Francaisdefrance's Blog

31/12/2009

Des mosquées en projet, et une question venue de Suisse.

« Ils » n’en démordront pas de « leurs » projets de mosquées, un jour???

31.12.2009

Lu sur: lavoixdunord.fr

 La mosquée du Pile prendra place dans le prolongement de la Condition publique.

Le 29 novembre, une majorité de Suisses se prononce contre la présence de minarets sur les mosquées du pays. …

En France, certains se saisissent aussitôt de ce thème « porteur » pour importer la question. Au-delà du vote suisse, la place de l’islam dans les pays occidentaux, et notamment en France, et les conditions dans lesquelles les musulmans peuvent pratiquer leur culte demeurent des sujets de société essentiels.

Dans l’agglomération roubaisienne et plus largement en métropole lilloise, le soutien des collectivités aux projets de mosquées portés par des associations a permis de faire avancer les dossiers. Le premier édifice du genre a été inauguré cette année à Villeneuve-d’Ascq.

A Roubaix, deux projets de mosquées pourraient démarrer en 2010, à l’Epeule (mosquée Bilal) et au Pile (mosquée Abou Bakr). La première comprendra un minaret, pas la seconde. Elles sont toutes deux l’oeuvre du même architecte, Oussama Bezzazi qui se fait fort (avec succès) d’intégrer les lieux de culte musulmans dans le tissu urbain. L’utilisation de la brique, le rappel des symboles de l’industrie textile vont dans ce sens. Dans le cas de la mosquée du Pile, l’absence de minaret est simplement liée à la situation des locaux : dans le prolongement de la Condition publique, ce qui implique un avis préalable de l’architecte des bâtiments de France… A Hem aussi, les musulmans attendent avec impatience la sortie de terre d’une vraie mosquée. Là encore, c’est la question du financement qui retarde les travaux. Le maire de la commune a par ailleurs clairement fait savoir qu’il ne souhaitait pas de minaret, mais acceptait la présence d’un dôme.

L’association porteuse du projet s’est tournée vers l’architecte Oussama Bezzazi afin qu’il réussisse une nouvelle fois le tour de force de concilier les exigences municipales et les attentes des fidèles. Premiers éléments de réponse en 2010. •