (-0,71%). Au sein de ces violences, durant cette période, 697 homicides et 1.106 tentatives ont été comptabilisés, en hausse respectivement de 4,81% et de 16,30%.

Parallèlement, les atteintes aux biens (2.168.944 contre 2.202.948) baissent de 1,54%, mais de manière contrastée.

vu sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/16/97001-20110516FILWWW00625-hausse-des-faits-de-violence.php