Francaisdefrance's Blog

03/08/2011

Un enseignant coranique…

L’appellation (non-contrôlée) me laisse pensif et perplexe… Un « enseignant coranique ». Un prédicateur, plutôt. J’aimerais bien assister à son « enseignement », à ce gus… Mais l’accès des mosquées est interdit aux « infidèles »; dommage…

FDF

.

Ramadan : la mosquée noyelloise accueille un enseignant coranique algérien

 Ouaref Boumediène (à gauche) accompagne l'imam (à droite) de la mosquée de Noyelles-Godault pendant ces trente jours.
Un mois d’abstinence; le jour. Un mois de ripailles; la nuit…

Les musulmans ont débuté lundi le Ramadan, période de trente jours de jeûne entre le lever et le coucher du soleil, et cela nécessite une certaine résistance physique pour les fidèles comme pour leurs imams. À Noyelles-Godault, comme dans d’autres mosquées de la région, un enseignant coranique algérien, Ouaref Boumediène, vient partager ce mois de ferveur et d’abstinence avec les fidèles du secteur. Et prêter main forte à l’imam, Kamel Zaouali.

D’habitude, Ouaref Boumediène vit le Ramadan en Algérie, quelque part au Sud d’Oran, dans la wilaya (division administrative) de Saïda. Cette année, le décor change mais ne semble pas le bouleverser. Pendant tout le mois de jeûne, l’enseignant coranique a pour mission d’épauler l’imam de la mosquée de Noyelles-Godault. « Sa fonction est de réciter le Coran pendant les nuits au cours du Ramadan, qui est le quatrième pilier de l’Islam. Le jour, on jeûne, et chaque soir pendant trente jours, on récite deux parties du Coran – soixante au total. Ouaref Boumediène va conduire une prière qui n’est pas obligatoire et qui s’ajoute aux cinq prières quotidiennes imposées. Leur venue – ils sont une vingtaine dans ce cas – est un renforcement pour les imams », précise celui de la mosquée noyelloise.

Une aide précieuse

Arrivé dans le Pas-de-Calais vendredi dernier et pour son premier séjour en France, Ouaref Boumediène a eu la possibilité de découvert un petit peu les environs. « Nous sommes allés au marché de Courcelles-les-Lens, dimanche, et il m’a dit « C’est pareil que chez moi ! » », s’étonne presque encore Kamel Zaouali. Loin de s’appesantir sur les différences qu’il pourrait trouver entre vivre ce mois de jeûne et de prière d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée, l’Algérien préfère louer « l’accueil des gens du Nord » et évoquer « la grande famille d’Allah », qui se réunit pendant ces trente jours.

Son coup de main est en tout cas le bienvenu pour suivre l’évolution du nombre de fidèles pendant cette période de ferveur : « On peut avoir environ deux cent cinquante fidèles, notamment lors de la grande prière du soir, pendant le Ramadan, contre peut-être une cinquantaine d’habitude », détaille Mr Saïm, président de l’association de la mosquée.

Sur la question du jeûne, souvent posée lors de ce très beau et chaud début de semaine, l’imam apporte un éclairage : « Si quelqu’un est vraiment mal, une femme enceinte ou si le docteur lui dit qu’il doit manger ou boire, il faut le faire. C’est l’exception, mais se faire du mal, ce n’est pas l’Islam. »…

(FDF: ah bon… Mais faire du mal aux non-croyants, c’est marqué dans le coran…)

Un enseignant coranique forme des ch’tites fillottes… (image d’illustration).

Source: http://www.lavoixdunord.fr/