Francaisdefrance's Blog

18/11/2010

Quand un journaliste « balance » une association caritative !

Pas de quoi se glorifier, non?

FDF

.

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION SOLIDARITE DES FRANÇAIS (SDF)
www.association-sdf.com
17 novembre 2010
.
Vincent MONGAILLARD, c’est le nom du journaliste qui a « balancé »
Solidarité Des Français dans les colonnes du Parisien en titrant : « Cette soupe
populaire est illégale » ; son seul argument : le Conseil d’Etat l’a interdite en juin
2007.. ; sa méthode : se déguiser en SDF, venir « incognito » à unedistribution (vive le courage journalistique !), prendre des photos en douce, manger avec eux le temps d’une soirée (eh oui !), pour baver ensuite et
appeler la Préfecture à la rescousse.. ; sa trahison : transformer un entretien
téléphonique avec Odile BONNIVARD, porte parole et animatrice de l’association,
en un vulgaire article à sensation (un Droit de réponse a été réclamé)…
-Décembre 2003 : premières distributions de soupes au cochon aux SDF
parisiens
-Juin 2007 : après des années de menaces et harcèlements policiers et
judiciaires, le Conseil d’Etat interdit les distributions de « soupe au
cochon» : elles seraient discriminatoires et génératrices de troubles à l’ordre
public (sic). Fallacieux arguments vigoureusement réfutés par Solidarité Des
Français.
Objectif unique pour les bénévoles, désormais : tenir et durer auprès des
plus démunis des leurs.
Mission accomplie : les distributions ont continué. Seules concessions en
accord tacite avec la Préfecture de Paris : l’informer par FAX de chaque
distribution, parler de soupes populaires et non plus de soupes au cochon, appellation
jugée trop provocante (pauvre France !) et proposer d’autres aliments que du porc,
ce qui a toujours été fait, contrairement aux QUICK, qui ne proposent que du
halal et ne laissent aucun choix)…
Depuis plus de trois ans, tout va bien. Le site de l’association – association-sdf.com – relate en détail chaque distribution. Les bénéficiaires sont, hélas, de plus en plus nombreux. Les bénévoles et soutiens aussi,
heureusement. Chacun n’aspire qu’à profiter encore longtemps de ces dîners en
plein air.
A l’approche du froid hivernal, la dénonciation de M. MONTGAILLARD est particulièrement provocante, basse et méprisable. Des bien-logés, bien chauffés, bien nourris et bien payés qui crient au loup (au cochon ?!) et alertent les autorités pour empêcher des distributions gratuites de repas chauds, consistants, économiques et de pure tradition européenne au nom d’un prétendu humanisme, voila où est l’intolérance et la cruauté.
Solidarité Des Français, revendiquant sept années d’actions caritatives tranquilles (ni bagarres, ni bousculades entre bénévoles et bénéficiaires, ambiance familiale), en appelle au simple bon sens des autorités : laissez les aider ceux qui en ont besoin !
Dans le cas où la Préfecture reprendrait ses honteuses percutions contre Solidarité des Français, les sans-abris et malheureux habitués, remercient par avance M. MONTGAILLARD et ses complices, de les priver de ces dîners et distributions d’affaires et leur souhaitent un bon hiver au chaud.
La prochaine soupe populaire  aura lieu le lundi 29 novembre, même heure, même
lieu, même esprit.
Comme à l’accoutumée, un FAX a été envoyé 15 jours avant à la Préfecture de Paris pour l’informer de cette distribution.
Source: www.association-sdf.com

16/11/2010

Les identitaires continuent à servir leur « soupe au cochon » à Paris !



Un SDF (photo d'illustration)

Un SDF (photo d’illustration) | MAXPPP

Depuis 2007, cette soupe populaire identitaire, dite aussi « soupe gauloise », uniquement à base de cochon, est interdite.

Et pourtant elle continue a avoir lieu, chaque mois à Paris. Et sans que la préfecture ne fasse appliquer la loi.
Bizarre non ?

Cette « soupe au cochon » a été distribuée pour la première fois, en 2004, dans le quartier de la gare de l’Est à Paris, par un groupuscule identitaire, rappelle Le Parisien.

Au menu : du porc et de l’alcool. Et la nette intention des membres de l’association identitaire d’exclure les SDF de confession juive et musulmane.

Interdite par le Conseil d’Etat

Le 28 décembre 2006, la préfecture de police de Paris a pris un arrêté interdisant la distribution de cette soupe, note Le Parisien.

Le 2 janvier 2007, le tribunal administratif suspend cet arrêté, tout en reconnaissant la caractère discriminatoire de la distribution de cette « soupe gauloise ».

Mais le Conseil d’Etat annule l’ordonnance du tribunal administratif et donne raison à la préfecture.

Cette distribution de soupe est donc jugée par le Conseil d’Etat « discriminatoire » et « comportant des risques de troubles à l’ordre public ».

La soupe identitaire est donc interdite depuis cette décision du Conseil d’Etat. Un conseil d’Etat qui avait été saisi par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy.

Et pourtant…

Les militants identitaires continuent, sans être inquiétés, à servir cette soupe interdite.

« Il y a un jugement, pourquoi n’est-il pas appliqué ? Des gens se défilent face à leurs responsabilités » explique Christophe Louis, du collectif Les Morts de la rue, cité par Le Parisien.

De son côté, Olga Trostiansky, adjointe PS au maire de Paris et chargée de la lutte contre l’exclusion a adressé, vendredi, un courrier à Michel Gaudin, le préfet de police pour lui demander d’interdire cette distribution de soupe identitaire « au plus vite ».

Une élue qui ajoute :

« Cette distribution à base de porc exclut volontairement les personnes de confession musulmane ou juive, ce n’est pas admissible ».

Une telle distribution alimentaire allant à l’encontre de « l’inconditionnalité de l’accueil des sans-abris ».

L’association d’extrême-droite Solidarité des Français rejette de son côté tout racisme et justifie le choix du porc dans son menu par le fait que cette viande ne « coûte que 2€ le kilo » et que « c’est nourrissant ».

Odile Bonnivard, responsable de cette association précisant : « Il n’y a aucune obligation de venir manger chez nous »…


Suite et source: http://tinyurl.com/2u7bof4