Francaisdefrance's Blog

06/06/2011

Nico et Ray: de bons potes…

A force de trop regarder les experts et Cie…

FDF

.

Affaire DSK : Nicolas Sarkozy très proche du chef du NYPD, cette police soupçonnée de connivence avec les tabloïds américains.

Des liens très étroits unissent Nicolas Sarkozy et le commissaire qui dirige la police de New-York, Raymond Kelly. Ce dernier très populaire dans cette ville, est à ce poste depuis très longtemps ce qui lui a permis de tisser des liens très solides avec ses homologues français.Le site du Nouvel Obs, nous révèle que que celui qu’on appelle « Ray » Kelly est à la tête du célèbre NYPD depuis janvier 2002, nommé par le maire Michael Bloomberg. Cette nomination se situe quelques mois après les attentats du 11 septembre, ce qui l’a incité à créer un service spécialisé dans la lutte antiterroriste au sein du NYPD. Cette décision découle de l’estimation qu’il a, comme beaucoup d’américains, que le gouvernement fédéral et le FBI ont failli à leur mission de protéger le pays contre le terrorisme international.Selon Le Nouvel Obs, il choisit comme consultant en matière de terrorisme, le criminologue Alain Bauer qui est à l’époque le conseiller en matière de sécurité de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur. De ce fait, Ray et Nicolas deviennent très proches. Raymond Kelly a une autre attache avec la France, il a pour ami Émile Pérez un ancien attaché de la police française pour les États-Unis de 1997 à 2001, poste basé à Washington. Ce dernier est actuellement chef de la Direction de la Coopération Internationale(DCI) au ministère de l’Intérieur.Le ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy très admiratif de la police de « Big Apple » qui a pour concept la « tolérance zéro », a décoré en 2006 de la légion d’honneur son chef Raymond Kelly, lors d’une cérémonie au consulat de France à New-York.Tout cela serait anodin, si des soupçons très forts de fuites émanant des services de la police new-yorkaise vers les tabloïds américains circulaient au préjudice de l’ancien patron du Fonds monétaire international. Des fuites qui selon Me Brafman et Me Taylor, les avocats de Dominique Strauss Kahn, pourraient influencer des jurés potentiels qui sont abreuvés quotidiennement de ces informations.Dans une lettre adressée fin mai au procureur de New York, Cyrus Vance, les avocats mentionnent notamment un article du New York Times, qui en se référant à une source « informée de l’affaire », raconte dans les détails ce qui se serait passé dans la suite de l’hôtel Sofitel occupée par DSK le 14 mai dernier.

La lettre évoque aussi d’autres fuites qui faisaient état de résultats des analyses ADN des prélèvements faits sur la femme de chambre victime présumée ainsi que dans la chambre d’hôtel et qui ont été comparés aux prélèvement fait sur DSK.

Mais toujours selon Nouvel Obs, le très « francophile » chef de la police de  New York, Raymond Kelly, a déclaré que le témoignage de la femme de chambre était « crédible ». Une prise de position qui peut faire soupçonner les policiers du NYPD et leur chef de partialité et de les suspecter d’être les « gorges profondes » des journalistes. Une suspicion qui a fait dire à Raymond Kelly : « j’espère que ce n’est pas le cas ! »

Cependant les avocats de Dominique Strauss Kahn ont annoncé qu’ils comptaient faire état de cette dérive lors de l’audience de lundi 6 juin devant le juge Michael Obus.

Mais il faut également se poser la question sur la promiscuité des proches de Nicolas Sarkozy avec le procureur Cyrus Vance. Le site du journal Le Point, nous révèle que Jean-Claude Marin, le procureur de Paris ami du président, s’est entretenu pendant trois quarts d’heure avec  le procureur new-yorkais qui dirige l’enquête sur l’affaire de DSK, et cela le 16 mai, soit deux jours après l’arrestation de l’ex-directeur du FMI.

Que se sont-ils dit ? Selon le haut magistrat français, l’affaire DSK n’aurait pas été évoquée, et nie avoir transmis aux autorités françaises des éléments du dossier. Mais on est dans l’incapacité de vérifier sa version des faits. Et on peut se demander si l’Élysée n’a pas été informé dans ses moindres détails de cette affaire, tout de suite après l’arrestation de DSK, ce qui peut-être très embarrassant pour le chef de l’État.

Source: Le Post- http://www.lepost.fr/article/2011/06/05/2514920_affaire-dsk-nicolas-sarkozy-tres-proche-du-chef-du-nypd-cette-police-soupconnee-de-connivence-avec-les-tabloids-americains.html

17/05/2011

Affaire DSK: les tests ADN, ce n’est pas que dans « les experts »…

Tout le monde s’étonne, tout le monde le soutient dans cette « dure épreuve« , on le stigmatise à souhait. Mais dans cette histoire, la victime, c’est qui? 

FDF

.

Affaire DSK: les événements de lundi

Affaire DSK: les événements de lundiDominique Strauss-Kahn lors de sa comparution devant la juge, le 16 mai 2011.D.R

.

Dominique Strauss-Kahn a comparu cet après-midi. La juge s’est opposé à la remise en liberté du patron du FMI. La journée en direct.

L’essentiel de la journée

DSK reste en détention Evoquant un risque de fuite, une juge new-yorkaise a ordonné lundi l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn, et refusé de le libérer moyennant une caution d’un million de dollars. 

Un scénario a géométrie variable Avant que DSK ne s’exprime, mais plusieurs versions de son emploi du temps du samedi 14 mai circulent déjà. La plainte de la femme de chambre, qui accuse DSK d’agression sexuelle, a été relayée par les officiers de le NYPD avec force détails. Mais d’autres témoignages sont rapidement venus la contredire

Les conséquences pour le PS Martine Aubry avait fait passer un message clair à ses camarades socialistes: « Restez unis et responsables. » Pour une fois, le discours a été suivi à la lettre. Pas une voix discordante depuis le « coup de tonnerre ». 

19h43: Dominique Paillé, vice-président du Parti radical de Jean-Louis Borloo, a déclaré que la décision « impressionnante » du maintien en détention de Dominique Strauss-Kahn, « ne préjugeait » pas de l’issue, mais prouvait « que le pouvoir et la puissance sont éphémères ». Interrogé par l’AFP Dominique Paillé a par ailleurs affirmé que la « justice américaine est celle d’un grand pays démocratique », et qu’il faut « respecter ses décisions ». 

19h36: La ministre Roselyne Bachelot a exprimé sa « sidération » à propos de l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn. « Je dois dire que je n’y ai pas cru au départ, je pensais à une plaisanterie, à un gag », mais « la confirmation évidemment est arrivée », a-t-elle déclaré. 

19h32: Arlette Laguiller a déploré que « les médias » et les « milieux politiques » ne s’occupent que de l’affaire DSK. « Strauss-Kahn, sortant hagard et menotté d’un commissariat de Harlem, est une image qui, diffusée devant des centaines de millions de téléspectateurs, marque sa chute plus que tous les discours. Exit donc un des ténors, mais le spectacle continue », a-t-elle conclu…

Suite et source: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-les-evenements-de-lundi_993077.html?xtor=EPR-583